Commissie voor het Bedrijfsleven, het Wetenschapsbeleid, het Onderwijs, de Nationale wetenschappelijke en culturele Instellingen, de Middenstand en de Landbouw

Commission de l'Économie, de la Politique scientifique, de l'Éducation, des Institutions scientifiques et culturelles nationales, des Classes moyennes et de l'Agriculture

 

van

 

Woensdag 26 september 2018

 

Voormiddag

 

______

 

 

du

 

Mercredi 26 septembre 2018

 

Matin

 

______

 

 


La réunion publique de commission est ouverte à 10.09 heures et présidée par M. Jean-Marc Delizée.

De openbare commissievergadering wordt geopend om 10.09 uur en voorgezeten door de heer Jean-Marc Delizée.

 

01 Débat d'actualité sur la sécurité d'approvisionnement en électricité et questions jointes de

- Mme Karine Lalieux à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "la sécurité d'approvisionnement en électricité" (n° 27000)

- Mme Leen Dierick à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "la sécurité d'approvisionnement pendant la période hivernale" (n° 27001)

- M. Jean-Marc Nollet à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "la gestion par la ministre de la crise dans l'approvisionnement électrique du pays" (n° 27025)

- M. Kristof Calvo à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "des problèmes en matière de sécurité d'approvisionnement" (n° 27026)

- M. Jean-Marc Nollet à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "l'engagement de la ministre de faire payer l'augmentation de la facture électrique à Electrabel" (n° 27028)

- Mme Karin Temmerman à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "la menace d'une pénurie d'énergie" (n° 27029)

- M. Michel de Lamotte à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "la responsabilité d'ENGIE Electrabel dans le risque de pénurie d'énergie pour l'hiver 2018-2019" (n° 27030)

- M. Michel de Lamotte à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "les solutions au risque de pénurie d'énergie pour l'hiver 2018-2019" (n° 27031)

- M. Raoul Hedebouw à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "la sécurité d'approvisionnement en électricité" (n° 27038)

- M. Bert Wollants à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "les éventuels problèmes en matière de sécurité d'approvisionnement" (n° 27039)

01 Actualiteitsdebat over de bevoorradingszekerheid inzake elektriciteit en samengevoegde vragen van

- mevrouw Karine Lalieux aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de continuïteit van de elektriciteitsvoorziening" (nr. 27000)

- mevrouw Leen Dierick aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de bevoorradingszekerheid tijdens de winterperiode" (nr. 27001)

- de heer Jean-Marc Nollet aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de manier waarop de minister de elektriciteitsvoorzieningscrisis in België aanpakt" (nr. 27025)

- de heer Kristof Calvo aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "problemen met de bevoorradingszekerheid" (nr. 27026)

- de heer Jean-Marc Nollet aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de belofte van de minister om de stijging van de elektriciteitsfactuur door Electrabel te laten betalen" (nr. 27028)

- mevrouw Karin Temmerman aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "het dreigende energietekort" (nr. 27029)

- de heer Michel de Lamotte aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de verantwoordelijkheid van ENGIE Electrabel voor het mogelijke energietekort in de winter van 2018-2019" (nr. 27030)

- de heer Michel de Lamotte aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de oplossingen voor het mogelijke energietekort in de winter van 2018-2019" (nr. 27031)

- de heer Raoul Hedebouw aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de continuïteit van de elektriciteitsvoorziening" (nr. 27038)

- de heer Bert Wollants aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "de mogelijke problemen met de bevoorradingszekerheid" (nr. 27039)

 

Le président: Les collègues qui n'ont pas déposé de question pourront prendre la parole s'ils le souhaitent. Nous disposons de deux heures. C'est peu et beaucoup à la fois. Sachant qu'il y a une Conférence des présidents à midi et une séance plénière cette après-midi, je propose que les intervenants disposent de cinq minutes.

 

Le point 2 de l'ordre du jour porte sur l'ordre des travaux. Plusieurs groupes ont en effet demandé l'organisation d'auditions. Je préférerais que le débat sur l'ordre des travaux ait lieu après le débat politique avec la ministre pour ne pas perdre de temps.

 

01.01  Leen Dierick (CD&V): Mijnheer de voorzitter, naar aanleiding van de verklaringen in verband met een mogelijk stroomtekort afgelopen weekend, heb ik u een brief geschreven om de commissie zo snel mogelijk samen te roepen, om de minister te horen, alsook de andere experts, namelijk Elia, het Federaal Planbureau en ENGIE.

 

Ik was dan ook een beetje verbaasd over het feit dat vandaag volgens de agenda noch Elia noch het Federaal Planbureau en ENGIE hier aanwezig zijn, ook al beschikken zij over heel wat nuttige cijfers. Als wij een antwoord willen krijgen op al onze vragen, lijkt het mij evident dat wij hen zeer snel horen.

 

Daarom wil ik vragen om de regeling der werkzaamheden snel te behandelen en na te gaan of wij hen vandaag alsnog in de commissie kunnen uitnodigen, zodat wij een antwoord kunnen krijgen op al onze vragen.

 

De voorzitter: Mevrouw Dierick, ik heb inderdaad een brief van u en andere fracties en mails ontvangen met meerdere voorstellen voor de organisatie van hoorzittingen. Het leek mij niet mogelijk dat allemaal in een tijdspanne van twee uur te organiseren. Ik stel voor dat wij beslissen wanneer wij die hoorzittingen organiseren en welke instellingen wij willen zien – de commissie moet daar nu eenmaal over beslissen – en dat wij vandaag het politiek debat met de minister voeren.

 

01.02  Bert Wollants (N-VA): Mijnheer de voorzitter, volgens mijn informatie stond Elia klaar om vandaag naar hier te komen. Elia wil hier een presentatie komen geven. De organisatie van een hoorzitting om bijvoorbeeld 12 uur lijkt mij dus niet onoverkomelijk. Het zou minstens een goed idee zijn om Elia te consulteren. Als dat nog kan tijdens de middag, dan mogen wij die kans niet laten voorbijgaan.

 

Er wordt vandaag om een commissievergadering gevraagd, natuurlijk om de minister daarover te horen, maar ook om kennis te kunnen nemen van alle technische details. Wij hebben beide nodig om in het dossier verder te kunnen gaan.

 

Daarom dring ik erop aan dat u tracht de nodige experts aan tafel te krijgen om 12 uur.

 

01.03  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le président, je comprends les propositions des membres de la majorité qui souhaitent recevoir les experts, notamment d'ENGIE, vu que la ministre n'a finalement que peu à dire sur la politique énergétique de ce pays, et que c'est ENGIE qui décide de tout. Mais vu que nous sommes tous rassemblés et que ces experts ne vont pas arriver dans les cinq minutes, je propose que nous commencions les débats avec la ministre, ne serait-ce que pour acter le fait qu'elle n'a que peu à dire sur la politique énergétique en Belgique. Je vous remercie, chers collègues.

 

01.04  Karine Lalieux (PS): Monsieur le président, votre proposition était évidemment la plus sage. La ministre est présente et disposée à nous répondre. De nombreuses interpellations ont été introduites. Faisons le débat. Bien entendu, nous devrons auditionner Electrabel, le Bureau du Plan et Elia très rapidement, pour avoir des chiffres. La ministre est là: avançons! À moins que certains membres de la majorité ne veuillent pas entendre la ministre, ce qui m'étonnerait quand même.

 

01.05  Karin Temmerman (sp.a): Mijnheer de voorzitter, ik ben het eens met mevrouw Lalieux. Wij moeten nu vooral de minister horen en luisteren welke oplossingen zij vooropstelt. Die oplossingen hebben wij immers nog altijd niet gehoord.

 

Indien wij hoorzittingen organiseren, zou ik evenwel willen vragen dat wij dat niet alleen met Elia doen. Wij moeten ook het FANC en Electrabel horen. Ook de CREG is belangrijk in het licht van prijsmanipulatie.

 

Het zal dus zeker niet alleen om Elia gaan. Wij moeten een batterij aan instanties horen, liefst zo snel mogelijk.

 

01.06  Michel de Lamotte (cdH): Monsieur le président, personnellement, je suis tout à fait d'accord d'entendre les personnes évoquées et je suis disponible sur le temps de midi, pour répondre à la demande de M. Wollants. On ne doit pas attendre dans ce dossier. Chaque jour compte et il faut vraiment avancer. Pour ce qui me concerne, je peux assister à une audition des personnes qui seraient disponibles dès l'heure de midi, si elles sont d'accord.

 

01.07  Benoît Friart (MR): Monsieur le président, je rejoins les membres qui ont parlé d'une audition. Pour moi, elle aurait déjà dû être programmée en même temps que la réunion de cette commission car il s'agit d'une problématique globale. J'insiste donc pour qu'on puisse rencontrer au plus vite à la fois Electrabel et la CREG. Je vous remercie.

 

01.08  Frank Wilrycx (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, ik wil erop aandringen dat de hoorzitting zo snel mogelijk, liefst al vanmiddag, voor of na de plenaire vergadering, georganiseerd wordt. Er is de jongste tijd heel wat gecommuniceerd. De markten reageren daar heel zenuwachtig op. Hoe langer wij die hoorzitting uitstellen, hoe langer het duurt vooraleer er duidelijkheid komt van de technische experts en hoe erger de zenuwachtigheid wordt.

 

Kortom, ik sluit mij aan bij de vraag om de hoorzitting vandaag te laten plaatsvinden.

 

Le président: Chers collègues, plusieurs d'entre vous souhaitent poser des questions sur la sécurité d'approvisionnement qui est un sujet d'actualité depuis plusieurs jours. Nous ne disposons que de deux heures, de dix heures à midi. Pour ma part, je suis disponible si la réunion devait se prolonger pendant l'heure de midi. Cet après-midi, il y a une Conférence des présidents et une séance plénière. Dès lors, sera-t-il possible de tenir les auditions à midi? Pour ce qui est de l'après-midi, ce n'est pas de mon ressort. L'unanimité de la Conférence des présidents est requise pour pouvoir le faire pendant la séance plénière.

 

Le sujet est sensible. On a entendu diverses propositions. On veut entendre telle ou telle institution, tel ou tel interlocuteur. Je ne déciderai pas seul d'inviter Elia, Electrabel, le Bureau du Plan, la CREG, etc. Il appartient à la commission de décider qui elle souhaite inviter et il importe de procéder avec ordre et méthode. Le Parlement organise ses travaux. Il en va de même pour la commission. C'est pourquoi j'avais inscrit ce point en point 2 de l'ordre du jour. Prenons le temps jusque midi pour avoir un débat politique avec Mme la ministre, puisqu'il y a des questions et un débat d'actualité! Ensuite, on discutera pour savoir qui on invite.

 

Maintenant, on peut agir différemment. Si vous le désirez, on décide à midi de qui on invite et pour quand. Inviter des gens à midi, cela me semble un peu court. Encore faut-il se mettre d'accord sur les institutions à inviter ou non. En fonction de cela, je propose de ne pas nous étendre sur le sujet, mais d'en discuter à midi pour déterminer si on procède aux auditions cet après-midi, après la plénière ou vendredi. Demain, ce ne sera pas possible en raison de la fête de la Communauté française. Je suis flexible au niveau du calendrier. Je souhaite simplement que la commission détermine qui elle invite, car les propositions divergent en la matière. Il convient de trancher. L'idéal, c'est de le faire de manière correcte et bien organisée, de sorte que les institutions qui viennent aient le temps de se préparer et que nous puissions préparer le débat. Sans doute certains sont-ils prêts. J'imagine que nombre d'interlocuteurs sont prêts à venir au pied levé.

 

Monsieur Calvo, peut-on ne pas en rajouter pour le moment?

 

01.09  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, ik meen dat de vraag van de collega's legitiem is. Om die hoorzitting goed te organiseren is het van belang dat wij de technische kant samen bekijken met ENGIE, Elia, de CREG en het Federaal Planbureau.

 

Het is van belang dat wij een en ander samen bekijken, want anders zal de kakofonie enkel versterkt worden.

 

Voor ons is het ook cruciaal dat ENGIE op die hoorzitting aanwezig is, daar het een enorme verantwoordelijkheid draagt in het dossier.

 

Kortom, ik wil u uitnodigen snel een moment te vinden waarop wij de technische kant met de verschillende stakeholders kunnen bekijken.

 

Le président: Je vous remercie de votre proposition et retiens de votre intervention le mot "cacophonie". C'est ce que j'essaie d'éviter, car nous avons déjà connu ce phénomène par le passé.

 

Si vous êtes d'accord, je propose que nous passions aux questions.

 

01.10  Bert Wollants (N-VA): Mijnheer de voorzitter, terwijl wij het actualiteitsdebat voeren met de minister, is er ruimte om de verschillende partijen te contacteren. Ik denk dat dat nuttig is.

 

Ik weet niet of u de voorbije dagen contact hebt gehad met enkele van hen. Het zou interessant zijn te weten of daaruit informatie is gekomen voor de planning. Als zij kunnen worden gecontacteerd, dan kunnen wij daarvoor een meer specifieke planning opstellen. Misschien staan enkele van hen wel klaar met hun presentatie om vanmiddag al een aantal zaken te bespreken. Wij moeten ze immers allemaal ingepland krijgen. Tijd verloren laten gaan, is volgens mij een heel slecht idee.

 

01.11  Karine Lalieux (PS): Monsieur le président, je pense que le souhait d'entendre les acteurs fait l'unanimité. Comme le demande le groupe Ecolo-Groen, les entendre en même temps évitera la cacophonie.

 

Mais l'approvisionnement est, avant tout, une responsabilité politique. La ministre est ici. J'aimerais que nous l'entendions. À moins que cette majorité ne souhaite pas évoquer la responsabilité du gouvernement.

 

De voorzitter: Mijnheer Wollants, in antwoord op uw vraag, wij zullen gebruikmaken van de tijd van onze vergadering om contact op te nemen met de operatoren en nagaan wanneer het technisch mogelijk is om de hoorzittingen te organiseren.

 

Je vous propose de commencer par les questions. Pendant qu'elles seront posées, nous prendrons les contacts en vue de proposer un calendrier, si cela vous convient.

 

Si aucune intervention ne porte, à ce stade, sur l'ordre des travaux, je vous invite à poser les questions dans l'ordre où elles ont été introduites. Madame Lalieux, vous avez la parole. Chaque orateur a droit à cinq minutes maximum. Nous y serons attentifs, vu que nous avons déjà perdu vingt minutes.

 

01.12  Karine Lalieux (PS): Madame la ministre, il est grand temps de changer d'attitude et de posture, d'arrêter de prendre les gens de haut et, enfin, d'assumer vos responsabilités. Vous êtes politiquement la seule responsable de cette débâcle et de ce chaos.

 

Madame la ministre, la sécurité d'approvi­sionnement de l'énergie constitue une compétence régalienne du gouvernement fédéral.

 

01.13  Marie-Christine Marghem, ministre: (…)

 

01.14  Karine Lalieux (PS): Monsieur le président, cela irait mieux si la ministre m'écoutait.

 

Le président: Tout le monde écoute tout le monde! C'est très bien.

 

01.15  Karine Lalieux (PS): Madame la ministre, je vous demandais donc de prendre vos responsabilités, car vous êtes seule responsable politiquement, avec le gouvernement, de ce chaos et de cette débâcle. La sécurité d'approvisionnement énergétique constitue une compétence régalienne du gouvernement fédéral. Ce n'est donc pas un producteur ou une entreprise privée qui doit rendre des comptes devant ce Parlement, mais bien ce gouvernement, et vous en particulier, madame la ministre.

 

01.16  Bert Wollants (N-VA): (…)

 

01.17  Karine Lalieux (PS): Nous savons ce que vaut le respect de la N-VA vis-à-vis des francophones … Je laisse donc parler le vice-président.

 

Votre responsabilité dans le présent chaos, madame la ministre, est écrasante. Dès votre entrée en fonction, vous avez supprimé l'appel d'offres qu'avait lancé le précédent gouvernement pour construire une centrale à gaz. Vous l'avez donc retiré, mais vous n'avez, à ce jour, encore pris aucune mesure tangible en vue de construire des centrales à gaz, dont nous aurions pourtant cruellement besoin aujourd'hui. Vous le savez.

 

Ensuite, vous avez perdu la moitié, sinon plus, de la législature en prolongeant Doel 1 et 2. Selon votre gouvernement, le nucléaire était synonyme de prix bas - nous en parlerons tout à l'heure - et de sécurité d'approvisionnement. Nous voyons où nous en sommes aujourd'hui. Le résultat est là: le nucléaire, nous vous le disions voici quatre ans, constitue le problème et non la solution.

 

Pendant que vous chantiez en chœur avec la N‑VA - et M. Wollants l'a encore fait aujourd'hui dans Le Soir - les louanges du nucléaire, nos centrales se délabraient sous le poids du temps et du manque d'investissements. Depuis quatre ans, elles n'ont cessé de connaître incident sur incident.

 

On se souvient des microfissures de Tihange 2 et 3, du sabotage de Doel 4, des incendies des transformateurs et, à présent, des multiples problèmes de béton. La catastrophe était donc annoncée, madame la ministre, et vous le savez très bien. Mais aujourd'hui, vous ne faites pas face. Vous dites que personne ne vous a prévenue. Vous êtes dans le noir, comme le sera peut-être aussi le pays!

 

Le 29 août dernier, quand vous avez pris la décision de ne pas constituer de réserve stratégique, quatre réacteurs sur sept étaient déjà à l'arrêt et Tihange 2 s'apprêtait à entrer en révision. Tout le monde le savait, mais vous sans doute pas. C'était une hérésie quand on voit la situation actuelle et les raisons qui justifient cette réunion de la commission.

 

Il est hallucinant que vous n'ayez, à aucun moment, pris l'initiative de vous concerter avec le ministre de l'Intérieur, à moins que vous ne nous annonciez le contraire. Il est quand même responsable de la sécurité des centrales et il était possible d'examiner, avec lui, les risques d'indisponibilité des réacteurs. D'ailleurs, vous parlez-vous dans ce gouvernement? Monsieur Jambon, étrangement silencieux depuis quelques jours, a-t-il été consulté à propos de la sécurité et de la sûreté nucléaire?

 

Vous accusez désormais Electrabel de vous avoir maintenu dans l'ignorance. Mais quel aveu de faiblesse, madame la ministre! Quel renoncement! Le devoir des autorités est de préparer le scénario le plus défavorable. Ce n'est pas prendre pour argent comptant ce que communiquent des acteurs privés, qu'il s'agisse d'Electrabel ou d'Elia. À quoi sert d'être entouré d'un cabinet et de disposer d'une administration s'il faut déléguer la sécurité d'approvisionnement à des acteurs privés?

 

Madame la ministre, votre responsabilité est évidente, mais le plus important c'est de trouver des solutions pour protéger la population du délestage. Car un délestage est d'abord un danger au niveau de la santé, par exemple pour les personnes âgées, et au niveau de la sécurité. Il est nécessaire de prendre des mesures urgentes.

 

Nous avons voté une loi pour que les générateurs de secours puissent participer à la réserve stratégique. Vous n'avez pas encore activé cette loi.

 

Il faut rassembler les industriels qui sont prêts à réduire leur consommation par des contrats interruptibles. Il faut activer la centrale de Vilvorde et les interconnexions. Enfin, il faut relancer la campagne ON / OFF.

 

J'en viens à mes questions, monsieur le président. Madame la ministre, pouvez-vous détailler la situation de notre parc d’approvisionnement électrique cet hiver? Quelle est la probabilité que le plan de délestage soit activé? Le cas échéant, quelles seront les communes qui seront les premières touchées?

 

Quelles mesures complémentaires allez-vous prendre pour garantir l’approvisionnement en électricité des ménages et des entreprises cet hiver? Pourquoi ne pas lancer un appel d’offres pour des capacités de réduction de la demande (contrats interruptibles ou autres produits) ou des générateurs de secours? Cela pourrait se faire dans le cadre de la réserve stratégique.

 

Madame la ministre, quel sera l’impact de ce chaos sur la facture des consommateurs? Je vous rappelle que près de 40 % des consommateurs ont des contrats variables. Ce n'est pas rien! Le chiffre d’une augmentation de 200 à 250 euros par ménage a été évoqué par la presse. Quand on sait que vous avez déjà fait augmenter la facture de 150 euros avec l'augmentation de la TVA de 6 à 21 %, cela devient insupportable. Cela fait 350 euros. Madame la ministre, nous avons une proposition de loi pour diminuer la TVA. Il suffit de la voter!

 

Enfin, lors de vos interviews, vous avez déclaré que le gouvernement étudiait juridiquement la possibilité de faire payer par Electrabel les augmentations des factures des ménages et des entreprises. Je voudrais savoir si ici, devant notre commission, vous êtes prête à vous engager pour que les citoyens récupèrent le surplus qu'ils vont subir sur leur facture car je crains encore une fois, madame la ministre, que ce ne soient des paroles en l'air. D'ailleurs, Electrabel vous a déjà envoyée dans les cordes. Aujourd'hui, madame la ministre, le bilan de votre politique, c'est juste une augmentation de la facture pour les citoyens, pour les ménages et pour nos industries. Le reste, c'est point zéro!

 

01.18  Leen Dierick (CD&V): Mevrouw de minister, ik hoop dat er vandaag duidelijkheid komt, want het is nu toch wel onduidelijkheid en dus onzekerheid troef. Afgelopen weekend kondigde het Federaal Planbureau opeens aan dat er mogelijk een stroomtekort zal zijn. Dat nieuws sloeg in als een bom. Eind augustus was er immers nog een hoerastemming, omdat we geen strategische reserve nodig hadden. Een maand later zitten we dan plots met het monster van het afschakelplan opgescheept. Dat is hallucinant. Onze strate­gische reserve lijkt wel een jojo. Eerst was het 500 MW, dan nul en plots moeten we het afschakelplan gebruiken. Ik heb daar toch wel wat vragen over en ik hoop dat Elia antwoorden zal kunnen geven. Met onze bevoorradingszekerheid mag uiteraard niet gespeeld worden. Ik hoop dan ook dat er alles aan wordt gedaan om het licht te laten branden. Er moet opnieuw rust komen op de markten en bij onze inwoners.

 

Wat mij het meeste stoort aan de communicatie, is dat er nergens cijfers voorhanden zijn. De deskundigen van Elia, die verantwoordelijk zijn voor het behoud van het evenwicht op de markt en die vraag en aanbod op elkaar moeten afstemmen, hebben wij tot nu toe nog niet gehoord. Ik hoop dus dat dat snel zal gebeuren.

 

We hebben dus nog steeds geen exacte cijfers gekregen. Gisteren hebt u voor het eerst het woord genomen. U schoot toen met scherp op ENGIE. Laat ik eerlijk zijn, dat is niet mijn eerste prioriteit. Ik wil dat er zo snel mogelijk oplossingen komen om een mogelijk stroomtekort te vermijden. De lamp moet blijven branden. Wij moeten er samen alles aan doen om dat effectief te kunnen realiseren.

 

Er zijn twee grote vragen. Hoe problematisch is de situatie? Hoe groot is het probleem nu effectief? Waar kunnen we ons aan verwachten? Tot vandaag hebben we daar nog steeds geen cijfers over gekregen. Ik hoop dat daar duidelijkheid over komt.

 

Als er effectief een stroomtekort dreigt, dan moeten er oplossingen worden gezocht. In eerste instantie moet er dan naar ENGIE gekeken worden. Die organisatie is verantwoordelijk voor het bedienen van haar klanten. Ik heb zopas op een website gelezen dat ENGIE al 750 MW gevonden heeft. Ik had graag duidelijkheid gekregen over de manier waarop ze het probleem zal oplossen.

 

We moeten ook naar onze strategische reserve kijken. Die bedraagt nu 0 MW. Is het een optie om het ministerieel besluit van 29 augustus terug te draaien? Is dat juridisch mogelijk? Als dat zo is, welke centrales kunnen desgevallend gecon­tacteerd worden? Is dat een optie of niet?

 

Vaak wordt ook gemeld dat Tihange 1 in onderhoud gaat van 20 oktober tot 28 november. Het is zeker niet de taak van politici of van een minister om te schuiven met het onderhoud van onze kerncentrales. Dat is immers een beslissing van het FANC. ENGIE kan uiteraard wel contact met het agentschap opnemen om na te gaan of die piste verder kan worden bewandeld. Misschien kunt u daar ook wat uitleg over geven. Zijn er nog andere verschuivingen mogelijk in het onderhoud van de kerncentrales? Ik hoop daar ook een antwoord op te krijgen.

 

Een andere mogelijke oplossing, die vaak wordt aangehaald, is de gascentrale van Vilvoorde, die momenteel in de mottenballen ligt. Kan zij eventueel worden aangeschakeld en een mogelijke oplossing of deel van de oplossing zijn?

 

Kunnen wij nog meer stroom invoeren? Ook daarover had ik graag de meest exacte cijfers gekregen, want daarover heb ik ook nog geen cijfers. Kunnen er afspraken worden gemaakt met het buitenland? U hebt aangekondigd dat u contact hebt opgenomen met uw collega's. Kunt u toelichten wat daarvan de resultaten zijn en of dat een oplossing kan zijn?

 

Er is natuurlijk ook nog het vraagbeheer. Ook via die piste kunnen wij onze bevoorrading zeker stellen. Graag had ik daarover meer toelichting gekregen.

 

Het is uiteraard de eerste bezorgdheid van iedereen dat de lamp blijft branden, maar wij zijn ook bezorgd over de prijzen. De markten reageren zeer onrustig. De prijzen gaan omhoog en ook dat belangrijke facet moeten wij in de discussie meenemen. Ik verwacht bijgevolg maatregelen, mevrouw de minister, om te vermijden dat de consument de dupe wordt van de hogere prijzen.

 

Ik zal mij houden aan mijn spreektijd, zodanig dat ook mijn collega's nog aan het woord kunnen komen. Wij dringen erop aan dat er oplossingen worden geboden, zodat de lamp blijft branden. Wij moeten samen naar oplossingen zoeken, want een afschakeling en een black-out zijn zeker en vast geen optie.

 

Le président: Monsieur Nollet, petite mise au point d'ordre technique: je propose de vous prévenir lorsque vous serez dans la dernière minute.

 

01.19  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Monsieur le président, madame la ministre, je voudrais revenir sur les propos que vous avez tenus lundi, en conférence de presse. Je n'en reviens toujours pas! Et je les ai repris tels quels, parce que j'entendais ce que vous disiez à la radio.

 

Je vous cite: "J'ai appris l'information sur Tihange 3 du jour au lendemain et cela me choque terriblement dans le chef d'Electrabel." Sans refaire toute votre conférence de presse – ce serait trop long –, voici votre deuxième propos: "C'est un coup de tonnerre dans un ciel sans nuage!"

 

Le nucléaire en Belgique, "un ciel sans nuage"! Mais vivez-vous sur une autre planète? Quatre de nos centrales ont un problème de béton dans leur bâtiment d'ultime secours. Deux centrales sont fissurées. Deux autres ont des fuites dans la partie nucléaire. Une de nos centrales a été sabotée, deux sont périmées, on le sait déjà et on peut le constater tous les jours!

 

Et vous, vous y voyez un ciel magnifique: il n'y a pas un seul nuage! Mais ou vivez-vous donc? Prenez-vous parfois le temps de parcourir les journaux? Prenez-vous de temps en temps le temps d'examiner l'état du parc énergétique sur lequel vous vous appuyez? Comment pouvez-vous parler de "ciel sans nuage"? Je ne comprends pas! Je vous demande de vous expliquer, c'est aussi basique que cela.

 

Deuxième élément. Vous dites avoir appris l'information "du jour au lendemain" sur Tihange 3. Mais - j'ai encore vérifié les dates ce matin‑même - le problème du béton dans le bunker de Doel 3 date d'octobre 2017! À ce moment-là, dans le cadre de mon travail parlementaire, j'ai questionné le ministre Jambon, lui demandant: "Monsieur le ministre, êtes-vous certain que ce problème rencontré dans le bunker de Doel 3, nous n'allons pas le retrouver aussi dans d'autres centrales?' Dans des centrales similaires, c'est-à-dire les quatre récentes et pas les trois plus anciennes.

 

Réponse du ministre: "Non, nous avons toutes les garanties que cela ne se passera pas ailleurs. Des études ont été réalisées." Nous sommes en octobre 2017. D'accord, on peut encore croire qu'à ce moment-là, vous vous appuyez sur cette "erreur" de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). J'y reviendrai par ailleurs avec M. Jambon, parce que c'est une erreur très grave, selon moi!

 

Mais au mois d'avril 2018, on se rend compte qu'exactement le même problème se pose au bunker d'ultime secours de Tihange 3 qu'à Doel 3. Madame la ministre, à ce moment-là, un déclic ne se produit-il pas dans votre raisonnement vous amenant à penser que s'il y a un problème à Doel 3 et à Tihange 3, il pourrait y en avoir aussi dans les autres centrales et que vous devez donc faire montre de prudence?

 

À ce moment-là, un de vos collaborateurs ne vous dit-il pas: "Madame la ministre, attention! Car nous sommes en difficulté sur les centrales nucléaires"?

 

Deux mois plus tard, en juin, je repose les questions au ministre. Il me répond qu'à Tihange 3, c'est plus grave qu'à Doel 3. En effet, à Doel 3, il n'y a qu'un problème de béton, alors qu'à Tihange 3, à la suite du grattage du béton, il s'est avéré que les armatures ne sont pas conformes aux normes.

 

À ce moment, personne - soit un membre de votre administration, soit un de vos collaborateurs ou vous-même - ne se pose-t-il de questions? Il avait été dit que la situation à Doel 3 n'était pas trop grave et que cela ne se répercuterait pas sur les autres centrales. En juin, un problème identique est détecté à Tihange 3. Dès lors, ne pensez-vous pas qu'un problème pourrait se présenter ailleurs (à Tihange 2 ou à Doel 4)? Non! À aucun moment, vous n'y pensez, quand vous décidez de ne pas prévoir de réserve stratégique.

 

Le président: Monsieur Nollet, il vous reste une minute. Je me rends bien compte que c'est très court.

 

01.20  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Plus tard, des problèmes sont également détectés à Doel 4 et Tihange 2. Ne vous dites-vous pas, avant votre conférence de presse, que vous devriez être prudente et ne pas développer des arguments selon lesquels vous auriez pris connaissance de cette situation du jour au lendemain? Si vous avez été mise au courant du jour au lendemain, c'est qu'il y a de fameuses lacunes au niveau de votre système d'information interne. Vous n'avez pas été capable d'anticiper. C'est cela que je vous reproche.

 

Monsieur le président, j'ai évidemment des questions.

 

Le président: Venez-y alors rapidement!

 

01.21  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Madame la ministre, selon vous, quelle est l'ampleur du problème? Quelle est l'ampleur du besoin? Pourquoi Elia se tait-elle? Pourquoi n'avons-nous toujours pas d'autres chiffres que ceux du Bureau du Plan, que je remercie par ailleurs?

 

Quelles solutions proposez-vous? Ce matin, en radio, vous vous êtes montrée très, très vague, mais c'est ce que vous direz ici qui comptera. Quelles solutions nouvelles proposez-vous et qui ne sont pas déjà comptabilisées?

 

Avoir des contacts avec l'Allemagne ou les Pays-Bas, c'est très bien mais quels engagements ont-ils donnés, au cas où, eux aussi, seraient sous pression? L'ensemble des solutions correspond-il à l'ensemble du risque et de la menace en mégawatts? J'aimerais avoir votre démonstration.

 

Madame la ministre, mardi, vous annonciez sur les ondes de la RTBF qu'"en cas de pénurie d'électricité, l'impact sur la facture des citoyens et des entreprises serait pris en charge par Electrabel". Ma question est simple. S'agit-il de propos en l'air ou de propos que vous pourriez reproduire tels quels au Parlement à titre d'engagement officiel, qui permettrait de dire aux citoyens: "Vous ne payerez pas les erreurs du gouvernement (manque d'anticipation), d'Electrabel (problèmes dans ses centrales), d'Elia (mauvais calculs éventuels) et de tous les autres"?

 

Madame la ministre, les citoyens et les entreprises ont entendu ce que vous avez dit à la radio. C'est pourquoi, je vous demande aujourd'hui de vous engager officiellement au Parlement en disant, noir sur blanc, que ce que vous avez dit à la radio est un engagement que vous prenez au nom du gouvernement: ils ne paieront pas vos erreurs!

 

01.22  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Men hoeft, ten eerste, geen ancien in onze commissie te zijn om het gevoel van heel veel burgers te delen, namelijk dat er nog maar eens een debat over een mogelijke black-out wordt gevoerd. Een en ander voelt heel erg aan als 2012, want in het najaar van 2012 was er ook al paniek toen wij werden geconfronteerd met de scheurtjes in twee kerncentrales. Sindsdien kregen wij te kampen met allerlei problemen, van sabotage en het aanslepend probleem van de scheurtjes tot nu dus betonrot.

 

Mevrouw de minister, het kan en het mag geen verrassing zijn. Sterker nog, de problemen van vandaag zijn uw verantwoordelijkheid en zijn het gevolg van het feit dat u wou vasthouden aan de stokoude kerncentrales. Het straffe is dat er in november nog één kernreactor zal functioneren en dat is een kernreactor die sinds 2014 60 % van de tijd stil heeft gelegen. Er zal er nog eentje werken en dat is er eentje die de afgelopen jaren meer dan halftijds heeft stilgelegen. Het kan en het mag geen verrassing zijn dat ons land kampt met een probleem van bevoorradingszekerheid, want de kerncentrales zijn veeleer het probleem dan de oplossing.

 

Zoals de andere collega's vraag ik mij af hoe u het aandurft, waar u de moed vandaan haalt om verrast te zijn wanneer het gaat over die problemen. U hebt ze zelf gecreëerd; u hebt er zelf voor gezorgd dat er vandaag geen strategische reserve is. De problemen van betonrot waren bekend, toen u die beslissing nam. Het probleem van betonrot is niet dit najaar ontstaan, maar sleept al geruime tijd aan en toch beslist u in augustus om geen strategische reserve aan te leggen. Ik begrijp dat niet. U draagt op dat vlak een ongelooflijke verantwoordelijkheid.

 

Er is, ten tweede, ook iets heel vreemds aan de gang. Het lijkt alsof Parijs met onze voeten aan het spelen is en onze markt aan het manipuleren is, want meteen na de beslissing over de strategische reserve werden bepaalde beslis­singen bijgestuurd. Sinds de beslissing om geen strategische reserve aan te leggen, plant Electrabel een bijkomend onderhoud bij vier kern­centrales. De exploitant draagt daar dus een gigantische verantwoordelijkheid. Ik vraag mij ook af waar Elia was. Elia leest immers ook de kranten en pleegt hopelijk ook overleg met u en met het FANC.

 

Er zijn heel wat problemen. Mevrouw de minister, specifiek in het licht van de organisatie van de chaos wil ik vragen dat de CREG, onze energieregulator, een onderzoek instelt naar de marktmanipulatie van Electrabel, dat ze in kaart brengt wat daar aan de gang is, wat daar speelt en dat ze samen met ons een vuist maakt tegen die vervelende monopolist. De CREG en het Parlement kunnen dat samen doen.

 

Ten derde, eergisteren hield u, heel alleen, uw geïmproviseerde persconferentie. Die was redelijk hallucinant. Er waren ook redelijk veel vragen, maar heel weinig antwoorden. In plaats van met een gedegen plan te komen, begint u vandaag te improviseren op de radio en kondigt u aan dat er nu toch 750 megawatt beschikbaar zou zijn, een volume dat in handen is van Electrabel.

 

Ik heb daar twee problemen mee, mevrouw de minister. Dat lijkt heel erg op paniekvoetbal en veroorzaakt mee de onzekerheid. Een minister moet nu maar één ding doen: samen zitten met de diensten en met een sluitend plan komen en geen ballonnetjes de wereld insturen; daar lijkt het toch heel erg op. Het zou bovendien wel heel erg gek zijn dat de belastingbetaler, de energieconsument, de Belgische Staat, Electrabel nog bijkomend financiert voor capaciteit die wij nodig hebben, omdat Electrabel zelf steken laat vallen. Daarover wil ik dus heel erg veel duidelijkheid vandaag. Wat is die 750 megawatt juist? Overigens, toen u zopas de zaal binnenkwam, zei u de journalisten die u daarover vragen stelden, dat u daarop niet kon antwoorden. Een uur na uw eigen verklaring over 750 megawatt, luidt uw antwoord: je ne sais pas vous répondre. Dat is hallucinant; de chaos kan niet duidelijker zijn. Ik zou dus heel graag hebben dat u iets meer vertelt over de beschikbare 750 megawatt en dat u duidelijk stelt dat wij Electrabel daarvoor niet bijkomend zullen financieren.

 

Tot slot, u hebt aangekondigd dat u een juridische claim wilt onderzoeken. Ik denk dat er voldoende grond is om die juridische claim vandaag al te formuleren. Electrabel draagt een enorme verantwoordelijkheid. De schade is er nu al, die is er niet alleen wanneer het licht uitgaat. De economische schade en de imagoschado zijn er nu al. Ik vraag u dan ook, mevrouw de minister, om die claim vandaag al te formuleren en om aan het Parlement en de publieke opinie heel duidelijk te maken dat de Belgische belastingbetaler niet zal opdraaien voor de fouten. Daarom moet er een claim worden ingediend en moet alle verant­woordelijkheid en elke mogelijke euro bij Electrabel worden gezocht.

 

01.23  Karin Temmerman (sp.a): Mevrouw de minister, ik heb u vorige donderdag tijdens de plenaire vergadering identieke vragen gesteld als de vragen die de leden hier vandaag stellen. U hebt toen een beetje gelachen en geantwoord dat u alles onder controle had. Er was geen enkel probleem. Alles was onder controle. Wat gebeurde of aan het gebeuren was, was een voorbode van de nucleaire uitstap; dat was grosso modo uw antwoord.

 

Wat gebeurt echter het voorbije weekend? Plots merkt het Planbureau op dat wij wel degelijk met een probleem zullen worden geconfronteerd. Wat bepaalde leden en ikzelf al een hele tijd geleden hebben aangegeven en wat ook vorige donderdag nog eens is herhaald, werd vorige zondag, tijdens het weekend, bevestigd. Plots is er enorme paniek. Plots valt u ook compleet uit de lucht. U weet niet wat er gebeurt. U geeft mee dat u de volgende dag tijdens een persconferentie meer uitleg zal geven.

 

Mevrouw de minister, er zijn drie grote vragen.

 

Ten eerste, hoe groot is het probleem voor november 2018?

 

Ten tweede, welk plan hebt u om het probleem op te lossen?

 

Ten derde, hoe zult u ervoor zorgen dat de consument daarvoor niet opdraait en dat de consument uw fouten en de fouten van Electrabel niet betaalt?

 

Iedereen meende dat u tijdens de persconferentie op die drie vragen een antwoord zou geven. Jammer maar helaas kwam er geen antwoord op die vragen. Er kwamen opnieuw alleen maar vage verklaringen en een beschuldiging. Het is alweer de schuld van iemand anders, namelijk van Electrabel.

 

Eindelijk gebeurt dat. Waar is immers de tijd dat u samen met eerste minister Michel en de mensen van Electrabel een grote persconferentie gaf over de verlenging van de levensduur van onze kern­centrales? U verklaarde toen dat u twee zaken zou realiseren: er zou geen stroomtekort meer optreden, dus de stroomvoorziening zou zijn verzekerd, en de prijzen zouden volledig onder controle zijn.

 

Mevrouw de minister, vandaag is het een heel ander verhaal.

 

Daarbij heb ik toch nog een aantal bijkomende vragen.

 

Elia stuurde u op 15 november 2017 een studie over de strategische reserve. Daarin zegt Elia dat er een marge is van 900 MW. U bent vooruitziend en u voorziet, ondanks de marge, toch in een strategische reserve van 500 MW. Dat is zeer goed, u bent voorzichtig. U beseft eindelijk dat de kerncentrales toch onbetrouwbaar zijn en u probeert zich in te dekken.

 

Maar de markt verandert. Zo kondigt de centrale van Seraing aan dat ze op de markt zal komen. Daarom bestelt u een update van de studie bij Elia. Uit de nieuwe analyse blijkt dat er een overschot zou zijn van 300 MW. U beslist daarop dat er geen reserve moet zijn.

 

Mevrouw de minister, waarom bent u in november 2017 wel vooruitziend en wel voor­zichtig, en bent u plots, een paar maanden later, helemaal niet voorzichtig? We weten allemaal – dat weet Elia ook – dat de nucleaire uitval gemiddeld 1 MW bedraagt. Toch wordt hiermee – dat is een berekening van de laatste vijf jaar – nu geen rekening gehouden. Dat is toch heel raar.

 

Na de beslissing om niet in een strategische reserve te voorzien, beslist ENGIE Electrabel om toch een aantal onderhoudsopdrachten in nucleaire centrales te organiseren. Toch heel raar.

 

Vandaar mijn vraag. Waarom bent u eerst voorzichtig en wordt die voorzichtigheid nadien totaal overboord gegooid?

 

Ten tweede, mevrouw de minister, hebt u het FANC de afgelopen maanden geconsulteerd over die kalender van Electrabel? U zegt dat u compleet uit de lucht valt. Wetende wat we allemaal weten, namelijk dat onze nucleaire centrales de laatste jaren totaal onbetrouwbaar zijn, wetende dat er zoveel stilliggen, wetende dat er altijd een gevaar is, zou het toch normaal zijn dat u als minister van Energie het FANC zou hebben geraadpleegd over de kalender van Electrabel, om na te gaan of de zaken kloppen.

 

Ten derde, mevrouw de minister, u vermoedt dat er prijsmanipulatie is door Electrabel. Waarom hebt u deze zomer dan een federaal energie­comité opgericht, waarmee u net Electrabel de bewaker hebt gemaakt van de koopkracht van de gezinnen? Nogmaals, als u nu zegt dat Electrabel mogelijk aan prijsmanipulatie doet, waarom hebt u deze zomer dan dat federaal energiecomité opgericht, waarmee u Electabel zelf de bewaker maakt van de prijs? Hoe verwacht u dat dit zogenaamd neutraal comité van enkel bedrijven zal waken over de kostprijs voor de mensen? Wij hebben u daarover herhaaldelijk ondervraagd en u zei dat het comité neutraal zal zijn. Een paar maanden nadien beschuldigt u Electrabel van een vorm van prijsmanipulatie. Dat is toch een zeer vreemde samenloop van omstandigheden.

 

Laten we eens kijken naar de oplossingen, mevrouw Marghem.

 

U hebt deze ochtend aangekondigd dat u een oplossing hebt van 750 MW? Kunt u daarover wat details geven? Het blijft immers zeer vaag. Als ik de collega hoor, zegt u zelf dat u niet weet hoe u aan die 750 MW komt. Misschien kan u daarover straks duidelijk zijn.

 

De voorzitter: Mevrouw Temmerman, kunt u afronden alstublieft?

 

01.24  Karin Temmerman (sp.a): Mijnheer de voorzitter, ik zal proberen af te ronden.

 

Voor de oplossingen met betrekking tot het onderhoud van Tihange 1 geldt, laten we duidelijk zijn, veiligheid boven alles. Misschien kunt u echter ook onderhandelen dat dit onderhoud vroeger gebeurt, opdat we meer zekerheid hebben.

 

Mevrouw de minister, in 2015 sloot u, samen met premier Michel, een deal met Electrabel. Dat moest zorgen voor bevoorradingszekerheid, een omslag naar hernieuwbare energie en voor het op peil houden van de prijs, met andere woorden, weinig prijsstijgingen. Niet één van deze punten werd gerealiseerd, met zeer nefaste gevolgen voor de gebruiker. Men voorspelt namelijk dat dit 300 euro per jaar duurder zal zijn.

 

Op mijn laatste vraag, die ik zonet ook stelde, zou ik echt graag een antwoord willen krijgen. Ik heb u deze vraag donderdag ook gesteld.

 

Welke maatregelen zult u nemen opdat de consument hiervoor niet moet betalen? Bent u eindelijk bereid om de verhoging van de btw op elektriciteit van 6 % naar 21 %, een zeer onrechtvaardige maatregel, terug te schroeven en zodoende elektriciteit te behandelen als een noodzakelijk goed, waarop de mensen 6 % btw moeten betalen en geen 21 %?

 

01.25  Michel de Lamotte (cdH): Madame la ministre, nous sommes le 26 septembre. Le 18 septembre, je vous interpellais dans cette commission au sujet de l'indisponibilité d'une grande partie de notre parc nucléaire. Votre réponse fut très sibylline. Je vous cite, madame la ministre: "Je ne peux présumer de l'avenir et ne détiens pas de boule de cristal me permettant de présager des avaries pouvant subvenir dans une unité de production cet hiver." Vous concluiez: "Cela ne posera aucun problème pour la fourniture. Nous allons croiser les doigts."

 

Le boomerang n'a pas mis longtemps à vous revenir. J'imagine que votre réveil a dû être dur. Je vous rappelle que vous êtes ministre depuis quatre ans.

 

Dans ma question, je vous interrogeais sur l'opportunité des hypothèses d'Elia qui m'apparaissaient irréalistes. Comme mes collègues l'ont rappelé, le problème apparaît au grand jour cette semaine. Vous rejetez la responsabilité de la situation sur ENGIE Electrabel. Dans vos interviews, vous le faites au nom du gouvernement fédéral. C'est écrit noir sur blanc. Autrement dit, cela représente un problème gouvernemental.

 

Dès lors, madame la ministre, je m'interroge aujourd'hui sur la réalité des chiffres d'Elia, ainsi que sur votre manque de clairvoyance, puisque vous n'avez pas perçu l'ampleur du problème. Avez-vous vérifié ces chiffres? Correspondent-ils à ceux de la DG Énergie? Madame la ministre, il est temps d'objectiver la situation avec des données claires et de détailler votre plan d'action. Allez-vous prendre des mesures précises?

 

Je vous pose ces questions, madame la ministre, au nom du consommateur résidentiel, mais aussi du consommateur industriel. Tous deux craignent en effet la pénurie et, surtout, le montant de la facture qui risque de leur parvenir. En ce qui les concerne, ils ne veulent pas d'une "taxe Marghem" résultant de votre absence d'anticipation.

 

L'image de votre gouvernement, champion du pouvoir d'achat et de la compétitivité des entreprises, s'est évaporée d'un coup.

 

Madame la ministre, vous évoquez le renforcement des interconnexions lorsque vous parlez d'approvisionnement. Ces interconnexions ont déjà été mises en place au cours de la précédente législature. Vous évoquez des importations comme solution à la pénurie d'électricité. Elia se base sur une capacité de 4 500 MW, mais la DG Énergie est plus prudente dans ses chiffres et parle de 2 500 MW.

 

Autre problème: avez-vous vérifié la mise en œuvre potentielle de ce scénario? Êtes-vous assurée de la disponibilité du parc nucléaire français? Vous savez bien qu'une diminution d'un degré Celsius en France équivaut à 1 000 MW.

 

En ce qui concerne le CRM (Capacity Remuneration Mechanism ou mécanisme de rémunération de la capacité), nous n'en sommes nulle part. Je vous questionnais encore la semaine dernière à ce sujet. Vous avez d'ailleurs prévu un mécanisme d'enchères ponctuelles, qui n'était autre que le mécanisme mis en place par le gouvernement précédent afin de remédier à cette situation. Madame la ministre, clairement, où en êtes-vous maintenant avec ce mécanisme?

 

Monsieur le président, j'en arrive à ma dernière question, afin de ne pas dépasser mon temps de parole.

 

Le président: Monsieur de Lamotte, je vous en félicite.

 

01.26  Michel de Lamotte (cdH): Monsieur le président, je suis surtout avide d'entendre les réponses de la ministre.

 

Madame la ministre, nous voulons que vous puissiez nous présenter un plan précis et chiffré, aussi bien en termes de capacité que de coût, pour remédier au problème d'approvisionnement auquel nous risquons de devoir faire face dès le mois de novembre. C'est votre mission politique. C'est cela que nous attendons, pour pouvoir en discuter de manière claire et précise.

 

Je souhaiterais aussi vous entendre sur une concertation avec les ministres régionaux, vu l'évolution du dossier et la situation à laquelle les Régions et nos communes risquent d'être confrontées.

 

01.27  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le président, madame la ministre, permettez-moi de citer l'accord de gouvernement de 2014: "Le présent gouvernement prend connaissance d'une situation potentiellement problématique en matière de sécurité d'approvisionnement à court terme. Il entend prendre ce problème à bras-le-corps pour éviter les risques de pénurie d'électricité."

 

Quatre ans plus tard, madame la ministre, je vous cite: "Pour l'instant, on ne peut pas dire s'il y aura ou non une coupure d'électricité." Rassurez-moi; vous constatez vous-même aussi un échec total du gouvernement ces quatre dernières années? Ce qui désarçonne tout le monde dans cette salle, c'est la faculté avec laquelle vous arrivez à regarder le peuple belge droit dans les yeux en disant: "Il n'y a pas de problème. Il n'y a pas d'échec."

 

Voici quatre ans, vous vous êtes engagée à résoudre le problème. Rien n'est résolu. Madame la ministre, on a besoin de vous entendre dire que c'est un échec patent du gouvernement. On a besoin d'une ministre qui puisse nous dire: "On n'arrive pas à résoudre les problèmes. Ayons un débat!" On ne veut pas entendre qu'il n'y a pas de problème. Voici dix jours, tranquille, vous disiez qu'on n'a pas besoin de la réserve énergétique. C'est l'hiver. Il va faire froid et on va chauffer davantage. Vous nous donnez l'impression de vous en foutre complètement de la résolution du problème. C'est tout à fait désarçonnant.

 

Certains collègues émettent l'hypothèse que vous êtes incapable. Je peux comprendre leurs arguments. Personnellement, je ne crois pas que c'est cela le problème fondamental.

 

Ik denk dat het grootste probleem in België is – en u stemt daarmee in als minister – dat de minister van Energie eigenlijk niets te zeggen heeft over de energiemarkt, maar dat Electrabel alles beslist over hoe en wanneer er elektriciteit wordt geproduceerd, kortom dat de markt gewoon alles beslist. In die zin is er de collectieve verantwoordelijkheid naar aanleiding van de liberaliserings­golf, waarbij men ervan uitging dat de energiemarkt ervoor zou zorgen dat wij op tijd en voldoende elektriciteit zouden krijgen. Dat was het dogma. Alle regeringen en zeker de regering-Michel stellen nu dat het hun schuld niet is en dat de markt niet antwoordt.

 

C'est bien cela le problème, madame la ministre, que tout ce pouvoir se trouve dans les mains d'Electrabel. D'ailleurs: qu'ont fait les collaborateurs de votre propre cabinet qui ont travaillé préalablement chez Electrabel? Qu'ont-ils dit dans toute cette séquence? La question de la transparence est intéressante, nous en avons déjà parlé. Quel a été le poids du lobby dans ce processus de mauvaises décisions? C'est ma première question et j'espère vous entendre là-dessus.

 

Deuxièmement: les solutions. Vous nous dites: "pas de problème, nous allons importer, de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la France". Or, quid en cas de pépin chez eux? Car vous répétez exactement le même problème, la même erreur qu'en Belgique. Vous dites "si tout est en ordre, si tout est à 100 %", or c'est cela l'erreur justement, madame la ministre! C'est là-dessus que vous vous trompez! Car il peut évidemment y avoir des pépins, d'autant plus s'ils sont annoncés à l'avance. C'est exactement votre erreur.

 

Tout à l'heure, en répondant devant les médias, vous n'étiez même pas capable de justifier les 750 MW: "Oui… non… ce n'est pas très clair… les 200 derniers…nous allons augmenter les capacités. C'est vrai que pour l'Allemagne il n'y a pas de connexion directe, mais nous allons faire un détour par les autres pays". Vous n'étiez pas capable de justifier les 750 MW. Vous êtes dans l'improvisation la plus totale et je crois que c'est vraiment irresponsable.

 

Alors, je vais vous donner une pièce de la solution: je crois qu'il faut intervenir dans le marché.

 

De markt moet worden gecontroleerd. Wij moeten optreden.

 

In 2017, dus één jaar geleden, hebben wij een open aanbesteding voor onze strategische reserve gedaan. Negen bedrijven hebben toen een offerte gemaakt. Waar zijn die bedrijven vandaag?

 

L'appel d'offres a été lancé l'année passée. Où sont ces capacités? Il y a aujourd'hui, chers collègues, des sociétés qui attendent de mettre leur capacité à la disposition du peuple belge et des entreprises pour faire monter les prix, en attendant les subsides. Fini les subsides, madame la ministre! Electrabel est responsable! J'aimerais bien savoir quelles sont les mesures concrètes que vous allez prendre. Il est évidemment inacceptable que des entreprises organisent elles-mêmes la pénurie: Electrabel et d'autres entreprises ont elles-mêmes fermé les unités de production parce que le marché n'était pas rentable, parce que ça ne rapportait pas assez de pépètes. Ça ne va plus, ça! Le marché n'est pas capable de garantir l'approvisionnement de notre pays. Il n'est capable de garantir que des bénéfices. Le problème est là, madame la ministre.

 

En tant que ministre, vous devez défendre l'ensemble des intérêts de la population belge. Vous devez intervenir dans le marché. Je vous pose donc la question: où sont les neuf entreprises qui ont fait des dépôts d'offres, des offres pour notre réserve stratégique? Que font-elles aujourd'hui? Que font ces unités de production aujourd'hui?Je vous demande d'intervenir pour les obliger à relancer au prix le plus bas l'ensemble de ce marché.

 

Dernier aspect, monsieur le président: qui va payer? Les Belges vont payer entre 100 et 150 euros en plus pour leur facture d'électricité à cause de vos erreurs et celles d'Electrabel. Il est inacceptable que la population paie pour vos erreurs. Je vous pose la question: quelles mesures allez-vous prendre pour compenser ces erreurs au niveau de la facture pour la population? On parle de 10 à 15 % d'augmentation de la facture électrique. Cela correspond exactement à la proposition que j'avais formulée la semaine passée à votre collègue des Finances, à savoir une réduction de TVA de 21 à 6 %. Je veux connaître votre avis: ne trouvez-vous pas qu'exceptionnellement, en raison de cette erreur qui fera augmenter la facture d'électricité de la population de minimum 15 %, le gouvernement devrait prendre une mesure pour assumer ses responsabilités et faire passer la TVA exceptionnellement de 21 à 6 % pour compenser le coût pour la population?

 

Enfin, au niveau d'Elia, quelle est l'ampleur précise, chiffrée du problème? Pouvez-vous nous préciser l'origine de chacun des 750 mégawatts que vous avez annoncés ce matin? Je ne parle pas uniquement de la centrale de Vilvorde, là c'est clair. Je parle des 550 autres mégawatts. Pouvez-vous détailler d'où ils viendront? À quel moment? Sera-ce suffisant? J'ai hâte d'entendre vos réponses, madame la ministre.

 

01.28  Bert Wollants (N-VA): Collega's, eerst en vooral is het goed om eens stil te staan bij de wijze waarop we in deze situatie terecht zijn gekomen. De voorbije decennia is er heel weinig gebeurd op het vlak van productiecapaciteit. Bovendien hebben heel wat generaties politici de liberalisering van de energiemarkt eigenlijk gelezen als een liberalisering van de verplichting om een energiebeleid te voeren. Dat heeft geleid tot de kernuitstap, zoals die in 2003 naar voren is geschoven, zonder vervangingsplan, zonder investeringsplan.

 

Pas in 2012 is het bij een aantal personen beginnen te dagen dat dat niet werkt en dat men, wil men succesvol zijn, voor investeringen moet zorgen. Dat was trouwens een schuchtere poging, we moeten daar eerlijk over zijn. De offertevraag die toen gelanceerd werd, heeft nergens toe geleid. Meer nog, Europa heeft die werkwijze neergesabeld, omdat hierdoor de bestaande gascentrales nog sneller zouden sluiten dan ervoor.

 

Waar staan wij vandaag, gelet op de kernuitstap, zoals die door paars-groen werd beslist, en de verlenging van de levensduur van Tihange 1 door de vorige regering? In beide gevallen moeten vier tot vijf kerncentrales blijven draaien tot en met 2022. Daarop werd ook door alle hier aanwezige partijen gerekend. Het straffe van de zaak is dat volgens de planning na november – ik hoop dat ik daarop enigszins mag vertrouwen – de kerncentrales Doel 1 en Tihange 1 als eerste opnieuw zullen aangaan.

 

Ik meen dat de investering in nucleaire veiligheid absoluut moet gebeuren. Niemand stelt ter discussie dat het probleem van betonrot moet worden aangepakt. Maar dat brengt ons nu wel in de bekende situatie. Mevrouw de minister, hoe kijkt u naar de onderhoudswerkzaamheden, zoals ze door ENGIE naar voren zijn geschoven? Wat is uw visie daarop?

 

Wat leert u uit de communicatie van het Planbureau? Welke vaststellingen doet Elia? Hoeveel komt men exact tekort? Misschien nog belangrijker, hoeveel uren zal het tekort duren? Dat is immers belangrijk om de juiste oplossingen en alternatieven te kunnen vinden.

 

Afschakelen is geen optie. Er moet gegarandeerd worden aan onze gezinnen en bedrijven dat het licht aanblijft. Ik zou heel graag zien dat u dat bevestigt.

 

Er werd geen strategische reserve aangelegd op basis van de informatie die toen beschikbaar was, maar was het toch niet raadzaam geweest om een zekere reserve aan te leggen en om de nu beschikbare energie al vast te leggen door onder andere werk te maken van het voorstel over vraagbeheer, dat REstore onlangs bekendmaakte, en van de idee om energie te zoeken bij de centrale van Vilvoorde, een suggestie die ik de voorbije dagen ook al had geopperd? Een andere mogelijkheid is een verschuiving van het herladen van Tihange 1. Ik besef dat dat de exploitant kosten zal opleveren, maar dat moet dan maar. Moet het onderhoud van bijvoorbeeld de centrales Coo 5 en Rodenhuize 4 in die periode gebeuren? Ik ben ervan overtuigd dat u ook nog aan andere oplossingen denkt.

 

Mevrouw de minister, ik vraag u om helder te communiceren over de haalbaarheid van de verschillende opties. Dat is ook voor onze energiemarkt belangrijk. Een gedeelte van de prijsstijgingen is namelijk te wijten aan de onzekerheid. Het zijn de bedrijven en gezinnen die het slachtoffer worden van onder druk staande prijzen.

 

Het is aan u om duidelijkheid te scheppen, de markten tot rust te brengen en oplossingen uit te rollen. Dat wil zeggen dat we resultaten verwachten, zowel voor de energiebevoorrading – het licht moet aan blijven – als voor de prijs. Ik verwacht dat u hier en nu duidelijkheid verschaft.

 

01.29  Frank Wilrycx (Open Vld): De aankondiging van Electrabel vorige week dat het onderhoud van Tihange 2 en Tihange 3 niet in september-oktober gedaan zal zijn, maar in maart-juni, heeft een hele communicatie op gang gebracht en voor heel wat verwarring gezorgd.

 

Er zijn slechts drie manieren om elektriciteit te produceren: op een hernieuwbare manier, in al haar vormen, op een fossiele manier, in al haar vormen, en via kerncentrales. Elk van die drie productiemanieren heeft voor- en nadelen. Een voordeel van de nucleaire productie is dat er geen uitstoot van CO2 is. Hoe dan ook zou men moeten kunnen rekenen op een standvastige productie van nucleaire energie, die voor een basis zou kunnen zorgen, waarop men vast kan rekenen.

 

De plotse aankondiging van Electrabel heeft het vertrouwen in nucleaire energie en de hele energie­sector een ferme deuk gegeven. Wij hebben dat ook op de markten gevoeld, die heel wispelturig begonnen te reageren, waardoor de prijzen omhoog zijn gegaan.

 

Er moet daaraan dan ook dringend iets gedaan worden. Wij verwachten dat de sprekers van Elia, de CREG, het Planbureau en ENGIE, die gevraagd werden en waarvan wij hopen dat wij hen zo snel mogelijk kunnen ontvangen, hier met een eenduidige boodschap en eenduidige verklaringen komen, zodat de verspreide onheilsboodschappen geen werkelijkheid worden.

 

Mevrouw de minister, ik heb vandaag reeds enkele vragen voor u, al zijn de meeste vragen gericht aan de andere instanties. Hebt u reeds extra capaciteit gevonden, zowel aan de vraagzijde als aan de aanbodzijde? Zijn er extra productiemogelijkheden? Zijn er reeds contacten geweest met grote verbruikers om eventueel hun verbruik te regelen naargelang van de behoeften op de markt?

 

Zijn er gesprekken met het buitenland? Kunt u daarvan een overzicht geven? Zijn er concrete resultaten? Wij lazen vandaag in De Standaard dat vandaag bijna de volledige capaciteit wordt ingevoerd. Zijn er mogelijkheden om die invoer uit te breiden? Wat zijn uw verwachtingen?

 

Wat het onderhoud van Tihange 1 betreft, kan er worden geschoven met de vervanging van de brandstofcomponenten, zodat de bevoorrading in november verzekerd is? Daarover moet natuurlijk met ENGIE en het FANC worden overlegd.

 

Ten slotte, ongetwijfeld de belangrijkste vraag voor al wie op Google gezocht heeft of men al dan niet in een afschakelgebied woont: kunt u ons garanderen dat er in november geen probleem zal zijn?

 

01.30  Olivier Maingain (DéFI): Monsieur le président, madame la ministre, personne ne croit que l'adaptation du calendrier d'entretien des centrales nucléaires et, singulièrement, celles de Tihange 2 et 3, reportant la fin de leur indisponibilité à mars et juin 2019, aurait été inconnue du gouvernement et que ce serait une révélation soudaine, tombée ces derniers jours.

 

Ce calendrier d'entretien est placé sous le contrôle de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). Cette information a certainement été communiquée par Electrabel à l'AFCN et, ensuite, par l'AFCN au gouvernement. Je souhaiterai connaître le calendrier précis, date par date, de la communication de l'information d'Electrabel à l'AFCN et de l'AFCN aux cabinets des ministres concernés, le ministre de tutelle, M. Jambon, et vous-même. J'insiste pour avoir un calendrier date par date.

 

Ou bien, vous nous direz qu'il y a eu rétention d'informations. Dans ce cas, à quel niveau? Electrabel? L'AFCN? M. Jambon, votre collègue du gouvernement? Personne n'imagine aujourd'hui que, dans cette chaîne, il y a eu des manquements à tous les niveaux et que cela n'a été pour vous qu'une révélation en fin de semaine dernière.

 

Madame la ministre, il est aussi temps d'avoir des certitudes en termes de chiffres. Commençons par la réserve stratégique. À une question parlementaire de février dernier, vous répondiez qu' "il y aurait, à tout le moins, une réserve stratégique de 725 MW pour l'hiver 2017-2018".

 

Vous aviez déjà dû revoir votre prévision à la baisse. On est passé de 900 MW à 725 MW au bout du processus. Aujourd'hui, quelle est la capacité réelle de la réserve stratégique? Avec quelles unités de production? D'autres collègues ont mis en doute votre prévision d'avoir une réserve stratégique de 750 MW.

 

De toute façon, cette réserve stratégique ne permettrait pas de faire face à la pénurie annoncée en novembre qui serait de 3 800, voire de 4 500 MW. Aujourd'hui, quelle certitude avez-vous de pouvoir compter sur un approvi­sionnement étranger? À supposer que votre réserve stratégique soit de 750 MW, ce dont je doute, il vous en faudrait encore un peu plus de 3 000 au cas où nous serions confrontés à un mois de novembre très froid. Quels sont les fournisseurs étrangers qui auraient déjà pris des engagements sur les marchés de gros? Quels sont les processus de négociation engagés?

 

Venons-en à présent au prix pour les consommateurs. En 2016, l'augmentation de la TVA sur le prix de l'électricité a permis au gouvernement d'engranger 712 millions de recettes supplémentaires. Voilà ce qui a été ponctionné dans la poche des consommateurs industriels et privés! Aujourd'hui, les experts annoncent une augmentation minimale de 30 % de la facture d'électricité pour cet hiver. Corrélativement, cela représente une augmen­tation aussi sensible des recettes de la TVA. Il n'est pas un seul instant imaginable que, finalement, le gouvernement mette à profit le désastre qu'il a, lui-même, causé pour augmenter les recettes budgétaires susceptibles de combler les trous causés par ses mauvais choix politiques et économiques. Il serait paradoxal que le gouvernement annonce dans quelques mois disposer de recettes supplémentaires alors que leur véritable source serait l'imprévisibilité de votre gestion en matière de politique énergétique.

 

Nous demandons donc un engagement clair et précis de votre part qu'il n'y aura pas un euro supplémentaire de recette qui ne sera pas reversé d'une manière ou d'une autre au consommateur.

 

Je l'avais laissé entendre, mais nous voulons savoir quelle est la mécanique: une baisse temporaire de la TVA ou une baisse à long terme de la TVA sur l'électricité? Chèques "électricité" remis aux ménages (selon quels mécanismes et quels critères, etc.)? Tout en ne perdant pas de vue le secteur de l'industrie qui sera aussi durement affecté en ce qui concerne le coût de l'énergie? Les questions sont précises. Plus de faux-fuyants mais des certitudes, madame la ministre!

 

01.31  Benoît Friart (MR): Madame la ministre, la non-disponibilité de six des sept réacteurs nucléaires en novembre prochain est une situation problématique. Nous savons que vous êtes en contact avec les acteurs. Vous êtes en concertation avec les producteurs, les trans­porteurs, les régulateurs, avec les pays voisins également pour garantir au maximum l'approvisionnement en électricité cet hiver et, cela, pour tous les consommateurs. La priorité est de trouver des solutions garantissant notre sécurité d'approvisionnement et le maintien d'une facture à un prix abordable pour les ménages et les entreprises.

 

Nous entendons l'opposition ressasser que ce gouvernement ne fait rien pour la transition énergétique, mais je tiens cependant à souligner que ce gouvernement est celui qui a fait le plus pour les énergies alternatives jusqu'à présent.

 

Je rappelle les mesures prises: en premier lieu, le soutien à l'implantation de nouvelles éoliennes en mer du Nord. La finalisation des trois parcs prévue pour 2020 permettra de remplir les obligations concernant les objectifs climatiques et énergé­tiques belges 2020 visant 13 % d'énergies renouvelables dans le mix énergétique et nous sommes aussi certains qu'en 2030, l'éolien offshore produira une quantité d'électricité équivalente à deux centrales nucléaires. En deuxième lieu, le Fonds de transition à hauteur de 200 millions pour le développement de projets innovants pour la transition énergétique. En troisième lieu, les interconnexions renforcées, sous cette législature, avec les pays voisins et qui offrent une capacité supplémentaire de 500 MW; enfin, la conclusion du Pacte énergétique établissant pour la première fois une vision énergétique commune.

 

Le gouvernement a validé la stratégie énergétique fédérale en poursuivant les objectifs suivants: garantir la sécurité d'approvisionnement, res­pecter les Accords de Paris, maintenir un prix pour l'énergie à un prix abordable pour les entreprises, en ce compris les électro-intensives, et les familles et, finalement, conserver le plus haut degré de sécurité des installations.

 

Nous pouvons dire que notre gouvernement est le seul à s'être pleinement engagé, depuis 2003, à préparer la sortie du nucléaire. C'est une chose de regretter que tout cela arrive bien tard, mais dans le fond, nous sommes tous d'accord sur ce point, cela aurait dû être fait dès 2003, et pas seulement aujourd'hui.

 

Madame la ministre, pensez-vous que la stratégie énergétique est une réponse adéquate aux défis énergétiques auxquels est confronté notre pays? Par ailleurs, quels sont les premiers résultats des contacts que vous avez déjà pris?

 

Le président: Chers collègues, s'il n'y a pas d'autre demande d'intervention, je remercie tous les intervenants. Je crois que nous venons d'achever un premier tour d'interventions dans la sérénité, ce qui est une très bonne chose en soi. Il faut bien entendu continuer comme cela, et dans un temps de parole plus ou moins maîtrisé.

 

Madame la ministre, il est 11 h 24 et nous avons entendu onze interventions. De toute façon, le Parlement demande clairement à entendre vos réponses. Je n'ai pas donné de timing mais j'indique aux collègues qu'il y aura évidemment une réplique, celle-ci étant limitée à deux minutes. Soyez dès lors concis dans les répliques. Onze interventions de deux minutes, cela représente déjà un certain temps.

 

Nous vous écoutons, madame la ministre.

 

01.32  Marie-Christine Marghem, ministre: Monsieur le président, vu l'importance des questions posées, j'aimerais, pour le temps qu'il nous reste, et vu que le Parlement doit répliquer, que nous aménagions quelque peu les choses. Chers collègues, je vous remercie pour vos questions et interventions.

 

Je voudrais vous rappeler, malgré ce que vous dites et ce que vous pouvez constater, parfois en faisant du découpage d'expressions ou de communications à un moment donné, qu'il est quand même extrêmement problématique et choquant de constater - et je vais donner la réponse formulée en sous-commission nucléaire à ce sujet, monsieur Nollet - qu'un opérateur qui a la haute main sur la possibilité d'organiser ses travaux comme le préconise l'AFCN, se laisse aller à commencer ses travaux avec les surprises éventuelles qu'il pourrait rencontrer, dans une période qui va s'allonger, frôler la période hivernale, alors que cet opérateur est dominant – cela a été dit par certains d'entre vous – dans le marché électrique, alors qu'il a une position écrasante puisqu'il produit 54 % du mix électrique et qu'il répond à 54 % de la demande en électricité.

 

Cet opérateur dit aujourd'hui qu'il a informé. Mais à deux moments, il a pris des décisions contestables: quand d'après la loi la réserve stratégique est figée et, du jour au lendemain, on a appris que Doel 1 et Doel 2 qui devaient revenir, reviendront plus tard, c'est-à-dire en décembre. Ensuite, le 21 septembre, on apprend que Tihange 2 et 3 ne vont revenir qu'au printemps et en été.

 

Je vais lire la réponse qui vous a été faite en sous-commission Sécurité nucléaire, le 7 février 2018, par mon collègue Jan Jambon: "Electrabel a décidé d'effectuer des travaux supplémentaires dans le but de renforcer le toit en béton du futur bunker de Doel 3. Ces travaux nécessitent un certain temps et, par conséquent, le planning de la révision de Doel 3 est reculé de quelques mois. L'AFCN n'intervient pas dans la planification des travaux. Elle n'intervient pas davantage dans la communication de l'opérateur pour ce qui est du temps nécessaire pour effectuer le travail nécessaire. Les questions relatives au timing doivent être adressées à l'opérateur. Ce dernier détermine lui-même la méthode et la vitesse nécessaires pour effectuer les travaux. L'autorité de sûreté nucléaire vérifie de manière indépendante, comme il se doit, si la méthode utilisée et les résultats finaux satisfont aux normes et exigences de sécurité requises. Cela se fait continuellement."

 

Il est très clair, chacun étant dans son rôle, que la manière dont les travaux sont planifiés et réalisés est exclusivement entre les mains de l'opérateur. Vous comprenez aisément pourquoi, quand on apprend le 21 septembre par la communication REMIT sur la transparence des marchés – ce qui est normal pour une entreprise de cette ampleur, cotée en bourse pour éviter toute manipulation des prix sur les marchés – que deux centrales d'un peu plus de 1 000 MW vont quitter le mix électrique pour l'abord de l'hiver, au mois de novembre et, même, seront totalement absentes jusqu'après l'hiver et ne reviendront peut-être pas en été, on est stupéfait.

 

Ne faisons pas de sophismes, nous allons parler vrai. Vous avouerez que même si on se doute bien que des travaux d'une certaine ampleur prennent un certain temps …

 

01.33  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): (…)

 

01.34  Marie-Christine Marghem, ministre: Monsieur Nollet, je ne vous ai pas interrompu!

 

Mais l'opérateur a une responsabilité sur la plaque belge, par rapport à la production d'électricité qu'il génère sur cette plaque belge, et dont il retire des bénéfices par dessus le marché. On sait très bien que la manière de planifier les travaux a une importance fondamentale.

 

01.35  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): (…)

 

01.36  Marie-Christine Marghem, ministre: Monsieur Nollet, je ne vous ai pas interrompu!

 

Le président: Monsieur Nollet, je propose que Mme la ministre donne les réponses. Vous pourrez répliquer après.

 

01.37  Marie-Christine Marghem, ministre: Comprenez l'émoi du gouvernement à cette annonce le 21 septembre, et pas seulement l'émoi du gouvernement, aussi l'émoi d'Elia. Quel est le calendrier précis en ce qui concerne Elia, qui est un acteur très important? 

 

D'ailleurs, je voudrais faire une parenthèse importante. Je voulais venir avec Electrabel et Elia en commission. Je sais que ce n'est pas tout à fait académique, parce que c'est la commission, à juste titre, qui décide d'inviter qui elle entend inviter quand elle l'entend. Mais je crois quand même comprendre, des interventions qui sont faites ici, qu'il y a une urgence, tout à fait légitime. Le gouvernement la ressent également puisqu'il travaille d'arrache-pied à répondre aux questions légitimes de la population.

 

Il aurait été intéressant pour vous, relais de la population, et pour la population, via les médias, de disposer immédiatement des données techniques les plus affinées au moment où nous nous parlons. Comme nous avons récupéré de la capacité, il faut qu'Elia continue à actualiser les modèles pour pouvoir donner des indications précises sur le LOLE (Loss of Load Expectation) du mois de novembre. 

 

J'aurais trouvé plus efficace qu'Electrabel et Elia puissent être présents maintenant. Si vous pouvez les voir cet après-midi ou ultérieurement, mais le plus rapidement possible, vous pourriez prendre connaissance des indications techniques qui ressortent de la compétence et de la connaissance professionnelle de ces deux intervenants. Elia est le garant de la sécurité d'approvisionnement technique dans ce pays. Electrabel, avec le parc nucléaire, produit 54 % de l'électricité dans notre pays – mais plus maintenant, on s'en aperçoit. Les réponses que ces intervenants pourraient vous faire seraient éclairantes. Mais je peux vous parler d'un calendrier d'Elia. 

 

Le président: Madame la ministre, sur ce point, vous êtes d'accord que ce n'est pas le gouvernement qui organise les travaux du parlement. C'est le parlement qui organise ses propres travaux.

 

01.38  Marie-Christine Marghem, ministre: Je viens de le dire, monsieur le président. Si vous m'interrompez, nous n'allons pas nous en sortir. Je voudrais continuer, s'il vous plaît, puisque le gouvernement peut répondre et c'est ce que je suis en train de faire.

 

Le 15 janvier 2018, je donne instruction de contracter une réserve stratégique de 500 MW, après avoir obtenu l'aval de l'instance. Cette réserve était alors constituée des centrales à gaz de Seraing, pour 470 MW et de Vilvorde, pour 255 MW. On a cité neuf offres tout à l'heure. On peut détailler tout cela mais je pense que c'est anecdotique car les puissances les plus importantes sont celles-là, ainsi que la gestion de la demande. Le reste, qu'on peut aller chercher dans le marché (et je vais vous expliquer comment), ce sont des puissances largement inférieures, de quelques mégawatts. Nous avons la liste, vous pouvez la comparer avec celle que vous avez, si vous le souhaitez.

 

Le 19 mars 2018, EDF annonce le retour sur le marché de la centrale TGV de Seraing. La réserve stratégique, comme vous le savez, est un périmètre hors du marché, dans lequel on maintient des centrales ou de la puissance de production qui, soit ne parvient pas à exister dans le marché, soit ne veut plus exister dans le marché parce qu'il souhaite fermer. Nous avons donc en réserve stratégique possible, dans les conditions que je viens de citer, en janvier 2018, la centrale à gaz de Seraing et celle de Vilvorde, jugées par la CREG comme pratiquant des prix abordables et normaux pour figurer dans la réserve, alors que les exploitants de ces centrales avaient annoncé leur fermeture.

 

Du 15 janvier 2018 au 19 mars 2018, vous voyez comme les choses peuvent changer rapidement. EDF annonce alors le retour sur le marché de la centrale TGV de Seraing pour 470 MW. Cette centrale quitte donc la réserve stratégique qui s'en appauvrit d'autant. En même temps, le marché ne s'appauvrit pas, la capacité de production sur le sol belge ne s'appauvrit pas. Au contraire, on y gagne puisque la réserve stratégique a un coût pour le consommateur, alors que lorsqu'une centrale est dans le marché, c'est la loi de l'offre et de la demande qui joue, et on peut donc espérer un prix moins élevé.

 

Le 17 août 2018, Elia remet un avis sur la base des informations up to date et avec une marge de 1 000 MW d'un volume nécessaire de réserve stratégique de 0 MW, la centrale TGV de Seraing étant entre-temps revenue sur le marché, comme je vous l'ai dit.

 

Le 29 août 2018, j'acte que la réserve stratégique pour l'hiver 2018-2019 sur les prévisions et calculs d'Elia sera de 0 MW. Le 31 août 2018, soit deux jours plus tard, ENGIE annonce un délai supplémentaire pour le retour sur le marché de Doel 1 et de Doel 2 jusque mi- ou fin décembre 2018. Elia recalcule et dit que ce n'est pas ce départ ou, en tout cas, cette non-arrivée qui était prévue avant l'hiver, qui change les calculs en réserve stratégique. C'est bien normal car, entre-temps, il n'y a plus, dans le marché réservé en dehors du marché libéralisé qu'une possibilité ou deux que sont Vilvorde ou la gestion de la demande.

 

Le 21 septembre 2018 – nous tournons autour de cette date avec un avant-après très violent, – ENGIE annonce un délai pour le retour sur le marché de Tihange 2 et 3 jusque mars et juin 2019. Le même jour, le 21 septembre 2018, je prends évidemment directement contact avec Elia, qui a appris la nouvelle comme moi, et avec ENGIE, qui a projeté cette nouvelle.

 

Le 24 septembre 2018, une rencontre a lieu entre Elia et ENGIE pour faire le point. Il s'ensuit une communication de presse dont vous avez parlé tout à l'heure.

 

Si je ne me trompe, nous sommes aujourd'hui le 26 septembre 2018. Entre le 24 et le 26 septembre, les travaux que nous avons faits montrent aujourd'hui que, sous la pression exercée par le gouvernement vis-à-vis de l'opérateur dominant dans le paysage électrique belge, l'opérateur, qui par ailleurs doit équilibrer son portefeuille vis-à-vis de ses clients, a pu contracter en principe – il faut finaliser les détails – dans le marché avec la centrale de Vilvorde – j'ai eu la nouvelle hier soir – pour 250 MW. L'opérateur a aussi un échange très nourri avec les offreurs de gestion de la demande qui peuvent œuvrer dans le marché, précisément depuis que votre Parlement a voté le projet de loi que j'ai amené concernant la flexibilité et le stockage. Ceci permet à la gestion de la demande d'œuvrer dans le marché. L'offre de 250 MW vient donc s'ajouter à Vilvorde pour faire 450 MW. Par ailleurs, l'opérateur peut pousser son parc thermique traditionnel en dehors du nucléaire à pleine puissance pour gagner encore 100 MW, ce qui fait 550 MW. À l'intérieur de la société Electrabel, l'opérateur peut optimiser le parc qu'il possède à l'étranger en connexion avec la Belgique, certes, mais aussi sur le territoire des centrales qu'il possède en Belgique et se faire ainsi aider à hauteur de 200 MW de capacité de génération d'appoint.

 

Voilà précisément ce sur quoi le patron d'ENGIE m'a envoyé une confirmation écrite hier et ce sur quoi nous travaillons pour faire en sorte que cette capacité s'ajoute à la capacité actuelle que vous connaissez. Nous allons continuer puisqu'il y a encore des mégawatts dans le marché, il y a encore possibilité de faire en sorte d'obtenir jusqu'au dernier mégawatt disponible sur ce territoire.

 

À cet instant, j'aimerais insister sur un élément qui a été cité tout à l'heure par plusieurs intervenants mais en premier lieu par M. Wollants. Je comprends évidemment que dans le temps où nous nous situons, c'est-à-dire dans cette mandature, vous ayez en face de vous le gouvernement que vous connaissez et moi, en face de moi, le Parlement que je connais, mais les choses ne sont malheureusement pas aussi simples. La politique énergétique de ce pays a une longue histoire. Cette histoire, ce n'est pas le gouvernement ni le Parlement d'aujourd'hui qui en sont seuls comptables et qui pourraient en changer le cours par un coup de baguette magique.

 

La vérité, c'est que notre parc énergétique traditionnel a été, me semble-t-il, probablement négligé – et c'est la faute de tout le monde – par les opérateurs et par les gouvernements successifs alors qu'on s'est lancé de manière sans doute un peu hasardeuse, péremptoire ou présomptueuse, dans deux éléments fondamentaux, à savoir développer presque 3 GW d'éolien et presque 4 GW de photovoltaïque avec les bulles financières que nous connaissons dans ce pays, sans se préoccuper plus du parc de production classique qui, lui, à la différence du renouvelable, est pilotable.

 

Le renouvelable a toute sa valeur, la question n'est pas là. Néanmoins, il coûte cher et, en plus, il a un défaut, c'est qu'il n'est pas pilotable. À partir du moment où vous ne pouvez pas piloter une capacité de production, vous fragilisez automatiquement votre système énergétique. C'est ce qu'on appelle joliment la transition énergétique. C'est évidemment une chose à laquelle tous les pays sont confrontés. Cela va coûter et cela coûte déjà. C'est pour cette raison aussi que les marchés ont commencé à s'enflammer en dehors du cas belge ainsi que je vais l'expliquer juste après. En effet, il y a en Belgique et ailleurs – on l'a vu en France l'année passée –, sur les parcs de production classique, un désinvestissement qui doit maintenant, une fois pour toutes et en toute vérité, être étudié et être amendé. 

 

Nous continuons à avoir besoin de productions classiques. C'est pour cette raison que ce gouvernement a noué un Pacte énergétique et a voulu s'inscrire - deuxième aspect fondamental de l'histoire de ce pays - dans le cadre de la loi de 2003, adoptée à l'époque du gouvernement Verhofstadt pour donner des gages à sa composante Ecolo. Celle-ci avait décidé, de façon visionnaire, de sortir du nucléaire en 2025, mais sans aucunement prévoir de plan d'accom­pagnement dès ce moment. Il en est résulté que, durant onze ans, donc jusqu'en 2014, aucun plan d'accompagnement n'a été élaboré pour mettre en œuvre la sortie du nucléaire.

 

Aujourd'hui, nous sommes le premier gouvernement à s'atteler à cette tâche, à conclure le Pacte énergétique, à lancer - j'y ai cru dès le début et je le dis depuis deux ans - un mécanisme de rémunération de capacités qui, certes, n'a pas encore été voté. Ne me reprochez pas le passé, madame Lalieux; vous y étiez aussi, ô combien! Je suis en train de soumettre ce mécanisme à la Commission européenne. Comme il s'agit d'une mesure de soutien, elle doit examiner notre projet afin de nous dire s'il est, oui ou non, conforme aux règles de la concurrence.

 

J'ai eu l'élégance de ne pas le rappeler dans mes propos, mais je vais le signaler: j'ai bien senti qu'il était fondamental que j'aille voir la commissaire européenne en personne pour l'informer que nous avions besoin rapidement d'une décision de la Commission afin d'aller de l'avant. Un tel signal avait déjà généré le retour de centrales à gaz sur le marché. Ce dernier secteur a pu voir que notre Pacte énergétique allait soutenir, dans notre parc de production, les centrales à gaz, dont nous avons encore besoin. Pour attirer les investisseurs, madame Lalieux, cela ne se fait pas d'un claquement de doigts ni en en exprimant simplement la volonté. Pour ce faire, un mécanisme de rémunération de la capacité est nécessaire. Je suppose bien qu'avec vous, nous allons pouvoir le faire naître le plus rapidement possible afin d'être en mesure - et c'est le premier gouvernement qui s'y attelle - de sortir du nucléaire en 2025, comme le prévoit la loi et ainsi que ce gouvernement s'y est engagé.

 

Cela, c'est une première chose que je voulais mettre au point, une fois pour toutes, m'étant exercée à cette fonction et m'étant tue bien souvent, chaque fois qu'il a été question de dire, de critiquer et de ne pas voir, finalement, la réalité de notre parc de production.

 

Le nucléaire doit investir en entretien et en sûreté, c'est bien naturel. C'est ce qu'exige la loi, ce qu'exige l'AFCN, en toute indépendance, mais les producteurs nucléaires doivent aussi tenir compte de leur présence dominante sur le marché et organiser le planning de leurs travaux, de telle sorte que la sécurité d'approvisionnement de ce pays soit garantie. Voilà le point de la responsabilité de l'opérateur.

 

En ce qui concerne les solutions dont je viens de parler, il faut y ajouter l'interconnexion. Ce gouver­nement a aussi fait en sorte, concrètement, que l'interconnexion avec les pays voisins soit renforcée puisque nous avons 500 MW supplémentaires de capacité physique d'inter­connexion, grâce à ce gouvernement.

 

Ce gouvernement a aussi fait en sorte de négocier intelligemment - ce qui n'est pas le cas à tous les niveaux de pouvoir! Souvenons-nous du passé récent et des bulles financières photovoltaïques au nord et au sud de ce pays. Tout cet argent consenti par les consommateurs pour le développement du renouvelable en oubliant le parc de production classique. Tout cet argent est parti!

 

Avec cet argent, nous aurions pu aussi faire autre chose, qui n'a pas été fait. Le développement du renouvelable par ce gouvernement, c'est d'avoir pu réaliser une négociation qui fait économiser aux citoyens 3,9 milliards d'euros sur vingt ans pour les parcs qui vont s'installer en mer du Nord à l'horizon 2020.

 

Ce gouvernement lance également, pour la fin de la législature, un système de tendering afin de doubler la capacité en mer du Nord pour la monter, en renouvelable offshore, à 4 GW et faire en sorte que tout ce parc de 4 GW représente, intermittence comprise, la capacité de production de deux centrales nucléaires. C'est ce gouvernement qui a accompli cela.

 

Je reviens donc aux interconnexions. Évidemment, il y a la limite physique, je viens d'en parler, ainsi que du travail du gouvernement à cet égard. Il y a par ailleurs la limite de la souveraineté des États qui nous entourent et qui, eux aussi, ont parfois besoin au même moment d'une capacité plus importante qu'ils ne peuvent dès lors nous transmettre.

 

Comme c'est mon rôle - j'assume mes responsabilités depuis le début, d'un bout à l'autre -, j'ai, avec ce gouvernement, pris contact avec le ministre allemand M. Peter Altmaier, avec le secrétaire d'État français M. Sébastien Lecornu, et avec le ministre néerlandais M. Eric Wiebes, pour savoir ce qu'il en était de leurs calculs de prévisions par rapport à leur parc de production national à l'approche de l'hiver et pour leur signaler moi-même, au nom du gouvernement, quelle était la situation belge.

 

Le ministre allemand m'a immédiatement dit que pour eux, il n'y avait pas de problème, que nous allions accélérer la signature prévue du MoU (memorandum of understanding) qui se fera à Berlin ou à Bruxelles, très rapidement, que nos équipes collaborent et que nos TSO (transmission system operators) vont collaborer afin de voir ce qu'il en est. Comme vous le savez bien, l'électricité allemande nous parvient actuellement par le biais des interconnexions française et hollandaise, puisque nous n'avons pas encore d'interconnexion directe avec l'Allemagne. Cela sera le cas à la fin 2019: encore une réalisation de ce gouvernement. Nous aurons ainsi 1 000 MW en direct depuis l'Allemagne.

 

Le ministre néerlandais m'a dit qu'il n'y avait pas de problème, qu'ils ont la capacité nécessaire et qu'ils peuvent nous garantir une interconnexion fiable en termes de capacité.

 

Comme cela a été relevé par un intervenant, le secrétaire d'État français m'a dit qu'ils n'ont pas encore finalisé leur plan hiver, car ils ont des problèmes avec la construction d'une centrale nucléaire et que leur parc de production a connu quelques difficultés l'hiver dernier. Mais ils vont finaliser cela rapidement et nos TSO, qui sont en contact peuvent continuer le travail. Il a ajouté que le gouvernement français, qui a un commissaire chez ENGIE, a demandé à ENGIE de faire en sorte qu'ENGIE Electrabel réponde à toute demande formulée par le gouvernement belge dans le cadre actuel, pour peu que ce soit possible concrètement.

 

Voilà le résultat concret de notre travail, à ce jour. Nous nous sommes mis au travail dès l'annonce qui a été faite vendredi dernier. Nous allons continuer.

 

Nous sommes aujourd'hui le 26 septembre. Nous avons encore bien des heures et bien des jours avant le 1er novembre pour continuer à agréger des mégawatts supplémentaires et pour continuer à développer des solutions. C'est pour cette raison que j'ai voulu que l'on constitue une task force qui va se réunir cet après-midi et dans laquelle figurent ENGIE Electrabel, la CREG et Elia, les représentants du cabinet du premier ministre et les représentants de mon cabinet. Elle a pour but d'être en contact permanent pour indaguer, cette fois, le parc nucléaire et examiner si des entretiens ne peuvent être organisés différemment dans le temps, puisque c'est la responsabilité d'ENGIE, pour pouvoir récupérer encore, si c'est possible, davantage de capacité au départ du parc de production d'ENGIE. Voilà pour les données concernant la situation actuelle!

 

Maintenant, en ce qui concerne les prix, tout d'abord, je voudrais souligner un point. Tout le monde a pu lire l'intervention dans la presse de M. Van den Bosch qui expose, d'une façon très factuelle, que les prix ont commencé à augmenter en Europe en raison de l'augmentation des prix du gaz, en raison de l'augmentation des prix du charbon, en raison de l'augmentation au sein du marché ETS de la tonne de CO² qui est passée de 5 euros à 20 euros. Ceci est le signe de la transition énergétique dont nous devons tenir compte de façon conséquente pour que tant les administrations que le privé (citoyens ou entreprises), s'orientent résolument vers l'efficacité et la sobriété énergétiques. C'est une première chose. C'est un effet du temps dans lequel nous vivons.

 

La deuxième chose, c'est qu'évidemment, le stress apporté à la situation concrète de notre parc de production par l'opérateur qui y domine, les commentaires et les inquiétudes, par ailleurs légitimes, qui s'expriment à ce propos n'aident pas dans un contexte de marché libéralisé. Bien entendu, les acheteurs à l'avance - parce que tous ceux qui achètent l'électricité l'achètent si possible à l'avance pour bénéficier des prix les plus bas et les plus stables - se sont bien rendus compte depuis un certain temps de l'augmentation des prix sur les marchés.

 

Pour les prix, certains d'entre vous ont déjà une réflexion approfondie. J'espère donc avoir votre soutien en cette matière. Nous sommes toujours occupés à étudier juridiquement, avec le cabinet qui travaille avec nous dans le cadre du marché public conclu au départ de la DG Énergie pour cette législature dans les matières qui me sont dévolues, la possibilité de concrétiser cette responsabilité et d'obtenir que les surcoûts identifiés comme étant liés à cette responsabilité puissent être à charge de l'auteur du fait qui a troublé les marchés entraînant la hausse significative des prix de l'électricité.

 

En ce qui concerne la TVA - Mme Lalieux a été une des premières à en parler - j'ai toujours dit être ouverte à ce sujet. Toutefois, je ne peux vous certifier que cette demande, que j'ai toujours relayée auprès du gouvernement, a été entendue. Je ne suis pas seule au gouvernement et je sais, pour l'avoir vécu en séance plénière la semaine dernière, qu'une question a été posée au ministre responsable, qui doit, je suppose, effectuer quelques calculs. On me dit qu'il n'était pas chaud. Je n'ai pas entendu sa réponse. Je remettrai le couvert.

 

Madame Lalieux, si on veut parler vrai, le précédent gouvernement l'a fait, parce que c'était aussi une belle image, bien que le résultat concret…

 

01.39  Karine Lalieux (PS): L'électricité pour les citoyens, madame!

 

01.40  Marie-Christine Marghem, ministre: Bien sûr, madame Lalieux, mais vous savez très bien qu'à l'approche des élections, ce type de décision n'est pas neutre!

 

01.41  Karine Lalieux (PS): (…)

 

01.42  Marie-Christine Marghem, ministre: Je suis tout à fait d'accord avec ce que vous dites. Ne vous inquiétez pas: je vais remettre le couvert, comme je l'ai dit! Il est évident que, dans la présente situation - eu égard à la transition organisée dans toute l'Europe, donc aussi en Belgique -, il sera nécessaire de contrebalancer les plus et les moins.

 

Monsieur le président, j'aimerais conclure. Je voudrais dire à cette commission et, par son intermédiaire, à la population que le gouverne­ment prend la situation très au sérieux.

 

01.43  Karine Lalieux (PS): Vraiment?

 

01.44  Marie-Christine Marghem, ministre: Je me vois obligée de le dire, parce que je vous entends parfois dire que le gouvernement travaillerait de manière imprévisible, qu'il ne prendrait pas les choses au sérieux, qu'il ne se préoccuperait pas de la situation des citoyens et du coût engendré par les nécessités du confort moderne – la production d'électricité et de gaz, la mobilité, etc.

 

Eh bien! Une fois pour toutes, je voudrais dire que, depuis le début, ce gouvernement se préoccupe de l'économie de ce pays et, tout particulièrement, de l'énergie nécessaire à tous les citoyens ainsi que du coût qui pèse sur eux. Dans ce contexte de crise, il travaille comme un seul homme pour gagner tous les mégawatts que nous pouvons obtenir, afin que la lumière et le chauffage dont nous disposons aujourd'hui continuent de nous être procurés, même après le passage du cap météorologique hivernal.

 

Nous nous battons pour qu'il en soit ainsi! Nous travaillons tous les jours, à toute heure, pour qu'il en soit ainsi! Vous pouvez être certains que j'y consacre une part très active. Je me bats comme une lionne - comme je l'ai fait depuis le début - pour que nous puissions appliquer l'accord de gouvernement - c'est-à-dire sortir du nucléaire avec un système de production robuste - et, ensuite, fournir en tout temps à nos concitoyens l'énergie dont ils ont besoin à un prix abordable.

 

Le président: Merci beaucoup pour vos réponses, madame la ministre. Le parlement ayant le dernier mot, je me tourne vers les différents intervenants. Je demande à ce que chacun se limite à deux minutes dans sa réplique. Il faudra faire preuve de discipline.

 

01.45  Karine Lalieux (PS): Madame la ministre, il y a quatre ans que vous nous dites que ça va s'arranger, que vous travaillez, alors que le parc est plus incertain que jamais, que la sécurité d'approvisionnement est incertaine, mais surtout, que le prix de l'électricité pour les ménages et les entreprises ne cesse d'augmenter.

 

Je veux rappeler quelques faits. De 2014 à 2015, la facture a augmenté de 12 % à cause de la TVA, on en a parlé. En 2016, elle a augmenté de 28 %. En 2017, elle a réaugmenté de 8 %. Ce sont des chiffres de l'Observatoire des prix. Vous avez enlevé le filet de sécurité, le blocage des prix et vous avez augmenté la TVA. Un hold-up de 712 millions! Et je ne vous ai pas entendue vous engager fermement pour faire payer les opérateurs que vous méprisez mais que vous avez renforcé avec la prolongation des centrales; vous n'avez pas pris l'engagement que le citoyen ne paierait pas cette gestion chaotique et catastrophique de votre politique énergétique. En dehors de la TVA, vous savez qu'il y a un coût supplémentaire.

 

Vous êtes en campagne électorale, madame Marghem, est-ce que vous allez oser dire aux citoyens qu'ils ne paieront rien de plus? Je me le demande!

 

Madame la ministre, la proposition de loi est sur la table, on peut la mettre la semaine prochaine à l'ordre du jour et la diminution de la TVA se fera au 1er octobre si vous le décidez et si vraiment vous nous dites la vérité ici, madame la ministre.

 

Ce gouvernement parle toujours du 'handicap salarial', mais quand on voit le coût énergétique pour nos entreprises, on pourrait parler de 'handicap énergétique' et c'est vous qui en êtes la première et seule responsable.

 

01.46  Leen Dierick (CD&V): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, u hebt lang gepraat over de redenen waarom wij in de huidige situatie zitten.

 

Het heeft geen zin daarover uren te discussiëren. Ligt de oorzaak bij de kernuitstap die ooit zonder een plan van aanpak is goedgekeurd? Ligt de oorzaak bij ENGIE? Dat is nu allemaal niet belangrijk.

 

Wij willen nu vooral oplossingen die ervoor zorgen dat de lamp blijft branden.

 

Wat hebben wij uit uw exposé geleerd? Wij weten nu vanwaar de genoemde 750 megawatt komt. Dat is een eerste stap, maar dat is nog niet voldoende.

 

Er is door de huidige regering inderdaad al een en ander gerealiseerd, wat wij ook ondersteunen. De interconnectie is opgedreven en de offshore is enorm opgedreven. De grote vraag blijft echter of zij voor de komende maanden effectief voldoende zullen zijn.

 

U bent strijdvaardig en geeft aan voor elk megawattuur en voor elke megawatt te zullen vechten. Wij verwachten van u ook dat u dat in uw hoedanigheid van bevoegde minister doet en dat u voor elke megawatt vecht. Wij willen immers absoluut dat de lamp blijft branden.

 

Wij zullen het dossier zeker opvolgen. Ik wens u veel succes in uw gevecht. Wij hopen dat wij snel feedback aan de hand van nadere cijfers krijgen. Wij hopen dat de zaak zeker wordt opgevolgd en wij hier in de commissie feedback krijgen.

 

01.47  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Madame la ministre, qui pouvait croire, à part vous, le 21 septembre, qu'ENGIE Electrabel aurait réparé Tihange 3, le 31 septembre? Ils avaient déjà reporté la date par quatre fois. Systématiquement, ils la reportent 15 à 20 jours avant la date butoir. La première date butoir était le 14 mai, puis après c'était le 30 juin, ensuite le 30 septembre et aujourd'hui, c'est le 1er mars 2019.

 

C'est parce que vous êtes aveuglée par ENGIE Electrabel, que vous leur faites une confiance aveugle, qu'on se retrouve aujourd'hui dans le mur. C'est parce que vous avez cru leurs communications officielles qu'aujourd'hui vous n'avez pas anticipé. J'ai posé des questions tous les mois au ministre Jambon. Et ses réponses, y compris au début du mois de septembre, disaient déjà qu'ils ne seraient pas en mesure de respecter la date butoir du 31 septembre.

 

C'est à cet endroit que j'affirme qu'il y a un problème dans votre gestion et votre capacité d'anticiper. Et si personne dans votre cabinet ne vous l'a dit, c'est qu'il y a un problème dans votre cabinet! Et si personne ne vous l'a dit dans votre administration, c'est qu'il y a un problème dans votre administration!

 

Oui, le mécanisme d'information au marché est problématique. Cela ne va pas qu'ENGIE Electrabel joue avec le marché en annonçant des dates qu'il sait qu'il ne pourra pas tenir. Cela fait deux ans que je le dis. Cela fait deux ans que je demande que ce système soit changé et que l'on implique la CREG et éventuellement Elia pour valider les chiffres mais aussi l'Agence fédérale de contrôle nucléaire pour confirmer la faisabilité ou non.

 

Jamais ce gouvernement fédéral n'a voulu le faire parce qu'il considère qu'Electrabel a raison. Et aujourd'hui, selon les propos d'Electrabel, effectivement quand vous vous réveillez le 21 septembre, lorsque vous regardez le marché, vous vous dites: "Il y a un problème!" Mais si vous aviez un peu de jugeote, si vous aviez un peu anticipé, si vous aviez un peu suivi l'actualité et ce qui est dit par les médias, vous auriez vu que personne ne croyait Electrabel en mesure de relancer Tihange 3, le 31 septembre. Personne!

 

Quand ce matin, M. Wollants dit dans le journal Le Soir que "nous avons maintenant la certitude que nous pourrons limiter la crise, qu'elle n'ira pas au-delà du mois de novembre", je réponds à M. Wollants: "Vous êtes imprudent! Regardez la situation de Doel 1 et Doel 2! êtes-vous certain qu'elles seront relancées le 10 décembre pour l'une et le 31 décembre pour l'autre? êtes-vous certain que Tihange 3 sera relancée le 31 mai? Est-ce que Tihange 3, avec son problème d'armatures, ne devra pas tout simplement fermer? êtes-vous certain que dans d'autres centrales, Doel 4 et Tihange 2, on ne va découvrir un autre problème?"

 

Le président: Le mot de la fin, monsieur Nollet!

 

01.48  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Dire, comme vous le faites, monsieur Wollants, qu'on peut sortir … (…)

 

Le mois de novembre n'est pas le pire mois. Dans le Sud de la France, on peut encore s'en sortir. Mais avec le calendrier annoncé aujourd'hui par ENGIE Electrabel, on n'a aucune garantie qu'en janvier et février, il n'y aura pas de problèmes plus graves. Je vous invite, madame la ministre, à cesser de les croire. Regardez le calendrier et demandez à l'agence fédérale si les dates sont crédibles! Demandez à la CREG de valider le fait qu'il n'y a pas eu de distorsion sur le marché avec les annonces d'Electrabel!

 

Ces délais sont intenables! Systématiquement, ENGIE les reporte 15 jours à l'avance. Cela va toujours dans le même sens! Jamais, pendant quatre ans, vous n'avez voulu changer cela. C'est là votre problème politique et votre responsabilité politique dans la gestion!

 

ENGIE a évidemment une énorme responsabilité. La vôtre est de ne pas avoir changé ce système qui trompe le marché et fait qu'on se retrouve face au mur si l'on fait aveuglément confiance, comme vous le faites, au contraire des écologistes, à ENGIE Electrabel.

 

01.49  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mevrouw de minister, uw antwoord was weer helemaal à la Marghem. Ik meen dat er niet alleen bij de leden van de oppositie ergernis bestaat, omdat u met zo weinig antwoorden komt. De collega's zien u eigenlijk meer aan het werk als verslaggever van de chaos dan als minister van oplossingen. U repliceert dat de oppositie blijkbaar de indruk heeft dat u niet ernstig bezig bent met het dossier. Maar, mevrouw de minister, dat is geen indruk; dat is, helaas, de realiteit.

 

U ontwijkt onze vraag en daarom zal ik deze vanmiddag aan minister Jambon stellen. Was op het moment dat u besliste geen strategische reserve aan te leggen, het probleem van het betonrot al bekend? Ik zal daarover straks aan minister Jambon, de minister bevoegd voor nucleaire veiligheid, een actuele vraag moeten stellen. Er zijn immers grote fouten gemaakt en het moet duidelijk zijn wie die fouten gemaakt heeft.

 

Het moet duidelijk zijn welk overleg er al dan niet plaatsvond. Wat gebeurd is, is eigenlijk onver­antwoord. Op dat moment zat u blijkbaar op een onbewoond eiland, want als u in België was geweest, de kranten had gelezen en het Parlement had gevolgd, was u perfect op de hoogte geweest van het probleem van het betonrot. Dat probleem is niet gisteren ontstaan.

 

Ik wil u, samen met de andere collega's, uitnodigen verder te kijken dan alleen de maand november. Ik nodig u uit bij het bricoleren niet op te houden bij het eerste, meest urgente probleem van de maand november maar verder te kijken naar de komende winter. Er zijn immers heel wat problemen met de kerncentrales aangekondigd.

 

Uw analyse van het energielandschap en uw ambities inzake de energiekosten blijven totaal fout. U had het hier over de problemen van hernieuwbare energie. U wierp op dat het grote probleem van hernieuwbare energie erin bestaat dat die onvoorspelbaar geworden is. Mevrouw Marghem, vandaag worden wij niet gecon­fronteerd met de onvoorspelbaarheid van hernieuwbare energie; wij worden geconfronteerd met de voorspelbaarheid dat oude kerncentrales voortdurend stilliggen.

 

Wat u telkens opnieuw vertelt, de analyses die u maakt, uw suggesties voor oplossingen, creëren onzekerheid in het energielandschap. Wij zien wel een minister die zegt het Energiepact te willen uitvoeren, maar die in alles wat zij doet, eigenlijk probeert dat Energiepact te saboteren.

 

Het is de grote nucleaire alliantie van Marghem en de N-VA, die ons in de problemen brengt. Eigenlijk wil u de kernuitstap niet realiseren. Het enige wat u doet, is de kernuitstap saboteren, en op die manier wentelt u ons land in de problemen, tot het vast geraakt. U draagt daar een gigantische verantwoordelijkheid voor. De alliantie van de N-VA en Marghem, over de taalgrens heen, met het Frans van ENGIE en van Electrabel, is onge­looflijk.

 

U en uw partij, mijnheer Wollants, dragen een ongelooflijke verantwoordelijkheid. Het is namelijk de N-VA, de Vlaamse partij bij uitstek, die de energietoekomst saboteert. We zouden ze in Vlaamse handen kunnen nemen, maar u besteedt die uit aan Parijs en Frankrijk, elke keer opnieuw.

 

01.50  Karin Temmerman (sp.a): Zoals gewoonlijk hebt u geen antwoord gegeven op de zeer duidelijke vragen. Bovendien durft u te concluderen dat u de situatie zeer ernstig neemt. Dat wil ik nog geloven, maar u voegt eraan toe dat u voorzienig bent geweest. U bent helemaal niet voorzienig. De situatie vandaag is het gevolg van uw onvoor­zienigheid.

 

Weet u wanneer voor de eerste keer problemen van betonrot werden vastgesteld? Dat was al in 2012 en er werd al voor gewaarschuwd in 2010. Uiteindelijk is het een kroniek van een aange­kondigde dood. Iedere keer viel een centrale in herstelling weer uit. We hebben u verschillende keren gevraagd de centrales die momenteel kampen met betonrot, te onderzoeken. U hebt dat niet gedaan. U hebt gewoon gewacht. We moesten in juni en september 2018 vaststellen dat er weer een probleem was. U bent dus helemaal niet voorzienig.

 

Ik zou u ook willen vragen niet enkel te kijken naar november. Wat zal er gebeuren in januari, als Doel 1 en Doel 2 niet opnieuw werken? Die kans is reëel. We moeten verder kijken.

 

In verband met de prijzen hebt u een hele uitleg gegeven over de marktwerking. Dat weten we allemaal al. De realiteit is dat we de nucleaire centrales allemaal samen betaald hebben met onze facturen. Die hebben we samen afgeschreven. De nucleaire rente is gedaald, opdat er herstellingswerken konden gebeuren, omdat u de levensduur van twee centrales hebt verlengd. En nog zijn zullen de prijzen enkel stijgen. Dat is uw verantwoordelijkheid. U hebt geen energiebeleid gevoerd. Uw Energiepact, dat nog steeds niet definitief is gesloten, is er niet. De transitie naar de broodnodige alternatieven is niet gebeurd. Dat is uw verpletterende verant­woordelijkheid. Electrabel heeft fouten gemaakt, maar u bent de politiek verant­woordelijke. U bent helemaal niet voorzienig.

 

Ik heb maar twee minuten, maar ik zou gedurende een uur kunnen uiteenzetten hoe het komt dat we staan waar we nu staan. Het is de verantwoordelijkheid van uw regering, met de N-VA op kop.

 

01.51  Michel de Lamotte (cdH): Madame la ministre, je vous ai écoutée attentivement. À la fin de votre exposé, au cours duquel vous avez présenté les options que vous allez suivre, vous avez déclaré: "Le résultat concret de notre travail, c'est ceci." Pour ma part, je constate que le résultat tangible de votre travail depuis quatre ans, c'est la situation actuelle, laquelle se traduit par un imbroglio en termes de fourniture d'électricité, de risque de pénurie eu égard aux mois qui vont suivre. On parle en effet du mois de novembre, mais nous ne savons pas ce qui arrivera ensuite.

 

Je réitère le contenu de mon intervention: votre travail se caractérise par un manque d'anticipation. Nous connaissons le résultat de votre confiance totale et aveugle envers l'opérateur ENGIE, qui n'a pas trouvé en face de lui un pouvoir politique fort pour essayer de réguler ce qui doit l'être. De même, l'adminis­tration de l'Énergie pourrait être consolidée.

 

Madame la ministre, vous ne nous transmettez aucun chiffre et n'étayez pas vos dires. J'espère que vous disposez de données. On en parle depuis une semaine, mais vous ne nous les communiquez pas. Je trouve très frustrant que vous n'étayiez pas vos arguments.

 

Enfin, le consommateur – qu'il soit résidentiel ou industriel – n'est pas rassuré quant au montant de sa facture. Le cadre n'est pas stable en termes de prix énergétique. Ensuite, vous vous étonnerez que personne ne veuille encore investir dans ce secteur en Belgique! Avouez qu'on s'y refuserait à moins! Il est nécessaire de pouvoir stabiliser davantage ce qui attend les opérateurs et les consommateurs.

 

Madame la ministre, j'attends que vous nous apportiez des réponses précises à des questions précises et qui soient étayées par les chiffres dont vous disposez, mais que vous ne voulez pas nous transmettre. C'est insupportable!  Nous siégeons ici dans une commission parlementaire. Malgré tout mon respect envers la presse, j'ai eu l'impression, en écoutant votre exposé, d'assister à une seconde conférence de presse.

 

01.52  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Madame la ministre, en fait, c'est assez clair: vous n'avez rien à dire à ENGIE Electrabel!

 

Dans tout votre exposé, vous avez même été obligée d'appeler votre collègue français pour lui enjoindre de leur dire qu'ils doivent nous assurer une aide. Ils ne vous répondent même plus directement. Vous êtes obligée de passer par les autres pays. C'est un constat assez lamentable!

 

C'est le jeu que joue aujourd'hui Electrabel. C'est un peu comme le pompier pyromane: Electrabel met le feu, ne garantit pas notre approvisionnement, et puis se dit prêt à venir l'éteindre mais il faut lui donner du "pognon"!

 

C'est une folie d'être tellement dépendants d'un acteur privé qui désorganise lui-même notre approvisionnement énergétique et met ensuite des conditions à la recherche éventuelle de solutions. Chers collègues, où va-t-on?

 

La ministre – et évidemment, elle va le plus loin parce qu'elle est une ministre libérale! – nous balance une inexactitude en nous disant: "La loi de l'offre et de la demande va faire diminuer les prix." Mais s'il y a bien quelque chose que nous avons tous pu observer, c'est que la loi de l'offre et de la demande n'a pas du tout fait diminuer les prix!

 

Pourquoi? Parce que cette prétendue concurrence organisée au niveau européen mène, en fait, à une concentration encore plus monopolistique dans cette entreprise multinationale qui contrôle la quasi-totalité de notre système énergétique. Avec des groupes comme ENGIE Electrabel, 1,4 milliard de bénéfices en 2017!

 

La question qui se pose, chers collègues, est celle de l'impuissance du politique, savamment organisée par un parti comme le MR qui est complètement soumis à ce dogme. Qu'allons-nous prendre comme mesures pour reprendre le contrôle d'un secteur aussi important? Voilà toute la question.

 

Effectivement, en tant que PTB, nous posons la question de la socialisation de ce secteur. Tout comme le secteur bancaire n'est pas capable d'assurer les liquidités et le financement des divers investissements, ici en Belgique depuis 2008, nous avons bel et bien un problème au niveau énergétique, où nous dépendons complètement d'un conseil d'administration qui a plus de pouvoir sur notre vie de tous les jours que le gouvernement au grand complet! C'est ça, le problème, chers collègues. Il y a là urgence!

 

À court terme, madame la ministre, en matière de prix, il est inacceptable que le consommateur paye et augmente même les bénéfices d'Electrabel, puisque la fameuse loi de l'offre et de la demande fait que face à une distorsion du marché, les prix flambent. Electrabel va donc y gagner de l'argent. Les acteurs aussi, et l'État également, sur une augmentation de la TVA.

 

De ce côté-là, madame la ministre, je vous ai entendu taper du poing sur la table en disant: "Nous voulons une TVA à 6 %!" Vous trouvez scandaleux, comme nous, que vos collègues ne soient pas d'accord avec cela. C'est une prise de position importante du MR, ici, aujourd'hui, qui consiste à vouloir, à court terme, une TVA au taux de 6 %, en contradiction avec M. Van Overtveldt, que j'ai interpellé la semaine passée et qui m'a répondu: "Pas question!"

 

Aujourd'hui, il règne au sein du gouvernement des tensions très importantes sur cette TVA à 6 %. J'espère que dans les quatre à cinq jours à venir, le MR va continuer à taper du poing sur la table pour l'obtenir. Nous vous mettons au défi. M. Van Overtveldt n'est pas d'accord avec la position du MR – et du premier ministre, parce que je suppose que vous parlez aussi en son nom quand vous dites vouloir ramener la TVA à 6 %. Nous comptons bien voir reculer M. Van Overtveldt sur cette question dans les prochains jours.

 

01.53  Bert Wollants (N-VA): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, ik wil kort drie punten aanraken.

 

Ten eerste, mijnheer Calvo, mijnheer Nollet, Doel 1 en Tihange 1 hadden sowieso tegen eind 2018 niet opnieuw kunnen terugkomen, indien zij op uw advies niet waren verlengd. Indien zij helemaal zouden zijn gesloten, zouden zij inderdaad geen energie kunnen produceren.

 

Nu zal dat wel kunnen. Daarover gaat het natuurlijk, namelijk over capaciteit die wij nodig hebben.

 

Mijnheer Calvo, een tweede aspect is het volgende. U probeert hier het spelletje "Vlaamse stroom in Vlaamse handen" te spelen. Het is ongeveer de eerste keer dat u bij het woord "Vlaams" niet kokhalst.

 

Kijk echter eens naar de gascentrales. Zesendertig gascentrales in ons land zijn in Franse handen, verdeeld over vier verschillende bedrijven. Total, EDF, ENGIE en Lampiris zijn daarin betrokken. De T-Powercentrale in Tessenderlo was tot voor kort in handen van een Japanse firma. Het bedrijf in Vilvoorde waarop wij nu een beroep willen doen, is in Bulgaarse handen. Vanwaar kwamen de twee nieuwe gascentrales, die in het kader van de oproep van Wathelet werden aangeboden? Zij kwamen van de Zwitsers in Dilsen-Stokkem en van de Nederlanders in Wallonië. Daar gaat het over.

 

Een tweede punt is het volgende.

 

Mevrouw de minister, u hebt aangehaald dat Elia en Electrabel heel graag naar de commissie wilden komen. Het was mij echter niet erg duidelijk waarom zij dan niet naar de commissie zijn gekomen. Mijnheer de voorzitter, ik merkte wel dat u op dat moment onmiddellijk uw micro opzette en zenuwachtig werd. Ik wil eigenlijk wel eens weten waarom zij hier niet zijn, aangezien heel veel leden hebben opgeroepen om hier tekst en uitleg te komen geven.

 

Ten derde, mevrouw de minister, u hebt aangegeven dat u alles zal doen om ervoor te zorgen dat het licht blijft branden. Het moet echter meer dan dat zijn. Wij moeten er sowieso voor zorgen dat het licht blijft branden. Wat ook gebeurt, het licht moet gegarandeerd blijven branden. Ook al heeft iedereen ter zake zijn uiterste best gedaan, indien wij er daarmee niet komen, is het voor ons onvoldoende. Het licht moet blijven branden en iedereen moet stroom krijgen.

 

01.54  Frank Wilrycx (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, de heer Wollants zei het reeds, de beslissing om Tihange 1 en Doel 1 en 2 open te houden komt ons nu wel heel goed van pas. De zwartepiet wordt nu veel naar elkaar toegespeeld. Tijdens de regering-Di Rupo is Tihange 1 opengehouden, tijdens de regering-Michel zijn Doel 1 en 2 opengehouden. Dat zijn twee beslissing die door alle partijen genomen zijn.

 

Er wordt ook naar mekaar verwezen in verband met de kostprijs en de stijgende prijzen. De groenestroomcertificaten zijn in Vlaanderen sterk gestegen onder een socialistische minister. Zij hebben daar boter op hun hoofd. Nu wordt de btw-verhoging aangegrepen door diezelfde partij als oorzaak van de kostprijsverhoging. Er wordt telkens naar elkaar gewezen, de zwartepiet wordt naar elkaar toegespeeld, ook van ENGIE-Electrabel naar Elia.

 

De mensen hebben daaraan geen boodschap. Zij verwachten vooral dat er naar hun factuur gekeken wordt maar zeker ook naar de bevoorradingszekerheid. Wij moeten daarvoor alle hens aan dek zetten. Wij moeten ook verder kijken dan november. Wij kunnen deze discussie niet telkens opnieuw voeren. Ik ben nog maar recent terug in het Parlement gekomen, maar toen ik enkele jaren geleden vertrok, was die discussie ook reeds lopende. Het zou toch beter zijn, mochten wij op termijn een definitieve oplossing kunnen vinden, zodat er niet bij elk probleem opnieuw paniek ontstaat, op de markten en bij de inwoners van België.

 

Daarom roep ik op om een beetje eensgezind aan die markt te werken. Ik hoop dat wij straks die spelers allemaal kunnen horen en dat de neuzen wat meer in dezelfde richting komen te staan.

 

01.55  Olivier Maingain (DéFI): Monsieur le président, madame la ministre, premièrement, sur les faits, vous ne nous avez pas rassurés. En ce qui concerne la communication entre les différentes autorités de contrôle par rapport à votre action, nous n'en savons pas davantage, parce que vous n'avez pas répondu précisément quant aux dates de communication d'informations d'une autorité à l'autre, notamment du groupe Electrabel à l'agence de contrôle. Vous ne nous avez pas donné les informations précises. Je continue de penser que, quelles que soient les responsabilités d'Electrabel et d'ENGIE, il y a une responsabilité au sein des organes de décision du gouvernement et des organes de contrôle.

 

Deuxièmement, aujourd'hui, il n'y a qu'une seule certitude. Et encore: elle est relative. J'ai entendu votre décompte: 700 MW sont mobilisables, avec peut-être 250 MW supplémentaires, qui sont plus aléatoires. Nous le vérifierons dans les faits. Donc, 750 MW par rapport à un besoin éventuel de 3 850 MW au minimum, si nous sommes confrontés à un mois de novembre vraiment difficile. Vous nous dites que vous êtes en négociation. Nous attendons le résultat de votre négociation. Nous allons vérifier.

 

Troisièmement, vous nous dites que c'est Electrabel qui va devoir payer la différence de la facture du consommateur. Bonne chance! Il va falloir faire preuve d'une autre énergie, si vous me permettez ce mot, que celle dont vous avez fait preuve jusqu'à présent vis-à-vis de ce groupe. Je vous demande aussi - j'aime la rigueur -d'esquisser une voie juridique pour contraindre ce producteur – qui, de toute façon, ne sera pas le producteur des mégawatts qui nous manquent, puisque sa capacité est au maximum – à assumer la différence du coût énergétique par rapport à d'autres fournisseurs. Vous ne l'avez pas fait. Je voudrais avoir la démonstration juridique de la manière dont vous allez atteindre cet objectif.

 

01.56  Benoît Friart (MR): Madame la ministre, je vous remercie pour vos explications. Elles étaient très claires et très précises. Comme vous l'avez dit, en deux jours, l'essentiel des solutions a été trouvé et il reste encore un mois pour peaufiner tout cela. Nous voyons en tout cas que la situation est sous contrôle et nous vous assurons, madame la ministre, de notre soutien dans vos démarches.

 

Le président: Ceci clôture notre débat d'actualité. Il nous reste à traiter la question de l'ordre des travaux.

 

Les groupes sont unanimes pour poursuivre le débat avec des intervenants extérieurs. Le premier point sur lequel il faut se mettre d'accord a trait aux institutions que nous souhaitons auditionner. J'ai entendu cinq propositions. Nous pourrions recevoir l'AFCN dans un deuxième temps. En tout cas, un consensus avait été atteint pour accueillir en même temps le Bureau du plan, Elia, Electrabel et la CREG.

 

La Commission est-elle d'accord pour que ces quatre instances soient entendues?

 

Ensuite, quand pouvons-nous le faire? Certains parlaient d'aujourd'hui. En ce qui concerne la séance plénière, il est du ressort de la Conférence des présidents de décider si des auditions sont possibles cet après-midi. Cela dit, le secrétariat a pris des contacts toute la matinée. Electrabel a répondu ne pas pouvoir venir aujourd'hui. Le Bureau du plan ne serait disponible que jusqu'à 16 h 30. Quant aux deux autres instances, elles sont disponibles. Nous pouvons aussi opter pour vendredi, lundi ou mardi prochain. Je m'en remets à la sagesse de la commission.

 

01.57  Benoît Friart (MR): Monsieur le président, nous pourrions nous en tenir au mardi matin, puisque c'est en principe le jour où notre commission se réunit.

 

Le président: Cela ne me pose pas de problème, puisque c'est le jour habituel de nos réunions. Nous pouvons même y consacrer la journée, si nécessaire.

 

Si vous en êtes d'accord, nous allons donc contacter les quatre instances pour les recevoir le mardi 2 octobre vers 10 h. Cela vous convient?

 

Madame la ministre, chers collègues, je vous remercie beaucoup pour ce débat intéressant.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

La réunion publique de commission est levée à 12.27 heures.

De openbare commissievergadering wordt gesloten om 12.27 uur.