Plenumvergadering

Séance plénière

 

van

 

Donderdag 19 november 2015

 

Voormiddag

 

______

 

 

du

 

Jeudi 19 novembre 2015

 

Matin

 

______

 

 


De vergadering wordt geopend om 9.03 uur en voorgezeten door de heer Siegfried Bracke.

La séance est ouverte à 9.03 heures et présidée par M. Siegfried Bracke.

 

De voorzitter: De vergadering is geopend.

La séance est ouverte.

 

Aanwezig bij de opening van de vergadering zijn de ministers van de federale regering:

Ministres du gouvernement fédéral présents lors de l’ouverture de la séance:

Charles Michel, Kris Peeters, Alexander De Croo, Daniel Bacquelaine, Willy Borsus, Steven Vandeput, Sophie Wilmès, Pieter De Crem, Elke Sleurs, Theo Francken.

 

Berichten van verhindering

Excusés

 

Maya Detiège, Luk Van Biesen, Dirk Van Mechelen, wegens gezondheidsredenen / pour raisons de santé;

Filip Dewinter, Jan Penris, Christian Brotcorne met zending buitenslands / en mission à l'étranger;

Daniel Senesael, Benelux.

 

Federale regering / gouvernement fédéral:

Maggie De Block, ambtsplicht / devoirs de mandat;

Johan Van Overtveldt, met zending buitenslands (Londen) / en mission à l'étranger (Londres).

 

01 Mededeling

01 Communication

 

Bij brief van 16 november 2015 deelt de FDF mij mede dat hij de benaming DéFI (Démocrate Fédéraliste Indépendant) heeft aangenomen.

Par lettre du 16 novembre 2015, le FDF m'informe qu'il a adopté la dénomination DéFI (Démocrate Fédéraliste Indépendant).

 

02 Agenda

02 Ordre du jour

 

Op verzoek van de minister van Financiën, stel ik u voor de bespreking van volgende wetsontwerpen te verdagen naar de plenumvergadering van volgende week:

het wetsontwerp tot wijziging van het Wetboek van de inkomsten­belastingen 1992 op het stuk van de maaltijdcheques en de niet-recurrente resultaatsgebonden voordelen (nrs 1131/1 tot 3);

het wetsontwerp tot opheffing van artikel 19bis van het Wetboek van de belasting over de toegevoegde waarde (nrs 1306/1 tot 3);

het wetsontwerp tot wijziging van het Wetboek van de belasting over de toegevoegde waarde (nrs 1307/1 tot 3);

het wetsontwerp tot wijziging van het Wetboek van de belasting over de toegevoegde waarde met betrekking tot de opeisbaarheid van de belasting (nrs 1311/1 tot 3);

- het wetsontwerp houdende eindregeling van de begrotingen van de instellingen van openbaar nut van het jaar 2010 en de voorgaande jaren 2007, 2008 en 2009 (nrs 1329/1 tot 3).

 

À la demande du ministre des Finances, je vous propose de reporter la discussion des projets de loi suivants à la séance plénière de la semaine prochaine:

- le projet de loi modifiant le Code des impôts sur les revenus 1992 en matière de titres-repas et d'avantages non-récurrents liés aux résultats (nos 1131/1 à 3);

- le projet de loi portant abrogation de l'article 19bis du Code de la taxe sur la valeur ajoutée (nos 1306/1 à 3);

- le projet de loi modifiant le Code de la taxe sur la valeur ajoutée (nos 1307/1 à 3);

- le projet de loi modifiant le code de la taxe sur la valeur ajoutée en ce qui concerne l'exigibilité de la taxe (nos 1311/1 à 3);

- le projet de loi contenant le règlement définitif des budgets d'organismes d'intérêt public pour l'année 2010 et les années antérieures 2007, 2008 et 2009 (nos 1329/1 à 3).

 

Dat heeft te maken met het feit dat de minister niet bij ons kan zijn en hij wenst de bespreking mee te maken. Het zal dus volgende week worden geagendeerd.

 

Op verzoek van de indieners stel ik u eveneens voor de bespreking van het wetsvoorstel van de heren Wouter De Vriendt en Benoit Hellings, de dames Anne Dedry en Muriel Gerkens en de heren Georges Gilkinet en Stefaan Van Hecke tot wijziging van de wet van 15 december 2013 houdende diverse bepalingen inzake administratieve vereenvoudiging wat het toetsen van internationale verdragen en akkoorden aan de beleidscoherentie ten gunste van ontwikkeling betreft (nrs 1149/1 en 2) te verdagen naar de plenumvergadering van volgende week.

 

À la demande des auteurs je vous propose également de reporter la discussion de la proposition de loi de MM. Wouter De Vriendt et Benoit Hellings, Mmes Anne Dedry et Muriel Gerkens et MM. Georges Gilkinet et Stefaan Van Hecke modifiant la loi du 15 décembre 2013 portant des dispositions diverses concernant la simplification administrative en ce qui concerne l'évaluation des traités et accords internationaux au regard de la cohérence des politiques en faveur du développement (nos 1149/1 et 2) à la semaine prochaine.

 

Geen bezwaar? (Nee)

Aldus zal geschieden.

 

Pas d'observations? (Non)

Il en sera ainsi.

 

03 Mededeling van de regering over de terroristische aanslagen

03 Communication du gouvernement sur les attentats terroristes

 

Aan de orde is de mededeling van de regering.

L'ordre du jour appelle la communication du gouvernement.

 

Het woord is aan de eerste minister.

La parole est à M. le premier ministre.

 

03.01 Eerste minister Charles Michel: Mijnheer de voorzitter, beste collega’s, afgelopen vrijdag hebben drie terroristische groepen een blinde moordaanslag gepleegd op onschuldige mensen. Des victimes innocentes dont le seul péché était de vivre en liberté.

 

De aanslag in het hart van Europa komt boven op vele andere aanslagen: het Joods Museum in Brussel, Charlie Hebdo, Verviers of nog, de Thalys tussen Brussel en Parijs.

 

Deze aanvallen vonden plaats in Parijs, werden beslist in Syrië en zijn door Frans-Belgische cellen uitgevoerd.

 

Ces attaques ont eu lieu à Paris. Elles ont été commandées en Syrie et elles ont été exécutées par des cellules franco-belges.

 

Er zijn 129 mensen gestorven, 350 zijn gewond, sommigen vechten vandaag nog steeds voor hun leven. Vrouwen en mannen, 19 verschillende nationaliteiten, onze gedachten gaan naar hun familie en vrienden. En wij denken ook aan onze drie landgenoten die bij deze barbaarse daad zijn omgekomen.

 

Mijnheer de voorzitter, beste collega’s, wij zijn verbolgen, wij zijn triest. Door dood te zaaien proberen terroristen onze waarden te vernietigen, onze vrijheid om een concert of een voetbalmatch bij te wonen of om gewoon te ontspannen.

 

Beste collega’s, in dit Parlement delen wij niet dezelfde ideologische, politieke of filosofische overtuiging maar in dit Parlement vertegenwoordigen wij de diversiteit van onze bevolking. Laten wij meer dan ooit onze verschillen overstijgen en ons verenigen. Ons verenigen! Meer dan ooit moeten wij ons scharen achter onze fundamentele, universele waarden, zijnde gelijkheid, scheiding tussen kerk en staat, vrijheid van meningsuiting, tolerantie en respect, respect voor de ander. Het zijn en blijven onaantastbare fundamenten van onze democratie. Fanatisme is net als racisme een gif, een gif dat verdeeldheid wil zaaien, een gif dat vernietigd moet worden.

 

Le fanatisme, comme le racisme, est un poison, un poison qui divise, un poison qui déchire, un poison qui détruit.

 

Beste collega’s, het Parlement en de regering hebben de verantwoordelijkheid om niet in deze val te trappen. Het is de plicht van alle democraten, ik herhaal, alle democraten, om fanatisme en terrorisme te bestrijden, vastberaden en meedogenloos. Laat er geen twijfel over bestaan, wij zullen strijden tegen vijanden van de vrijheid, met volledig respect voor de rechtsstaat.

 

La procédure contradictoire, la présomption d'innocence, les droits de la défense, l'État de droit, c'est l'honneur des démocrates, de eer van de democraten! (Applaudissements)

 

Beste collega’s, het groeiende fanatisme kennen we natuurlijk al langer dan vandaag. Het is een fenomeen dat gekend is en dat tegelijk zeker de grootste uitdaging vormt voor onze democratie en misschien ook voor onze generatie.

 

Monsieur le président, chers collègues, dès vendredi soir, les services de sécurité de la Belgique ont été mobilisés pour obtenir, heure après heure, le maximum d'informations, en pleine coopération avec les services français. L'OCAM, le Centre de crise, le Conseil national de sécurité se sont réunis à plusieurs reprises pour prendre, souvent dans l'urgence, les meilleures décisions possibles.

 

Le contrôle renforcé à la frontière française a été décidé, ainsi que les contrôles dans les aéroports et les gares. Immédiatement, les polices locales ont reçu des instructions pour augmenter le degré de vigilance pour les événements publics, pour renforcer les contrôles. La recommandation de ne pas se rendre à Paris si ce n'est pas indispensable a été communiquée à la population.

 

Après le week-end, lundi soir, j'ai convoqué une fois encore dans l'urgence le Conseil national de sécurité pour prendre connaissance de nouvelles informations donnant lieu à une réévaluation du niveau de la menace, porté à 3 sur une échelle de 4. Immédiatement, pendant la nuit, le Centre de crise a proposé des mesures opérationnelles et nous avons informé les zones de police et les différents acteurs concernés.

 

Nous avons également pris la décision difficile d'annuler le match de football amical entre la Belgique et l'Espagne. Le lendemain, les autorités allemandes ont pris une décision similaire. La présence militaire a été renforcée jusqu'à 300 militaires en plus des 220 qui étaient déjà mobilisés. Ils sont déployés dans les grandes villes pour des missions de surveillance statique.

 

Mesdames et messieurs, dès la mise en place de l'accord de gouvernement, nous nous sommes engagés à prendre les premières mesures de lutte contre le fanatisme et contre le terrorisme.

 

Les attentats de Charlie Hebdo, en janvier, comme ceux déjoués à Verviers ont, bien sûr, contribué à accélérer et à renforcer les processus de décision. Et là aussi je veux être concret. Le Conseil de sécurité a été installé. Il s'est réuni à quatorze reprises en quelques mois, souvent dans l'urgence.

 

Dorénavant, l'armée peut être déployée dans un protocole précis avec nos forces de police pour des missions statiques de surveillance, lorsque le niveau d'évaluation de la menace l'exige.

 

Le retrait des cartes d'identité est désormais possible pour les candidats au djihad et la déchéance de la nationalité peut être décidée par un juge, en cas de condamnation pour terrorisme.

 

L'OCAM a démarré la mise en place d'un registre dynamique pour ficher les foreign fighters.

 

La capacité de mener des écoutes a été élargie dans les dossiers de terrorisme.

 

Des patrouilles mixtes, dans les transports internationaux, sont plus régulières.

 

Sur le plan budgétaire, dès 2015, les premières mesures ont été prises: 200 millions d'euros pour renforcer les investissements pour la sécurité, pour les équipements – je pense, par exemple, à nos unités spéciales –, mais aussi pour du personnel et des agents supplémentaires. Pour être concret, je pense à la Sûreté de l'État où 45 recrutements ont déjà été réalisés et des procédures sont en cours pour 28 recrutements supplémentaires.

 

Mijnheer de voorzitter, collega's, in enkele maanden tijd hebben wij heel wat krachtige maatregelen genomen, maar dat volstaat niet. Ik weet het, wij weten het. Wij moeten meer doen, wij moeten beter doen.

 

C'est une obligation à l'égard de nos concitoyens.

 

Mesdames et messieurs, le gouvernement a choisi de prendre une décision forte, d'adresser un signal fort.

 

Het is een sterk signaal dat wij 400 miljoen euro hebben vrijgemaakt voor de strijd tegen terreur. Volgende week wordt hiervoor een amendement ingediend op de begroting 2016.

 

En 2016, une enveloppe supplémentaire de 400 millions d'euros sera mobilisée dans le budget pour renforcer la capacité de nos services de sécurité à lutter contre le terrorisme.

 

Naast extra budget wil de regering haar actie op vier domeinen voortzetten: ten eerste, haatboodschappen uitroeien; ten tweede, de inspanningen en de middelen specifiek concentreren op individuen die als potentieel gevaarlijk bekend staan; ten derde, de middelen van onze veiligheidsdiensten versterken en ten vierde, optreden op internationaal niveau.

 

Nous voulons agir sur quatre axes. Le premier, c'est éradiquer les messages de haine et d'appel à la violence. Le deuxième, c'est concentrer les efforts spécialement sur les moyens et les moyens, sur les individus repérés comme potentiellement dangereux. Le troisième, c'est renforcer les moyens sécuritaires des services de sécurité. Le quatrième, c'est agir sur le plan international.

 

Wat het eerste punt betreft, wij stellen vast dat er een zekere vorm van banalisering is van oproepen tot geweld of terrorisme. Dat is onaanvaardbaar en dat moeten wij stoppen. De regering zal dus het wetgevend kader versterken om haat- en terrorismepredikers te veroordelen en/of uit te wijzen. Ik wil zeer duidelijk zijn: wij willen geen extremistische predikers in ons land. Haatpredikers kunnen onder huisarrest worden geplaatst en het land worden uitgezet. Daar bestaat een wettelijke basis voor. Er zullen dus instructies worden gegeven om die bepalingen steeds toe te passen en wij vragen een onmiddellijke en algemene screening van alle predikers die aanwezig zijn op ons grondgebied.

 

Wij moeten ook de oproepen tot haat op websites bestrijden. Wij zullen dus een wet voorstellen waardoor dergelijke sites kunnen worden afgesloten.

 

De vrijheid van eredienst is een grondwettelijk recht, maar gebedsplaatsen kunnen geen ruimte worden voor de verspreiding van het jihadisme. Zulke niet-erkende en vaak clandestiene gebedsplaatsen moeten worden ontmanteld. Er moet ook transparantie komen over de financiering van de moskeeën en dat geldt ook voor de financiering vanuit het buitenland. De erkenning van moskeeën moet verduidelijkt worden. Ten slotte, moet ook de opleiding van imams in België beter omkaderd worden. Die maatregelen zijn noodzakelijk om alle vormen van amalgamen te vermijden.

 

De federale regering is vragende partij om over die belangrijke punten een overleg te starten met de deelstaten.

 

À côté de ce premier axe, qui consiste à combattre la haine et les appels à la violence, j'en viens au deuxième engagement que nous devons prendre. Il s'agit de concentrer les moyens sur ceux qui sont identifiés comme pouvant constituer une menace et de tout mettre en œuvre pour pouvoir les repérer suffisamment vite. Nous allons continuer à renforcer les services de renseignement grâce à des recrutements, de nouveaux équipements et des moyens légaux.

 

Concrètement, l'OCAM a déjà enregistré depuis les derniers mois des progrès significatifs dans la mise en place d'un registre dynamique des foreign fighters. Ce fichier devra permettre de mieux faire circuler l'information entre les services de police et entre ceux-ci et nos partenaires. Lors de chaque attentat et de chaque projet d'attentat, les cellules terroristes étaient composées de combattants étrangers. Empêcher les jeunes de partir vers des zones de combat ou d'entraînement ne suffit pas. Nous devons aussi les empêcher de revenir sur notre sol quand ils ne sont pas belges. Pour nous, la règle doit être claire: la place des djihadistes qui rentrent est en prison. (Applaudissements)

 

Pour les autres personnes qui sont repérées par les services d'analyse de la menace, une procédure contradictoire sera instaurée en vue du port d'un bracelet électronique. Cela s'inscrira dans une démarche probatoire, visant non seulement à encourager la déradicalisation, mais aussi à garantir la sécurité publique.

 

Pour déjouer les attentats, les échanges d'informations entre les services de renseignement sont vitaux. Depuis plusieurs mois, nous préparons avec les ministres concernés la mise en place du PNR pour contrôler l'identité des passagers dans les avions et les trains à grande vitesse. L'objectif est notamment d'empêcher l'embarquement d'un passager s'il figure sur un registre de personnes qui représentent une menace. Nous appliquerons sans attendre ce projet prévu de longue date. Nous espérons pouvoir ensuite l'insérer dans le futur dispositif européen.

 

Nous voulons aussi développer un plan d'action pour soutenir les autorités locales et régionales dans leurs efforts fournis en faveur de la sécurité et du vivre ensemble. Je pense notamment au soutien nécessaire à apporter aux autorités molenbeekoises. Des premières réunions préparatoires ont déjà eu lieu. Il s'agira d'articuler prévention et répression dans une approche transversale. Nous devons mobiliser les efforts contre toutes les formes de criminalité – dans lesquelles j'inclus l'économie illégale.

 

Collega's, de derde as is de versterking van onze veiligheidsdiensten, politie, inlichtingen en Justitie. Naast de extra aanwervingen is het essentieel te investeren in nieuwe technologie, zoals spraakherkenning of ANPR-camera's voor de herkenning van nummerplaten.

 

Onze veiligheidsdiensten hebben ook van de strijd tegen de wapenhandel een prioriteit gemaakt, maar die strijd moet nog verder opgedreven worden. Bovendien wordt de wetgeving inzake de bijzondere onderzoekstechnieken herzien om het gebruik van bijzondere onderzoeksmethoden uit te breiden, bijvoorbeeld voor de wapenhandel.

 

Wij moeten ook onze rechercheurs beter ondersteunen. Concreet, huiszoekingen zijn nu verboden tussen 21 u 00 en 5 u 00 ’s ochtends. Wij zullen deze uurbeperkingen afschaffen in het raam van terrorisme. In de toekomst zal het mogelijk zijn 24 uur op 24 huiszoekingen te verrichten.

 

Bovendien is de beperking van de voorlopige hechtenis tot 24 uur een rem voor de onderzoeken inzake terrorisme. Wij stellen dus voor een herziening van de Grondwet door te voeren om deze termijn naar 72 uur te brengen.

 

Wij stellen ook vast dat prepaid gsm-kaarten gebruikt kunnen worden om onze diensten te misleiden. Het zal in de toekomst onmogelijk zijn deze kaarten anoniem te kopen.

 

Enfin, nous voulons aussi moderniser les procédures pour les certificats et avis de sécurité. Les contrôles seront approfondis. Les délais de procédure seront raccourcis. Le temps de validité sera réduit et cela vise, bien sûr, les fonctions sensibles.

 

Nous comptons évaluer et, si nécessaire, adapter les réglementations en lien avec la notion d'état d'urgence. Il doit s'agir, dans des circonstances très exceptionnelles, de permettre au gouvernement, sous le contrôle du parlement, de prendre des mesures exceptionnelles et temporaires pour garantir la sécurité publique.

 

Mesdames et messieurs, chers collègues, agir chez nous mais agir aussi sur le plan international. La guerre, les conflits armés en Syrie, en Irak, en Libye, l'insécurité et l'instabilité dans le Sahel sont des facteurs de déstabilisation pour le projet européen. Nous connaissons ces derniers mois un afflux de réfugiés sans précédent en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale. En parfait accord avec les conventions internationales, nous assumons pleinement nos responsabilités, même quand la tâche est difficile. Des milliers de places supplémentaires ont été créées.

 

Nous savons dans cette assemblée que le fondement du projet européen, c'est la paix, c'est la stabilité, c'est le libre-échange, c'est la libre circulation des biens et des personnes. Le contrôle strict des frontières de l'Union européenne est le corollaire de l'Espace Schengen. Je mesure bien les mots que je vais utiliser: le risque devant nous, c'est l'effondrement du projet européen si nous n'assumons pas pleinement nos responsabilités.

 

La solidarité entre les pays est indispensable. Elle n'est pas toujours au rendez-vous. Nous l'avons constaté. Il est urgent de renforcer les frontières extérieures de l'Union européenne. C'est vital pour l'avenir de l'Europe. Nous devons donc travailler pour sécuriser, pour stabiliser le voisinage de l'Union européenne. Je pense à notre relation stratégique avec la Turquie. Il doit s'agir, par exemple, de travailler pour permettre que les réfugiés syriens puissent travailler en Turquie. Dans le même temps, nous devons continuer à renforcer notre soutien humanitaire pour permettre un accueil de qualité dans des endroits sécurisés, pas seulement en Turquie mais également par exemple en Jordanie et au Liban. C'est notre devoir, notre responsabilité et nous voulons y travailler.

 

Nous devons aussi combattre Daech. Daech doit être combattu avec une totale détermination. C'est un groupe terroriste qui contrôle un territoire, qui dispose d'une administration et qui dispose de financements. Nous ne devons pas seulement stopper son expansion. Nous devons éradiquer ce mouvement terroriste.

 

Là aussi, chers collègues, ce gouvernement souhaite prendre ses responsabilités. Voici deux semaines, nous avons décidé de mobiliser la frégate Léopold I pour une mission d'escorte du porte-avions Charles de Gaulle. Cette mission, discutée hier en commission au parlement, a également été confirmée par le gouvernement sur la base de l'article 42.7 du Traité européen. Nous plaidons pour une large coalition internationale, de préférence dans le cadre des Nations unies parce que nous sommes convaincus que le dialogue politique Europe/États-Unis/Russie/Iran est aussi indispensable qu'urgent.

 

Chers collègues, nous savons aussi que, dans un tel contexte international, le plan stratégique pour la Défense est un enjeu important pour notre sécurité. Ce plan doit garantir notre crédibilité et notre loyauté sur le plan international. Il doit garantir la solidarité avec nos alliés. L'ancrage européen et l'engagement au sein de l'OTAN sont et doivent rester des défis qui nous tiennent à cœur. Ce plan est bien avancé. Les derniers arbitrages notamment budgétaires devraient intervenir rapidement.

 

Beste collega’s, mijnheer de voorzitter, dit zijn de vier assen en de concrete maatregelen die de regering wil implementeren, maar deze lijst is niet exhaustief. Ze kan worden aangevuld en verbeterd op basis van operationele voorstellen van onze veiligheidsdiensten, maar ook op basis van een dialoog tussen meerderheid en oppositie.

 

Alle democraten moeten zich verenigen om samen onze veiligheid te versterken. Ik neem het initiatief om de ministers-presidenten uit te nodigen om een coherent actieplan uit te werken.

 

Dat is niet alles. De regering vraagt ook om een speciale parlementaire commissie op te richten in de strijd tegen het terrorisme. In deze commissie zullen alle democraten initiatieven kunnen nemen, debatteren en wetsvoorstellen goedkeuren. Het Parlement is het kloppende hart van de democratie. Er is geen betere plaats om actie te ondernemen voor veiligheid en onze vrijheden. (Applaus)

 

Monsieur le président, chers collègues, ces derniers jours, j'ai aussi eu l'occasion d'avoir des contacts avec mes collègues, français et britannique notamment. J'ai fait part au président français du soutien absolu de notre pays à l'égard de la France et de la pleine coopération de nos services. Immédiatement, dans la nuit de vendredi à samedi, les autorités judiciaires belges et françaises ont travaillé main dans la main. Hier, il y a quelques heures, à Saint-Denis, un attentat a été empêché, notamment grâce aux informations fournies par les équipes belges.

 

Tijdens mijn contacten met de Britse eerste minister David Cameron heb ik ook onze wil bevestigd om informatie van onze diensten uit te wisselen.

 

Aussi, je n'accepte pas les critiques qui ont visé à dénigrer le travail effectué par nos services de sécurité, et je veux, avec vous, remercier nos enquêteurs, nos magistrats, nos agents de renseignement, nos policiers pour leur courage et leur mobilisation dans des moments difficiles. (Applaudissements)

 

Grâce à nos équipes de sécurité, 160 condamnations pour terrorisme ont été décidées en quelques mois, autant d'actes de violence stoppés. Grâce à elles, des attentats ont été déjoués, comme à Verviers, par exemple. Grâce à elles, des vies ont été sauvées.

 

Ik aanvaard niet dat onze veiligheidsdiensten ten onrechte worden geviseerd. Ik wil hen hier uitdrukkelijk bedanken voor hun werk. Het is dankzij hen dat levens gered zijn.

 

Chers collègues, nous prenons pleinement nos responsabilités. Nous avons la volonté d'être un partenaire loyal et déterminé pour combattre le terrorisme et garantir la sécurité.

 

Mesdames et messieurs, nous le mesurons bien, nous sommes probablement confrontés à l'un des défis les plus difficiles, les plus délicats, les plus complexes. Nous devons garder la tête froide, parce que c'est probablement une nouvelle page de l'histoire de l'Europe qui est en train de s'ouvrir: des ennemis sans foi ni loi, qui se dissimulent, qui frappent avec lâcheté et qui veulent imposer un modèle totalitaire.

 

La liberté de croire ou de ne pas croire, la liberté de conscience, la liberté de s'exprimer, la liberté de débattre, la liberté de caricaturer, la liberté de travailler, la liberté de sortir, la liberté d'aimer, en un mot la liberté de vivre, pour nous cela n'est pas négociable. Il n'y a pas d'accommodements possibles! (Applaudissements)

 

Wij weten het: de strijd is niet voorbij. Wij maken geen keuze tussen veiligheid en vrijheid. Wij zijn trots op onze fundamentele waarden.

 

Nous sommes fiers des valeurs que nous portons, des valeurs que nous incarnons. Nous ne choisirons pas entre le droit à la sécurité et les libertés fondamentales. Nous voulons l'un et l'autre, nous voulons l'un pour l'autre! Nous le savons, il y aura probablement d'autres menaces, il y aura probablement d'autres attentats. Il y aura probablement d'autres souffrances et d'autres tragédies. Mais nous ne cèderons pas! Ni à la panique ni aux déchirures entre nous! Nous ne cèderons pas non plus à l'esprit de vengeance!

 

Chers collègues, nous allons agir avec dignité, avec une volonté implacable. Nous allons porter haut les valeurs universelles, celles des Lumières, celles des droits de l'homme. Nous sommes debout et nous allons avancer!

 

Je vous remercie. (Applaudissements)

 

03.02 Hendrik Vuye (N-VA): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de eerste minister, collega’s, sedert vrijdag 13 november gaan onze gedachten volop uit naar de slachtoffers van de aanslagen in Parijs. We blijven hen in onze gedachten houden. We leven mee met de families, met de vrienden, met de Parijzenaars, maar ook met alle slachtoffers van IS, waar ook ter wereld. Voor hen zijn we strijdbaar, voor hen moeten we strijdbaar zijn, en voor hen moet de democratie ook weerbaar zijn.

 

De eerste minister heeft daarnet op het einde van zijn uiteenzetting verwezen naar de waarden van de Verlichting. De waarden van de Verlichting zijn inderdaad de waarden van de democratie. Het erkennen van die waarden is een basisvoorwaarde om deel te nemen aan onze maatschappij.

 

Wat betekent dat? Dat betekent dat we ons in de eerste plaats definiëren als burger en dan pas als gelovige of ongelovige. Dat heeft niets, maar dan ook niets te maken met een beperking van de vrijheid van religie. Het is wel zo dat we in het maatschappelijk verkeer in de eerste plaats burger zijn.

 

Ik herhaal het: dat is de fundamentele waarde van de Verlichting. Dat is ook wat ons allen bindt in onze verscheidenheid. Dat is ook wat ons mogelijk maakt om onze waarden, zoals de scheiding van kerk en staat, de scheiding der machten, de vrijheid van meningsuiting, de rechtsstaat en de gelijkheid tussen man en vrouw, ten volle te beleven. Die waarden moeten we ook beschermen.

 

Wie enkel zijn religie kent als grond van recht, die plaatst zich buiten de maatschappij. Wie daarnaast ook nog gaat deelnemen aan de gruwel van IS, die plaatst zich ook buiten de democratie. Laten we niet flauw doen. Laten we het niet hebben over kansarmoede. Onze maatschappij biedt kansen, maar men moet die kansen ook willen grijpen.

 

Wie nu naar Syrië vertrekt, weet heel goed waar hij aan begint. Hij weet heel goed welke waarden hij verloochent. Hij weet heel goed dat hij deelneemt aan een totalitair regime, dat buiten elke vorm van staat staat en dat volledig buiten de democratie staat. Nadien zomaar terugkeren alsof er niets aan de hand is, dat kan niet voor de N-VA-fractie. We zijn dan ook tevreden te horen dat de foreign terrorist fighters die terugkeren, uit de maatschappij zullen worden gehouden. Dat moet zo zijn. Onze democratie moet weerbaar zijn. We moeten daartegen durven te reageren.

 

De wetgever en de regering hebben de plicht ons samenlevingsmodel te verdedigen. Wij hebben dat al gedaan met de twaalf maatregelen die begin 2015 zijn aangekondigd, die in juli 2015 zijn goedgekeurd en die nu volop worden geïmplementeerd. Met de nieuwe maatregelen die ik heb gehoord, versterken wij onze weerbaarheid nog, wat heel belangrijk is.

 

Het aanpassen van de BIM- en BOM-wetten lijkt mij een evidentie te zijn. Een stemmendatabank is een bijzonder efficiënt middel. Ook het uitbreiden van telefoontap en van controle van internetverkeer lijkt mij een evidentie te zijn. Dat de voorlopige hechtenis tot 72 uur wordt uitgebreid, zal effectief de politiediensten en de onderzoeksrechters toelaten hun taak tot een goed einde te brengen. Wat de mogelijkheden voor een huiszoeking betreft is het ook strikt noodzakelijk dat de beperking tot 5 uur ’s ochtends springt.

 

Ik heb ook gehoord dat we, naast het versterken van onze weerbaarheid, ook de mogelijkheden moeten uitbreiden om terroristische aanslagen zo goed mogelijk te voorkomen.

 

Het bijhouden van de passagiersgegevens van wie internationaal reist, is daarbij ongetwijfeld een belangrijk element. Het bijhouden van andere gegevens, zoals biomedische gegevens, van gevaarlijke individuen lijkt mij eveneens een bijzonder belangrijk element te zijn. Een reparatie van de dataretentiewet is eigenlijk een evidentie. Het verdiepen van de veiligheidsmachtiging voor gevoelige functies zal ons ongetwijfeld ook bij die versterking helpen.

 

Ik bedank in ieder geval de regering voor die maatregelen, die niet buitensporig zijn. Een democratie moet immers weerbaar zijn. Een democratie moet ook durven weerbaar te zijn. Wij zijn niet in oorlog, maar wij bevinden ons wel in een situatie waarbij terroristen op ons grondgebied oorlogsdaden stellen. Daartegen moeten wij reageren. Daartegen moeten wij onze beschaving, onze democratie en onze waarden verdedigen. Wij moeten niet wachten tot het te laat is. Wij moeten niet wachten tot het 9/11 van onze democratie.

 

In die context is de aankondiging dat het strategisch plan Defensie er komt, een noodzaak. Wij moeten in onze veiligheid investeren. Wanneer de democratie in gevaar is, zoals de eerste minister daarnet aangaf, moeten wij ook bijzondere maatregelen kunnen treffen. Dat de regering ze onder het toezicht van het Parlement treft, lijkt mij dan ook een noodzaak.

 

De maatregelen die nu worden getroffen, zijn strikt noodzakelijk. Dat bijzondere opsporingsmethoden en bijzondere inlichtingenmethoden anders zullen zijn ná IS dan vóór IS, is een evidentie. Met een vijand als IS kan men immers niet anders.

 

Dat geradicaliseerden hier vrij rondlopen, dat wij niet weten waar ze zijn, kan evident niet. Tegen mensen die potentieel blinde terreur zaaien, potentieel mensen onthoofden, potentieel mensen levend verbranden, potentieel homo’s van daken gooien of potentieel vrouwen verkopen als seksslavinnen, is een beveiligingsmaatregel voor de maatschappij strikt noodzakelijk. Dat is niet disproportioneel, dat is de weerbare democratie.

 

Laten wij ook niet langer blind zijn en laten wij de hand in eigen boezem steken, want wij zijn in het verleden inderdaad soms stekeblind geweest. Ik herinner mij reportages en persartikels over Sharia4Belgium, het ging toen bijna over een soort islamitische scouts, over onschuldig gedrag, over puberaal gedrag, maar in elk geval niet over iets gevaarlijks. De correctionele rechtbank van Antwerpen heeft wel beslist dat Sharia4Belgium een terroristische groepering was en heeft Fouad Belkacem veroordeeld tot 12 jaar effectieve gevangenisstraf. Dat staat in contrast tot hetgeen werd gezegd de eerste jaren dat Sharia4Belgium actief was.

 

Wat dit betreft – de eerste minister heeft een aantal maatregelen aangekondigd – moeten wij strenger durven zijn. Wij moeten optreden tegen haatpredikers en uitwijzing en huisarrest zijn op dat vlak evidenties voor mijn fractie. Het lijkt mij ook noodzakelijk dat er moet worden gestreefd naar een erkenning voor moskeeën en dat men gaat kijken wat er gebeurt in die moskeeën. Dat de staatsveiligheid moet worden versterkt, is ook iets dat wij hebben geleerd en dat wij moeten doorvoeren.

 

Dan is er ook het Molenbeekplan, dat er uiteindelijk komt.

 

In 1995, dat is twintig jaar geleden, was er het proces tegen de GIA, de Groupe Islamique Armé. Die groep was verantwoordelijk voor vele doden in Frankrijk en Algerije. Ook toen waren er aanslagen in Parijs, met name in de metro. Eind jaren ’90 was er de GICM, de Groupe Islamique Combattant. Er werd een aanslag verijdeld die had moeten plaatsvinden tijdens het wereldkampioenschap voetbal te Frankrijk. Toen reeds was er een band met Molenbeek. Enkele dagen vóór 9/11 was er de aanslag op commandant Massoud in Afghanistan. De daders hadden een band met Molenbeek. Nadien was er Nizar Trabelsi, die een aanslag voorbereidde op de vliegtuigbasis van Kleine Brogel. Daarna was de haatprediker sjeik Bassam Ayachi actief in Molenbeek. De schutter van de Thalys logeerde bij zijn zus in Molenbeek. Ook bij Charlie Hebdo waren er verbanden met Brussel. De wapens zouden uit Brussel komen. Het brein achter Verviers en achter de aanslagen van Parijs, Abdelhamid Abaaoud, is geboren en getogen in Molenbeek.

 

Nauwelijks enkele maanden na Charlie Hebdo zien we dat Molenbeek opnieuw de voorpagina's van de internationale pers haalt.

 

Mevrouw Schepmans, u hebt enkele dagen geleden gezegd dat Molenbeek lang heeft geleefd in het stadium van de ontkenning. U hebt overschot van gelijk. Dat is het minste dat men kan stellen.

 

Het is onthutsend om vast te stellen wat men over Molenbeek heeft gezegd en geschreven. In 2011 schrijft een partijvoorzitter dat het daar eigenlijk gaat over een nieuw proletariaat. In datzelfde jaar – hoe ideologisch blind kan men zijn – verklaart een ander politicus dat Molenbeek een sociaal laboratorium was, un laboratoire social qui dérange et qui continuera à déranger. De woorden waren profetisch. Dat hebben we nadien gemerkt. Wat een ideologische blindheid. Ik durf te hopen dat die fase van ontkenning nu voorbij is.

 

Ik voeg er wel meteen aan toe dat het geen enkele zin heeft een volledige stad te stigmatiseren. Dat is onzinnig, dat weten we allemaal. De meeste inwoners van Molenbeek hebben geen uitstaans met terrorisme en veroordelen het terrorisme krachtig. Er was gisteren nog een meeting waaruit dat is gebleken. Het heeft echter nog minder zin om de realiteit niet onder ogen te zien. Er is een ernstig probleem van radicalisering in sommige Brusselse wijken. Dat de naam Molenbeek daarbij zoveel valt, kan echt geen toeval zijn.

 

Ik richt mij nu graag tot mevrouw Schepmans, sedert 2012 de nieuwe burgemeester van Molenbeek. Ik zal het uitzonderlijk in het Frans doen.

 

Madame Schepmans, Molenbeek n'est plus dans le déni. Vous avez le soutien du gouvernement; vous avez le soutien d'une majorité au Parlement et vous avez certainement le soutien de mon groupe. Je vous souhaite toute la détermination et tout le courage pour mener à bien cette lourde mission. L'espoir reviendra car, en effet et enfin, Molenbeek n'est plus dans le déni.

 

Onze waarden moeten we ten volle verdedigen en blijven verdedigen. Dat is de gedachte van de weerbare democratie. Onze waarden kunnen alleen gedijen in een democratie. In een democratie lossen we conflicten op door een politiek, parlementair debat. Wie dat niet respecteert, moeten we met hand en tand bestrijden. Dat is de regel van de weerbare democratie.

 

Namens de N-VA-fractie bedank ik de regering voor het behaalde resultaat. De maatregelen maken onze democratie weerbaar. De injectie van 400 miljoen euro is een injectie in onze veiligheid. Het is ook een noodzakelijke injectie. Namens de N-VA-fractie dank ik de regering voor die investering.

 

03.03  Laurette Onkelinx (PS): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs les ministres, chers collègues, le terrorisme ne connaît aucune frontière, ni celle de l'horreur, ni celle d'un pays et encore moins celle de l'humanité. Paris, Beyrouth, Bruxelles, Alep, un avion en plein ciel, la France, la Belgique, la Syrie, le Liban, l'Irak, partout, les terroristes franchissent les frontières de l'horreur. Le peuple français, le peuple syrien, le peuple belge, le peuple libyen, le peuple irakien, le peuple russe, partout, ce sont les peuples innocents qui sont frappés par ces terroristes.

 

Partout, c'est l'innocence qui est piégée et explosée par ces fous radicaux sur les terrasses, dans un bar, dans une salle de concert, sur un marché. C'est la vie qu'ils arrachent. C'est la vie qu'ils n'aiment pas. Ces terroristes qui sèment la terreur sont les ennemis de la liberté, de la fraternité, de la solidarité, de l'humanité.

 

Chers collègues, ce sont nos ennemis. Ils vivent et ont grandi parfois ici ou parfois là-bas et ont basculé dans l'ignominie, dans la violence, dans la haine de l'autre, dans le refus de la mixité, dans le refus de la liberté. Complètement manipulés, ces médiocres frappent en meutes, aujourd'hui téléguidés par Daesh.

 

Ce week-end, Paris a été victime d'actes de guerre qui ont coûté la vie à au moins 132 personnes. Des jeunes, des vieux, des Français, des étrangers, des parents, des croyants, des athées. En commun, leur innocence. Aujourd'hui, nous sommes aux côtés de la France, aux côtés de tous ceux qui sont déterminés à combattre l'obscurantisme et la terreur. Pour ce faire, monsieur le premier ministre, nous n'avons pas le droit de nous affaiblir.

 

Depuis le début de ces faits terroristes horribles, des irresponsables ont passé leur temps à chercher des boucs émissaires, à stigmatiser, à diviser, voire à communautariser. Ces irresponsables, monsieur le premier ministre, sont notre faiblesse. Je veux vous remercier personnellement de ne pas céder à cette tentation, d'en appeler à l'union nationale et de travailler avec les Communautés et les Régions.

 

Au nom de mon groupe, je ne veux évidemment pas participer aujourd'hui à une quelconque tentative de déstabilisation. Mais, bien sûr, nous avons le droit et le devoir d'inventaire, le droit et le devoir de questionner nos politiques internationales, européennes, belges et l'efficacité de nos services.

 

Pour ce qui est de la situation internationale, je voudrais redire que le groupe PS a soutenu et continue de soutenir, sans ambiguïté, notre participation aux côtés des Français, dans la coalition internationale qui lutte contre Daesh. Nous avons soutenu nos interventions aériennes au-dessus de l'Irak, dans un cadre respectant le droit international et un cadre onusien. Je tiens d'ailleurs, une nouvelle fois, à saluer le travail de nos militaires dans ce combat.

 

Cette solution militaire dure maintenant depuis plus d'un an. Si elle montre certains succès, il faut rappeler qu'elle ne peut évidemment pas se suffire à elle-même. La solution se doit d'être globale. Diplomatie, défense, coopération au développement doivent travailler main dans la main, sans oublier le soutien essentiel à l'aide humanitaire.

 

Aucune bombe aussi précise soit-elle ne peut apporter la paix durablement, ne peut venir en aide aux réfugiés ou apporter une quelconque solution politique. Nous devons tirer les leçons de l'ère Bush et ne pas reproduire les erreurs dont on paie le prix, aujourd'hui. Le remède ne peut pas être pire que le mal.

 

Il faut aussi reconnaître que l'Occident n'a pas été assez regardant avec certains alliés qui ont été les principaux bailleurs de mouvements comme Al-Qaïda et l'État islamique.

 

À ce constat, monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs du gouvernement, je voudrais ajouter que l'Union européenne fait une erreur en ne se concentrant, vis-à-vis de la Turquie, que sur une demande de contrôle des réfugiés et des frontières gréco-turques et du maintien des réfugiés sur son territoire, sans demander aussi et soutenir un rôle actif de la Turquie dans le contrôle de ses frontières avec la Syrie. C'est par là que Daesh a bon nombre de soutiens: pétrole, trafics, combattants.

 

Or, un sommet européen Turquie se tiendra prochainement. Il vous faudra aborder cette question. Lutter contre Daesh en dehors de nos frontières, c'est donc également utiliser l'arme diplomatique.

 

Il revient à l'ensemble de la communauté internationale de littéralement et résolument couper l'oxygène à l'État islamique en stoppant son approvisionnement en argent et en armes, en gelant ses flux financiers et ses contrebandes qui financent leur dessein d'une destruction massive de nos droits et de la paix.

 

Ensuite, il nous faut une approche régionale impliquant tous les pays de la région, avec l'appui de la communauté internationale, avec comme priorité numéro un de combattre l'État islamique.

 

La pacification et la stabilisation de la région de l'après-Assad ne pourront être assurées que lorsque ce combat aura porté ses fruits, mais pour tirer les leçons du passé, il faut prévoir à moyen terme la transition politique et éviter l'effondrement de ce qui reste de l'État syrien.

 

Monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs, au niveau européen, d'importantes réunions sont prévues. Certaines ont déjà eu lieu au niveau de la Défense, bien entendu, et bientôt au niveau Intérieur-Justice avec des points extrêmement importants à l'ordre du jour, comme par exemple le contrôle du trafic d'armes. Quelle mobilité! C'est incroyable dans les informations qui nous sont données jour après jour!

 

Il faut évidemment une politique européenne beaucoup plus efficace dans la lutte contre le trafic d'armes à feu comme dans le contrôle des frontières extérieures, comme en matière de coopération des services de police, comme en matière de financement du terrorisme.

 

Cependant, il manque un thème: l'organisation en Europe d'une véritable agence de sécurité. Avec mon collègue Dewael, nous l'avions déjà plaidée à l'époque au niveau européen. Je sais donc que c'est difficile, puisque de nombreux États estiment que leurs services de renseignement font partie de leur souveraineté qu'ils veulent défendre à tout prix.

 

Je pense, au contraire, que l'on ne peut pas vivre dans un espace libre pour la mobilité des biens et des personnes sans avoir, dans le même temps, une protection par une agence de sécurité commune. Il y va de notre liberté et de notre sécurité. Plus rien ne se confine aux limites d'un État. Je vous demande donc de placer ce dossier au cœur de la future réunion JAI que vous tiendrez cette semaine encore.

 

Il ne faudrait pas que cette priorité de sécurité nous empêche de développer des politiques sociales inclusives, qui sont un véritable bouclier contre le désespoir et la radicalisation anti-système.

 

Avant d'en venir aux questions intérieures, une réflexion sur l'accueil des réfugiés: être le continent des droits de l'homme implique également que l'Europe accueille dans la dignité et solidairement ceux qui relèvent du droit d'asile et qui fuient cette barbarie. Voir dans nos murs ce dont Daech est capable au Moyen-Orient doit permettre à ceux qui doutaient encore de comprendre ce que fuient ces hommes, ces femmes et ces enfants qui nous arrivent.

 

Venons-en à la politique belge. Notre pays a été secoué par des attentats et des menaces terrifiantes; vous y aviez répondu en un plan en douze points. Une évaluation est nécessaire. Étaient-ce les bonnes décisions? Sont-elles suffisantes? Nous avons besoin de précisions et vous en avez donné quelques-unes aujourd'hui. Ainsi, nous avons incriminé le voyage à des fins terroristes. Un peu moins de 150 personnes sont revenues de Syrie. Vous annoncez qu'elles doivent passer par la case prison. Cela pouvait déjà être le cas puisqu'on a incriminé le voyage à des fins terroristes. Combien sont en prison? Combien sont sous bracelet électronique? Et surtout, quel suivi individualisé pour chacun d'entre eux? C'est à partir de là que nous pourrons développer des mesures peut-être plus efficaces.

 

Vous avez prévu de mettre le bracelet électronique à toutes les personnes qui constituent un danger potentiel. Est-ce une mesure efficace en termes de sécurité? Je n'en sais rien. Les avis sont partagés en la matière. Comme vous le savez, un bracelet, cela s'enlève malheureusement facilement. Il nous faudra donc en discuter ensemble, dans cette fameuse commission que vous appelez de vos vœux.

 

Vous aviez prévu, à l'époque, d'enlever le passeport ou la carte d'identité à des candidats au départ. Combien de personnes sont-elles concernées? Quel est leur suivi individualisé? C'est sur cela aussi que nous devrons discuter.

 

Vous aviez donné la priorité à la cybersécurité. Vous venez de rajouter des propositions pour interdire des sites qui propagent la haine. Nous serons de toutes nos forces à vos côtés dans ces nouvelles propositions.

 

Vous proposez aussi de nouvelles extensions des possibilités de perquisition, de détention provisoire pour faits de terrorisme. Nous en discuterons. Nous sommes d'accord, à deux conditions: que ce soit bien pour des faits de terrorisme, puisque cela fait exception à notre régime de droit que vous avez rappelé, et que ce ne soit pas dans le cadre de pouvoirs spéciaux et que cela reste sous le contrôle du parlement. Je me permets d'insister à ce propos.

 

Vous avez également proposé des mesures nouvelles d'exclusion des prédicateurs de haine et de démantèlement des lieux de culte non reconnus qui diffusent l'appel au djihad. Nous serons à vos côtés en la matière.

 

Mesdames et messieurs, au-delà de cette évaluation, il faut aussi accepter de se remettre en cause. Depuis le cancer Sharia4Belgium, les métastases n'ont pas arrêté de progresser. Nous devons voir cette réalité en face. La Belgique, dans son ensemble, est une des bases arrière des terroristes.

 

D'après les informations qui ont été rendues publiques, environ 800 personnes sont sur les listes comme étant potentiellement dangereuses, qu'elles soient dans des va-et-vient avec la Syrie ou susceptibles de partir ou particulièrement radicalisées. Alors que certains se sont amusés et continuent, de façon abjecte, à stigmatiser une commune, nous savons que tous les grands centres urbains sont concernés dans chacune des Régions du pays. Ce sont d'ailleurs dix communes de ces trois Régions qui sont plus que d'autres concernées par ces phénomènes.

 

Au vu de ce constat, comment ne pas considérer comme une évidence qu'il faille augmenter les effectifs des polices concernées. Je pense aux unités spécialisées du fédéral mais aussi aux polices locales qui doivent participer au suivi individualisé des personnes potentiellement dangereuses. On a entendu hier Johan De Becker, le chef de zone de Bruxelles-Ouest, qui gère donc aussi Molenbeek, qui expliquait qu'il lui manquait cruellement 125 policiers aujourd'hui. On a entendu Vincent Gilles, le patron du SFLP Police, qui va jusqu'à dire que la police fédérale est presque en état de faillite, qu'il lui manque 100 millions d'euros pour assurer la sécurité des policiers eux-mêmes. Il faut les écouter!

 

Vous avez parlé de 400 millions. Des dépêches Belga annoncent 500 millions d'euros. Peu importe. Vous avez prévu des moyens supplémentaires. Nous serons à vos côtés pour octroyer ces moyens qui doivent, je le dis clairement, être des moyens supplémentaires. Et tant pis, si à cause de cela, notre déficit est augmenté de 400 ou 500 millions d'euros. Il ne faudrait pas que notamment les politiques sociales inclusives souffrent de l'investissement nécessaire que vous devez faire en matière de sécurité.

 

Sur le plan opérationnel, vous avez raison, et nous vous avons applaudi à cet égard, de souligner le travail extraordinaire de nos services de renseignement, de police et de justice. Sans chercher des coupables pour faire illusion ou pour rassurer, nous devons savoir s'il y a eu des ratés, des erreurs et des fautes.

 

Nous attendons déjà pour la mi-décembre le rapport des comités, en particulier du Comité R, sur les returnees, c'est-à-dire ceux qui sont partis de Syrie et revenus dans notre pays. Comment nos services les détectent-ils et les suivent-ils? Comment partagent-ils leurs informations? Quels sont les contacts avec les autres services belges et étrangers et avec les autorités locales?

 

Une enquête plus particulière sur les barbares qui ont agi à Paris va être lancée. Je comprends évidemment que, dans l'immédiat, il nous faille patienter. Les services sont à la recherche de certains des terroristes impliqués. C'est la priorité. Mais, monsieur le premier ministre, et je m'adresse également aux ministres de la Justice et de l'Intérieur, il importe que cette enquête commence le plus rapidement possible et qu'en deux mois – je le demande à cette tribune –, elle puisse déboucher sur des conclusions.

 

Pourquoi est-ce si urgent? Parce que, si des erreurs ou des fautes ont été commises, il faut en comprendre les raisons pour ne pas les reproduire, car ces erreurs ont des conséquences immenses pour la sécurité des populations. Ainsi, pour prendre un exemple parmi d'autres, comment expliquer qu'un des auteurs qui s'est fait exploser près du stade de France avait été radié des registres de la Ville de Bruxelles sur recommandation de la police fédérale? Est-ce véritablement parce que les services étaient convaincus qu'il était reparti en Syrie ou qu'ils n'avaient plus les moyens matériels et humains pour le suivi individualisé d'une personne considérée comme dangereuse? Sans parler de ces deux frères terroristes Abdeslam, considérés dernièrement par nos services comme étant dépourvus de signes de radicalisation menaçante.

 

Monsieur le président, monsieur le premier ministre, chers collègues, il y a un temps pour tout et il existe deux manières de gérer cette crise: désigner des responsables du passé, ce qui ne nous débarrasse pas du problème, ou assumer nos responsabilités.

 

Ces derniers jours, beaucoup de regards, de mots, d'accusations définitives se sont portés sur la région bruxelloise et sur Molenbeek en particulier. Derrière les personnalités qui se renvoient la balle, c'est une commune et une population que l'on stigmatise. C'est insupportable et c'est injuste! L'appel à l'union de la bourgmestre, je la soutiens et je l'applaudis. Mais moi qui suis laïque comme nombre d'entre vous, je veux aussi ouvrir les yeux sur ce que vit la communauté musulmane qui, dans son immense majorité, est innocente de toutes les horreurs que nous traversons, vit et va vivre dans la peur d'être assimilée aux barbares.

 

C'est mamie Danielle adulée sur les réseaux sociaux qui dit, parlant de la France, mais il en va de même pour la Belgique: "C'est très important d'apporter des fleurs à nos morts. C'est très important de lire plusieurs fois le livre d'Hemingway Paris est une fête. Nous sommes une civilisation très ancienne et nous porterons plus haut nos valeurs. Nous fraterniserons avec les 5 millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment et nous nous battrons contre les 10 000 barbares, qui tuent soi-disant au nom d'Allah." (Applaudissements)

 

Cela dit, il ne faut pas se voiler la face. Certains choix politiques ont failli à nos objectifs de mixité et de progrès social. Qu'elles soient subies ou voulues, il demeure dans nos quartiers beaucoup trop d'exclusions socio-économiques, culturelles ou relationnelles, et j'ajouterai trop de replis sur soi.

 

Pour mon groupe, il faut donc allier répression avec prévention et politique sociale d'intégration. C'est cette politique globale qu'il faut opposer aux terroristes, de l'agent de quartier qui peut repérer un jeune qui part en vrille et pourrait tomber dans les griffes de mouvements radicaux en passant par la création d'une agence européenne de sécurité ou par le renforcement de moyens de lutte conte la pauvreté ou encore par la redéfinition d'une Europe des valeurs humanistes plutôt que marchande. C'est un large éventail de moyens et d'actions qu'il faut mobiliser pour défendre notre modèle de société et nos modes de vie, fondés sur la liberté, la convivialité et le vivre ensemble.

 

Mes chers collègues, je conclus. C'est notre mode de vie qu'on a voulu assassiner. C'est notre convivialité, notre volonté d'être ensemble, de nous mêler, hommes et femmes, jeunes et vieux, croyants ou pas, que ces fanatiques décérébrés veulent assassiner. C'est notre envie de faire la fête un vendredi soir, de faire la ola pour supporter une équipe de foot ou de balancer dans une salle de concerts que ces terroristes veulent assassiner.

 

Mais ils ne vaincront pas. Nous ne les laisserons pas gagner. Soyons lucides: nous ne gagnerons pas le combat du jour au lendemain. Ce serait mentir, se mentir, de croire, de faire croire que la menace va disparaître en même temps que le Charles de Gaulle avance ou qu'une banque de données européenne voit le jour. La menace est là aujourd'hui, demain, dans les jours et les mois à venir et pendant le temps qu'il faudra, il faudra vivre avec.

 

Oui, j'insiste: vivre avec la menace, tout en continuant à vivre comme nous aimons le faire. Mais je le dis: nous gagnerons ensemble autour de ces valeurs universelles qui nous réunissent: liberté, égalité, fraternité. (Applaudissements)

 

03.04  Denis Ducarme (MR): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, chers collègues, ce lundi, comme partout à travers l'Europe et le monde, nous avons pu rendre hommage aux victimes de l'attentat de Paris et exprimer notre solidarité à la France, aux proches et aux familles des victimes. Nous avons pu comprendre aussi que le visage de ce groupe terroriste s'était transformé. Leurs cibles ne sont plus seulement institutionnelles et communautaires. Chaque citoyen est une cible, quelle que soit son origine, sa couleur de peau, sa conviction religieuse, sa nationalité. Les desseins de ces terroristes sont clairs: la destruction de nos libertés, de nos valeurs, de notre mode de vie.

 

Monsieur le premier ministre, alors que notre communauté nationale était encore sous le choc des attentats de Paris, votre gouvernement s'est mobilisé et a pris les mesures qui s'imposaient: le déploiement de 300 militaires, le contrôle aux frontières, le niveau de la menace relevé à 3, une exigence de vigilance jusqu'aux polices locales et en particulier les décisions opérationnelles liées à l'enquête et aux recherches en cours. Et, enfin, l'appui, le soutien, l'aide à la France en matière de renseignement.

 

Chers collègues, cette séance plénière extraordinaire n'est pas la première que nous tenons concernant la menace terroriste. En janvier de cette année, les attentats de Charlie Hebdo, les attentats programmés au départ de Verviers et déjoués par nos services nous avaient déjà réunis. Nous n'avons pas attendu janvier ou ces derniers jours, pour réagir. Faut-il le rappeler, la Belgique a été le premier pays européen frappé par un returnee français, qui avait abattu froidement quatre personnes au Musée juif de Bruxelles en mai 2014.

 

À travers l'accord de ce gouvernement et les douze mesures antiradicalisme et antiterrorisme, cette majorité a choisi de tourner définitivement le dos à la naïveté, à la lâcheté politique qui consista, peut-être trop longtemps, à banaliser la menace de l'islam radical, à ne pas suffisamment reconnaître les ponts existant entre l'islamisme radical et le terrorisme, des ponts parfois plus courts qu'on imaginait.

 

Ces douze mesures, au contraire, nous ont fait regarder la réalité difficile et la menace bien en face. Il fallait frapper les départs de djihadistes vers la Syrie et l'Irak d'illégalité. Nous avons perdu un peu de temps en la matière, mais cette majorité l'a fait.

 

Il fallait mettre en place un Conseil national de sécurité au sommet de l'État, qui puisse, sous la présidence du premier, dans l'urgence, avec efficacité, avec souplesse, définir les mesures appropriées face aux menaces. Nous l'avons fait.

 

Il fallait retirer les passeports et les cartes d'identité préventivement lorsque les soupçons étaient suffisamment étayés par rapport aux départs. Nous l'avons fait. Cela a permis d'éviter plusieurs dizaines de départs.

 

Il fallait donner aux bourgmestres la possibilité de créer des cellules locales pour faciliter l'échange d'informations et assurer un suivi efficace des combattants belges de retour en Belgique. C'est la circulaire "combattants étrangers". Nous l'avons fait.

 

Il fallait se donner les moyens légaux de geler les avoirs ou les financements terroristes. Nous l'avons fait.

 

Il fallait élargir le champ d'application des méthodes particulières de recherche. Nous l'avons fait.

 

Il fallait pour ces cas extrêmes prévoir la déchéance de nationalité. Nous l'avons fait.

 

Il fallait que l'armée contribue à cet effort de sécurité. Malgré quelques scrupules de certains, nous l'avons fait.

 

Il fallait un plan contre le radicalisme au sein des prisons. Nous l'avions proposé avec le MR déjà en 2010, avec le ministre Geens. Nous nous y attelons.

 

Disons aussi que la justice est au travail. Vous l'avez répété: 160 condamnations pour faits de terrorisme.

 

Parmi ces douze mesures, toutes celles qui devaient passer par le parlement ont été votées. Disons-le, la plupart du temps, à part quelques exceptions, nous avons reçu le soutien de l'opposition. Nous avons réussi, parfois dans un contexte difficile sur le plan de la confrontation des idées, à obtenir un rassemblement essentiel des forces politiques dans leur diversité face à la menace.

 

Aussi, au-delà de ces douze mesures, à l'instar de la mise en garde reçue du secrétaire général de l'OTAN en mai dernier, une attention accrue est portée par le secrétaire d'État Francken aux potentielles infiltrations terroristes au sein des flux de migrants.

 

En matière de moyens aussi, il fallait agir. Il y a une augmentation importante des moyens en matière de sécurité, pour 200 millions, dont un demi-million pour l'OCAM, près de 7 millions pour la Sûreté de l'État, 15 millions en équipement pour nos unités spéciales, 12 millions pour les militaires dans les rues, 1 million pour les dix communes les plus touchées par le phénomène du radicalisme.

 

La mesure de la menace a été prise. L'époque que nous vivons n'est plus la même depuis l'attaque au Musée juif de Bruxelles et le départ de milliers de combattants européens pour rejoindre les rangs de Daesh. Même si le nombre de départs diminue, ils se poursuivent néanmoins.

 

Nous savons aussi que l'islamisme radical a pris racine en Europe, et cela ne date pas d'hier. De nombreux signaux d'alerte s'allumaient déjà dans notre pays il y a plusieurs années. Madame Onkelinx, je vous ai entendue, je vous ai applaudie. Vous avez parlé de faillite de certaines politiques publiques, vous avez parlé de métastases. Vous avez bien choisi le terme. Mais ces métastases remontent au-delà du phénomène Sharia4Belgium.

 

Sans doute, en ce qui concerne l'intégration, nous n'avons pas toujours été assez écoutés. Sur le communautarisme, nous n'avons peut-être pas toujours été assez écoutés. Sur l'islamisme radical, nous n'avons peut-être pas toujours été assez écoutés. Souvenez-vous, il aura fallu sept ans à ce parlement pour accepter notre proposition d'interdiction de la burqa, l'étendard de l'islamisme radical dans ce pays.

 

C'est vraiment collectivement, dans le rassemblement, que nous devons tourner le dos à cette période de naïveté. C'est collectivement que nous devons, au-delà de rattraper un certain retard, prendre les devants et montrer l'exemple sur le plan européen, en prenant des dispositions suffisamment fortes face à la menace.

 

Monsieur le premier ministre, vous avez exposé un certain nombre de mesures complémentaires vigoureuses, importantes - au-delà des douze mesures déjà prises, qui commencent à porter leurs fruits -, qui doivent épauler notre action face au radicalisme et face au terrorisme. Je veux en épingler quelques-unes.

 

Bien sûr, les moyens (sans les moyens, on ne fait rien), la participation des nouvelles technologies à l'effort en la matière, l'extension de la garde à vue à 72 heures pour les actes de terrorisme, le suivi des returnees, le suivi des combattants étrangers, leur privation de liberté, la surveillance électronique, le soutien à l'action locale, le screening pour l'accès aux emplois sensibles, l'exclusion des prédicateurs de haine. Les propositions qui nous sont faites aujourd'hui correspondent à ce que nous attendons de ce gouvernement en la matière.

 

Si ce gouvernement fait le travail qu'on attend, le parlement – vous l'avez indiqué, proposé – peut mettre sur pied une commission spéciale pour traiter de ces questions. Le MR, et je pense qu'un certain nombre de collègues de la majorité et j'espère au-delà – j'ai entendu Mme Onkelinx –, partagent l'idée de cette commission pour traiter de cette question en profondeur avec toute la rigueur nécessaire.

 

En sus des propositions et des projets du gouvernement, il est clair que le parlement doit également prendre ses responsabilités et la place de force de propositions qui lui revient. C'est pourquoi le groupe MR a déposé un certain nombre de propositions visant au renforcement de l'armement et de la protection des policiers, de propositions visant également à la récolte transversale des signaux faibles en matière de radicalisme.

 

Il faut une proposition qui vise à mieux lutter contre l'apologie du terrorisme, en ce compris sur les réseaux sociaux. Il faut une proposition qui vise à porter l'équilibre entre les droits et les devoirs et également à préserver nos libertés publiques.

 

Au-delà de ce qui est fait au niveau fédéral, vous l'avez souligné, il faut être rassemblé et le travail de concertation que vous prévoyez avec les ministres-présidents est essentiel. Là aussi, ce combat implique de dépasser un certain nombre de divergences et de concrétiser l'unité nationale face au terrorisme pour le combat que nous avons à mener. C'est évidemment essentiel.

 

Il faut travailler avec les Régions, travailler avec les Communautés pour ce qui concerne naturellement leurs compétences sociales, leurs compétences en matière de prévention, et continuer à travailler en toute proximité avec un certain nombre de localités – pas une seule mais plusieurs –, qui doivent voir le fédéral les soutenir dans leur action contre le radicalisme.

 

Au-delà de cette unité nationale, le fer doit évidemment être porté à l'échelle européenne et internationale. N'ayons pas peur des mots, sur le plan européen, aujourd'hui, l'Union européenne ne rencontre pas pleinement les impératifs qui sont les siens pour ce qui concerne la sécurité des Européens face à cette menace. Certains au parlement européen continuent à bloquer le PNR. C'est pourtant une exigence en matière de sécurité. Il est essentiel aussi de décloisonner les services en matière de renseignement, de renforcer Europol et de contrôler les frontières de l'espace Schengen. Il est essentiel également de s'orienter vers un système de renseignement qui soit plus intégré, comme nous avons besoin d'un système d'échange des données relatives aux individus fichés, au moins d'une harmonisation. Nous avons besoin de plus d'Europe en matière de sécurité.

 

Si de tels drames, une menace d'un tel niveau, ne parviennent pas à mobiliser les gouvernements européens et à les réunir, l'Europe aura tout simplement perdu cette unité. C'est de fédération dont nous avons besoin, pas de critiques visant à se renvoyer les uns les autres la responsabilité d'une faiblesse. Nous avons besoin d'une collaboration beaucoup plus ancrée.

 

Monsieur le ministre de l'Intérieur, vous vous rendrez demain au Conseil extraordinaire Justice et Affaires intérieures, où trois sujets seront abordés: la lutte contre le trafic d'armes, le PNR et le renforcement des contrôles aux frontières de l'UE. Vous avez notre soutien pour porter la voix de la Belgique et enregistrer des avancées concrètes et opérationnelles, mais aussi pour convaincre les réticents. Nous n'avons plus le temps de voir certains partenaires prendre trop le leur.

 

Sur le plan international, au-delà de l'exigence d'une Europe plus forte dans les domaines de la sécurité et du renseignement, il est essentiel de poursuivre l'effort de guerre au sein de la coalition, sans faiblir. La présence de la frégate Léopold I aux côtés du Charles de Gaulle constitue un acte fort. Celle de nos formateurs et la poursuite de la rotation de notre déploiement aérien avec les Pays-Bas sont également nécessaires. Soyons certains que l'action de la coalition, composée de soixante pays parmi lesquels on compte, il faut le dire et le répéter, un nombre significatif de pays arabes, a déjà permis de limiter l'extension et l'emprise de Daesh sur la région. Soyons assurés que, sans cette intervention, cette emprise ne s'exercerait pas seulement à cheval sur deux pays, mais probablement sur trois ou quatre, que Daesh serait aussi plus riche qu'il ne l'est aujourd'hui. Cela nous amène tout naturellement à une démarche qui dépasse l'action militaire.

 

Nous devons également continuer à frapper cette organisation au portefeuille et mieux nous attaquer à ses sources de financement, dont la richesse équivaut au PIB de certains pays africains. Il importe de sanctionner réellement ceux qui les soutiennent, les financent, achètent leur pétrole et qui commercent avec ces criminels.

 

Monsieur le premier ministre, nous savons que le risque zéro n'existe pas. Nous l'avons dit aux Belges. Vous le leur avez dit. Ils en sont conscients. Ils savent aussi que, face à cette menace, la vigilance et la résilience sont de la responsabilité de chacun.

 

Ils savent que nos administrations, notre justice, nos militaires, nos policiers, nos services de renseignements sont mobilisés et déterminés à réduire ce risque au maximum et à préserver au mieux nos valeurs, nos libertés publiques, notre mode de vie.

 

L'ensemble des parlementaires et maires se joignent à moi pour saluer cette mobilisation, pour saluer cette détermination et les remercier de leur sens du service à notre communauté nationale.(Applaudissements)

 

03.05  Servais Verherstraeten (CD&V): Mijnheer de eerste minister, mijnheer de voorzitter, geachte collega’s, het is de tweede keer dit jaar dat wij bijeenkomen om ons medeleven te betuigen aan de families van slachtoffers van afschuwelijke daden in Parijs.

 

Toch heeft dit vandaag een andere betekenis dan na de aanslag op Charlie Hebdo. Hier ging het niet om het specifieke doelwit, hier ging het om de ambitie zoveel mogelijk slachtoffers te maken, ongeacht hun geloof, ongeacht hun politieke overtuiging, ongeacht hun afkomst. Onschuldige mensen. Mensen die zoals u en ik wilden genieten van een concert, een voetbalwedstrijd, of een glaasje rode wijn.

 

Mijnheer de eerste minister, wij sluiten ons aan bij uw terechte dank en respect voor de politiemensen, hulpverleners en vrijwilligers die in zeer moeilijke omstandigheden hun leven riskeerden en heldendaden begingen. (Applaus)

 

Collega’s, de aanslag van vrijdag jongstleden was een aanslag op onze manier van leven, op onze open, democratische, pluralistische, samenleving. Ja, wij hebben meningsverschillen, maar wij beslechten die met woorden, met normen, met waarden, met wetten en met het gerecht. Niet met aanslagen, niet met kalasjnikovs, niet met bommengordels. Dat onderscheidt ons van terroristen. Dat moet zo blijven, en dat zal zo blijven! (Applaus)

 

Die aanslagen, of zij nu plaatsvinden in Parijs, Beiroet of elders in de wereld, zijn schokkende ervaringen. Zij maken ons bang voor wat er morgen of overmorgen zou kunnen overkomen.

 

Collega’s, laat de angst echter niet regeren. Hoe moeten we reageren? Door realistisch te blijven, door te nuanceren en niet te radicaliseren, niet door te polariseren, niet door mensen tegen elkaar op te zetten maar wel door mensen bij elkaar te brengen, door dialoog en door de hand te reiken aan al diegenen die samen met ons op een vreedzame wijze willen participeren aan onze samenleving.

 

Collega’s, een paar maanden geleden waren we terecht tevreden over onze veiligheidsmensen na hun prestaties in Verviers. Dat was terecht. Nu is dat misschien niet het geval. Nu zijn er vragen. De aanslagen in Parijs roepen vragen op, temeer daar er linken zijn naar onder meer ook ons land. Alle camera’s zijn op ons gericht, in de hoofdstad van Europa. Dan is het terecht dat we ons vragen stellen over functioneren, over de veiligheids-, politie- en justitiediensten, over de aanpak. Laat ons onderzoek doen, collega’s, maar niet om zwarte pieten te zoeken, niet om politiek te recupereren, wel om lessen te trekken uit die gebeurtenissen en te voorkomen waar dat mogelijk is.

 

Dat hebben we reeds gedaan. Onze diensten, de Comités P en I, hebben reeds diverse rapporten opgesteld met betrekking tot de materies waarover we vandaag debatteren. Ze hebben aanbevelingen gedaan aan de regering die daar ook antwoorden op heeft geboden. We zullen die antwoorden ook de komende weken, maanden en jaren bieden. Er zijn heikele punten, laat ons dat toegeven. Er zijn heikele punten met betrekking tot de informatievergaring en de doorstroming die zo cruciaal zijn voor het opsporen van terroristen en terroristische netwerken. Laat ons die vragen stellen. Het is goed dat de Comités P en I spontaan onderzoek zullen voeren. Laat ons hun werk – ze zijn erin gespecialiseerd – afwachten om vervolgens te bekijken welke initiatieven nog nodig zijn en hoe we herhalingen kunnen voorkomen.

 

Het gaat niet alleen om informatievergaring in ons land, maar ook om informatievergaring en –doorstroming in en tussen andere landen. Ook die dienen onder de loep genomen te worden. Het antwoord op vrijdag jongstleden is meer samenwerking, meer Europa, een beter Europa, een sterker Europa en niet minder Europa.

 

Mijnheer de eerste minister, uw regering heeft na Charlie Hebdo snel en adequaat gereageerd. Nadat u reeds 12 maatregelen, waarvan er ondertussen al 11 volledig in uitvoering zijn, hebt doorgevoerd, kondigt u ook nu weer nieuwe maatregelen aan. U kunt dat zo snel doen omdat u, met uw regering, met uw ministers van Justitie, Binnenlandse Zaken en Defensie, reeds voorbereidingen hebt gemaakt vóór de aanslagen van Parijs. Daarom kunt u nu kort op de bal spelen.

 

U hebt terecht aangehaald dat het niet alleen om wetten gaat. Wij kunnen hier in dit Parlement wetten stemmen, maar het is ook een zaak van mensen en middelen. Wij steunen uw ambitie om een amendement in te dienen om de begroting aan te passen en in extra middelen te voorzien voor die diensten die rechtstreeks aan onze veiligheid gerelateerd zijn. Dat is absoluut noodzakelijk. Het is ook goed dat men voor de Veiligheid van de Staat in tijden als deze 77 extra aanwervingen doet. Dat lijkt mij absoluut noodzakelijk. De maatregelen die u aankondigt, zijn goed. Ze zullen ook in overeenstemming zijn met ons recht, onze Grondwet en het internationaal recht ter zake.

 

Mijnheer de eerste minister, u hebt terecht aangehaald dat die maatregelen niet exhaustief zijn. Mag ik er, namens onze fractie, dan ook nog enkele aan toevoegen? Wij weten allemaal dat er in ons land en in Brussel een probleem is met illegale wapenhandel. Dat probleem verdient een zeer ferme aanpak. Wij weten allemaal dat twee jaar geleden negen verdachten die betrokken waren bij illegale wapenhandel, door procedureproblemen vrijuit zijn gegaan. Ik verwijs ter zake naar het voorstel van collega Becq waarin we suggereren om ook illegale wapenhandel te laten onderzoeken via telefoontap. Dat kan met respect voor de privacy en voor de rechten van de verdediging, via de filter van de onderzoeksrechter. De illegale wapenhandel moet keihard worden aangepakt.

 

Dan kom ik tot een niet zo gemakkelijk probleem, mijnheer de eerste minister: de organisatie van onze politie in Brussel.

 

Het is echter niet omdat het gevoelig ligt en niet gemakkelijk is, dat we het onbesproken moeten laten. We hebben met de zesde staatshervorming stappen vooruit gezet door extra bevoegdheden te geven aan de minister-president van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest. We zijn niet doof voor de stemmen van lokale burgemeesters die hameren op nabijheidspolitie en wijkwerking. We zijn evenmin doof voor het feit dat Watermaal-Bosvoorde en Ukkel totaal iets anders is dan Kuregem of Molenbeek. Maar dat is in Antwerpen ook zo, met enerzijds Berendrecht en Wilrijk en anderzijds bijvoorbeeld Borgerhout.

 

Londen telt meer dan acht miljoen inwoners en heeft een politiezone. New York telt elf miljoen inwoners en heeft een politiezone. Het is perfect mogelijk om gespecialiseerd en meer gecentraliseerd te werken en toch een fundamenteel sterke lokale wijkwerking te hebben.

 

Terloops: we hebben nu zes politiezones. Het argument van sommige collega-burgemeesters is dat die wijkwerking er moet zijn. Wel, verslagen van het Comité P hebben aangetoond dat in Kuregem en in sommige wijken van Molenbeek zeer goed politiewerk geleverd wordt, en zelf wil ik daar nog de zone West aan toevoegen. Laat dat ook gezegd zijn. Die zes politiezones vormen echter geen garantie op een goede lokale werking.

 

Mijnheer de eerste minister, dit vergt geen wet die door het Parlement gesluisd moet worden. Dit vergt een aanpassing van een koninklijk besluit, in Ministerraad overlegd na advies.

 

U hebt daarnet terecht gezegd dat wij moeten overleggen met de Gewesten en de Gemeenschappen. U hebt de hand gereikt aan de collega's van de oppositie. Wij willen een betere organisatie van de politie in Brussel en wij willen dat doen in overleg met het Gewest en met de burgemeesters. Tragische incidenten als dezen moeten een aanleiding zijn om stappen vooruit te zetten. Onze fractie doet een oproep tot meer coördinatie en meer samenwerking en voor een fusie van de politiezones in onze hoofdstad Brussel.

 

We doen dit niet omdat wij stellen dat met een zone de feiten in Parijs zich niet zouden hebben afgespeeld. Zoiets beweren zou nogal kras zijn. Wij huisvesten de NAVO, het Europees Parlement en de Europese Commissie. Er zijn regelmatig Europese toppen. Wij kunnen ons niet permitteren risico's te nemen, niet voor onze burgers en niet voor allen die in deze hoofdstad belangrijk privé- en publiek werk verrichten. (Applaus)

 

Mijnheer de eerste minister, u hebt gesproken over overleg met de deelstaten. Veiligheid is inderdaad niet het exclusieve domein van politie en Justitie. Het is niet alleen repressie, het is niet alleen law and order. Het verdient een integrale aanpak en daarin spelen andere overheden ook een belangrijke rol inzake preventie en integratie.

 

Mag ik ter zake een suggestie doen aan alle politici in deze assemblee die actief zijn in Brussel en omgeving? In Vlaanderen is de integratie van nieuwkomers verplicht, met taal- en inburgeringscursussen. Dat is een goede zaak. In Brussel is dat niet het geval. Er is een bestuursakkoord in de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie die stappen vooruit wil zetten. Ik doe een oproep aan u allen.

 

Ik doe zelfs een oproep voor meer, mijnheer de eerste minister. Overleg met de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie en met de Franse Gemeenschap om overal in ons land een integratietraject verplicht te maken, zodanig dat de nieuwkomers de kans krijgen om te integreren. Geef hen het aanbod, zodat zij het voorbeeld kunnen volgen van zovele moslims en andere allochtonen in ons land die hier zijn komen wonen, werken en samen met ons onze normen en waarden uitdragen. Reik hen de hand, maar maak integratie ook verplicht en overleg daarover.

 

Collega’s, ik rond af.

 

Absolute veiligheid bestaat niet. Er zullen altijd veiligheidsrisico’s zijn, zeker in de internationale context van vandaag. Wij zijn het echter verplicht aan de slachtoffers van Parijs, Beiroet en overal ter wereld om de risico’s te beperken. Er is geen ander alternatief dan moedig en volhardend voort te gaan, met bescherming van de kernwaarden van onze rechtsstaat. Wij moeten wie die waarden wenst te bestrijden, hard aanpakken.

 

Mag ik verwijzen naar de woorden van Amerikaans president Franklin Roosevelt? Het enige waar wij bang voor moeten zijn, is de angst zelf. Met die gedachte in ons achterhoofd moeten wij samen met de Gemeenschappen en de Gewesten, samen met de oppositie, doen wat nodig is en wat de bevolking van ons verwacht. (Applaus)

 

03.06  Patrick Dewael (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de eerste minister, collega’s, l'Europe est en état de choc; Europa is in shock. De terreur trof opnieuw Parijs, drie uur hier vandaan, amper tien maanden na Charlie Hebdo.

 

Ditmaal was de terreur, zoals hier reeds is aangehaald, niet tegen de vrijheid van meningsuiting gericht. Ditmaal was ze tegen onszelf gericht, tegen de burgers en tegen alles wat mensen in hun vrije tijd en in de beleving van hun vrijheid doen. Collega’s, ditmaal was de terreur van gedaante veranderd: de terreur was blind geworden.

 

Mijn diepste medeleven gaat uit naar allen die door het vreselijke drama zijn getroffen. Wij zijn solidair met Frankrijk. Wij zijn allen Parijzenaars. On est tous des Parisiens.

 

Mijnheer de eerste minister, dergelijke terreuraanslagen maken bang. Zij zaaien angst en doen onze samenleving op haar grondvesten daveren.

 

Op dat moment kijkt iedereen naar de politiek voor een duidelijk signaal en voor daadkracht. President Hollande kondigde de noodtoestand af. Hij sloot de grenzen. Hij sprak het Parlement en de bevolking toe. Hij verklaarde: “La France est en guerre".

 

Mijnheer de eerste minister, wij moeten duidelijk zijn. Wij zijn in oorlog met terreur en terrorisme, niet met een land, een volk of wat dan ook. Wij voeren een strijd tegen terroristen en tegen een totalitair waanidee.

 

Die strijd tegen terrorisme vereist een specifieke aanpak. De strijd tegen terrorisme verschilt van een conventionele oorlog.

 

Collega’s, wij moeten leren uit de ervaringen van de Verenigde Staten van Amerika en het Verenigd Koninkrijk na 9/11, na de aanslagen in Londen en Madrid en na de invasie in Irak. Onszelf in een oorlog storten ver van huis en bij ons de rechtsstaat op de helling plaatsen, is dat wat wij willen? Ik stel de vraag. Ik pas daarvoor. Dat is immers precies wat terroristen beogen. Dat is de val die zij spannen. Wat wij wel moeten doen, is alles ondernemen wat binnen de contouren van een democratische rechtsstaat redelijkerwijze mogelijk is, zonder dat wij onze eigen principes onderuithalen. Het gaat over een verhaal van checks and balances.

 

Mijnheer de minister, het pakket dat uw regering voorstelt – ik kom er nog op terug –, beantwoordt aan dat verhaal.

 

Goede collega’s, de wereld kijkt naar Parijs en – het werd hier reeds gezegd – de wereld kijkt ook naar Brussel. Wij hebben in januari een aanslag verijdeld en toen werd het werk van onze veiligheids- en inlichtingendiensten geprezen, maar de Brusselse linken werden nu blijkbaar gemist. Veel vragen dringen zich op. Hoe is het mis kunnen lopen?

 

Het is haast een ritueel: na elke aanslag rollen de spierballen en volgen er zeer krachtige verklaringen. Mijnheer de eerste minister, ik ben er persoonlijk van overtuigd dat ons veiligheidsarsenaal werkt. Justitie, de veiligheids- en inlichtingendiensten hebben heel belangrijke tools ter beschikking. De herstructurering van de politie en de veiligheidsdiensten met de politiehervorming werd hier met grote eenparigheid doorgevoerd. Er was ook de oprichting van het OCAD en er is de verplichting om informatie met mekaar te delen. Vandaag past het nog even te herinneren aan het feit dat wij met die architectuur voorloper waren, pionier in de Europese Unie. Collega’s, dat zullen wij niet op losse schroeven zetten, dat kind zullen wij niet met het badwater weggooien.

 

Mijnheer de eerste minister, wat wij wel moeten doen, is uiteraard – u hebt het aangekondigd – blijven investeren in dat veiligheidsapparaat, zowel in middelen als in mensen. Onze inlichtingendiensten – het werd aangeklaagd – spreken of kennen immers onvoldoende Arabisch. De Computer Crime Unit is onderbemand, in een digitaal tijdperk waarbij haatboodschappen wereldwijd worden verspreid. Onze speciale interventieteams wachten op bijkomende uitrusting.

 

Collega’s, wij stellen ook vast – ik hoor deze opmerking vaak – dat wij niet of niet altijd competitief zijn met misdaad en terreur. Zij kopen een kalasjnikov op de zwarte markt, terwijl de politie, mijnheer de minister van Binnenlandse Zaken, Europese aanbestedingsprocedures moet doorworstelen om haar arsenaal te versterken. Mijnheer de minister van Justitie, wanneer u bijkomende capaciteit zoekt voor de staatsveiligheid, kost het soms vele maanden voordat u die medewerkers effectief kunt rekruteren.

 

Maar ik denk niet – ik benadruk het nogmaals – dat wij een tekort hebben aan informatie of inlichtingen. Wel missen wij vandaag nog steeds middelen, mankracht en tools om die ook effectief te kunnen verzilveren.

 

Wij weten vaak om wie het gaat, de geradicaliseerden, de teruggekeerde Syriëstrijders, maar wat doen we met die informatie? Hoe kunnen wij ze beter opvolgen? Hoe kunnen we ze sneller voor de rechter brengen?

 

Premier, wij verwelkomen uw bijkomende maatregelen. Wij hebben op voorhand ook laten blijken dat wij passen voor een soort Belgische Patriot Act. Wij moeten volgens mij altijd het evenwicht kunnen blijven behouden tussen de veiligheid, de vrijheid en de privacy van de burger. Nieuwe bijkomende veiligheidsmaatregelen moeten altijd in verhouding staan tot het beoogde doel, enerzijds, en de rechten en vrijheden van de burgers, anderzijds. Wij zullen alle voorgestelde maatregelen daarop blijven toetsen.

 

Ik mis echter een belangrijke maatregel – collega Verherstraeten heeft er ook al op gewezen. Ik heb het dan over de eenmaking van de Brusselse politie.

 

Ik geloof ook in een grote zone. Ik meen dat, enerzijds, gespecialiseerde diensten perfect verenigbaar zijn met, anderzijds, het concept van de nabijheidspolitie. Jarenlang hebben opeenvolgende Belgische regeringen hun tanden daarop stukgebeten. De Brusselse politiek ligt hier nog altijd dwars. Ik meen dat, door de zes zones samen te voegen, de veiligheidsdiensten meer slagkracht kunnen krijgen. Mijn fractie zal op die nagel blijven kloppen.

 

Ik meen dat wij ons op Europees vlak ook eens moeten uitspreken – ik kijk uit naar de volgende vergadering van de JAI en van de ministers van Buitenlandse Zaken – over de banden met landen zoals Saoedi-Arabië. Dat is nog altijd de promotor van de radicale islam, ook bij ons. Ik vraag mij af of de handelsbalans zwaarder doorweegt dan onze fundamentele waarden. (Applaus)

 

Onze conclusie is duidelijk, premier, collega’s. Ons apparaat werkt, maar het vraagt permanente aandacht en investeringen, zodat wij bij kunnen blijven. Dat zal ons effectief ook geld kosten, maar voor onze fractie staat een veiligheidspact boven het stabiliteitspact. Op veiligheid staat geen prijs.

 

Tot slot, rest de vraag hoe wij ervoor kunnen zorgen dat die hatelijke en gewelddadige uitwas van de islam geen voedingsbodem meer vindt in onze open samenleving.

 

Wij moeten onze rechtsstaat, onze democratie, onze verlichte principes, onze fundamentele vrijheden, de scheiding van kerk en staat, de gelijkheid van man en vrouw, altijd en onvoorwaardelijk laten primeren. Daar valt dus niet op af te dingen, nooit en nergens. Wij mogen niet aanvaarden dat bepaalde individuen onze normen en waarden simpelweg naast zich neerleggen.

 

Wij moeten durven te erkennen, bij naam noemen, dat zulke mensen in onze samenleving vertoeven, mensen die hun hele leven laten dicteren door een letterlijke lezing van de Koran, door religieuze wetten die niet stroken met onze uitgangspunten, die niet stroken met onze spelregels, die eigenlijk kiezen voor een soort zelfsegregatie. Het moet duidelijk zijn. Het gaat om een kleine minderheid, maar die kleine minderheid bestaat. Ook in ons land hebben wij veel compromissen gemaakt. Wij hebben toegevingen gedaan wegens de godsdienstvrijheid. Wij horen vandaag onaanvaardbare uitspraken over vrouwen, over homoseksuelen, over ongelovigen. In sommige scholen durft men zelfs niet meer te spreken over de Holocaust. Wij zijn zelfs in een stadium aanbeland dat we discussiëren over gescheiden uren in openbare zwembaden voor mannen en vrouwen. Er zijn grenzen, collega’s.

 

In onze samenleving gelden seculiere wetten. Daar mogen wij geen duimbreed op toegeven. Met mensen die dat niet kunnen aanvaarden, met mensen die hun godsdienst superieur achten, kunnen wij niet samenleven. Laat dat ook eens duidelijk gezegd zijn.

 

Mijnheer de voorzitter, wij hebben een prachtige samenleving, een samenleving die open is, die vrij is, die tolerant is. Ze bestaat vandaag alleen bij de gratie van een aantal uitgangspunten, van een aantal spelregels. Wie die uitgangspunten respecteert, is welkom. Dat is altijd zo geweest. Dat zal ook altijd zo zijn, ook voor de mensen die vandaag op de vlucht zijn voor de gruwel van oorlog en terreur.

 

Wie zich daarbuiten of daarboven plaatst, moeten wij een krachtig halt toeroepen. Radicale elementen moeten wij opsporen en begeleiden, voorkomen dat ze verder afglijden, veroordelen, met alle preventieve middelen zoals onderwijs, straathoekwerkers, integratietrajecten en lokale politie.

 

Mijnheer de eerste minister, er is ook meer repressie nodig. Er moet ook bijkomende repressie komen indien dat noodzakelijk is. Wij moeten in beide sporen investeren om onze samenleving vrij, tolerant en veilig te houden, open voor iedereen die deze samenleving met ons wil omarmen.

 

03.07  Meryame Kitir (sp.a): Mijnheer de voorzitter, premier, collega’s, eerst en vooral wil ik namens onze fractie mijn oprecht en diep medeleven uiten met de slachtoffers van de gruwelijke aanslagen en hun nabestaanden.

 

Vrijdag was een dag van horror in Parijs: minstens 129 dodelijke slachtoffers en vele honderden gewonden door zeer bloedige aanslagen met oorlogswapens. Wat een avond had moeten zijn van muziek, dans en plezier werd een avond van bloed, bommengordels en machinegeweren, met slachtoffers die toevallig op het verkeerde moment op de verkeerde plek waren, iets wat ons allemaal had kunnen overkomen. Ik heb het nieuws vrijdag zelf vernomen na een gezellige avond met vrienden, een gezellige avond zoals de mensen in Parijs die vrijdag ook wilden beleven met vrienden en familie, bij een voetbalmatch, een concert, op café, op restaurant. Ik kon het haast niet geloven. Alweer? Waar gaat dat naartoe? Waar eindigt dit? Mijn avond is gezellig begonnen en in Parijs is hij alleszins voor veel mensen geëindigd in horror.

 

Zo komt de terreur dichtbij, heel dichtbij, en iedereen vraagt zich af of dit hem of haar ook kan overkomen, of men hier nog veilig is in onze straten, concertgebouwen en stadions. De angst sloeg meteen over naar iedereen en overal. Is die angst reëel, is die angst terecht? Ja. Als zelfs kinderen spontaan beginnen te huilen, dan zit die angst bij de mensen diep en wijd verspreid. Mensen zijn angstig, mensen zitten met veel vragen. De angst van de mensen mogen wij absoluut niet ontkennen, die moeten we erkennen.

 

De terreur kwam natuurlijk ook heel dichtbij door de link met België. Ook die mogen we niet ontkennen maar moeten we erkennen. Het is gewoon een feit dat bij elke daad van extreem geweld de voorbije maanden er minstens een link was met ons land. In veel gevallen was die zelfs hier georganiseerd. Het Joods museum, Charlie Hebdo, Verviers, de Thalys, Parijs…de lijst wordt lang, te lang.

 

Collega’s, net datgene wat onze samenleving aantrekkelijk maakt, wordt onder vuur genomen: vrijheid, verbondenheid en veiligheid. De vrijheid om te gaan en staan waar men wil, de vrijheid om zich te kunnen ontspannen en een gezellige avond te kunnen beleven en de vrijheid om van mening te kunnen verschillen, maar ook de verbondenheid in de samenleving staan op het spel. Het woord samenleven bestaat uit twee woorden: samen en leven. Wij moeten ons echter afvragen of wij vandaag wel echt samenleven. Is onze maatschappij echt inclusief? Is de integratie geslaagd? Het antwoord is duidelijk: er is nog veel werk aan de winkel.

 

Weet u waar ik mij zorgen om maak? Wij zitten nu in een situatie waarin het nog moeilijker wordt en het wij-zij-denken nog versterkt zal worden. Gemeenschappen zullen nog meer tegen elkaar opgezet worden. Collega’s, wij mogen ons niet uit elkaar laten spelen. Wij mogen niet vergeten dat het risico des te groter is na zulke aanslagen. Wat mij is bijgebleven van de getuigenis van een klastitularis van een van de daders, is haar opmerking dat hij nog meer radicaliseerde na de aanslagen op Charlie Hebdo. Laat ons dat alstublieft niet vergeten.

 

Uiteraard staat ook een derde fundamenteel recht in onze samenleving onder druk: onze veiligheid. Veiligheid is een absoluut basisrecht dat zonder taboes, radicaal en kordaat moet worden beschermd. Wij zullen nooit zwichten voor terreur en terrorisme, van welke groepering dan ook. Natuurlijk rijst dan de vraag of wij al genoeg doen. Hebben wij lessen getrokken uit het verleden? Moeten en kunnen er nog maatregelen bij komen?

 

Collega’s, het is voor ons als politici niet alleen onze taak om de angst van de mensen te erkennen, maar ook om de handen in elkaar te slaan en de maatregelen te nemen die wij moeten nemen. Grootse woorden moeten ook gevolgd worden door grootse daden. Ik wil iedereen oproepen om daarvoor samen te werken, over de partijgrenzen, geloofsgemeenschappen en beleidsniveaus heen. Alleen samen kunnen wij terreur het hoofd bieden. Wij moeten alle democratische krachten bundelen als onze rechten en vrijheden op het spel staan. Wij moeten geen politieke spelletjes spelen en elkaar niet de zwartepiet toespelen. Wij moeten samen aan de slag gaan.

 

Samen de angst erkennen, maar ze niet aanwakkeren. Samen kordaat reageren, maar zonder onze waarden overboord te gooien. Ik ben tevreden te horen dat de premier er ook zo over denkt, tevreden dat de uitgestoken hand van de oppositie wordt aangenomen en dat er een speciale commissie komt, over de partijgrenzen heen. Die commissie moet inderdaad voorstellen bespreken, maar ook de problemen blootleggen. De incidenten in Parijs tonen immers aan dat er veel misloopt. Daarom moet die commissie ook de Veiligheid van de Staat, het OCAD en de federale politie uitnodigen, want zij kunnen ons concreet zeggen waar het vandaag misloopt. Zo kunnen wij, op basis van de juiste informatie, ook de juiste beslissingen nemen. Wij moeten dus lessen trekken en het snel beter doen.

 

Mijnheer de voorzitter, ik vraag u dan ook om vandaag nog het initiatief te nemen om die commissie op te richten. We kunnen namelijk beter.

 

Dat kan in de eerste plaats door uit te voeren wat al op tafel ligt. Een actieplan van de federale regering, een actieplan van de Brusselse regering, 55 aanbevelingen van het Vlaams Parlement, dat zijn allemaal maatregelen om onze vrijheid, verbondenheid en veiligheid te verbeteren. Dat ligt allemaal op tafel. Laten wij daar nu dan ook alstublieft werk van maken en die maatregelen uitvoeren.

 

Wij hebben hier in het Parlement al maatregelen goedgekeurd. Zo hebben wij de nationaliteitswet aangepast en het vertrek naar Syrië strafbaar gemaakt, maar er blijven nog heel wat maatregelen onuitgevoerd. Terroristen houden zich niet bezig met landsgrenzen, provinciegrenzen of gemeentegrenzen. Er is dan ook dringend nood aan meer coördinatie. Onze overheden en onze veiligheidsdiensten werken nog altijd veel te veel op een eiland. Die schotten moeten weg.

 

Daarom vragen wij nogmaals om een regeringscommissaris aan te duiden, die het federaal, regionaal en lokaal beleid perfect op elkaar moet afstemmen, zodat wij een echt sluitende aanpak hebben om radicalisme tegen te gaan. Niemand in het Parlement vindt het normaal dat een teruggekeerde Syriëstrijder met een enkelband van de ene gemeente naar de andere gemeente verhuist, omdat hij in die andere gemeente minder opgevolgd en minder gecontroleerd wordt. Dat kunnen wij echt niet langer toestaan. Een regeringscommissaris zou ervoor moeten zorgen dat de informatie wordt doorgegeven aan al degenen die het zouden moeten weten, maar hij zou er vooral moeten voor zorgen dat er met die informatie ook iets gebeurt. Het is zijn taak om dat te coördineren. Die betere samenwerking en betere coördinatie moeten ertoe leiden dat de informatie-uitwisseling veel beter loopt, niet alleen binnen België, maar ook binnen Europa. De daders stonden blijkbaar op een zwarte lijst. Waarom hebben wij hen dan niet kunnen tegenhouden? Waarom konden zij de grenscontrole gewoon passeren? De doorstroming van informatie tussen de diensten en tussen landen is uitermate belangrijk.

 

Dat vraagt inderdaad middelen, meer middelen dan vandaag. Het is toch niet normaal dat er maar één halftijdse werknemer is die de radicalisering op het internet opspoort. Ik herhaal het: één halftijdse medewerker. Nochtans speelt het internet een cruciale rol in de radicalisering. Meer middelen moeten er dus echt komen, middelen om de politiediensten te versterken, om de inlichtingendiensten te versterken en om de lokale besturen te ondersteunen.

 

De lokale besturen, de steden en gemeenten, zijn zeer goed geplaatst om de problemen te detecteren en aan te pakken. Veel steden leveren vandaag al goed werk, met resultaat, maar toch hebben zij nog meer dan vandaag ondersteuning nodig in deze moeilijke tijden. Ook op het lokale niveau moet er, zeker in Brussel, meer worden samengewerkt.

 

Sommigen wijzen nu naar Molenbeek. Daar zijn inderdaad problemen, maar vergis u niet, want ook andere Brusselse gemeenten worden genoemd: Anderlecht, Schaarbeek, Haren, Neder-Over-Heembeek, Brussel. Nogmaals, het helpt ons echt niet vooruit om nu politieke spelletjes te spelen en de zwartepiet door te schuiven. Zoals ik net al zei, houden terroristen zich niet aan gemeentegrenzen. Wij vinden daarom dat Brussel nood heeft aan een fusie van de zes politiezones tot één politiezone die transparant is en modern georganiseerd, één zone die actief is tot in de kleinste wijken en straten. Eén politiezone kan beter omgaan met de complexe problemen en kan beter de internationale problemen die in de wijken bestaan, aanpakken.

 

Collega Hans Bonte heeft recent nog een wetsvoorstel ingediend voor een echte war on weapons. Wij kunnen geweld alleen maar bestrijden als wij ook de illegale wapentrafiek aanpakken. Wapens zijn vandaag veel te gemakkelijk verkrijgbaar in ons land. Dat probleem is niet nieuw, maar als wij willen dat er eindelijk iets tegen gebeurt, dan moet er een gerechtelijke cel komen die de wapentrafiek analyseert, met een jaarlijkse rapportage aan het Parlement om het probleem concreet op te volgen. Elk wapen minder kan mensenlevens schelen.

 

Het moge duidelijk zijn, collega’s: onze partij is alleszins bereid ten volle haar medewerking te verlenen om de uitdaging waarvoor wij staan, aan te pakken. Wij zijn bereid om te helpen waar het kan. Met betrekking tot de Brusselse politiezone en de war on weapons hebben wij concrete voorstellen, die wij in het Parlement op tafel leggen. Zij zijn niet te nemen of te laten, maar kunnen als inspiratie dienen, als hulp om samen de problemen concreet aan te pakken.

 

Mijnheer de voorzitter, mijnheer de eerste minister, collega's, een wereld zonder geweld of risico op geweld bestaat niet. Een wereld zonder gevaar kunnen we niet beloven, maar het is wel onze verdomde plicht om er samen alles, maar dan ook alles aan te doen wat in onze macht ligt. Het is onze plicht om de angst te erkennen, maar niet aan te wakkeren. Het is onze plicht om te handelen, zodat mensen zich niet meer uitgesloten moeten voelen, maar iedereen zich echt thuisvoelt in onze samenleving, zodat mensen niet meer bang moeten zijn, maar opnieuw met een gerust hart de straat op kunnen, met een gerust hart naar een optreden, een voetbalmatch, op café of restaurant kunnen.

 

De uitdaging is groot, maar samen kunnen we ze aan. Samen over partijgrenzen heen, samen over geloofsgemeenschappen heen en samen over beleidsniveaus heen, samen met alle democratische krachten.

 

Alleen zo kunnen we vrijheid, verbondenheid en veiligheid voor nu en voor de toekomst garanderen.

 

03.08  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs les ministres, chers collègues, nous avons tous été choqués, consternés par les événements qui se sont déroulés à Paris vendredi dernier. Rien, absolument rien ne peut justifier de tels actes. Ceux qui les ont commis sont des barbares. Ils doivent être combattus en France, en Belgique et partout ailleurs sur la planète. N'oublions pas qu'avant Paris, il y a eu Beyrouth, l'avion à Charm el-Cheikh et bien d'autres actes encore.

 

Face à une telle barbarie, vous avez raison, monsieur le premier ministre, il ne faut rien lâcher. Ni sur notre sécurité, ni sur nos valeurs.

 

Ne rien lâcher et mettre en œuvre les mesures nécessaires. Ces mesures concernent tant les services de police et de renseignement que la Justice et notre politique étrangère. Nous accueillons positivement votre volonté de travailler dans une commission spéciale qui pourra réunir majorité et opposition. Dans chacun des quatre axes que vous avez développés ici à la tribune, la grille de lecture des écologistes sera de voir si ce que vous proposez est efficace. Si c'est efficace, nous le soutiendrons. Si ce n'est pas efficace, nous proposerons des alternatives.

 

Face au terrorisme aveugle qui a frappé à Paris et qui menace nos démocraties, il n'y a pas de place pour des mesures symboles, des mesures gadgets qui rassureraient certaines consciences mais qui ne changeraient rien dans le réel. Seules les mesures efficaces, celles qui renforcent réellement notre sécurité, doivent être recherchées.

 

Je voudrais, dans le cadre de cette brève intervention, mettre en exergue deux mesures qui, pour les écologistes du Nord comme du Sud du pays, sont centrales. D'une part, le renforcement des moyens humains. C'est votre troisième axe. Et, d'autre part, la lutte acharnée contre le trafic illégal, contre le commerce illégal des armes. Nous voudrions que vous fassiez de cette mesure un axe à part entière.

 

Vous l'avez entendu, en premier lieu, nous voulons insister sur le nécessaire renforcement des moyens humains consacrés à nos services de renseignement, à la police fédérale, à la Justice, à la Sûreté de l'État et à la capacité d'échanger des informations entre les différents services concernés. Je ne vise pas ici la généralisation de l'usage d'algorithmes informatiques ou mathématiques. Je vise le renforcement de notre capacité humaine d'analyse des phénomènes et des acteurs susceptibles d'entrer dans la spirale du terrorisme, que cette dernière soit inspirée de Daech, d'Al-Qaïda ou de toute autre forme de dérive à connotation terroriste et fanatique.

 

Ce renforcement de mesures ciblées passe aussi par un plus grand contrôle des échanges électroniques des personnes identifiées comme étant très dangereuses. Il faut faire sauter les verrous de WhatsApp, de Viber, de Facebook et autres systèmes trop peu accessibles à l'heure actuelle, quand le besoin d'une surveillance électronique est clairement identifié.

 

Dans le cadre des débats que nous entamerons, la semaine prochaine, dans les différentes commissions, sur le budget 2016, nous serons particulièrement attentifs à ce que les besoins identifiés en renforts humains soient traduits, à très court terme, par des amendements. Il faut que, dès la semaine prochaine, les signaux que vous avez voulu envoyer ici soient traduits concrètement. Nous attendons donc vos amendements.

 

J'en arrive ainsi à la deuxième mesure et à notre volonté que vous en fassiez un axe à part entière tant cela nous semble essentiel pour lutter efficacement contre la multiplication des actes de terrorisme. Je pense à la lutte contre le trafic illégal des armes.

 

En janvier dernier, suite aux attentats commis à Charlie Hebdo, nous avions quelque peu regretté que votre plan de douze mesures ne comporte pas, en tant que tel, une dimension cardinale dans notre politique de lutte contre le terrorisme. Nous voudrions que vous fassiez de cet axe un cinquième axe à part entière.

 

Monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs membres du gouvernement, la Belgique est aujourd'hui considérée, par nombre de pays européens, comme étant une plaque tournante en matière de trafic et de commerce illégal des armes. Il faut mettre fin à cette situation. Il faut faire de cette lutte un cinquième axe, une priorité absolue. Il n'est pas normal que le Comité interfédéral de lutte contre le trafic d'armes ne soit pas encore opérationnel.

 

Si l'on veut vraiment être efficaces contre le terrorisme, il faut installer des contrôles plus stricts de la vente, de la détention, de la circulation, de l'importation, du transit et du commerce des armes. Mes collègues déposeront des propositions, mais franchement, cela mériterait un axe à part entière.

 

En ce qui concerne notre politique internationale, pour être réellement efficaces dans notre combat contre Daech mais aussi contre le régime el-Assad, il faut avoir défini avec les pays voisins, avec les pays arabes, à partir de ce qu'il se passe à Vienne et dans le cadre des Nations unies, une feuille de route diplomatique et politique pour l'ensemble de la région. Monsieur le premier ministre, pour gagner définitivement la guerre contre Daech, il faudra d'abord avoir gagné la paix au Moyen-Orient.

 

Monsieur Jambon, eu égard aux propos que vous avez peut-être tenus à chaud concernant Molenbeek, en choisissant le verbe "nettoyer", vous avez stigmatisé, vous avez jeté l'opprobre sur les citoyens, les familles, les associations, sur tous ceux qui se battent au concret et qui effectuent un travail difficile sur le terrain. Soyons clairs! Je ne veux absolument rien nier du passé, de la situation difficile et des graves problèmes que l'on peut rencontrer par moments dans cette commune, comme dans d'autres communes d'ailleurs, mais ce qu'il faut pour Molenbeek, ce n'est pas la nettoyer comme d'autres ont voulu karchériser certains quartiers.

 

Ce qu'il faut pour Molenbeek, c'est l'aider à se reconstruire, à s'ouvrir, à sortir des communautarismes, à relever les nombreux défis auxquels cette commune comme d'autres doit faire face et, comme l'a dit le premier ministre tout à l'heure, non pas nettoyer mais soutenir Molenbeek. Je reste persuadé que si nous nous y mettons tous, cette tâche est possible. (Applaudissements)

 

03.09  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de premier, collega’s, een kleine week later is het nog altijd zoeken naar de juiste woorden. Als ik hier het woord neem, is dat nog altijd met – uiteraard – grote droefheid maar ook met ingehouden woede. Vanzelfsprekend steken overal in dit land gevoelens van angst, onzekerheid en zelfs verslagenheid de kop op. Ook bij mij, ook bij ons, ook bij heel wat leden van dit Parlement. We zijn immers mensen, mensen die opnieuw geconfronteerd zijn met onmensen, met barbaren en met barbarijen waarvoor heel wat mensen vandaag op de vlucht zijn.

 

Collega’s, zoveel bruut geweld en een dergelijke willekeur vragen om nooit te vergeten, om niet zomaar over te gaan tot de orde van de dag, om ver voorbij de veroordeling te geraken, om de zaak ook echt aan te pakken, om samen te werken aan oplossingen. Hier bij ons, maar ook in het Midden-Oosten. Preventief, maar zeker ook repressief. In onze hoofdstad, op lokaal niveau, met de Gewesten en Gemeenschappen maar zeker ook in dit huis. Op het vlak van binnenlands beleid, maar zeker ook in onze relatie met het buitenland, bijvoorbeeld onze relatie met een schurkenstaat als Saoedi-Arabië.

 

Collega’s, in deze moeilijke tijden van angst en onzekerheid moeten we ferm elkaar ook bijna verplichten om ook de hoop een stem te geven in dit Parlement. Honderdduizenden mensen overal ter wereld hebben de voorbije dagen hun uiting gegeven aan een breed gevoel van verontwaardiging en afkeur. Overal ter wereld zeggen mensen ‘neen’ tegen gewelddadig radicalisme, ‘neen’ tegen een gewelddadige invulling van de islam, ‘neen’ tegen intolerantie. Ook in ons land, beste collega’s, hebben we heel veel ‘wij’ gezien: samenhorigheid en verbondenheid. De moslimgemeenschap gaf breed blijk van afkeur. Mensen die dat niet zien, zijn van kwade wil. In mijn eigen stad, Mechelen, heb ik zondagavond die eendracht aan den lijve mogen ondervinden aan de voet van kazerne Dossin: verenigd, kordaat, duidelijk, menselijk.

 

Want, collega’s, onze kogels, onze belangrijkste wapens in deze strijd heten hoop, daadkracht en verbondenheid. Dat is wat die terroristen vandaag het meest vrezen. Vandaag kijkt de wereld, mijnheer de eerste minister, naar België als een land van jihadi’s en naar onze hoofdstad als een broedplaats van geweld en terreur. Beste collega’s, morgen moeten hoop, daadkracht en verbondenheid ons belangrijkste exportproduct zijn.

 

Aan al die mensen die de voorbije dagen hun logische angst hebben weten te overkomen en zijn buitengekomen en samen zijn opgestaan, aan al onze landgenoten zijn wij verplicht om te doen wat kan en moet gebeuren, om niet alleen te praten maar te doen, om meer te doen dan in het verleden is gebeurd.

 

Mijnheer de eerste minister, veiligheid moet daarbij onze eerste prioriteit zijn, het is een mensenrecht. Sta mij toe om hier alvast drie accenten van onze fractie mee te geven.

 

Ten eerste, en ik sluit mij aan bij uw woorden van dank voor de mensen op het terrein, het onderzoek moet nu onze prioriteit zijn, wij mogen niet rusten vooraleer alle daders en betrokkenen zijn gevonden. Eerder dan nu gretig verantwoordelijkheden aan te duiden, moet dat onze prioriteit zijn. Het is goed dat onze vraag voor een onderzoek van het Comité I en het Comité P is ingewilligd. Laten wij dat afwachten en laten wij de mensen op het terrein, voor wie het moeilijk werken is, alle kansen, alle ruimte geven om hun job te doen.

 

Ten tweede, is er de versterking van onze veiligheids- en inlichtingendiensten. Onze fractie is klaar om haar schouders daar mee onder te zetten, om die middelen goed te keuren en om te pleiten voor meer samenwerking in het bijzonder in onze hoofdstad.

 

Ten derde, is er de strijd tegen de illegale wapenhandel. Mijn collega Van Hecke heeft heel recent, na Charlie Hebdo, de alarmbel moeten luiden omdat men talmt met actie te ondernemen. Laten wij eindelijk van die strijd tegen illegale wapenhandel een absolute prioriteit maken.

 

Collega’s, deze problematiek gaat niet snel verdwijnen. Wij kunnen en mogen het fenomeen van gewelddadig islamradicalisme niet relativeren. Dat is, mijns inziens, de voorbije tijd te lang wel gebeurd. Wonderoplossingen liggen nergens in de lade, ook niet in de mijne, ook niet in de onze, maar mislukken is geen optie, het niet proberen al helemaal niet.

 

Beste collega’s, en ik sluit mij op dit vlak aan bij hetgeen de heer Dewael heeft gezegd, die poging moet weldoordacht zijn, weloverwogen, proportioneel, efficiënt. Het is niet belangrijk hoe vlot en populair een maatregel is, wel of die maatregel werkt op het terrein, efficiënt en effectief is. Collega’s, dat is immers de echte afspraak die wij hebben, daar moeten wij onze huisstijl van vrijheid, gelijkheid en broederschap respecteren, het moet en zal onze vastberaden ode zijn aan de waarden van de Verlichting, aan Parijs, als echte Lichtstad, vandaag en morgen.

 

Mijn partijvoorzitter, mevrouw Almaci, deed eerder deze week al een duidelijke oproep om de krachten te bundelen. Ook dat is verbondenheid, ook dat is waarnaar mensen vandaag snakken. Over de partijgrenzen werken aan oplossingen.

 

Mijnheer de eerste minister, ik hoop dat uw uitgestoken hand deze keer oprecht is, dat we het deze keer echt samen zullen aanpakken. Onze fractie staat klaar om daaraan mee te werken.

 

Ik wil u uitdrukkelijk danken voor de teneur van uw uiteenzetting. Ik hoop dat wij elkaar de komende tijd in dit Halfrond zullen kunnen vinden voor veiligheid en verbondenheid, voor vrijheid, gelijkheid en broederschap.

 

03.10  Catherine Fonck (cdH): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, chers collègues, ils étaient jeunes et ils croquaient la vie à pleines dents. Ils ont été abattus froidement lors des attentats de Paris. Des citoyens sans défense, des victimes innocentes face à des actes de fanatiques. Pas moins de 132 victimes décédées et plus de 300 blessés, dont certains encore sont dans un état très grave.

 

C'est d'abord vers eux tous et vers leurs proches que nos pensées se tournent. Nos pensées vont aussi aux victimes très nombreuses de Daesh partout dans le monde, y compris en Syrie et en Irak.

 

Trois victimes décédées vendredi sont belges. Monsieur le premier ministre, les proches de ces victimes n'ont pas appris leur décès par les autorités. Je voudrais vous demander de veiller à ce que leurs familles soient étroitement accompagnées pour toutes les douloureuses démarches encore à accomplir.

 

Les victimes sont tombées sous les balles d'armes de guerre d'une violence inouïe, dans une forme de barbarie qui est aussi un crime contre l'humanité. C'est aussi une attaque grave contre nos valeurs: la vie, nos libertés, la démocratie.

 

Le pire s'est passé. Le meilleur aussi. Rapidement, les forces de l'ordre, les secours, les soignants sont intervenus. Les citoyens ont accueilli des inconnus pour les mettre à l'abri. Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour aider à retrouver des disparus. Chaque citoyen belge est également profondément affecté par ce qui touche nos voisins français.

 

Depuis vendredi, les services de police, de renseignement, de sûreté sont avec la justice sur les traces des terroristes. Nous tenons aussi ici à saluer leur investissement dans un travail difficile et terriblement exigeant.

 

L'heure est à la fermeté absolue dans la lutte contre le terrorisme de la part de notre pays, de l'Union européenne et de la communauté internationale. À la suite des événements de ce vendredi et aux informations révélées depuis lors, des questions légitimes se posent. Quel était le régime de surveillance appliqué à chacun des terroristes connus et qui ont été impliqués dans les attentats? Était-on au courant de leur parcours précis depuis leur retour de Syrie? A-t-on envisagé, à quelque moment que ce soit, de les priver de liberté? Cette question s'est-elle posée lorsqu'ils ont été assez récemment interrogés? Confirmez-vous qu'un des terroristes a fait le chemin de retour depuis Paris jusqu'à la Belgique, qu'il a été contrôlé à trois reprises par la police française et que les policiers l'ont laissé poursuivre sa route? Est-il correct que les policiers français ignoraient que ce terroriste était fiché chez nous? Y a-t-il eu un manque d'information entre la Belgique et la France et, surtout, comment l'expliquez-vous? Comment se fait-il également que le cerveau présumé des attentats est à Paris, alors que, semble-t-il, on le croyait en Syrie? Enfin, quels sont les premiers éléments de l'enquête sur le parcours des armes lourdes de guerre que possédaient ces terroristes? Toutes ces questions, nous nous les posons tous. Chaque chose en son temps bien sûr mais toutes ces questions devront être éclaircies pour pouvoir en tirer toutes les leçons.

 

Les attentats de Paris ont été commis grâce à des terroristes établis en Belgique, en particulier à Molenbeek. Les stratégies belges et européennes de lutte contre le terrorisme n'ont pas été capables d'empêcher ces assauts. D'autres attentats ont été déjoués mais, manifestement, des failles existent. Il en existera toujours mais il faut les réduire au maximum.

 

La Belgique doit se donner les moyens d'agir efficacement et c'est d'abord, monsieur le premier ministre, une question de moyens budgétaires suffisants, parce que la menace s'est considérablement développée, encore plus ces derniers mois, et des économies ont été faites.

 

La Sûreté de l'État le dit clairement: elle n'est pas en mesure, aujourd'hui, de pouvoir surveiller efficacement tous les djihadistes rentrés de Syrie. Les quinze magistrats chargés des matières de terrorisme sont totalement débordés. Les syndicats de police rappellent également qu'aujourd'hui la norme pour le recrutement de nouveaux policiers se situe aux alentours de 1 000 ou 1 100 par an alors qu'elle devrait atteindre 1 400 par an.

 

Monsieur le premier ministre, vous avez annoncé 400 millions supplémentaires pour 2016. Oui, cette enveloppe supplémentaire est indispensable. Il s'agit d'un élément excessivement important.

 

Nous mettons aussi sur la table une série de propositions et de mesures, dont certaines ont trouvé un écho dans ce que vous avez annoncé aujourd'hui. D'abord, des mesures systématiques de privation de liberté à l'égard des djihadistes de retour en Belgique, afin de vérifier, indépendamment de leur participation ou non au conflit, leur niveau de dangerosité et de prendre des mesures adaptées. Ceux qui n'ont pas la nationalité belge doivent être expulsés. On ne peut pas prendre le risque d'avoir des djihadistes dangereux, non surveillés, dans la nature.

 

La question qui se pose est de savoir ce qu'il en sera des 170 djihadistes déjà rentrés pendant ces derniers mois ou années des zones de combat de Daesh. Certaines informations sur les djihadistes semblent manquer. Nous plaidons pour renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l'Union européenne puisque, actuellement, seuls 30 % des entrées dans l'Union européenne sont véritablement contrôlés et se donner, comme aux États-Unis un objectif de 100 % de contrôles au niveau des frontières extérieures de l'Union européenne. Vous avez parlé du Passenger name record (PNR) belge. C'est évidemment aussi d'un PNR européen dont nous avons un cruel besoin pour être plus efficaces.

 

Enfin, la coopération en matière de partage de renseignements doit clairement être renforcée entre les États. Nous ne pouvons plus réfléchir comme un État, et encore moins dans nos régions. Nous devons réfléchir en termes de territoire.

 

Nous doter d'un service de renseignement européen nous permettrait d'être plus efficaces.

 

Ensuite, la lutte contre les recrutements, les complicités et l'apologie du terrorisme doit être intensifiée, que ce soit dans les mosquées, les arrière-salles de café ou sur internet, qui constitue le mode de recrutement par excellence. Dans notre groupe, Georges Dallemagne et Vanessa Matz ont déposé voici plusieurs mois une proposition de loi en vue de supprimer rapidement les contenus propagandistes diffusés sur la toile.

 

Nous souhaitons également réfléchir au problème des armes de guerre et des marchés clandestins. Bien évidemment, il s'agit avant tout d'une question de moyens humains. Les méthodes particulières de recherche pourraient être employées pour lutter contre le trafic d'armes en rapport avec le terrorisme. Il faut pouvoir en parler à nouveau.

 

La coordination est évidemment essentielle, que ce soit entre les différents services, les Régions et les Communautés, le fédéral et les communes – puisque des bourgmestres se plaignent de manquer d'informations sur la présence de djihadistes et d'indications sur ce qu'ils doivent faire et sur les rôles respectifs des autorités. Sont-ce les communes qui doivent gérer ce problème ou bien les services fédéraux? Ces questions sont importantes, monsieur le premier ministre. Nous devrons les aborder. Enfin, comme je l'ai rappelé à travers certains exemples, la coordination à l'échelle européenne est insuffisante.

 

Sur le plan international, nous devons nous interroger sur notre politique à l'égard d'États qui ont soutenu des idéologies en totale contradiction avec nos valeurs et qui ont contribué au financement du terrorisme.

 

La Belgique se doit aussi de mettre à disposition d'une coalition internationale ses moyens diplomatiques et militaires afin d'anéantir Daesh.

 

Monsieur le premier ministre, chers collègues, quel est le but du terrorisme? Le terrorisme a pour seul objectif de créer la tension; il a pour seul objectif de créer la division dans notre société; il a pour seul objectif d'instituer un climat de guerre civile entre les communautés. Les forces démocratiques doivent s'unir et faire front face à l'adversité. C'était le sens de votre intervention, monsieur le premier ministre. C'est le sens de mon intervention de ce jour. C'est le sens aussi de l'appel que lançait Benoît Lutgen, il y a maintenant plusieurs jours, et qu'il avait déjà lancé il y a quelques mois à la suite d'un autre événement dramatique.

 

Nous faisons des propositions mais nous appuierons aussi toutes les initiatives qui permettront de supprimer la menace et de préserver les valeurs humanistes de notre société européenne. Le droit à l'intégrité physique, à la sécurité est le premier de tous les droits et de toutes les libertés! C'est celui sans lequel les autres droits et libertés ne peuvent trouver à s'exercer et c'est à garantir ce droit fondamental que nous devons ensemble nous atteler!

 

03.11  Barbara Pas (VB): Mijnheer de voorzitter, collega’s, iedereen was verbijsterd en geschokt door de blinde terreur in Parijs, vrijdagavond. De verontwaardiging was terecht zeer groot. Maar verbaasd, collega’s, kan men niet zijn. De aanslagen van vorig weekend waren een zoveelste oorlogsverklaring van de radicale islam aan het Vrije Westen. Na de aanslagen in Londen, in Madrid, tegen het Joods Museum, tegen Charlie Hebdo, is dit een nieuw triest hoogtepunt in een rij van alsmaar gruwelijkere gewelddaden door moslimextremisten.

 

Het was inderdaad een Frans-Belgische operatie, mijnheer de eerste minister. De politie was Frans, de spil van de terroristen was Belgisch. Voor één keer wilde ik dat mijn partij het niet bij het rechte eind had gehad. Vlaams Belang heeft de voorbije decennia gewaarschuwd en voorstellen gedaan om deze toestanden te voorkomen. Wij hebben meermaals gewezen op de gevolgen van massa-immigratie en van islamisering. Wij hebben gewezen op de gevaren van islamfanatici. Tientallen vragen hebben wij in dit halfrond gesteld over de anarchie, de straffeloosheid en het moslimextremisme in Molenbeek alleen al. Vorige week nog hebben wij tijdens het vragenuurtje gewaarschuwd voor het potentiële gevaar van IS-militanten die vermomd als asielzoekers niet op de vlucht zijn voor oorlog, maar juist naar hier komen om oorlog te voeren.

 

Volgens het antwoord van de minister zou het allemaal zo’n vaart niet lopen. Maar enkele dagen later bleek dit voor twee daders van de gruwel in Parijs helaas wel het geval. De andere daders waren home grown jihadi’s, zoals de vernietigende buitenlandse pers ze beschreef. Door jarenlang wegkijken, door het negeren en minimaliseren van moslimextremisme, door een politiek correct discours waarbij het probleem niet bij naam genoemd mocht worden, is het zover kunnen gekomen. Door schuldig verzuim.

 

U hebt allen de kop in het zand gestoken en de boodschapper verguisd. Ik heb hier verschillende sprekers horen verwijzen naar Sharia4Belgium, dat destijds door het hele establishment nog bestempeld werd als een groep ongevaarlijke carnavalsgekken. U hebt er niet bij gezegd, collega’s, dat het Vlaams Belang toen al, als enige, waarschuwde voor het gevaar. Wij werden daarvoor bestempeld als een bende onruststokers, racisten en islamofoben. Men was blind en men heeft de problemen crimineel verwaarloosd.

 

Ook deze regering blinkt uit in nalatigheid. De nodige maatregelen werden niet getroffen. Denk maar aan de halftijdse werkkracht die in haar eentje moslimextremisme moet opsporen op het net. Twee weken geleden nog konden islamfanatici, die openlijk de vernietiging van het Westen verkondigden, ongestoord hun jihadistische boodschap prediken op de Brusselse moslimbeurs. Ik heb minister Jambon in dit Halfrond gevraagd om hen de toegang tot dit land te weigeren, maar hij ging daar niet op in.

 

De begroting, die deze week in de Kamer wordt besproken, toont duidelijk aan dat de prioriteit van deze regering niet bij de bescherming van de burgers ligt. U trekt daarin minder middelen uit voor de diensten van de Veiligheid van de Staat in 2016 dan voor dit jaar. De zogenaamde veiligheidsprovisie van 200 miljoen euro, die er kwam in de nasleep van de verijdelde aanslagen in Verviers, wordt in uw begrotingsontwerp gewoon geschrapt. Dit jaar hebt u trouwens dat extra budget gebruikt om achterstallige facturen van Justitie te betalen.

 

Een deel van de nu voorgestelde maatregelen zijn too little, too late. Met een enkelband kan men nog steeds een kalasjnikov hanteren. Het uitbreiden van de bevoegdheden van de inlichtingendiensten en de politie, kan alleen maar iets opleveren als daarvoor ook in de bijhorende middelen en manschappen wordt voorzien. Het personeelstekort bij de federale politie is er onder deze regering alleen maar groter op geworden. In het rijtje symptoombestrijding dat de voorbije dagen in de kranten werd genoemd, ontbrak aleen nog het voorstel over het keuzemenu voor de noodoproepen met keuzetoets 1 voor terroristisch aanslagen, want dat zullen wij zeker nog nodig hebben.

 

Ik sluit af met een positieve noot.

 

Ik heb vandaag de premier voor het eerst fundamentele maatregelen horen noemen die wij al jaren voorstellen. Geef haatpredikers niet meer de kans om hun boodschap uiteen te zetten; neem Syriëstrijders hun nationaliteit af, laat hen niet meer toe op het grondgebied; steek jihadisten in de gevangenis; sluit de radicale moskeeën en stop de financiering ervan vanuit Saoedi-Arabië. Alleen een streng beleid dat kordaat optreedt tegen eenieder die een jihadistische of salafistische islam aanhangt, die geweld predikt of verheerlijkt, kan soelaas brengen.

 

Ik hoop dat er nu eindelijk een kantelmoment in het beleid komt en dat het deze keer niet blijft bij aankondigingen, waarna men blijft aanmodderen tot er een volgende aanslag komt, zoals dat in het verleden altijd het geval was. Ik hoop echt dat er deze keer wel iets van zal komen, dat het geen pure aankondigingspolitiek is. Wij zullen daarop toezien, want verontwaardiging volstaat niet meer. De ontkenningsfase is voorbij.

 

Het overgrote deel van de moslims zijn ongetwijfeld gematigde, vredelievende mensen die het geweld schuwen, die de aanslagen in Parijs en alle andere jihadistische aanslagen verwerpen, maar collega’s, wie vandaag nog ontkent dat deze terreur zijn wortels in de islam heeft, ontkent het licht van de zon.

 

03.12  Olivier Maingain (DéFI): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, mesdames, messieurs les ministres, chers collègues, les attentats de Paris forcent une nouvelle fois les autorités gouvernementales et les décideurs politiques à se remettre en question. Par leur violence et leur ampleur, ces attentats nous annoncent une longue période d'incertitude et de menaces.

 

Nous devons avoir le courage d'analyser ces attentats comme des actes de guerre. Le premier ministre français, Manuel Valls, l'avait annoncé lors de son remarquable discours à l'Assemblée nationale française, à la suite des attentats de janvier dernier. Nos démocraties sont confrontées à la guerre. Certes, il ne s'agit pas d'une guerre traditionnelle régie par le droit international. Mais nous sommes tenus de mener une guerre par nécessité contre la pire des menaces, la lâcheté et le fanatisme qui portent non seulement atteinte à la vie de citoyens innocents, mais cherchent également à imposer la terreur pour que nos démocraties basculent dans le camp de la barbarie. Il faut le dire sans ambages à nos concitoyens pour qu'ils sachent quelle est l'ampleur de l'effort auquel nous devrons consentir.

 

Si nous ne menons pas cette guerre, l'État islamique aura une telle emprise aux portes de l'Europe que c'est la stabilité et l'avenir de notre continent qui en seront gravement affectés.

 

Dès lors que votre gouvernement décide de participer pleinement – certaines initiatives ont été annoncées – et avec encore plus d'engagement de forces militaires à la grande coalition des États qui entendent éradiquer l'État islamique de sa présence en Irak et en Syrie, mon parti sera à vos côtés, monsieur le premier ministre.

 

J'avais eu à regretter le retour en Belgique des F-16 de notre force aérienne lorsque, pour des raisons budgétaires, votre gouvernement avait décidé de céder la place au partenaire néerlandais.

 

Nous attendons donc de votre gouvernement davantage de précisions quant à l'engagement militaire au sein de la grande coalition. La sécurité de nos populations sera assurée si l'État islamique est réduit à néant.

 

Mais il est vrai qu'il ne suffira pas de gagner cette guerre. Il faudra stabiliser cette région de l'Afrique. Il est temps que les diplomaties européennes préparent l'après-guerre et proposent aux peuples de ces pays la voie de la réconciliation. Les Nations unies devront prendre l'initiative d'une grande conférence internationale, non seulement pour aider à la reconstruction de ces pays mais aussi pour proposer une autre voie, un autre modèle démocratique alliant le respect de l'autorité de l'État si souvent menacée dans ces pays, le respect des libertés fondamentales et des convictions religieuses ou philosophiques. L'exemple de la Tunisie peut inspirer cette évolution.

 

Il faut aussi faire preuve de plus de détermination à l'égard des pays qui financent le terrorisme international. Trop de gouvernements européens, et les nôtres aussi par le passé, ont fait preuve de complaisance à l'égard de l'Arabie saoudite ou du Qatar. Il est temps de signifier clairement aux pays qui financent le terrorisme international qu'ils ne peuvent pas prétendre développer leurs activités dans notre pays. Il est temps d'élaborer une loi qui interdira le financement des cultes par des pays qui, de manière directe ou indirecte, financent les réseaux du terrorisme international. Il faut être déterminé, et ce n'est pas une atteinte à la liberté de culte, c'est au contraire refuser que cette liberté soit dévoyée par des forces obscurantistes qui en dénaturent la réalité.

 

Monsieur le premier ministre, nous serons également aux côtés de votre gouvernement s'il a l'ambition de redonner à la Sûreté de l'État, aux services spécialisés de la lutte contre le terrorisme de la police fédérale et à l'ensemble des forces de l'ordre les moyens des objectifs que vous annoncez.

 

Depuis des années, la Sûreté de l'État fait partie des grands corps d'autorité parmi les plus oubliés du gouvernement. Il y a peu de réflexion et encore moins de volonté pour moderniser la Sûreté de l'État et la doter des capacités humaines et des moyens technologiques que ses missions justifient.

 

Votre gouvernement a aussi porté jusqu'à il y a peu atteinte aux capacités budgétaires de ce service. Faut-il rappeler que le budget initial 2015 avait réduit ses crédits de 50 millions à 41 millions avant que, par un amendement budgétaire du mois de mars, vous rétablissiez le montant initial? Dans le budget 2016, jusqu'à ce que vous annonciez ce matin un amendement de 400 millions, pas au seul bénéfice de la Sûreté de l'État, votre gouvernement propose également une nouvelle réduction des moyens de la Sûreté de l'État en ramenant son budget à 44 millions. Nous verrons comment vous allez ventiler l'amendement que vous nous annoncez.

 

Le manque de personnel y est criant. Tous les spécialistes estiment qu'il y a un déficit d'au moins 100 personnes dans les services extérieurs et de 20 à 30 personnes dans les services d'analyse.

 

Le déploiement des forces armées dans les rues, les contrôles de police inopinés: toutes ces mesures, pour utiles qu'elles soient, ont davantage un effet psychologique qu'une réelle efficacité dans la lutte contre le terrorisme. Il n'est pas un spécialiste qui estime que les mesures de surveillance statique sont la bonne réponse pour faire face à des groupes terroristes mobiles, bien préparés et bien informés. Toute guerre se gagne d'abord par une bonne connaissance qu'on a de l'ennemi grâce à des services de renseignement performants.

 

Monsieur le premier ministre, la presse internationale stigmatise notre pays comme étant la base arrière du djihadisme. C'est exagéré, car la Belgique n'est pas le seul pays qui abrite des réseaux dormants du djihadisme. Mais il ne faut se le cacher, la faiblesse des moyens alloués aux services de la Justice, de la police et du renseignement a permis à de nombreux djihadistes de passer entre les mailles du filet.

 

C'est un échec collectif et c'est une responsabilité collective d'y apporter une réponse plus déterminée. Les citoyens sont lassés des discours médiocres qui cherchent à faire porter les responsabilités sur un parti plus qu'un autre. De même, il est pénible d'entendre un parti de votre majorité, la N-VA, pointer une seule commune, Molenbeek, qui, à elle seule, serait le foyer de tous les djihadistes en Belgique.

 

Alors, je le dis, il va falloir choisir au sein de la majorité. Soit, vous êtes dans le camp d'Éric Zemmour, ce fou furieux, certes peut-être ami d'Alain Destexhe mais c'est un égarement de plus, soit, vous êtes dans le camp de la bourgmestre de Molenbeek mais on peut pas être d'un côté et de l'autre à la fois. Ce n'est ni crédible, ni respectueux des citoyens. Le Centre international de lutte contre le terrorisme aux Pays-Bas rappelait à juste titre que bon nombre de djihadistes belges sont aussi originaires d'Anvers, de Vilvorde et de Malines et je n'ai pas l'outrecuidance d'accuser les bourgmestres de ces communes d'être responsables de cette situation.

 

C'est à la majorité de faire des choix plus nets quant aux responsabilités à assumer.

 

03.13  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le président, chers collègues, les événements dramatiques de la semaine dernière à Paris nous mettent tous ensemble devant des responsabilités graves. Je dis tous, je vise le monde politique, le monde associatif, les acteurs de terrain. Le défi est énorme en Belgique, en Europe et dans le monde.

 

Aujourd'hui, il est important de rappeler dans notre hémicycle que les victimes de ces barbares, les victimes de ces terroristes étaient de différentes nationalités.

 

Het gaat om heel veel nationaliteiten maar ook heel veel verschillende landen. Of het nu in Libanon is, in Syrië, in Afghanistan, in Frankrijk, in België, laten we gedachten hebben voor alle slachtoffers van het fundamentalistisch jihadisme in de wereld.

 

Monsieur le premier ministre, je partage votre volonté de trouver les solutions visant à mettre un arrêt net, définitif à ces actes barbares en Europe et dans le monde. Je partage encore plus votre volonté de répondre à ces terroristes que, face à leur volonté de division, nous voulons y opposer une unité de l'ensemble des composantes de notre société.

 

Heel onze bevolking, van eender welke afkomst, samen zullen wij niet in de val lopen van de terroristen.

 

Immers, wat wil Daesh? Daesh wil vandaag helemaal geen militaire overwinning of scoren op militair vlak. Daesh wil echt een punt maken in onze maatschappij en een polarisatie van de verschillende lagen van de bevolking teweegbrengen.

 

Monsieur le premier ministre, vous avez appelé à l'unité nationale. Je peux partager cette exigence quand il s'agit de prendre des mesures concrètes, et j'y reviendrai. Toutefois, je ne voudrais pas qu'elle empêche un débat serein et fondamental sur les initiatives à prendre contre le terrorisme. Nous avons vu où a conduit cette unité nationale aux États-Unis après les attentats du 11 septembre. La société américaine a en effet opté pour de fausses solutions. C'est pourquoi nous devons oser un débat de fond.

 

Si quelque chose a manqué dans votre discours, monsieur le premier ministre, c'est d'oser aborder ce qui donne une telle puissance à Daech. Je veux parler de sa montée en puissance au Moyen-Orient, qui est sa base arrière. C'est de là que des djihadistes reviennent en Europe pour terroriser nos sociétés. Pour parvenir à bloquer Daech dans son élan, nous devons pouvoir couper toutes ses sources de financement et d'armement, en empêchant que cette organisation vende du pétrole.

 

Cela oblige l'Occident à réexaminer de manière critique ce qu'il a fait dans cette région. Aujourd'hui, nous devons oser pointer du doigt les États-Unis qui, en 2003, ont rasé toute forme de structure étatique en Irak. De plus, les États-Unis y ont eux-mêmes développé une stratégie destinée à diviser la population entre chiites et sunnites. Ce sont les stratèges américains qui l'ont voulu afin de gagner le pouvoir dans la région et de briser toute forme d'unité nationale. Leurs rapports ainsi que ceux du Sénat américain nous le montrent. Nous devons en tirer les leçons.

 

Mijn vraag is waarom wij vandaag in die regio niets doen om de kraan voor Daesh dicht te draaien. Zo komen wij natuurlijk bij Saoedi-Arabië en Qatar terecht. Hoe komt het dat hier niemand van de meerderheid duidelijk aantoont dat daar het probleem ligt? Ik hoor wel dat er in Antwerpen wordt geapplaudisseerd als er door Saoedische families 3,7 miljard wordt geïnvesteerd in de haven van Antwerpen. Daarvoor geeft men applaus, hoewel men goed weet dat er geld achter zit en dat die families gelinkt zijn met Daesh en Al Qaeda.

 

J'entends bien nos missions économiques qui sont allées faire du business et des échanges commerciaux en Arabie saoudite. Quand va-t-on arrêter cette politique à deux vitesses? Quand va-t-on vraiment oser prendre le taureau par les cornes? Il est temps d'assécher les finances de Daesh. Il est temps d'assécher l'importation d'armement de Daesh dans la région. Il est temps de prendre des mesures claires et nettes pour arrêter ce foyer de terrorisme international.

 

En ce qui concerne les mesures à prendre au niveau national, je me réjouis d'entendre que des fonds supplémentaires vont être libérés, 400 millions, comme nous l'avons appris ce matin. Je me réjouis, mais j'espère sincèrement que cet argent ne sera pas prélevé sur d'autres budgets sociaux. Car je voudrais faire un appel à investir également 400 millions dans les secteurs de la société qui accomplissent un travail sur le terrain de la prévention, sur le terrain de l'enseignement, sur le terrain social, pour casser dans l'œuf le terreau dans lequel des organisations terroristes construisent le rapport de forces dans nos sociétés occidentales. J'espère bien entendre le gouvernement proposer ce type de mesures-là dans les prochaines semaines.

 

Je terminerai avec la question des méthodes particulières de recherche.

 

Vous savez, monsieur le premier ministre, que je suis très sensible à ce type de mesures, ayant été mis sur écoute téléphonique pour avoir organisé une manifestation à Liège. Je peux vous suivre quant au besoin d'organiser aujourd'hui une efficacité accrue des services de renseignements en Belgique. Manifestement, il y a eu des dysfonctionnements dans nos services. Je peux appuyer les demandes de mes collègues d'organiser une recherche afin de comprendre ce qui n'a pas fonctionné.

 

Il y a une chose qui est sûre, comme beaucoup de spécialistes français l'indiquent, nos services de renseignements ont un problème. Non pas qu'ils ont trop peu de renseignements, mais ils en ont trop. Ils en ont trop à digérer, à dispatcher, à analyser. Je ne peux que plaider devant l'hémicycle pour que les mesures soient ciblées vers les recruteurs, vers ceux qui organisent le transfert de ces jeunes en Syrie, vers ceux qui organisent réellement les réseaux terroristes et non pas une écoute trop généralisée, comme on l'a fait aux États-Unis d'Amérique, et comme Edward Snowden l'a démontré. Cela n'a pas renforcé la démocratie aux États-Unis d'Amérique, cela l'a plutôt restreinte. Ensemble, soyons impitoyables envers ces réseaux terroristes, mais soyons aussi impitoyables pour maintenir une société solidaire et unie!

 

03.14  Aldo Carcaci (PP): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs les ministres, chers collègues, en France, près de 500 innocents ont été blessés, mutilés, traumatisés à vie. Le pire est à venir en Europe au regard de la volonté hégémonique de l'islam radical. Ils ont des ressources humaines, l'argent et le goût de la mort. Seules notre mobilisation et détermination les arrêteront. La lutte sera longue. Nul ne doit en douter.

 

La Belgique est, aujourd'hui, montrée du doigt dans le monde entier pour son laxisme envers l'islamisme, fruit de la complaisance de ces trente dernières années, du monde politique et du monde intellectuel et de l'affaiblissement de l'État, déficient à exécuter ses missions régaliennes.

 

Nous dénonçons ce fait depuis de nombreuses années. Il est plus que temps de réagir. Pour gagner ce combat, un seul principe devrait nous guider: bienveillance envers ceux qui respectent nos valeurs et veulent contribuer au bien-être commun, mais lutte implacable et immédiate contre nos ennemis déclarés. Ceux qui n'aiment pas notre pays et nos valeurs doivent le quitter.

 

Monsieur le premier ministre, vous avez annoncé vouloir prendre des mesures fermes. En tant que député d'un des partis qui contribuent à droite au débat démocratique, je propose à votre gouvernement d'adopter, dans le cadre d'une union nationale contre le terrorisme que vous souhaitez, une série de mesures nécessaires en vue de préparer notre pays à la lutte et faire face à la menace immédiate: instauration d'une garde nationale sur le modèle de la garde nationale américaine. Le président français vient d'en faire la proposition.

 

Nos effectifs policiers et les forces opérationnelles de l'armée sont en nombre insuffisant en cas de troubles et ce, depuis la fin de la conscription obligatoire: obligation pour les policiers et certains membres des forces armées, les forces spéciales, de porter en tout temps leur arme de poing de manière discrète et ce, en vue de faire face à des menaces terroristes opportunistes.

 

L'expérience dans certains pays montre clairement que des hommes armés et entraînés parviennent à stopper rapidement des actions terroristes, limitant ainsi le nombre de victimes innocentes.

 

Il faut un renforcement de la Sûreté de l'État par une majoration immédiate de son budget de 200 %, dès lors quelle se déclare incapable de suivre tous les dossiers d'islamisme présumé qu'elle est supposée traiter et contrôler.

 

Il faut une interdiction du retour des Belges ayant une double nationalité partis combattre en Syrie et en Irak dans les rangs de l'État islamique ou d'autres formations terroristes, en les privant immédiatement de la nationalité belge. Votre gouvernement n'a pas pris en considération la proposition de loi en ce sens que j'avais déposée en son temps. On voit aujourd'hui le président Hollande proposer une mesure identique.

 

Il faut une expulsion immédiate des imams salafistes wahhabites prêcheurs de haine, qu'ils soient saoudiens, koweïtiens ou autres. L'imam de Verviers, dont l'expulsion avait été annoncée, se promène toujours librement sur notre territoire.

 

Il faut un rétablissement des contrôles permanents aux frontières de la Belgique et l'abandon des accords de Schengen, à renégocier au niveau européen.

 

Il faut une fermeture du centre culturel islamique de Belgique, financé par l'Arabie saoudite et centre névralgique salafiste à Bruxelles et de toutes les mosquées salafistes. Imposons des prédicateurs formés à nos valeurs!

 

Il faut interdire à des prêcheurs de haine la participation à la foire musulmane de Bruxelles. Cette année encore, la quatrième foire musulmane a accueilli des prédicateurs salafistes qui ont autorisé publiquement les attentats-suicides dans les pays du Dar al-Harb, les pays non musulmans, tout en les interdisant en terre islamique. C'était voici une semaine, avant les attentats de Paris.

 

Il faut un contrôle des radios communautaires salafistes qui sévissent notamment à Bruxelles et Anvers, ainsi que le retrait de leurs licences et subventions.

 

Il faut un blocage systématique des sites islamiques sur nos réseaux internet pour contrer l'auto-radicalisation.

 

Monsieur le premier ministre, sans ces mesures fortes, seules à même de réduire la menace terroriste et plus généralement la montée de l'intégrisme, nos démocraties ne pourront faire face à cet ennemi implacable et ses méthodes inhumaines.

 

Nous sommes prêts à apporter notre soutien inconditionnel à ces mesures.

 

Monsieur le premier ministre, nos concitoyens ne comprendraient pas que vous n'emboîtiez pas au moins le pas aux mesures décidées par la présidence socialiste en France.

 

03.15  Charles Michel, premier ministre: Monsieur le président, nous avons convenu, avec les chefs de l'opposition, que j'exprimerais une courte réplique.

 

Ik wil u allen enkel bedanken voor de sterke boodschappen. Vandaag is misschien een belangrijk moment in onze parlementaire geschiedenis. Iedereen heeft in zijn eigen woorden dezelfde boodschap gebracht.

 

Avec des mots différents, le message que nous avons donné est un message clair.

 

Le défi auquel nous sommes confrontés est difficile, complexe. Il s'agit de porter haut les valeurs de liberté, les valeurs fondamentales, les valeurs universelles et de résister à une démarche visant à instaurer l'oppression et, disons-le, une forme de totalitarisme.

 

J'appelle tous les parlementaires, tous les démocrates à être rassemblés. Nous aurons encore beaucoup l'occasion de débattre, de discuter, de ne pas toujours être d'accord sur les mesures et les moyens mais j'ai la conviction que la qualité du débat démocratique doit pouvoir l'emporter.

 

Maintenant plus que jamais, d'un mot, soyons rassemblés, mobilisés et, au-delà des discours, passons aux actes. En avant, au travail! (Applaudissements)

 

Le président: Merci, monsieur le premier ministre. J'ai bien compris qu'il n'y aurait plus de réplique. Dat betekent dat wij hier onze werkzaamheden beëindigen en hernemen om 14 u 15 voor de mondelinge vragen.

 

De vergadering wordt gesloten. Volgende vergadering donderdag 19 november 2015 om 14.15 uur.

La séance est levée. Prochaine séance le jeudi 19 novembre 2015 à 14.15 heures.

 

De vergadering wordt gesloten om 12.11 uur.

La séance est levée à 12.11 heures.

 

 

Dit verslag heeft geen bijlage.

 

Ce compte rendu n'a pas d'annexe.