Commissie voor de Financiën en de Begroting

Commission des Finances et du Budget

 

van

 

Dinsdag 6 december 2016

 

Avond

 

______

 

 

du

 

Mardi 6 décembre 2016

 

Soir

 

______

 

 


De behandeling van de vragen en interpellaties vangt aan om 20.49 uur. De vergadering wordt voorgezeten door de heer Eric Van Rompuy.

Le développement des questions et interpellations commence à 20.49 heures. La réunion est présidée par M. Eric Van Rompuy.

 

01 Questions jointes de

- M. Stéphane Crusnière au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la privatisation de la frappe de la monnaie" (n° 14212)

- M. Gautier Calomne au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la délocalisation de la frappe de la monnaie" (n° 14918)

01 Samengevoegde vragen van

- de heer Stéphane Crusnière aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de privatisering van de muntslag" (nr. 14212)

- de heer Gautier Calomne aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de delokalisering van de geldaanmunting" (nr. 14918)

 

01.01  Stéphane Crusnière (PS): Monsieur le ministre, le 6 octobre dernier, les responsables de la Monnaie royale de Belgique ont annoncé aux syndicats que l’institution ne frappera plus la monnaie. Désormais, un marché public devra être lancé.

 

Cette décision est, selon moi, incompréhensible à plusieurs titres. Pour commencer, elle engendra des pertes d’emplois. Vingt-cinq personnes devraient en être affectées. Ensuite, avec la délocalisation de la frappe de la monnaie, c’est un fleuron de la Belgique qui disparaît, alors qu’il a pourtant été démontré que la Monnaie royale pouvait être rentable.

 

Monsieur le ministre, pouvez-vous nous mentionner les raisons qui ont poussé le gouvernement à prendre une telle décision? Avez-vous pu estimer le coût de la privatisation de la frappe de la monnaie? En quoi cette solution est-elle préférable à la situation actuelle? Avez-vous des solutions à apporter aux personnes qui perdront leur emploi à la suite de cette décision?

 

01.02  Gautier Calomne (MR): Monsieur le ministre, le SPF Finances a récemment confirmé que la Monnaie royale de Belgique, qui frappe notre monnaie depuis 1832, n’exercera plus cette activité à partir du 1er janvier 2018. La Monnaie devra désormais lancer des appels d’offres pour se fournir en pièces d’euro frappées du sceau belge. Les vingt-cinq personnes travaillant dans l’atelier remplissant cette mission seront mutées dans différents départements du SPF, alors que les autres services - design, marketing, etc. - resteront en activité.

 

Selon les organisations syndicales, il semblerait que cette cessation d’activité soit essentiellement la conséquence d’une surabondance de pièces venant d’autres États membres de la zone euro, pourtant soumis à des quotas de production.

 

Monsieur le ministre, cette situation m'inquiète dans la mesure où une grande institution de notre pays perd une activité historique et symbolique. Ainsi, je voudrais vous poser les questions suivantes. Quelles sont les raisons qui ont conduit le gouvernement à prendre cette décision? Pourriez-vous nous éclairer sur les motivations du choix opéré? Quel est l’impact de cette décision sur les finances publiques? La frappe des pièces de collection est-elle également vouée à disparaître? Une décision a-t-elle été prise sur ce volet du dossier? Enfin, pourriez-vous nous apporter un éclairage sur la situation du personnel? En clair, où sera-t-il affecté et sur quelle base?

 

01.03  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur le président, l'arrêt de la frappe des pièces de monnaie par la Monnaie royale de Belgique ne signifie pas une privatisation de cette institution, mais une sous-traitance de la fabrication des pièces émises par le Roi et libellées en euro.

 

Les raisons de cette décision sont la forte diminution du volume de frappe ces dernières années - due au souhait de la Commission européenne d'utiliser les stocks existants -, le développement des moyens de paiement électroniques et l'arrondissement des cents.

 

La BNB sous-traite également la production des billets de banque, comme vous le savez probablement.

 

En outre, cela permettra également de rationaliser l'organisation administrative, d'avoir une meilleure gestion et une diminution des coûts de la Monnaie royale de Belgique et du Fonds monétaire.

 

Le bail du bâtiment Boulevard Pachéco 32 prend fin en 2021, et la fin du permis d'environnement est prévue début 2022. Ce sont des éléments qui s'ajoutent aux raisons déjà citées.

 

Il est à noter que d'autres divisions de la Monnaie royale de Belgique, comme le laboratoire, le design et le marketing, continueront leurs activités. Finalement, le personnel touché par cette réorganisation sera réaffecté au sein du SPF Finances.

 

01.04  Stéphane Crusnière (PS): Je remercie monsieur le ministre pour ses réponses.

 

01.05  Gautier Calomne (MR): Moi de même.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

Le président: Les questions n° 13807 et n° 14572 de M. Stéphane Crusnière sont transformées en questions écrites. La question n° 14560 de M. David Clarinval est supprimée. Les questions n°14906, 14907 et 14925 de Mme Griet Smaers sont transformées en questions écrites. La question n° 14971 de M. Peter Vanvelthoven est transformée en question écrite. Les questions jointes n°14972 et 15192 de M. Peter Vanvelthoven et M. Dirk Van der Maelen sont reportées.

 

Vraag nr. 14977 van de heer Vanvelthoven wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 14978 van de heer Vanvelthoven wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 14999 van de heer Vercamer wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15004 van mevrouw Smaers wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15029 van de heer Vanvelthoven wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15030 van de heer Vanvelthoven wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15041 van mevrouw Dumery wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15117 van de heer Van Mechelen wordt omgezet in een schriftelijke vraag.

 

02 Samengevoegde vragen van

- de heer Peter Vanvelthoven aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de belangrijke gevolgen van de uitspraak van het EHRM" (nr. 15167)

- mevrouw Veerle Wouters aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de recente rechtspraak van het EHRM aangaande de 'una-via'" (nr. 15187)

02 Questions jointes de

- M. Peter Vanvelthoven au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "les conséquences importantes de l'arrêt de la CEDH" (n° 15167)

- Mme Veerle Wouters au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la jurisprudence récente de la CEDH concernant la procédure una via" (n° 15187)

 

De heer Vanvelthoven is niet aanwezig.

 

02.01  Veerle Wouters (Vuye&Wouters): Mijnheer de minister, in zijn arrest over de una-via wet verwijst het Grondwettelijk Hof naar het arrest van de Grote Kamer van het Europees Hof voor de Rechten van de Mens in de zaak-Zolotoukhine.

 

Volgens dit laatste arrest verbiedt het beginsel non bis in idem een persoon te vervolgen of te berechten voor een tweede misdrijf, voor zover identieke feiten of feiten die in hoofdzaak dezelfde zijn, eraan ten grondslag liggen. De rechtspraak van het EHRM is heel recent bijgestuurd.

 

In het arrest A en B tegen Noorwegen van 15 november 2016 preciseert de Grote Kamer dat het arrest-Zolotoukhine zich niet uitspreekt over de situatie waarbij beide procedures eerder gecombineerd en geïntegreerd zijn en een coherent geheel uitmaken. In deze hypothese acht de Grote Kamer een dubbele procedure dus wel mogelijk. Voorwaarde is wel dat het beoogde doel en de gebruikte middelen aanvullend zijn, verbonden zijn in de tijd en dat de gevolgen voor de belastingplichtige proportioneel en voorzienbaar zijn.

 

Dit arrest van de Grote Kamer van het EHRM wijzigt evident niet de wet van 20 september 2012 tot instelling van het una-via principe in de vervolging van overtredingen van de fiscale wetgeving en tot verhoging van de fiscale penale boetes. Bovendien biedt het EVRM slechts een minimumbescherming. Een lidstaat kan dus altijd meer bescherming bieden aan zijn burgers.

 

Ik denk dat het goed is om belastingplichtigen een zekere rechtszekerheid te bieden en te zorgen voor een efficiënte bestrijding van de fiscale fraude. Daarom vraag ik u hier in dezen uw standpunt te verduidelijken.

 

Mijnheer de minister, ik heb de volgende vragen. Heeft het arrest A en B tegen Noorwegen gevolgen voor de Belgische belastingwetgeving? Zijn er na dit arrest plannen om de wet aan te passen of blijft die zoals ze vandaag is?

 

02.02 Minister Johan Van Overtveldt: Mevrouw Wouters, het arrest van 15 november 2016 van het Europees Hof voor de Rechten van de Mens wordt momenteel door de administratie van Financiën bestudeerd in het licht van een aanpassing van de wet van 20 september 2012 tot instelling van het ‘una via’-principe.

 

Het resultaat van dat onderzoek zal worden voorgelegd aan de taskforce Justitie-Financiën, een multidisciplinaire werkgroep met vertegen­woordigers uit mijn beleidscel, uit die van mijn collega van Justitie en uit de respectieve administraties.

 

Afhankelijk van het resultaat van de studie en het verder overleg zal er met het arrest van 15 november al dan niet rekening worden gehouden in de uiteindelijke ontwerptekst.

 

02.03  Veerle Wouters (Vuye&Wouters): Mijnheer de minister, wij weten nu nog niet veel meer. Ik ga ervan uit dat de taskforce dat grondig gaat bekijken. Ik kom hierop terug om te zien wat het resultaat van de taskforce is. Het is wel vervelend voor mensen die nu geen rechtszekerheid hebben. We gaan ervan uit dat die wet voorlopig blijft zoals ze is.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

03 Samengevoegde vragen van

- mevrouw Veerle Wouters aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de uitspraak van de advocaat-generaal van het Europees Hof van Justitie over de fairness tax" (nr. 15198)

- de heer Peter Vanvelthoven aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de fairness tax" (nr. 15298)

03 Questions jointes de

- Mme Veerle Wouters au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "l'avis de l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne concernant la fairness tax" (n° 15198)

- M. Peter Vanvelthoven au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la fairness tax" (n° 15298)

 

De voorzitter: De heer Vanvelthoven is niet aanwezig.

 

03.01  Veerle Wouters (Vuye&Wouters): Mijnheer de minister, in 2013 heb ik er hier in de commissie al op gewezen dat de fairness tax te complex is en erg gemakkelijk te omzeilen. Later heeft het Grondwettelijk Hof helemaal niet onverwacht ook enkele prejudiciële vragen aan het Europees Hof van Justitie gesteld over de verenigbaarheid van de fairness tax met de Europese moeder-dochterrichtlijn.

 

Volgens mij had de maatregel nooit mogen worden goedgekeurd. De taks was van bij de aanvang niet alleen een economisch maar ook een juridisch miskleuntje. Men krijgt het ook niet uitgelegd dat de Belgische dochter van een multinational een fairness tax moet betalen, wanneer de buitenlandse vennootschap een dividend uitkeert. Zoekt iemand een maatregel om buitenlandse investeerders af te schrikken, dan heeft hij of zij met die maatregel de hoofdvogel afgeschoten.

 

Op 17 november 2016 berichtten de media dat de advocaat-generaal van het Europees Hof van Justitie de fairness tax strijdig acht met de Europese moeder-dochterrichtlijn. Het Grond­wettelijk Hof zal zich nu verder over de grondwettelijkheid van de taks buigen.

 

Indien het hof de taks nietig verklaart, betaalt België een intrest van 7 % op teruggevorderde belastingen. Bijgevolg kunnen de budgettaire gevolgen immens zijn.

 

Mijnheer de minister, u gaf, ten eerste, recent aan dat u de budgettaire gevolgen in kaart zou brengen en het onderzoek aan de regering zou voorleggen. Is dat al gebeurd? Zult u de evaluatie ook aan het Parlement voorleggen? In welke mate bent u ter zake op schema? Hoever bent u al gevorderd?

 

Hebt u al een zicht op de geschatte budgettaire schade, indien de onterecht geïnde belastingen worden teruggevorderd?

 

Ten tweede, zult u nu al stappen ondernemen om u op een mogelijk ongunstig arrest van het Grondwettelijk Hof voor te bereiden?

 

Welke stappen zult u meer bepaald zetten? Zult u de taks aanpassen middels een herschikking van de voorwaarden die door een aantal leden van andere partijen zijn voorgesteld? Zult u de voorwaarden uitbreiden of is het de bedoeling de fairness tax gewoon af te schaffen?

 

03.02 Minister Johan Van Overtveldt: Uiteindelijk zal de finale uitspraak van het Hof van Justitie van de Europese Unie moeten worden afgewacht. Het Hof is immers niet gebonden aan de uitspraak van de advocaat-generaal. Daarnaast dient het Grondwettelijk Hof vervolgens ook zijn uitspraak te wijzen omtrent het bodemgeschil waar, naast de bestaanbaarheid met het Europees recht, ook middelen inzake de schending van het legaliteits- en gelijkheidsbeginsel werden opgeworpen.

 

In die optiek is het op dit moment voorbarig om uitspraken te doen over eventuele aanpassingen. Wij zijn klaar om de budgettaire gevolgen, waarnaar u verwees, gedegen in kaart te brengen. Het zal evenwel nog enige tijd vergen om een en ander uiteen te rafelen.

 

03.03  Veerle Wouters (Vuye&Wouters): Mijnheer de minister, ik dank u voor uw antwoord.

 

Meestal wordt de advocaat-generaal wel gevolgd in zijn advies: we kunnen dus enigszins voorspellen waar we aan toe zijn.

 

Tegelijk ben ik blij dat u de budgettaire gevolgen al volop in kaart aan het brengen bent. Ik zou het dan ook zeer op prijs stellen dat u het kaartje ook toelicht in de commissie voor de Financiën, zodat de commissieleden daarvan op de hoogte worden gebracht en verdere maatregelen kunnen worden genomen inzake de fairness tax.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

04 Question de M. Ahmed Laaouej au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la décision d'imposer unilatéralement aux agents la polyvalence de leurs tâches" (n° 15205)

04 Vraag van de heer Ahmed Laaouej aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de eenzijdige beslissing om de ambtenaren een polyvalent takenpakket op te leggen" (nr. 15205)

 

04.01  Ahmed Laaouej (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, comme vous le savez, le SPF Finances a pris la décision d'imposer unilatéralement aux agents la polyvalence de leurs tâches. C'est une mesure qui passe très mal.

 

Concrètement, à partir du 1er janvier 2017, il sera demandé aux agents d'être polyvalents sur les dossiers ayant trait à l'impôt des personnes physiques, à l'impôt des sociétés ou à la TVA.

 

Cette décision imposera ainsi aux agents du SPF Finances de traiter dans leurs différents aspects des dossiers parfois de nature très différente. Et si cela ne suffisait pas, le SPF impose, d'ores et déjà, une diminution de 20 % du nombre de jours attribués pour le contrôle des dossiers.

 

Outre la démotivation, déjà très grande qui règne chez les agents du SPF Finances, cette polyvalence fait craindre qu'ils ne soient plus en mesure d'effectuer leurs tâches dans des conditions acceptables. Ceci aura, fatalement, des conséquences sur le rendement des suppléments d'impôts enrôlés après contrôles.

 

À ce stade, il me revient que le management du SPF se déclare irresponsable de cette situation et renvoie vers le SPF P&O qui, lui-même, réoriente vers un autre département. Vous l'aurez donc compris, chacun se renvoie la responsabilité de cette décision.

 

Monsieur le ministre, cette décision d'imposer la polyvalence aux agents a-t-elle été prise par le SPF Finances? En avez-vous été informé? Une concertation a-t-elle été mise en oeuvre avec les représentants des agents? Ne craignez-vous pas que cette mesure s'avère inefficace dès lors qu'elle s'accompagne d'une diminution du temps dévolu au contrôle des dossiers?

 

04.02  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur le président, monsieur Laaouej, je tiens, tout d'abord, à vous rappeler que l'Administration générale de la Fiscalité a finalisé, en juillet de cette année, sa réorganisation interne visant à concrétiser une approche groupe cible des contribuables.

 

Chacune des trois administrations, à savoir l'administration Particuliers, l'administration PME et l'administration Grandes entreprises (GE), a notamment pour objectif de développer une prestation de services ainsi qu'une approche contrôle répondant aux besoins et spécificités de son groupe cible propre.

 

C'est dans ce cadre que la mise en œuvre de compétences multidisciplinaires au sein des équipes ainsi que dans le chef des collaborateurs des administrations PME et GE permettra, d'une part, d'atteindre une meilleure efficience et, d'autre part, d'augmenter le niveau de prestation de services vis-à-vis des différents groupes de contribuables. Il s'agit donc bien d'un moyen et non d'un objectif en soi. Il est important de le souligner.

 

Cette mise en œuvre ne fait pas obstacle au maintien de connaissances et compétences plus pointues dans l'une ou l'autre matière fiscale au sein des différents centres et services ainsi que dans le chef des collaborateurs.

 

En parallèle, les actions de contrôle ne seront pas toutes multidisciplinaires et les contrôles les plus complexes seront réalisés par des collaborateurs disposant du niveau d'expertise nécessaire pour effectuer le contrôle dans la ou les matière(s) concernée(s).

 

Dans le cadre de l'évolution d'une structure basée sur la matière vers une structure axée sur des groupes cibles, une attention constante sera accordée, au sein de l'Administration générale de la Fiscalité, et plus précisément avec les piliers GE et PME, à l'instar de l'Administration générale de l'ISI et du Service d'encadrement Expertise et Soutien politiques, à l'emploi et à la formation de collaborateurs spécialisés. Il s'agit d'un objectif important figurant dans la note de politique générale pour l'année 2017.

 

Au niveau de la formation, afin que chaque collaborateur soit accompagné dans son développement, une offre étendue de formations spécifiques techniques a été prévue, aussi bien pour les collaborateurs d'équipes de gestion que d'équipes de contrôle. Le trajet de formation des collaborateurs contrôleurs est similaire à celui prévu pour les nouveaux stagiaires.

 

En ce qui concerne la capacité de contrôle, aucune diminution de 20 % n'est imposée. La capacité de contrôle est fonction du nombre de collaborateurs affectés au contrôle ainsi que du nombre de jours disponibles dans leur chef pour les activités de contrôle.

 

Un certain nombre de modèles de contrôle sont, par ailleurs, en cours de révision, en vue d'intégrer les aspects multidisciplinaires de la nouvelle approche groupe cible, ce qui permet d'assurer un meilleur examen de la situation fiscale du contribuable lorsque plusieurs matières fiscales sont concernées par le contrôle. Lors de la sélection des dossiers à contrôler, on tiendra compte des caractéristiques et propriétés spécifiques de chaque impôt.

 

Enfin, dans le cadre du dialogue social avec les organisations représentatives des collaborateurs du SPF Finances, une rencontre sera organisée début 2017 afin de les tenir informées des modalités mises en place en interne, comme ce fut le cas lors des derniers projets importants ayant impacté le personnel de mon département.

 

04.03  Ahmed Laaouej (PS): Monsieur le ministre, je prends acte de votre réponse. Je voudrais souligner que, si la polyvalence des services et la polyvalence des contrôles est quelque chose qui peut en effet se justifier et qui peut être le gage d'une plus grande efficacité, la polyvalence des agents elle-même suppose de sortir de la spécialisation à laquelle ils étaient habitués et qui était un gage, au fond, d'efficacité dans le contrôle.

 

Je voudrais être sûr qu'il n'y a pas d'ambiguïté entre nous. J'ai cru comprendre que les agents se verraient offrir la possibilité d'avoir des formations. Mais, en même temps, il faut faire attention car, quelqu'un qui, pendant vingt ans, a fait de l'impôt des sociétés ne peut pas, demain, s'improviser contrôleur ou spécialiste de la TVA. Ce sont des techniques différentes. Je ne parle même pas de la législation mais bien de l'approche du terrain, de l'approche des dossiers. J'espère en tout cas que ce qui sera privilégié sera davantage la polyvalence des contrôles, pas la polyvalence des contrôleurs.

 

Donc, je prends acte de ce que vous me dites. Je continuerai à en faire un point d'attention. Il en va de la motivation des agents du fisc dont on sait à quel point la tâche n'est pas toujours facile. Je vous remercie.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

Le président: Les questions n° 15220 de Mmes Van Cauter et 15235 de Mme Pas sont reportées.

 

05 Question de M. Gautier Calomne au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "les problèmes d'enregistrement des baux en Région bruxelloise" (n° 15243)

05 Vraag van de heer Gautier Calomne aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de problemen met de registratie van de huurcontracten in het Brussels Gewest" (nr. 15243)

 

05.01  Gautier Calomne (MR): Monsieur le ministre, suivant la réglementation en vigueur, les baux conclus dans notre pays doivent être inscrits endéans les deux mois après leur signature. Il s'agit d'une obligation pour les bailleurs et le non-respect de celle-ci peut avoir des conséquences graves puisque le locataire peut quitter un logement sans préavis, sans indemnisation et ce, du jour au lendemain. Or, la presse s'est fait l'écho de difficultés en Région bruxelloise, où les services du SPF Finances seraient en sous-effectif, ce qui entraînerait des retards importants dans l'enregistrement des dossiers. En ce sens, nombreux seraient les propriétaires qui craignent de subir les conséquences négatives de cette situation. Interrogé sur cette problématique, un porte-parole du SPF Finances a invité les citoyens à utiliser l'application MyRent, et je le cite, "les délais sont plus courts. On parle de trois jours seulement pour l'enregistrement". Certes, cette solution est sans doute fort utile mais, vous en conviendrez, pour les personnes moins habituées à l'usage des nouvelles technologies, le problème reste entier.

 

Pouvez-vous confirmer la problématique qui vous est exposée? Le cas échéant, quelles sont exactement les causes de ces difficultés d'enregistrement? Quel est le taux moyen des retards de traitement de dossiers enregistrés à l'heure actuelle? Pouvez-vous détailler votre réponse par région? Enfin, quelles sont les solutions qui ont été retenues pour améliorer situation?

 

05.02  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur Calomne, je peux vous confirmer que d'importantes réorganisations internes en 2015 ont provoqué une diminution de l'effectif en personnel. De plus, il fallait donner la priorité au traitement des actes authentiques à la suite de la mise en production de STIPAD, en mai 2015. Malgré des mesures de gestion réussies, notamment l'engagement d'étudiants pendant l'été 2015, et une poursuite de l'automatisation, il n'a pas été possible de résorber le retard existant en matière de contrats de bail.

 

Entre le 1er janvier et le 1er novembre 2016, 269 000 contrats de bail ont été présentés à l'enregistrement dans tout le pays, que ce soit en version papier ou de manière électronique via MyRent et MyRent Pro. Il s'agit de 49 000 baux en Région de Bruxelles-Capitale, 69 000 baux en Région wallonne et 150 000 baux en Région flamande. Afin de pouvoir donner la preuve de l'enregistrement au citoyen, les contrats de bail doivent être repris dans la base de données "baux".

 

Pour l'encodage, il y a actuellement un retard de 117 000 contrats de bail dont 35 000 baux en Région de Bruxelles-Capitale, 4 500 baux en Région wallonne et 78 000 baux en Région flamande. Les solutions suivantes ont été retenues: un suivi strict des chiffres concernant le traitement des contrats de bail via des tableaux de bord aux différents niveaux hiérarchiques. L'administration a réalisé une analyse comparative des trois bureaux les plus importants compétents pour l'enregistrement des contrats de bail.

 

À la suite de cette analyse comparative, les méthodes de travail utilisées ont été rationalisées et uniformisées. Une liste d'action a été définie. Elle est actuellement mise en œuvre afin d'augmenter le rendement, à savoir l'occupation maximale du guichet, enregistrement et encodage simultanés des baux.

 

En 2017, l'administration veillera à poursuivre l'automatisation. Cela évitera la création de stocks. L'application MyRent et son Web Service continuent à être améliorées.

 

05.03  Gautier Calomne (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie pour cette réponse. Constatant qu'il y avait bien des problèmes, je me réjouis que des solutions soient entreprises pour les résoudre de manière optimale.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Interpellatie nr. 191 van mevrouw Gerkens wordt uitgesteld tot januari. Vraag nr. 15264 van de heer Van Biesen wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15272 van de heer Clarinval werd ingetrokken. Vraag nr. 15283 van de heer Klaps wordt omgezet in een schriftelijke vraag. Vraag nr. 15292 van de heer Van de Velde werd ingetrokken. Vragen nrs 15295, 15296 en 15297 van de heer Van­velthoven werden omgezet in schriftelijke vragen.

 

Daarmee zijn de vragen en onze vergadering beëindigd. Wij zien elkaar morgen terug om 10 uur voor de bespreking van de begroting.

 

De openbare commissievergadering wordt gesloten om 21.16 uur.

La réunion publique de commission est levée à 21.16 heures.