Plenumvergadering

Séance plénière

 

van

 

Donderdag 14 juli 2016

 

Namiddag

 

______

 

 

du

 

Jeudi 14 juillet 2016

 

Après-midi

 

______

 

 


De vergadering wordt geopend om 14.20 uur en voorgezeten door de heer Siegfried Bracke.

La séance est ouverte à 14.20 heures et présidée par M. Siegfried Bracke.

 

De voorzitter: De vergadering is geopend.

La séance est ouverte.

 

Een reeks mededelingen en besluiten moeten ter kennis gebracht worden van de Kamer. Zij worden op de website van de Kamer en in de bijlage bij het integraal verslag van deze vergadering opgenomen.

Une série de communications et de décisions doivent être portées à la connaissance de la Chambre. Elles seront reprises sur le site web de la Chambre et insérées dans l'annexe du compte rendu intégral de cette séance.

 

Aanwezig bij de opening van de vergadering is de minister van de federale regering:

Ministre du gouvernement fédéral présent lors de l’ouverture de la séance:

Kris Peeters.

 

Berichten van verhindering

Excusés

 

Maya Detiège, Olivier Maingain, Daniel Senesael, wegens gezondheidsredenen / pour raisons de santé.

 

Federale regering / gouvernement fédéral:

Didier Reynders, met zending buitenslands (Mongolië) / en mission à l’étranger (Mongolie).

 

Vragen

Questions

 

01 Question de M. Gilles Vanden Burre au vice-premier ministre et ministre de l'Emploi, de l'Économie et des Consommateurs, chargé du Commerce extérieur, sur "l'incidence de l'augmentation des embouteillages sur l'économie belge" (n° P1375)

01 Vraag van de heer Gilles Vanden Burre aan de vice-eersteminister en minister van Werk, Economie en Consumenten, belast met Buitenlandse Handel, over "de impact van het groeiende fileprobleem op de Belgische economie" (nr. P1375)

 

01.01  Gilles Vanden Burre (Ecolo-Groen): Monsieur le président, monsieur le ministre, 709 heures, voilà le temps cumulé d'embouteillages depuis le début de l'année tel qu'annoncé ce matin par le baromètre de Touring Mobilis. Ce qui équivaut à 29 jours, soit un mois de files dans lesquelles des centaines de milliers de nos concitoyens sont bloqués dans leur voiture. Les routes sont engorgées et les pics de pollution dépassés. Ce chiffre est par ailleurs un record en Belgique et qui nous propulse au niveau international. En football, nous pouvions mieux faire; en matière d'embouteillages, nous sommes champions d'Europe!

 

Ce dramatique constat a évidemment des impacts sur la qualité de la vie: pollution, stress, burn out, mal-être. Il a aussi des conséquences économiques importantes, ce qui retient, j'en suis sûr, toute votre attention. La FEB calculait en 2014 que le coût de la congestion automobile s'élevait à 8 milliards d'euros par an. C'est un véritable gouffre financier.

 

Quelles sont les mesures alternatives que vous allez proposer concrètement pour mettre fin à ce système qui a un coût pour la société de deux milliards d'euros par an?

 

Deuxièmement, la SNCB est évidemment une solution durable au constat que je viens de faire. Mais ce n'est apparemment pas l'avis de votre gouvernement puisque vous diminuez la dotation de la SNCB à hauteur de deux milliards d'euros d'ici la fin de la législature. Comptez-vous continuer dans cette direction? Ou comptez-vous plaider auprès de votre collègue de la Mobilité pour investir davantage dans le rail?

 

Enfin, quelles autres mesures comptez-vous proposer pour mettre fin à ce fléau en termes économiques et en termes de santé publique? (Applaudissements)

 

01.02  Kris Peeters, ministre: Monsieur Vanden Burre, votre analyse est correcte. Les données de Touring Mobilis et de la rédaction des infos trafic de la VRT sont claires: les embouteillages ont bel et bien un impact sur l'économie belge. Récemment, un bon nombre d'études ont été publiées à cet effet. Je fais référence entre autres au Livre blanc pour une mobilité retrouvée de la Chambre de commerce de Bruxelles et à l'étude de l'équipe de recherche Transport et Mobilité Leuven en 2015.

 

En tant que ministre de l'Économie, je ne peux que le confirmer, avec regret. La question est de savoir comment résoudre cette problématique. Cher collègue, certaines de ces réponses ne relèvent pas de ma compétence. Je me réfère en particulier à la nécessité de travaux publics et aussi à la mobilité.

 

Il y a beaucoup de travaux publics, notamment sur le ring de Bruxelles, qui un sujet de préoccupation très important. Un autre élément est la mobilité, avec les transports publics, pour lesquels mon collègue le ministre Bellot est compétent. Et je sais qu'il travaille beaucoup pour trouver une solution.

 

Vous avez aussi demandé d'autres mesures. Vous avez bien souligné l'importance des voitures de société. Là, j'espère qu'on pourra trouver une solution dans le débat sur le budget de la mobilité. C'est un débat qui ne concerne pas uniquement le ministre de l'Économie mais également les ministres des Affaires sociales, des Finances et de la Mobilité. Vous avez raison, on doit trouver une solution aussi vite que possible concernant un budget de mobilité.

 

Monsieur le président, il existe d'autres mesures comme le télétravail par exemple, les horaires flottants et beaucoup d'autres pour résoudre cette problématique. Comme vous, j'en suis convaincu. J'espère que nous trouverons aussi vite que possible des réponses adéquates.

 

01.03  Gilles Vanden Burre (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, je vous remercie pour vos réponses.

 

Le sujet tout particulier des voitures de société nous préoccupe beaucoup. Je vous avais d'ailleurs trouvé plus courageux et un peu plus innovant dans des interviews que vous avez données récemment. J'ai repris une interview de février 2016 où vous parlez du budget de la mobilité, d'exonérations, d'initiatives à court terme relayées par votre ministre des Finances, M. Van Overtveldt, qui, un peu à la surprise générale, s'était exprimé en mai pour remettre sur la table les voitures de société.

 

Jusqu'à présent, on ne voit rien. Comme vous l'avez dit, et je vous le confirme, dans un plan alternatif aux voitures de société, les écologistes seront des partenaires. Dans ce cadre-là, vraiment, nous insistons et vous encourageons encore plus à venir avec un plan alternatif car ce financement public des embouteillages que vous prônez et défendez au sein du gouvernement n'est aujourd'hui plus viable, que ce soit en termes de santé publique ou que ce soit en termes d'impact économique pour notre pays!

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

02 Vraag van de heer Johan Klaps aan de vice-eersteminister en minister van Werk, Economie en Consumenten, belast met Buitenlandse Handel, over "de wet-Major" (nr. P1376)

02 Question de M. Johan Klaps au vice-premier ministre et ministre de l'Emploi, de l'Économie et des Consommateurs, chargé du Commerce extérieur, sur "la loi Major" (n° P1376)

 

02.01  Johan Klaps (N-VA): Mijnheer de voorzitter, de lijdensweg van de wet-Major is blijkbaar nog steeds niet ten einde. U weet dat Europa een modernisering van onze havenarbeid wil. In ons regeerakkoord staat dat wij dat ook willen. U hebt via het sociaal overleg een aanpassing uitgewerkt, die uit het Parlement hebt weggehouden om het sociaal overleg niet te schaden. Dat is een procedure die wij kunnen begrijpen.

 

Ik zal niet zeggen dat wij heel enthousiast waren als wij die teksten kregen. Ik heb u dat ook gezegd, omdat het maar een aanzet is tot een oplossing voor de vele problemen. Eigenlijk verandert er niet zo veel. De vakbonden blijven beslissen wie er al dan niet aan de haven mag werken. De vakbonden blijven bedrijf per bedrijf beslissen wat havenarbeid is en wat niet.

 

Voor de logistiek en de e-commerce, waarin het grootste groeipotentieel voor de tewerkstelling zit, verandert er niets. Bedrijven mogen buiten de pool rekruteren, maar ze moeten toch een toeslag op hun loonmassa van 2,5 % betalen en de loonkosten gaan toch omhoog, in plaats van omlaag wat toch de doelstelling van deze regering is.

 

Uw argument daarin was: wij moeten eerst de inbreukprocedure stopzetten en dan kunnen wij verdergaan. Daarin hebben wij u ook loyaal gesteund. Ik heb dat een paar weken geleden nog gezegd.

 

Vandaag lees ik dat dit nog altijd niet gelukt is. Wij hebben uit uw vorige antwoorden altijd begrepen dat, als u met de teksten half juli naar mevrouw Boels zou gaan, dan alles in orde zou zijn. Nu blijkt dat ze toch nog eens moeten worden geanalyseerd en dit naar september wordt doorgeschoven.

 

Mijnheer de minister, is dat Europese codetaal? Wil dat zeggen dat het nog niet in orde is, dat het nog niet goed genoeg is, dat we nog steeds geen oplossing hebben? Wat wil mevrouw Bulc met die mededeling eigenlijk zeggen?

 

We moeten toch blijven begrijpen dat er heel veel jobs in gevaar zijn in onze haven als we dit probleem niet oplossen, zeker als ik de kranten van vandaag moet geloven dat er misschien nog een bijkomende Europese procedure dreigt.

 

Ik heb zopas een fantastisch persbericht gelezen over de cijfers van de haven. Dat juich ik inderdaad toe, maar de echt arbeidsintensieve sectoren, zoals het stukgoed, blijven achteruitgaan. Daarom wou ik u vragen wat precies het bezwaar van mevrouw Bulc tegen de voorgelegde teksten is? U hebt ze toch op voorhand uitvoerig met haar besproken. Als zij worden uitgevoerd, is het probleem toch van de baan.

 

Klopt het dat de procedure wordt uitgebreid? Wat is het verdere plan van aanpak?

 

02.02 Minister Kris Peeters: Mijnheer Klaps, de aanpassing van de wet-Major is inderdaad een lijdensweg. Wij moeten echter elke keer opnieuw stappen vooruit zetten.

 

Wij hebben al heel veel stappen vooruit gezet. Gisteren werd een koninklijk besluit gepubliceerd. Er zijn zeven cao’s gesloten. Er is een referendum georganiseerd. Het sociaal overleg heeft in dezen schitterend gewerkt.

 

Op 6 juli hebben wij alle teksten aan de commissaris overhandigd. Er was gisteren een onderhoud met de commissaris. Wij hebben haar bedankt, omdat zij ons de gelegenheid heeft gegeven de zaak met de sociale partners te bespreken en erover een akkoord te bereiken. Dat akkoord is met heel veel zorg en overleg gerealiseerd. Wij gaan er nu, in de laatste fase, van uit dat de Europese Commissie de procedure van ingebrekestelling stopzet. Dat is de laatste hindernis, die wij moeten nemen.

 

U hebt hier al een paar keer naar gevraagd, wat natuurlijk uw volste recht is. Ik heb toen geantwoord dat wij dat als de eerste belangrijke stap zien en dat de logistieke discussies daarna zullen volgen. Een aantal ondernemingen en personen, zoals u, zijn hieromtrent zeer actief en houden de zaak in de media. U moet de media echter niet altijd geloven, want de commissaris heeft hierover gisteren niet gecommuniceerd. Het is zeer eigenaardig dat er vandaag in een bepaald dagblad hierover dingen staan waarvan ik mij afvraag hoe die daar in hemelsnaam zijn terechtgekomen, vandaar waarschijnlijk uw vraag om rechtstreeks van mij duiding te krijgen.

 

De commissaris heeft positief geantwoord dat het actieplan, dat wij in december hebben ingediend, is uitgevoerd. Mijn diensten hebben de teksten op 6 juli ontvangen en zullen die nu bekijken.

 

Mijnheer Klaps, dit is de lijdensweg, waaraan ik mij moet onderwerpen. Er zijn zes stappen in de procedure om een ingebrekestelling stop te zetten. Ten eerste, DG MOVE analyseert de teksten juridisch. Ten tweede, samen met de juridische dienst van de Commissie stelt DG MOVE een preclosure letter op, waarin het aangeeft de intentie te hebben de procedure te beëindigen en daarvoor argumenten aanreikt. Ten derde, de preclosure letter wordt aan de beklagers bezorgd. Ten vierde, DG MOVE en de juridische dienst bereiden het dossier voor, dat de Commissie kan agenderen. Ten vijfde, het dossier wordt geagendeerd op de maandelijkse vergadering van de Commissie over de procedure. Ten zesde, de Commissie zet de procedure stop. Dat is de procedure op Europees niveau, waaraan ik mij nog verder moet onderwerpen.

 

De voorzitter: De tijd is om.

 

02.03 Minister Kris Peeters: Mijnheer de voorzitter, als mij een vraag wordt gesteld, geef mij alstublieft de tijd om daarop te antwoorden, want anders wordt er in de media op een andere manier over gecommuniceerd.

 

Het is belangrijk dat de Commissie die zes fasen volgt. Ik moet daaraan elke keer de nodige aandacht besteden.

 

02.04  Johan Klaps (N-VA): Mijnheer de minister, ik dank u voor uw antwoord.

 

Het is inderdaad een lijdensweg. Ik hoop alleen maar dat het geen processie van Echternacht wordt.

 

Er was ons duidelijk gezegd dat daarover op 15 juli zou worden beslist. Nu lees ik september. Uiteraard moet ik dan vragen stellen om te weten of het september wordt, of er een procedure in december of volgend jaar bijkomt. Ondertussen blijft de haven dalen in de rangschikking van de behandeling van stukgoed en missen we massa's investeringen.

 

Bovendien worden goederen nu in bulk gelost, met vrachtwagens ver van de havenmuur weggebracht om daar te worden behandeld en dan terug met vrachtwagens naar de havens om verder verscheept te worden. Dat is slecht voor de fileproblematiek en voor het milieu. We hebben het daarover al gehad. Dat moeten we toch oplossen.

 

Het EVA-Hof heeft ondertussen verklaard dat er zelfs sprake is van schending van de mensenrechten in de geldende procedures.

 

Mijnheer de minister, de speeltijd is ondertussen toch echt wel voorbij. U hebt de kans om te bewijzen dat u de beste minister van Werk bent van de voorbije 30 jaar. Ik zou u dan ook willen vragen om er direct aan te beginnen.

 

Geen absurde, geografische afbakening meer voor havenarbeid, de collega’s horen dat blijkbaar absoluut niet graag. Inspraak voor de vakbonden, maar geen vetorecht, want we zullen toch niet wachten op een Europese veroordeling om investeringen aan te trekken.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

03 Questions jointes de

- Mme Özlem Özen au ministre de la Justice sur "la disparition de la fonction de juge d'instruction" (n° P1377)

- M. Christian Brotcorne au ministre de la Justice sur "la disparition de la fonction de juge d'instruction" (n° P1378)

- M. Gautier Calomne au ministre de la Justice sur "la disparition de la fonction de juge d'instruction" (n° P1379)

- M. Raoul Hedebouw au ministre de la Justice sur "la disparition de la fonction de juge d'instruction" (n° P1380)

03 Samengevoegde vragen van

- mevrouw Özlem Özen aan de minister van Justitie over "de afschaffing van de functie van onderzoeksrechter" (nr. P1377)

- de heer Christian Brotcorne aan de minister van Justitie over "de afschaffing van de functie van onderzoeksrechter" (nr. P1378)

- de heer Gautier Calomne aan de minister van Justitie over "de afschaffing van de functie van onderzoeksrechter" (nr. P1379)

- de heer Raoul Hedebouw aan de minister van Justitie over "de afschaffing van de functie van onderzoeksrechter" (nr. P1380)

 

03.01  Özlem Özen (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, ce matin, la presse faisait état d'un rapport concernant la réforme de l'instruction pénale. Ce rapport préconise plusieurs mesures qui remettent en cause une institution fondamentale de notre organisation judiciaire, à savoir la suppression de la fonction de juge d'instruction.

 

Il est difficile de se prononcer sur un rapport que nous n'avons pas lu mais cette tendance à vouloir renforcer le parquet, intimement lié au pouvoir exécutif, et donc d'affaiblir la magistrature assise pose question et est lourde de conséquences. La fonction de juge d'instruction est une institution qui fonctionne et en laquelle les citoyens ont une entière confiance, ce qui est non négligeable en ces temps de méfiance vis-à-vis des institutions.

 

Symbole d'indépendance, je juge d'instruction ne rend de comptes à personne et surtout pas à l'autorité politique. De plus, le fait de le supprimer revient à méconnaître les responsabilités qui lui incombent et la dynamique du procès pénal puisque le juge d'instruction est amené, avant le procès, à prendre les plus lourdes décisions en termes de restriction de liberté ou d'atteinte à la vie privée. La balance d'intérêt entre les droits individuels et l'action publique exige donc une indépendance de fait, au-delà même du prescrit des textes, une indépendance sur l'issue de l'audience que ne connaît pas le parquet. C'est la position centrale du juge d'instruction dans l'enquête qui garantit qu'elle est menée à charge et à décharge, une responsabilité que ne pourra assurer un juge chargé de surveiller de loin l'évolution du dossier.

 

Je retiens des extraits de ce rapport que toute réforme n'a de sens que si elle est accompagnée d'un renforcement des moyens humains et matériels.

 

Monsieur le ministre, ce rapport sera-t-il rendu public? Que contient-il? Comptez-vous suivre ses recommandations dans leur ensemble?

 

N'estimez-vous pas que la place du parquet au sein du procès rend plus complexe une instruction à charge et à décharge? Enfin, comment éviter qu'un parquet tout puissant entraîne une justice à deux vitesses, une justice qui dépend des moyens dont le justiciable dispose pour contrôler l'enquête forcément à charge du parquet?

 

03.02  Christian Brotcorne (cdH): Monsieur le président, monsieur le ministre, j'espère que vous n'êtes pas déçu de la publication de ce rapport dans la presse. Nous en avons eu connaissance de cette manière et force est de constater que la mesure phare annoncée par ces experts est une de celles dont nous avons déjà débattu en commission de la Justice. C'est le sort du juge d'instruction.

 

À en croire les experts, on s'oriente vers ce que nous subodorions: la suppression de cette fonction de juge d'instruction. On a commencé avec la mini-instruction. Il est évident que le danger nous guette. On semble aujourd'hui mettre en défaut la garantie démocratique apportée par le juge d'instruction, son indépendance et son autonomie, notamment à l'égard du parquet. On dit que sa situation s'apparente à une absence de neutralité dans cette autonomie et dans cette indépendance. Il manque des marques de cette autonomie et, pour la remplacer, on ne trouve rien de mieux que de suggérer que le parquet, demain, soit le seul et l'unique responsable de l'enquête pénale depuis son début jusqu'à sa fin, jusqu'à proposer le sort qui sera fait à l'enquête.

 

Monsieur le ministre, vous nous direz certainement trop facilement que ce n'est jamais que l'avis des experts et que nous verrons bien ce que nous en ferons en commission au moment où nous en débattrons. Il y a, à côté de cela, des choses un peu étonnantes dans ce rapport, dont les quotas en matière de détention préventive. C'est totalement surréaliste, me semble-t-il. Mais il y a aussi la fin du secret d'instruction, la disparition du règlement de la procédure, la fin des plaintes avec constitution de partie civile, la disparition définitive de la cour d'assises. Vous avez toujours voulu vous en départir et le nier mais, ici, cela apparaît manifestement.

 

Il y a peut-être des choses intéressantes, monsieur le ministre, mais vous nous avez appris à plus de transparence ou, en tout cas, à plus d'égard vis-à-vis de la commission de la Justice. En nous réservant la primeur de ces rapports, nous avons eu le plaisir de débattre avec ceux qui étaient chargés de la réforme de la procédure civile. Ici, on nous coupe un peu l'herbe sous le pied. Monsieur le ministre, est-ce délibéré ou bien est-ce à votre corps défendant?

 

Mes questions sont les suivantes, monsieur le président.

 

Pourquoi, une nouvelle fois, les experts vont-ils dans le sens d'un pouvoir accru du parquet et de la police dans les dossiers? Ont-ils reçu des instructions précises, en particulier de votre cabinet, pour établir leur rapport? Quelle a été l'influence de l'Université de Gand, dont l'un des experts est issu? Enfin, dans quel délai allez-vous présenter les conclusions de ces travaux en commission de la Justice?

 

03.03  Gautier Calomne (MR): Monsieur le ministre, mes collègues en ont fait état, la presse a évoqué la publication d'un rapport de quatre experts, professeurs d'université et magistrats, qui modernise le Code de procédure pénale. Ceux-ci proposent notamment la suppression de la fonction de juge d'instruction telle que nous la connaissons actuellement. Ils partent du constat que le juge d'instruction exerce non seulement une fonction d'enquêteur, mais aussi d'instructeur. Pour eux, ce ne serait pas de nature à assurer sa neutralité.

 

Leur idée consiste à mettre en place une procédure d'enquête unique qui serait menée désormais uniquement par le parquet. Cela en serait donc fini de la dichotomie entre, d'une part, l'information et, de l'autre, l'instruction. Toutes les investigations seront dès lors conduites par le ministère public, qui est pour le moment chargé de mettre en œuvre la politique criminelle du ministre de la Justice – c'est-à-dire la vôtre, monsieur le ministre –, alors que le juge d'instruction offre une image d'indépendance, effectuant son enquête à charge et à décharge. Le rapport indique cependant que le parquet devrait également développer son information de cette manière. Il préconise un nouveau rôle pour le juge, qui deviendrait un juge de l'instruction chargé de contrôler l'enquête du parquet et d'en surveiller la célérité, l'exhaustivité ou encore l'équilibre. Dans cette optique, la détention préventive resterait une prérogative du juge de l'instruction.

 

Monsieur le ministre, que pensez-vous des pistes présentées dans ce rapport, spécifiquement concernant la réforme de la fonction de juge d'instruction? Si la piste défendue par ce rapport concernant le juge d'instruction devait être suivie, pour mon groupe, il est fondamental que l'enquête continue à être menée à charge et à décharge. Pour nous libéraux, l'impartialité est une valeur essentielle à conserver dans un État de droit, mais aussi dans une société démocratique comme la nôtre. Monsieur le ministre, pouvez-vous nous confirmer que vous y veillerez? Je vous remercie.

 

03.04  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le ministre, nous avons pris connaissance de certains éléments d'analyse d'un rapport des experts de la Commission de réforme de la procédure pénale, rapport que nous n'avons pas reçu. Une des pistes avancées dans ce rapport est la suppression de la fonction de juge d'instruction.

 

Je rappelle que nous avons eu des débats, que ce soit en commission sur le terrorisme ou lors des discussions de commission relatives à la loi pot-pourri II, où je vous avais interpellé sur la question, monsieur le juge – monsieur le ministre, plutôt, nous n'en sommes pas encore à ce stade, mais nous y arrivons.

 

J'ai l'impression, monsieur le ministre, que votre but est quand même de supprimer la fonction de juge d'instruction. Vous m'avez dit: "Ah non, pas du tout, ce n'est vraiment pas du tout mon intention! Qu'est-ce que vous allez chercher là?" Pourtant, dans le pot-pourri II, votre objectif était déjà, via la mini-instruction, d'enlever une compétence importante au juge d'instruction, la perquisition à domicile, et de le réduire à quelqu'un qui va apposer le cachet sur la demande du ministère public. C'est un peu le but de votre réforme pot-pourri II.

 

Ce qui m'étonne un peu dans ce rapport, monsieur le ministre, c'est que vous avancez vous-même dans votre politique globale de justice qu'il faut de l'efficacité et qu'au nom de l'efficacité, il faut réformer notre justice. Or, ce même rapport demande que le parquet soit renforcé pour compenser tout ce qui va être enlevé au juge d'instruction. Je pose la question, monsieur le ministre: pourquoi le parquet, qui devra être renforcé, serait-il forcément plus neutre et plus impartial que le juge d'instruction? Il me semble qu'aucun argument en ce sens n'a été avancé dans le débat public.

 

Je voudrais reprendre les propos de la Ligue des droits de l'homme au sujet de la réforme pot-pourri II, qui diminuait déjà les compétences … Chers collègues, je suis sûr que cela va vous intéresser.

 

Le président: Continuez, monsieur Hedebouw.

 

03.05  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le président, je voudrais être sûr que tous mes collègues de droite entendent ce que la Ligue des droits de l'homme a à dire, même si parfois, elle les ennuie un peu. Elle disait déjà, concernant la réforme pot-pourri II: "La Ligue des droits de l'homme réfute le pragmatisme procédural de décharger le juge d'instruction mis en avant dans l'exposé des motifs de l'avant-projet de loi et a fustigé l'extension à souhait de la mini-instruction, qui risquait d'amenuiser une nouvelle fois les prérogatives du juge d'instruction au profit du parquet, lequel ne présente pas les mêmes garanties en termes d'indépendance et d'impartialité."

 

Ma question est très claire, monsieur le juge … pardon, monsieur le ministre.

 

Ce rapport vous arrange-t-il? Allez-vous, pour cette raison, le commander, parce que vous entendez poursuivre vos travaux en vue d'une restriction du pouvoir du juge d'instruction ou finalement, vous inscrivez-vous en faux contre ce rapport en nous rassurant quant à votre intention de ne pas restreindre les compétences du juge d'instruction?

 

03.06  Koen Geens, ministre: Monsieur le président, chers collègues, monsieur le procureur, vous savez qu'à la demande de mon prédécesseur, l'Université de Gand avait, sous la précédente législature, réalisé une étude sur les points d'achoppement dans l'actuelle procédure pénale belge.

 

L'accord gouvernemental prévoit que, dans le prolongement de cette étude, le gouvernement préparera un projet de nouveau Code de procédure pénale sur la base des orientations arrêtées par le gouvernement.

 

Monsieur Brotcorne, vous m'avez demandé si j'étais déçu par la publicité dont a fait l'objet cet avant-projet de loi. Ma réponse est oui. En effet, quand je le peux, je donne toujours la primeur au parlement, comme ce fut le cas, par exemple, pour le Plan Justice. J'aurais souhaité qu'il en soit de même pour l'avant-projet de nouveau Code de procédure pénale. Mais au préalable, une délibération quant aux orientations à donner à ladite procédure était nécessaire.

 

Par arrêté ministériel du 30 octobre 2015, nous avons nommé quatre experts (deux néerlandophones et deux francophones) chargés de préparer ces orientations, ce qu'ils ont fait. Nous sommes maintenant au stade des premières délibérations dans le cadre de groupes intercabinets au sujet des orientations qu'ils ont définies sur divers points.

 

Cela dit, le journaliste qui a reçu l'avant-projet d'orientation a surtout porté son attention sur le rôle du juge d'instruction. Il est ici question d'avis qui ont été donnés. Je n'ai pas instruit les experts car ce n'est pas mon genre. Je n'ai donc jamais procédé de cette manière, si ce n'est pour le droit que je connais un peu, à savoir le droit des sociétés. Pour le reste, les experts ont plus de connaissances que moi.

 

Pour ce qui concerne le juge d'instruction, selon l'avis qu'ils ont rendu, ce dernier ne disparaît pas. Il sera toujours celui qui autorise toutes les mesures d'enquête spécifiques, comme la perquisition, l'écoute téléphonique, etc. Pour l'instant, ils donnent la préférence à l'unité de l'enquête, ce qui présente des avantages pour ce qui concerne l'inégalité de traitement qui existe entre les dossiers qui donnent lieu à une enquête sous la direction du juge d'instruction et ceux pour lesquels ce n'est pas le cas.

 

Les experts ont fait leur choix. Si tel est également le choix du gouvernement, vous le saurez bientôt, mais les discussions ne viennent que de démarrer.

 

Ne demandez pas mon avis pour le moment. Mon avis sera celui du gouvernement. C'est évident.

 

(…): (…)

 

03.07  Koen Geens, ministre: Je suis un homme collégial, avant tout!

 

Monsieur Hedebouw, en ce qui concerne la mini-instruction, vous avez donné lecture. La droite ne vous a pas bien écouté. Mais moi, je vous ai bien écouté!

 

La mini-instruction n'enlève pas du tout au juge d'instruction le pouvoir de s'emparer de l'enquête s'il le veut. Vous le savez bien. Les experts proposent autre chose. En effet, monsieur Calomne, il s'agirait d'un juge de l'instruction. Vous pouvez être sûr, et c'est mon avis personnel: le juge, en l'espèce le ministre, veillera à l'impartialité de l'enquête à tout moment, à charge et à décharge.

 

03.08  Özlem Özen (PS): Monsieur le ministre, votre réponse est bien entendu lacunaire, puisqu'on ne sait pas si vous allez suivre ces avis et recommandations des experts, ou si c'est le gouvernement qui décide. Vous prenez acte puis le gouvernement suit, soit… peu importe. Nous constatons que les choses sont en filigrane, et dans la continuité des réformes qui ont été menées jusqu'à présent, notamment dans le cadre du pot-pourri II, avec l'élargissement de la mini-instruction. Le parquet aura plus de pouvoir. Nous ne nous faisons plus trop d'illusions sur vos intentions.

 

La question essentielle et urgente demeure. Elle a aussi été rappelée dans ce rapport ou dans la presse. C'est celle des moyens alloués à la Justice. On ne parle jamais de plus de moyens et de budget, mais toujours de moins, moins, moins… moins de garantie et moins d'indépendance pour le citoyen. Je vous remercie.

 

03.09  Christian Brotcorne (cdH): Monsieur le ministre, j'entends bien votre déception quant au fait que le rapport ait été défloré. Maintenant qu'il l'est, il me semble qu'une exigence démocratique requiert que tous les membres de la commission de la Justice, à tout le moins, puissent recevoir une copie de ce rapport. Nous n'avons pas eu l'occasion d'en discuter avec les auteurs. Nous aurons peut-être l'occasion, pendant les vacances qui s'annoncent, de le lire et de préparer ainsi les débats qui s'annoncent.

 

03.10  Koen Geens, ministre: (…)

 

03.11  Christian Brotcorne (cdH): Le plus tôt possible!

 

Monsieur le ministre, étant donné que les informations figurent déjà dans la presse, il ne doit pas être très compliqué de nous le faire parvenir, via le président de la commission. Je vois cependant qu'il n'est plus là. Les bonnes pratiques de transparence démocratique et politique voudraient que vous nous fassiez parvenir ce rapport.

 

Pour le surplus, j'entends bien que vous ne prendrez pas position aujourd'hui.

 

Je n'imaginais pas que vous diriez le contraire! Encore que, dans vos documents, la disparition du juge d'instruction, tel que nous le connaissons, est programmée. Je commence à vous connaître. La cour d'assises n'a pas non plus totalement disparu mais on voit bien ce qu'elle est devenue. À terme, c'est sa mort qui est programmée. Le juge d'instruction n'aura pas entièrement disparu mais sa mort est programmée. Le groupe cdH, ne vous suivra pas sur ce terrain tant il est vrai que la figure du juge d'instruction, au début des années 1800, avait été créée pour servir de paravent entre les pouvoirs, être un contre-pouvoir et permettre à tout justiciable, quel qu'il soit, d'avoir droit à une investigation de son dossier à charge et à décharge, ce que jamais le parquet ne fera quelle que soit la garantie que l'on voudra bien nous apporter à cet égard.

 

03.12  Gautier Calomne (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie pour vos différentes réponses.

 

Je l'ai déjà dit mais je souhaite insister sur ce point: l'impartialité de l'enquête et, de manière plus large, de la justice sont absolument indispensables dans un État de droit et une société démocratique comme la nôtre. Il convient donc de la conserver. Il faudra bien réfléchir et voir si l'on supprime le juge d'instruction. Mon groupe restera attentif aux suites et à l'évolution de ce dossier.

 

03.13  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le ministre, vous avez dit qu'il y a des avantages et des désavantages aux différentes pistes. Cependant, vous n'en avez cité que les avantages! Je sens votre enthousiasme à l'apparition de ce rapport. Les experts ont visiblement été dans le sens que vous souhaitiez. Effectivement, à l'instar de mes collègues, je m'inquiète de vos intentions avec cette réforme de la Justice qui octroie une place de plus en plus importante au parquet. Vous savez que le parquet ne fera pas des recherches à charge et à décharge. C'est déjà une force aujourd'hui que grâce à la mini-instruction, le juge d'instruction peut encore intervenir mais vous savez que c'est par après qu'il va courir après les évènements.

 

Aujourd'hui, pour avoir été personnellement mis sous écoute téléphonique et avoir vécu cela comme une expérience traumatisante, avoir été mis sous pression par les juges d'instruction, la pression augmentera davantage encore parce qu'il y aura de plus en plus de risques de vivre une indépendance factice des pouvoirs dans notre pays.

 

Il faut rendre du pouvoir au juge d'instruction dans la lutte conte le terrorisme. Pour une justice équitable, il faut rendre du pouvoir au juge d'instruction et pas lui en enlever. Et je crois, monsieur le ministre, qu'au nom de l'efficacité budgétaire, vous renforcez une justice de classes dans laquelle les transactions pénales seront proposées par le parquet, transactions en fonction du pouvoir d'achat des personnes présentes; on le voit déjà dans les transactions financières pour ce qui concerne la criminalité en col blanc.

 

En conséquence, monsieur le ministre, positionnez-vous clairement: il faut sauver le juge d'instruction!

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

04 Vraag van mevrouw Monica De Coninck aan de minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid over "de onder­bemanning op de spoed­diensten van de ziekenhuizen" (nr. P1381)

04 Question de Mme Monica De Coninck à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur "la pénurie de personnel dans les services d'urgence des hôpitaux" (n° P1381)

 

04.01  Monica De Coninck (sp.a): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, vandaag verschenen in de media een aantal artikels over de doorlichting van de Vlaamse ziekenhuizen door de Vlaamse Zorginspectie. Op zich is het een zeer goede tendens dat er audits zijn inzake de kwaliteit van ziekenhuizen en dat men zonder naming and shaming toch probeert om aanbevelingen te doen om de kwaliteit te verbeteren.

 

Er zijn twee grote knelpunten. Het eerste is de informatie aan de patiënt en het tweede de onderbezetting of zelfs de niet-bezetting van spoeddiensten. Dergelijke doorlichting geeft aanbevelingen aan individuele ziekenhuizen, maar dikwijls ziet men ook structurele knelpunten terugkomen. Zorgnet Vlaanderen zegt nu heel uitdrukkelijk over de onderbezetting van de spoeddiensten dat heel veel ziekenhuizen wel willen, maar de personeelskosten met de huidige financiering niet meer aankunnen. Er zijn nogal wat uitdagingen voor de toekomst inzake de ziekenhuizen. Denk maar aan het teveel aan bedden en aan de ongelijke kwaliteit van chirurgische ingrepen en behandelingen. Er zijn ook steeds meer ziekenhuizen die het jaar afsluiten in het rood.

 

Ik weet wel, mevrouw de minister, dat u bij de aanvang van deze legislatuur hebt aangekondigd een plan te zullen voorstellen voor de nieuwe ziekenhuisfinanciering. Er zijn signalen dat dit heel dringend wordt. Wij zijn in de helft van de legislatuur. Wanneer bent u van plan om uw ei te leggen in dit dossier? Wij krijgen immers signalen dat het voor de ziekenhuizen bijzonder moeilijk wordt om alle disciplines nog aan te bieden op een kwalitatief niveau.

 

04.02 Minister Maggie De Block: Mijnheer de voorzitter, mevrouw De Coninck, over de vaststellingen van de Vlaamse Zorginspectie kan ik weinig uitspraken doen want dat behoort tot de Vlaamse bevoegdheden. Ik ben ook nog niet op de hoogte gebracht van dit rapport, formeel of informeel. Ik hoop het evenwel in de loop van de volgende dagen te ontvangen. Al sedert 2002 is het verplicht om genoeg informatie aan de patiënt te geven. Dat staat in de wet op de patiëntenrechten, die informatie zullen wij terug moeten opfrissen.

 

Wat betreft de onderbezetting van de spoeddiensten komt het de ziekenhuizen toe om de permanentie te organiseren, daar heb ik weinig impact op. Inzake het tekort aan spoedartsen ben ik evenmin bevoegd, want de subquota behoren ook tot de bevoegdheid van de Gemeenschappen.

 

Wat betreft het plan om de financiering te herzien vraagt u wanneer ik mijn ei ga leggen. Ik weet niet waar u zich bevond op 28 april 2015 – vorig jaar dus – toen ik dat plan van aanpak heb voorgesteld in de commissie. De voorzitter van de commissie is er nu niet maar wij hebben al afgesproken om in september, als de commissie haar werkzaamheden hervat, een stand van zaken te geven. Er was zelfs een tijdtabel bij.

 

U hebt naar aanleiding van een andere vraag nog gezegd dat ik dat nooit gedaan zou krijgen omdat u in Antwerpen een aantal fusies had begeleid die 7 tot 12 jaar geduurd hebben voor ze rond waren. In elk geval, het ei is gelegd. Het plan is al in uitvoering en in de volgende commissievergadering geef ik een stand van zaken wat de ziekenhuisfinanciering betreft.

 

Ik kan u niet meer zeggen dan dat.

 

04.03  Monica De Coninck (sp.a): Mevrouw de minister, met alle respect, u hebt een plan van aanpak. Nu, een plan van aanpak moet wel tot resultaat leiden. Ik vraag net om dat resultaat.

 

Wat de rest van uw antwoord betreft krijg ik sterk de indruk dat u al die bevoegdheden niet hebt. U bent minister van Volksgezondheid en alles wat verkeerd gaat moet door andere niveaus opgepakt worden. Ik begrijp dat niet. We zijn een federale staat en er zijn deelstaten. Vlaanderen doet goed onderzoek en audits van ziekenhuizen. Ik vind dat u met uw collega’s moet samenwerken om daar positieve elementen in te brengen.

 

De ziekenhuisfinanciering is ontzettend belangrijk. Follow the money is heel belangrijk om de kwaliteit te garanderen.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

05 Samengevoegde vragen van

- mevrouw Ine Somers aan de minister van Pensioenen over "de zware beroepen" (nr. P1382)

- de heer Frédéric Daerden aan de minister van Pensioenen over "de zware beroepen" (nr. P1383)

05 Questions jointes de

- Mme Ine Somers au ministre des Pensions sur "les métiers pénibles" (n° P1382)

- M. Frédéric Daerden au ministre des Pensions sur "les métiers pénibles" (n° P1383)

 

05.01  Ine Somers (Open Vld): Mijnheer de minister, mijn stem zal niet ver reiken, want ik ben zwaar verkouden, maar ik wil mijn vraag beginnen met een welgemeende proficiat. Wij zijn nog niet halverwege de legislatuur en toch kunt u als minister van Pensioenen al een mooi palmares voorleggen.

 

De aanpassing van de wettelijke pensioenleeftijd is een van uw verwezenlijkingen. De voorwaarden voor het vervroegd pensioen zijn verstrengd. De uitfasering van de diplomabonificatie voor de ambtenaren is begonnen. Er is een nieuwe wet inzake de rendementsgarantie voor de tweede pijler en de minimumpensioenen zijn verhoogd, signed, sealed and delivered. De pensioenhervormingen van deze en de vorige regering hebben de vergrijzingsfactuur met 1,9 % van het bbp doen dalen en het armoederisico bij de senioren is gedurende de laatste tien jaar met een derde afgenomen.

 

Ik zou hier vandaag geen vraag hoeven te stellen als het werk voltooid zou zijn, maar dat is het niet. De Studiecommissie voor de Vergrijzing voorspelt namelijk een toename van de pensioenfactuur in de komende jaren. Er is dus nog werk aan de winkel en daarom is het niet bemoedigend vandaag te moeten vaststellen dat de gesprekken over de zware taken slechts moeizaam vooruitgaan. Onze fractie is van mening dat wij effectief over zware taken moeten praten en niet over zware beroepen. Wij moeten enerzijds een minimaal aantal zware taken vastleggen en, anderzijds, ervoor zorgen dat er een uniforme reglementering komt voor ambtenaren, werknemers en zelfstandigen.

 

Bent u het ermee eens dat voor ambtenaren, werknemers en zelfstandigen dezelfde criteria moeten gelden voor het bepalen van de zware taken? Zo ja, is dat het standpunt dat u aanhoudt in de gesprekken met de sociale partners in het Nationaal Pensioencomité? Wij hebben ook moeten vaststellen dat het Nationaal Pensioencomité op 19 juli niet samenkomt. De bijeenkomst wordt uitgesteld tot 20 augustus. Kunt u daarover enige verduidelijking geven?

 

05.02  Frédéric Daerden (PS): Monsieur le ministre, ma lecture est évidemment très différente de celle de ma collègue.

 

Nous avons combattu et dénonçons toujours les mesures prises sur le dos des travailleurs et des pensionnés: la suppression du bonus pension, de la bonification pour diplôme, le durcissement de la pension anticipée et de la pension de survie et, surtout, le recul de l'âge légal de la pension à 67 ans. Vous aviez annoncé que cette dernière décision brutale et injuste serait compensée par l'établissement d'une liste de métiers pénibles.

 

Vous vouliez parvenir à un accord sur la pénibilité pour le 19 juillet. Il semble que la décision entre partenaires sociaux soit toujours en cours, que les partenaires ne soient pas arrivés à un accord et que la réunion de mardi prochain soit annulée.

 

Dès lors, quel est le nouveau calendrier de mise en œuvre prévu? Si les partenaires sociaux ne parvenaient pas à un accord – ce que l'on peut craindre – quelle sera votre attitude? Quel temps allez-vous laisser à la concertation sociale? S'il y a un avis unanime – comme je l'espère encore – vous engagez-vous à le respecter pleinement? Quelles sont les orientations que vous privilégiez dans la détermination des métiers pénibles et leurs conséquences sur la durée de carrière ou le montant de la pension? Êtes-vous pour une approche collective sur la base de critères objectifs ou pour une approche individuelle?

 

05.03 Minister Daniel Bacquelaine: Mijnheer de voorzitter, beste collega’s, mevrouw Somers, ik wil u bedanken voor uw positieve appreciatie van de pensioenhervorming. In de loop van deze legislatuur heeft deze regering inderdaad de nodige hervormingen ondernomen om de financiële en sociale houdbaarheid van ons pensioensysteem te verzekeren.

 

De lopende discussies binnen het Nationaal Pensioencomité hebben betrekking op de criteria voor zwaar werk, eerder dan op het definiëren van zware beroepen. Sta mij toe vandaag niet verder in te gaan op de vraag of dezelfde criteria voor zwaar werk zouden moeten worden toegepast op de ambtenaren, de werknemers en de zelfstandigen, om de momenteel lopende onderhandelingen niet op het spel te zetten.

 

Pour répondre à la question de M. Daerden, nous avons d'abord cherché à objectiver le débat et proposé une méthode de travail au Comité national des Pensions. La commission du secteur public a travaillé sur des catégories de critères de pénibilité pas sur des métiers. La commission pénibilité poursuit ses discussions avec l'objectif d'aboutir à un accord sur la première étape avant la fin du mois d'août. C'est le timing.

 

Effectivement, la séance de la commission prévue le 19 juillet a été reportée pour des questions d'agenda, mais les négociations se poursuivent dans un climat constructif. Ensuite, le gouvernement prendra très clairement des décisions sur l'enveloppe budgétaire à y consacrer. C'est évidemment nécessaire. Je rappelle d'ailleurs que, dans le système de la fonction publique, pour les fonctionnaires, le budget relatif aux tantièmes sera recyclé dans le budget relatif à la pénibilité. Bien entendu, si des accords surviennent, nous respecterons les accords sociaux auxquels nous serons partie prenante puisque, je le rappelle, le CNP, le Comité national des Pensions, est une organisation tripartite: syndicats, employeurs et gouvernement.

 

Quant à l'approche soit individuelle soit collective, je pense qu'elle fait vraiment partie des négociations en cours. Comme je l'ai dit à Mme Somers, je préfère, aujourd'hui, garder une certaine prudence par rapport à cela et laisser les partenaires sociaux s'entendre sur un rapport qu'ils se sont engagés à nous rendre avant la fin du mois d'août.

 

05.04  Ine Somers (Open Vld): Mijnheer de minister, ik dank u voor uw antwoord en heb alle begrip voor de onvolledigheid ervan, gelet op de vele gesprekken die nog moeten plaatsvinden.

 

Zo was de uitfasering van de diplomabonificatie voor ambtenaren voor ons een cruciaal gegeven, weliswaar met billijke overgangsmaatregelen, want het kan voor ons immers niet dat de pensioenstelsels dermate verschillend zijn.

 

In het kader van de definiëring van de zware taken zijn wij er ook voorstander van dat de pensioenstelsels van ambtenaren, zelfstandigen en werknemers naar elkaar toe groeien, waarbij er geen bonussen voor de ene groep geleverd worden ten koste van een andere groep.

 

05.05  Frédéric Daerden (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour vos réponses.

 

Je comprends votre prudence. Il faut, en effet, laisser toutes les chances à la négociation pour trouver une solution équilibrée et qui réponde aux besoins des partenaires sociaux, et particulièrement des travailleurs. Il est urgent de trouver une réponse et de prendre en compte la réalité des travailleurs. On constate que l'augmentation de la maladie est proportionnelle à l'augmentation de la charge de travail. Il faut en tenir compte. On ne peut accepter que les travailleurs soient poussés au-delà de leurs capacités physiques.

 

Il me paraît important de privilégier une approche collective sur la base de critères objectifs dans la détermination des métiers pénibles.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

06 Vraag van mevrouw Griet Smaers aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de versoepeling van de EU-begrotings­regels voor investeringen in infrastructuur­werken" (nr. P1384)

06 Question de Mme Griet Smaers au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "l'assouplissement des règles budgétaires de l'Union européenne pour les investissements dans des travaux d'infrastructure" (n° P1384)

 

06.01  Griet Smaers (CD&V): Mijnheer de minister, de overheidsinvesteringen in België bedroegen in 2015 zo’n 10 miljard euro. Dat is 2,5 % van het bbp. Sinds 1970 zijn de overheidsinvesteringen met meer dan de helft afgenomen. Zij zitten op dit ogenblik op een historisch laag niveau.

 

Deze trend is weliswaar in alle Europese landen zichtbaar, maar België bengelt aan de staart van het Europese peloton. Ik meen dan ook dat er dringende bijkomende ondersteuning nodig is, en een beleid dat zulke investeringen effectief aanmoedigt.

 

De voorbije jaren en maanden hebben wij veel gehoord over onderinvestering in ons land. Denk maar aan onze spoorinfrastructuur, onze weginfrastructuur, onderzoek en ontwikkeling, de federale musea in Brussel. Wij horen van verschillende kanten de roep naar bijkomende investeringen die ook kunnen bijdragen tot bijkomende groei.

 

De federale regering heeft net als de Europese Commissie en andere regeringen een groeiagenda voor ogen. Ook de investering is belangrijk voor bijkomende groei.

 

Het is correct dat de federale overheid nog slechts over een tiende van de totale bevoegdheden op het vlak van investeringen beschikt. Gemeenschappen en Gewesten hebben ruim de helft van de bevoegdheden op het vlak van investeringen, en de lokale overheden investeren voor een derde in dit land.

 

Voor de investeringsagenda is het van belang dat al die overheden dezelfde kar trekken en samenwerken met het oog op meer investeringen. Anders zullen die niet mogelijk zijn.

 

Onze fractie was begin deze week blij te vernemen dat u bij uw Europese collega’s gepleit hebt voor een versoepeling van het begrotingsbeleid. Ik zie u met het hoofd schudden. U pleit toch voor een versoepeling van het Europese begrotingsbeleid, heb ik begrepen? U zult mij daar zodadelijk antwoord op geven.

 

Ik vermoed dat dit niet inhoudt dat u het begrotingstraject dat wij afgesproken hebben wil loslaten. Ik hoop van niet. Ik vermoed dat dit wel inhoudt dat er investeringen kunnen plaatsvinden die over meerdere begrotingsjaren gespreid kunnen worden?

 

Het klimaat is vandaag perfect om bijkomende investeringen mogelijk te maken omdat er nu zo’n lage rente is. Ook het Europese monetaire beleid is gericht op bijkomende investeringen.

 

Ik wil u dus het volgende vragen.

 

Ten eerste, hoe ziet u dit soepeler Europese begrotingsbeleid? Wat hebt u voor ogen?

 

Ten tweede, zult u effectief werk maken van een globale investeringsagenda met alle overheden samen?

 

06.02 Minister Johan Van Overtveldt: Mijnheer de voorzitter, mevrouw Smaers, u hebt al een groot stuk van het kader geschetst waarin heel deze discussie zich afspeelt. Ik zou uw cijfers over de evolutie van de overheidsinvesteringen nog een beetje willen nuanceren.

 

De netto-overheidsinvesteringen, de bruto-investeringen gecorrigeerd voor de depreciatie van de kapitaalstock, bedragen al 30 jaar in essentie nul. Het ene jaar een beetje plus, het andere jaar een beetje min. Op dat vlak zijn wij zeker niet het enige land, maar we zijn zeker een van de koplopers in negatieve zin. Daarmee dreigen wij inderdaad in een vicieuze cirkel terecht te komen waarbij een gebrek aan goede en moderne infrastructuur onze competitiviteit ondermijnt, de groei ondermijnt, de jobcreatie ondermijnt en finaal ook zwaar gaat wegen op de publieke financiën.

 

We kunnen die vicieuze cirkel doorbreken door het rigide Europese boekhoudkundige kader aan te passen. Dat heeft niets te maken met de begrotingsregels en met het afgesproken begrotingstekort. Het structurele begrotingstekort moet absoluut naar nul. Dat is zo afgesproken en dat blijft zo. Zij die argumenteren dat ik ter zake een bocht heb genomen, nemen hun dromen voor werkelijkheid. De budgettaire remmen gaan helemaal niet los!

 

Als ik het heb over die boekhoudkundige regels dan gaat het in essentie over twee dingen. Ook dat heeft u al aangegeven. Het is absoluut onlogisch dat een grote infrastructuurinvestering, die gedurende jaren economische en maatschappelijke voordelen biedt, in een boekhoudjaar moet worden opgenomen. Dat is een anomalie en daar moeten wij echt iets aan doen.

 

Een tweede anomalie zijn de Eurostatregels voor alternatieve financieringsmechanismen, publiek-private samenwerkingen en dergelijke. Die regels zijn niet duidelijk. Die zijn op sommige punten zelfs contradictorisch. Ook daar moeten wij absoluut iets aan doen.

 

Tijdens een presentatie, die mij door de voorzitter van de eurogroep was gevraagd, waren dit de twee basispunten die ik daar heb gemaakt. Ik heb gemerkt dat dit bij mijn collega’s goed ontvangen is en dan druk ik mij nog zacht uit. Het is ook zo dat de voorzitter van de eurogroep uitdrukkelijk heeft gezegd dat die punten absoluut op de agenda moeten blijven en verder moeten worden uitgeklaard. Dit is trouwens ook onderschreven door Slovakije dat het voorzitterschap van de EU waarneemt.

 

06.03  Griet Smaers (CD&V): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, wij zijn in blijde verwachting van een soepeler begrotingsbeleid voor het inschrijven van investeringen.

 

Ik ben het met u eens dat we niet mogen afwijken van het voorgenomen begrotingspad, want dat zou ook fout zijn. Wij moeten echter een opening creëren om investeringen effectief gemakkelijker te maken door ze over meerdere jaren te spreiden.

 

Ik hoop met u dat wij de komende jaren de eerste spade in de grond mogen steken voor de Oosterweel en andere infrastructuurprojecten en dat ook op dat vlak een tandje kan worden bijgestoken.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

07 Question de M. Benoît Dispa au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "les centimes additionnels communaux à l'impôt des personnes physiques" (n° P1385)

07 Vraag van de heer Benoît Dispa aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de gemeentelijke opcentiemen op de personen­belasting" (nr. P1385)

 

07.01  Benoît Dispa (cdH): Monsieur le président, monsieur le ministre, la semaine dernière, nous avons été plusieurs à vous interroger sur les incertitudes qui affectent vos prévisions de recettes fiscales et sur l'hypothèque que ces incertitudes font peser sur les chiffres du budget 2016 de l'État fédéral. Vous nous avez répondu qu'il fallait attendre les chiffres du Comité de monitoring. Ceux-ci sont désormais reportés à une date ultérieure, histoire de permettre au gouvernement d'assurer une petite communication de fin de session qui le met à l'abri des mauvais chiffres auxquels il faut s'attendre. Ce n'est pas rassurant.

 

Cette semaine, je voudrais relayer une autre inquiétude auprès de vous. C'est l'inquiétude des pouvoirs locaux car, dans la plupart des communes, les comptes de l'exercice 2015 sont en cours d'approbation et, un peu partout, il apparaît à nouveau un écart important, un manque à gagner entre les prévisions, telles qu'elles avaient été communiquées par votre département, le SPF Finances, et les chiffres de recettes réels, tels qu'ils sont désormais constatés dans les caisses des communes. Il y a là un problème de trésorerie ainsi qu'un problème budgétaire, puisque les mauvais comptes de l'exercice précédent font évidemment les difficultés budgétaires de l'exercice en cours.

 

Je relaie cette inquiétude non pas en tant que membre de l'opposition mais, si je peux me le permettre, au nom de toutes les communes concernées. J'ai entendu, il n'y a pas si longtemps, la bourgmestre MR de Montigny-le-Tilleul expliquer comment il lui était difficile de gérer son budget communal en fonction de ces incertitudes liées au caractère totalement imprévisible des recettes provenant du SPF Finances. C'est un problème récurrent mais qui, manifestement, s'aggrave.

 

Vous avez déjà été interrogé à plusieurs reprises à ce sujet. L'année passée, vous nous avez expliqué notamment que les retards d'enrôlement étaient liés à la sixième réforme de l'État mais, surtout, vous avez annoncé que vous prépariez enfin la mise en place d'un système structurel d'avances automatique. Vous vous étiez même engagé à le mettre en place pour l'exercice 2016.

 

Nous sommes en juillet 2016. Monsieur le ministre, je voudrais donc vous entendre à ce sujet.

 

Je crois que vous avez rencontré les villes et communes en février de cette année. Celles-ci vous ont adressé un nouveau courrier au mois d'avril pour insister sur la mise en place de ce système d'avances automatique. Où en est-on? Avez-vous des chiffres sur l'écart entre les prévisions et la réalité? Où en est-on dans la mise en place de ce système automatique d'avances que vous avez annoncé déjà depuis longtemps?

 

07.02  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur Dispa, tout d'abord, je comprends et partage votre inquiétude au sujet de la fiscalité communale. Ces dernières années, de grandes variations sont en effet apparues tant dans le rythme de l'enrôlement que dans les différents revenus enrôlés durant la période allant de juillet à octobre d'une année déterminée.

 

Les montants enrôlés au cours de la période précitée déterminent en effet, depuis l'exercice d'imposition 2007, l'exactitude ou non de nos estimations initiales à cet égard. Il va de soi que les variations dans le rythme du processus d'enrôlement sont imprévisibles un an avant, c'est-à-dire lorsque le SPF Finances établit les prévisions initiales. C'est la raison pour laquelle des réestimations sont élaborées et envoyées aux communes à la fin du mois d'octobre.

 

Pour l'année budgétaire 2015, l'adaptation des programmes de calcul à la suite des mesures prises dans le cadre de la sixième réforme de l'État explique le retard dans l'enrôlement de l'exercice d'imposition 2015.

 

Pour résoudre les problèmes de rythme d'enrôlement, j'ai déjà annoncé, et vous l'avez mentionné, que nous visons à trouver une solution structurelle – ce qui, monsieur Dispa, n'est pas du tout évident. Nous y travaillons, certes, mais ce n'est pas simple. Le but reste néanmoins de trouver cette solution afin de stabiliser le processus de l'enrôlement et, partant, d'allouer annuellement aux communes des montants correspondant à leurs capacités fiscales respectives.

 

Conscients des problèmes de trésorerie que ce problème peut engendrer, nous avons accordé des avances aux communes concernées depuis 2013. Je compte bien faire la même chose cette année.

 

07.03  Benoît Dispa (cdH): Monsieur le ministre, je vous remercie.

 

Je ne voudrais pas être désobligeant, mais je vous avoue que votre réponse est totalement décevante. J'ai devant moi une réponse que vous formuliez en novembre 2015. C'est mot pour mot la même réponse que vous nous apportez aujourd'hui! Je peux vous la transmettre: ce sont les mêmes formulations, c'est un copier-coller!

 

Ces réponses répétitives sont lassantes, inquiétantes et dilatoires. Si la solution n'est pas facile à trouver, je me permettrai de vous aider. J'ai déposé, il y a plus d'un an, au nom du groupe cdH, une proposition de loi qui vise à instituer ce système d'avances. Je peux vous la remettre. Je vous propose de vous en inspirer pour que cette solution structurelle puisse être mise en place sans tarder.

 

Je dois vous le dire, monsieur le ministre, votre gestion du département pour les communes est une double peine. La première, c'est l'impact du tax shift que vous avez fait voter. Il se traduira à coup sûr pour les communes par une diminution de 10 % de leurs additionnels à l'IPP. Et dès à présent, la première peine sera l'instabilité dans laquelle vous les plongez, et votre incapacité confirmée à régler ce problème structurel.

 

Je vous avoue que votre réponse est réellement très décevante.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

08 Vraag van de heer Dirk Janssens aan de minister van Energie, Leefmilieu en Duurzame Ontwikkeling over "het klimaat­akkoord" (nr. P1386)

08 Question de M. Dirk Janssens à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "l'accord sur le climat" (n° P1386)

 

08.01  Dirk Janssens (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, in het regeerakkoord stond dat wij voor het eerst een energievisie zouden moeten ontwikkelen, die uiteindelijk zou moeten uitmonden in een interfederaal energiepact. Zoals wij allemaal weten, werken de regio’s daaraan via resoluties en ook in de Kamer werd reeds een resolutie goedgekeurd om tot een gezamenlijk pact te komen.

 

Op dat vlak zijn wij bijzonder benieuwd naar de stand van zaken. Op een interfederale interkabinettenwerkgroep in april werd besloten om eind dit jaar te kunnen landen. In de commissie voor het Bedrijfsleven hebben wij per brief van uw kabinet mogen vernemen dat de regio’s informeel geraadpleegd werden.

 

Er zijn echter ook nuances. Het thema klimaat en energie werd niet op de agenda geplaatst van het Overlegcomité van eind juni 2016. Daarnaast moeten wij ook vaststellen dat er in de pers te lezen stond dat het stormt tussen de federale en de regionale regeringen. Nochtans zouden de gewestministers zitten te wachten om verder te kunnen praten. Zo moet er dringend knopen doorgehakt worden, zoals wij allemaal weten, over de kwestie van de CO2-emissies. Intussen komt de nieuwe klimaattop in Marrakech eraan, terwijl we nog moeten zorgen voor de Europese vertaling van de klimaattop in Parijs.

 

Mevrouw de minister, zonder u aan vakantiewerk te helpen, stel ik u de volgende vragen.

 

Hoe verlopen momenteel de contacten met de regio’s?

 

Wanneer vergadert het Overlegcomité?

 

De belangrijkste vraag, haalt u de timing tegen het einde van het jaar voor het energiepact?

 

08.02  Marie-Christine Marghem, ministre: Beste collega, vous avez posé deux questions qui ne doivent pas être mélangées.

 

Tout d'abord, vous avez parlé du pacte et de la vision énergétique interfédérale. J'ai déjà eu l'occasion de répondre, la semaine dernière, en séance plénière et en commission, puisque j'ai adressé à la commission de l'Économie un état de la situation concernant ce travail, en disant que pour l'instant les différents niveaux de pouvoir, à la demande des Régions, souhaitaient développer leur vision personnelle et les actions concrètes qu'elles voient liées à cette vision.

 

Ceci afin de nous retrouver, à la fin de l'année, à construire ensemble, en agglomérant ces visions et les actions éventuelles qui y sont liées, un pacte, un accord entre les différents niveaux de pouvoir pour la transition énergétique à l'horizon 2025, à tout le moins, et encore après. Il s'agit en effet de remplacer la capacité de production nucléaire en électricité, qui sortira totalement de notre mix énergétique à partir de 2025.

 

Évidemment, ce point est lié à la lutte contre le réchauffement climatique et aux objectifs européens que nous avons en cette matière: des objectifs d'abord internationaux - l'accord de Paris, auquel vous avez fait référence - et des objectifs ambitieux sur le plan européen. Dans ce cadre-là, le paquet climat 2014-2020 entraîne la répartition des efforts entre les Régions et l'État fédéral. C'est la traduction juridique, dans un texte d'accord de coopération, de l'accord politique de répartition de ces efforts conclu entre nous avant la Conférence de Paris qui est en cours de finalisation.

 

Nous avons une réunion avec les ministres régionaux en mon cabinet ce vendredi pour résoudre encore deux questions. L'une d'elle a trait aux amendes éventuelles en cas de responsabilité, qui pèsent sur l'État fédéral, et à la manière d'organiser cela entre nous. Et l'autre porte sur la solidarité entre les différents niveaux de pouvoir pour atteindre les objectifs. Comment peut-on éventuellement se racheter des statistiques entre les différents niveaux de pouvoir pour y arriver?

 

Nous espérons avoir terminé ce texte et le présenter au Comité de concertation en septembre, afin de libérer les fonds qui sont sur un compte de la Banque nationale, géré par la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG), et qui correspondent à la vente aux enchères des produits ETS (emissions trading system) revenant à chaque niveau de pouvoir.

 

08.03  Dirk Janssens (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, ik dank u voor de verduidelijkingen.

 

Vanzelfsprekend zullen wij deze zaak nauwlettend blijven opvolgen. Vorig jaar heb ik ook reeds een mondelinge vraag ter zake gesteld en toen zei ik: “Paris vaut bien une messe.” Nu moeten we klaar en duidelijk durven stellen: “Paris vaut bien une messe, Marrakech aussi.”

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

09 Vraag van de heer Filip Dewinter aan de minister van Defensie, belast met Ambtenaren­zaken, over "de inzet van 200 man­schappen in de Baltische staten in het kader van de NAVO-afschrikkingsmacht tegen Rusland" (nr. P1387)

09 Question de M. Filip Dewinter au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le déploiement de deux cents hommes dans les États baltes dans le cadre de la force de dissuasion de l'OTAN à l'égard de la Russie" (n° P1387)

 

09.01  Filip Dewinter (VB): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, in het kader van de NAVO-strategie wordt ook van ons land deelname verwacht aan een aantal inspanningen om Rusland af te schrikken. Er komen vier NAVO-bataljons in Letland, Estland, Litouwen en Polen. Wij gaan naar Litouwen voor enige tijd.

 

Ik heb bedenkingen bij deze afschrikkingstrategie tegenover Rusland. De vraag is of dit de prioriteit der prioriteiten van de NAVO moet zijn, en zeker van ons land. Ik heb niet de indruk dat Rusland op dit moment een bedreiging vormt voor wie ook. Er zijn op dit moment wel andere prioriteiten en bedreigingen die niet allen van een andere orde zijn, maar die ook veel groter zijn. Toch blijft men volharden in de boosheid.

 

De manier waarop Rusland en Poetin door de NAVO worden geschoffeerd door troepen in te zetten aan de grenzen van Rusland begint langzaam maar zeker op Russofobie de lijken. In plaats van samen te werken met Rusland en met Poetin om het gemeenschappelijke gevaar van het islamitische radicalisme en terrorisme te bestrijden gaan wij op Europees grondgebied in de clinch met de Russen en met Poetin. Dat lijkt mij vanuit Europees standpunt geen goed idee, wel integendeel.

 

Waarom moeten wij als klein land altijd aan het handje van Amerika en dus van de NAVO blijven lopen en mee inzetten in een strategie waarvan ons land en naar mijn bescheiden mening Europa niet beter wordt, wel integendeel? Dit gaat veel geld kosten. Dit is vooral politiek, want op militair vlak stelt het allemaal niet ontzettend veel voor om tweehonderd Belgische militairen te sturen naar Litouwen, aan de grens met Rusland. Daar zal de Russische beer volgens mij niet echt van onder de indruk zijn. Het is vooral een politiek verhaal.

 

Mijnheer de minister, waarom doet u dit? Waarom gaan wij niet op een kritische manier om met heel dit gegeven en blijven wij niet weg van deze NAVO-manoeuvres?

 

09.02 Minister Steven Vandeput: Mijnheer Dewinter, u gaat op de koffie bij Assad. Uw collega legitimeert de annexatie van de Krim door een zogenaamde aanwezigheid als objectief waarnemer. (de spreker toont foto’s)

 

Wij zijn lid van een bondgenootschap, dat al meer dan zeventig jaar instaat voor de veiligheid in onze contreien. Daarbij maakt het een vuist naar degenen die ons zouden kunnen bedreigen. In dat kader is ons door bondgenoten, de Baltische Staten en Polen, landen die zich nog niet zo heel lang geleden hebben vrijgevochten van de USSR, gevraagd om een aantal ondersteunende maatregelen te nemen en afschrikking teweeg te brengen, goed wetend dat Rusland vandaag geen partner is maar wel een factor is en zal zijn en dat een duurzame oplossing dus altijd zal bestaan uit diplomatiek overleg, zij het dat men in zo’n overleg best aan tafel komt als gelijkwaardige partner. Het is wel jammer dat uw idool Poetin alleen de taal van de macht verstaat.

 

Ons land is dus een van de achtentwintig landen dat als trouwe bondgenoot binnen de Noord-Atlantische Verdragsorganisatie zijn deel daarvan opneemt onder het leiderschap van Duitsland. En het is inderdaad een politieke keuze.

 

09.03  Filip Dewinter (VB): Mijnheer de minister, ik kan u niet verwijten oneerlijk te zijn.

 

U geeft het toe, het is vooral een politieke strategie die gevolgd wordt, deze van de afschrikking ten opzichte van Rusland. Daar heb ik echt wel problemen mee omdat ik meen dat Rusland, Poetin, op dit moment op geopolitiek vlak een bondgenoot kan zijn tegen die ene echte grote bedreiging, namelijk die van het islamitisch radicalisme en terrorisme, tegen terreurstaten zoals het kalifaat van IS in Syrië en Irak.

 

Wat dat betreft, mijnheer de minister, zou u misschien ook daar het voorbeeld van Poetin moeten volgen. U doet dat ook voor een stuk. Poetin praat ook met Assad, terecht. Wij zijn nu ook objectieve bondgenoten van Assad geworden want wij bombarderen zelf de stellingen van IS in Syrië. Ik kan u wat dat betreft de groeten overbrengen van Assad want hij is zeer tevreden dat ook ons land eindelijk die beslissing heeft genomen en nu, samen met zijn troepen, IS ook op Syrisch grondgebied aanvalt.

 

Maar laten wij dit dossier niet te veel met elkaar mengen. Wat Rusland betreft is het echter zeker zo dat wij de verkeerde houding aannemen en dat wij aan het handje lopen van de Verenigde Staten. Ik ben altijd een groot voorstander van de NAVO geweest. Samen met de vroegere voorzitter van de Belgische Atlantische Jeugd, uw fractieleider, hebben wij lange tijd de NAVO verdedigd in haar strijd tegen het communisme maar nooit in haar strijd tegen Rusland. Rusland is bevrijd van het communisme en het is een foute strategie om vandaag de politiek van de Koude Oorlog opnieuw in praktijk te willen brengen en Rusland als een vijand te willen zien terwijl het onze bondgenoot is.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

10 Vraag van de heer Kristof Calvo aan de eerste minister over "de super­minister­raad van 23 juli en het monitoringcomité" (nr. P1388)

10 Question de M. Kristof Calvo au premier ministre sur "le super-Conseil des ministres du 23 juillet et le comité de monitoring" (n° P1388)

 

10.01  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mevrouw de minister, mijn vraag was eigenlijk aan de eerste minister gericht, maar hij had geen zin om te komen. Hij bereidt zich blijkbaar al volop voor op een megaconclaaf, een superministerraad na onze nationale feestdag, op 23 juli. In de pers lezen wij dat de federale meerderheid dan een bilan zal maken. Ik kijk daarnaar uit. Collega’s, ook van de N-VA, ik heb liever een eerste minister die een bilan maakt op de nationale feestdag dan een Vlaams minister-president die praat over spugen en conflict zoekt op de Vlaamse feestdag.

 

Dat bilan moet dan wel eerlijk gebeuren, mijnheer De Roover, en volledig. Er is op dit moment een ernstig probleem waarover de kranten ook berichten. Ik citeer La Libre Belgique: "Budget fédéral: toujours pas de chiffres".

 

Waarover gaat het?

 

Er waren twee rapporten van het Monitoringcomité aangekondigd, een eerste rapport in principe op 6 juli en een volledig rapport op 13 juli. Vandaag wordt er gefluisterd dat de meerderheid er alles aan doet om het vervelende rapport van het Monitoringcomité dat aantoont dat er budgettair geen orde op zaken is gesteld, vooral niet te krijgen voor de megapersconferentie en de superministerraad, voor de goednieuwsshow van Charles Michel. Het rapport is aangekondigd, maar is er vandaag nog niet.

 

Ik wilde de eerste minister hierover ondervragen, maar ik kijk uit naar uw antwoord, mevrouw de minister. U weet dat ik u graag heb.

 

10.02  Zuhal Demir (N-VA): (…)

 

10.03  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Dat komt, mevrouw Demir, omdat minister Wilmès bijvoorbeeld iemand is die niet voortdurend ruzie maakt, die niet voortdurend het conflict zoekt, die zelfs als voormalig schepen van Sint-Genesius-Rode zo vriendelijk was om naar de Vlaamse feestdag af te zakken en te luisteren naar de discours van de heren Bourgeois en Peumans. Zo sympathiek is mevrouw Wilmès.

 

Mijn vraag is dus wat eigenlijk de bedoeling is? Op 23 juli wil ik alstublieft geen goednieuwsshow, maar een echt bilan.

 

Wanneer komt het rapport van het Monitoringcomité? Wanneer kennen wij het zomerrapport van de minister van Financiën, Johan Van Overtveldt, naar verluidt een toekomstige Mechelaar?

 

10.04 Minister Sophie Wilmès: Mijnheer de voorzitter, mijnheer Calvo, ik dank u voor uw vraag en voor uw vriendelijke woorden.

 

Ik vind een bilan in het midden van een mandaat ook een heel goede zaak. Wij hebben gezegd dat we dat zouden doen. Dat zal gebeuren op 23 juli.

 

Wat betreft de rapporten van het Monitoringcomité, op 6 juli werd ons door het Monitoringcomité een eerste stand van zaken overgemaakt over de uitvoering van de begrotingsmaatregelen. Na ontvangst van dit rapport werden werkgroepen opgericht om het te analyseren.

 

Wat betreft het rapport van het Monitoringcomité zoals wij het klassiek kennen, dat wordt momenteel opgesteld. Het comité zal normaliter maandag samenkomen om het rapport te bekijken vooraleer het wordt gepubliceerd.

 

Meerdere werkgroepen zullen nadien samenkomen om de cijfers lijn per lijn te analyseren en om eventueel technische correcties aan te brengen zoals dat altijd het geval is.

 

Ik wil eraan herinneren dat deze werkzaamheden werden bevestigd door de premier en dinsdag door mijzelf in de commissie voor de Financiën en de Begroting.

 

Zoals ik in de commissie heb gezegd, worden de werkzaamheden voor de begrotingsopmaak 2017 vanaf 16 augustus hervat.

 

10.05  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, ik heb u graag, maar ik blijf toch op mijn honger zitten.

 

Ik verklaar mij nader. Blijkbaar is het eerste rapport van het Monitoringcomité al opgesteld. Dat werd ook aangekondigd, op 6 juli. Bent u bereid om het ter beschikking te stellen? Dat lijkt mij een logische vraag. Dat eerste rapport is aangekondigd en wordt nu blijkbaar nog redactioneel besproken in werkgroepen.

 

Mijnheer de voorzitter, ik kijk ook naar u. Het is de traditie dat wanneer een dergelijk rapport wordt aangekondigd, het ook in eerste instantie aan het Parlement wordt bezorgd. Zult u dat vragen aan de regering? Zal minister Wilmès daarop vandaag al antwoorden? Ik wil dat wel graag weten in het kader van dit vragenuurtje.

 

De voorzitter: U gaat niet antwoorden, mevrouw de minister?

 

Ik zal het nodige doen, mijnheer Calvo.

 

10.06  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, ik dank u daarvoor.

 

Het is belangrijk dat dit heel duidelijk wordt gesteld. De Kamervoorzitter zal dat voorlopig rapport van het Monitoringcomité opvragen. Ik kijk daarnaar uit, want ik zou dat graag weten.

 

Ik rond af.

 

Wat betreft het definitief rapport, ook daarover wordt gezegd dat er een aantal werkgroepen zullen zijn. Mevrouw de minister, ik sta erop dat de bilan op 23 juli eerlijk gebeurt. Wij lezen nu al dat onze minister van Financiën ons opzadelt met een extra tekort van 760 miljoen euro. Opnieuw mislopen we fiscale inkomsten.

 

Het rapport van het Monitoringcomité moet ter beschikking worden gesteld. De mensen hebben het recht om te weten wat onze minister van Financiën aan het doen is, welk boeltje hij ervan aan het maken is. Dat mag niet alleen beperkt blijven tot de blog van de heer Van Rompuy en de kritiek van de oppositie. Ook de cijfers van het Monitoringcomité moeten ter beschikking worden gesteld.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

11 Vraag van de heer Hendrik Bogaert aan de minister van Begroting, belast met de Nationale Loterij, over "de opbrengsten van het redesign van de federale overheid" (nr. P1389)

11 Question de M. Hendrik Bogaert à la ministre du Budget, chargée de la Loterie Nationale, sur "les recettes du redesign de l'administration fédérale" (n° P1389)

 

11.01  Hendrik Bogaert (CD&V): Mevrouw de minister, sorry dat ik aan u een vraag stel over de redesign, maar aangezien elk succesvol project twaalf vaders heeft en er niemand te bespeuren is, moet ik het aan de moeder vragen.

 

De redesign, de herorganisatie van de federale overheid, heeft niet alleen tot doel om de dienstverlening te verbeteren naar de burgers, maar heeft ook belangrijke budgettaire doelstellingen. Het bouwt op van 100 miljoen euro en gaat door tot 750 miljoen euro ultiem in 2020.

 

De bevoegde minister zei in antwoord op een vraag dat hij daarvoor niet bevoegd is. Gevraagd hoe het zit met de cijfers zegt hij dat hij daarop niet kan antwoorden, want dat hij niet wilt “namen en blamen” en dat het niet collegiaal zou zijn ten aanzien van de collega’s in de federale regering indien hij daarop een antwoord geeft. Dat taalgebruik moet ons ietwat verontrusten, het lijkt te suggereren dat er geen goed nieuws is, dat er slecht nieuws op komst is met betrekking tot de redesign van de overheid.

 

De Halletoren te Brugge is ook niet in één jaar gebouwd. Wij zijn echter ondertussen 14 juli en dus vraag ik, gelet op het feit dat we halfweg zijn, wat uw houding ter zake is.

 

Ten eerste, bij de begrotingscontrole met Pasen was, dixit de minister, afgesproken dat er een overzicht met een stand van zaken zou komen bij de begrotingsopmaak voor 2017. Het moment dat dat overzicht zou bezorgd worden, lijkt mij nu te zijn. Wat staat er precies in dat overzicht?

 

Ten tweede, vindt u ook niet dat er een centraal, ten minste politiek, aanspreekpunt zou moeten komen voor heel het project? Bij wie moeten wij dan zijn? Als het niet bij minister Vandeput is, is het misschien bij minister Jambon, bij u of bij de eerste minister, of bij de Kamervoorzitter. Ik weet het niet, maar wie is politiek verantwoordelijk voor het redesignproject?

 

Ten derde, zult u de budgettaire doelstelling voor het project aanhouden dit jaar, volgend jaar en naar het einde van de legislatuur? Wat is uw houding hieromtrent?

 

11.02 Minister Sophie Wilmès: Mijnheer Bogaert, ten gevolge van de beslissing van de Ministerraad van 3 juli 2015 om een redesignprogramma te lanceren, werden zes trajecten gedefinieerd en onder de hoede van de verschillende bevoegde ministers geplaatst. Voor elk van de zes trajecten werd een visienota opgemaakt, die het toepassingsveld duidelijk afbakent en die een heldere visie op de prioriteiten weergeeft. Het klopt dat de uittekening van de visie enige tijd in beslag genomen heeft. Dat was echter noodzakelijk om zeker te zijn van de steun van iedereen. Sinds enkele weken wordt er sneller gewerkt.

 

Ik citeer uit de notificatie van het begrotingsconclaaf van Pasen: “De stuurgroep zal bijkomende voorstellen maken, ten laatste bij de opmaak van de begroting van 2017". Nieuwe trajecten, waardoor de visienota’s goedgekeurd moeten worden, zijn inderdaad in ontwikkeling.

 

Op de vraag naar de verslaggeving kan ik antwoorden dat er in dit stadium een rapport werd voorgesteld op de Ministerraad van 20 mei en doorgestuurd naar de commissie voor de Financiën en Begroting, ter gelegenheid van de debatten over de begrotingsaanpassing.

 

De notificatie vermeldt eveneens het volgende: “De opbrengst van 100 miljoen is bereikt in 2016 voor de trajecten 1 tot 6, zoals goedgekeurd door de Ministerraad van 3 juli 2015. De minister belast met Ambtenarenzaken waakt erover dat de verwachte opbrengst zal worden bereikt zonder bijkomende lineaire maatregelen op te leggen aan de departementen".

 

Het gaat dus over een globale opbrengst van 100 miljoen. Ter herinnering, de opbrengst dient niet noodzakelijk te worden gerealiseerd aan de uitgavenzijde. Het gaat om zowel de uitgaven als de ontvangsten, door een verbetering van de inning en de invordering. Als minister van Begroting zal ik uiteraard bijzondere aandacht hebben voor het advies van het Monitoringscomité over de geraamde opbrengst, dat maandag beschikbaar zal zijn.

 

Ten slotte, wij mogen zeker niet vergeten dat het project redesign in eerste instantie geen begrotingsproject is, maar een initiatief om de efficiëntie van de overheid te verbeteren. Om die reden wordt het project redesign gecoördineerd vanuit het kabinet van de minister van Ambtenarenzaken, zoals vermeld in de notificatie die ik zopas heb geciteerd.

 

11.03  Hendrik Bogaert (CD&V): Mevrouw de minister, ik dank u hartelijk voor uw antwoord.

 

Ten eerste, u bent op het einde bijzonder duidelijk geweest. Het is wel degelijk de verantwoordelijkheid van het kabinet-Vandeput om het redesignproject te bekijken. Dat wordt hierbij officieel genoteerd.

 

Ten tweede, het is hoog tijd dat u een bijkomend rapport ontvangt. Wij zitten nu in de begrotingsbesprekingen. Dat betekent dat, wanneer u nu geen cijfers hebt, wat nochtans de bedoeling was, het vandaag, 14 juli 2016, hoog tijd is om een stand van zaken te hebben.

 

Ten derde, de budgettaire opbrengst is nog steeds niet gedetailleerd per deelproject. Het lijkt mij een moeilijkheid te zijn dat zulks nog steeds niet het geval is.

 

Ten slotte, wij zijn blij dat u duidelijk aanwijst wie de leiding van het project moet nemen. Ik had immers schrik dat het redesignproject te vondeling werd gelegd en dat niemand meer verantwoordelijk was. Het zou heel jammer zijn, mocht een dergelijk mooi project te vondeling worden gelegd en uiteindelijk in een schuif belanden.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

12 Questions jointes de

- Mme Fabienne Winckel à la secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées, et à la Politique scientifique, chargée des Grandes Villes, adjointe au ministre des Finances, sur "les violences conjugales" (n° P1390)

- M. Jean-Jacques Flahaux à la secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées, et à la Politique scientifique, chargée des Grandes Villes, adjointe au ministre des Finances, sur "les violences conjugales" (n° P1391)

12 Samengevoegde vragen van

- mevrouw Fabienne Winckel aan de staats­secretaris voor Armoede­bestrijding, Gelijke Kansen, Personen met een beperking, en Wetenschapsbeleid, belast met Grote Steden, toegevoegd aan de minister van Financiën, over "partnergeweld" (nr. P1390)

- de heer Jean-Jacques Flahaux aan de staatssecretaris voor Armoedebestrijding, Gelijke Kansen, Personen met een beperking, en Wetenschapsbeleid, belast met Grote Steden, toegevoegd aan de minister van Financiën, over "partnergeweld" (nr. P1391)

 

12.01  Fabienne Winckel (PS): Monsieur le président, madame la secrétaire d'État, près de 850 faits par semaine de violence conjugale sont enregistrés en moyenne dans notre pays. À ce nombre, il faut, malheureusement, ajouter les personnes qui ne se manifestent pas et qui ne se manifesteront peut-être jamais. Mais plus interpellant est le nombre de personnes qui décèdent chaque année sous les coups de leur conjoint: 160 victimes. Je pense que les victimes sont quasiment exclusivement des femmes.

 

Dans le cadre du plan d'action national de lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes, lancé en décembre dernier, un projet pilote vraiment intéressant vient d'être lancé. Ce projet vise à permettre aux services de police et aux parquets d'évaluer les risques de violence conjugale de manière objective lorsqu'un procès-verbal est dressé. Il s'agit d'une grille d'évaluation simple, rapide et efficace.

 

Je pense vraiment que la prévention, la détection et l'évaluation sont des axes essentiels pour pouvoir mener une politique efficace en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, mais il faut aussi pouvoir agir concrètement quand le danger et le risque de récidive sont présents.

 

Madame la secrétaire d'État, j'ai deux questions très précises.

 

Une interdiction temporaire de résidence peut actuellement être décidée par le parquet en cas de violences domestiques. Une évaluation de cette mesure a-t-elle enfin été réalisée? Quel est votre avis sur l'efficacité de cette mesure?

 

Des mesures complémentaires sont-elles étudiées avec vos collègues de la Justice et de l'Intérieur pour éviter ces drames à l'avenir? Je pense notamment au système des téléphones portables de grand danger, qui a notamment été généralisé en France en 2014. Ce système pourrait-il être transposé en Belgique?

 

Je pense qu'il est vraiment de notre devoir, en tant que politiques, de prendre des mesures pour protéger et sécuriser plus encore les victimes lorsqu'elles se trouvent en situation de grand danger et qu'elles craignent pour leur vie. Nous ne pouvons pas accepter qu'aujourd'hui encore, autant de femmes décèdent à la suite des coups de leur conjoint.

 

12.02  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le président, madame la secrétaire d'État, comme l'a dit ma collègue, Mme Fabienne Winckel, 160 femmes décèdent, chaque année, de violences conjugales. Ce chiffre est vraiment effrayant. Malheureusement, il ne traduit pas l'ampleur du phénomène (agressions physiques et verbales, viols, mariages forcés, crimes d'honneur), car encore trop nombreuses sont les victimes qui, tout simplement, n'osent pas porter plainte.

 

En 2014, près de 4 000 plaintes pour des faits de violence entre partenaires ont été déposées auprès de la police. Le nombre de plaintes pour faits de viol s'élevait, quant à lui, à 2 882, chiffre qui ne trahit pas la réalité. En effet, on estime que moins de 10 % des délits sexuels sont déclarés.

 

Vous avez annoncé la mise en œuvre d'un nouvel instrument d'évaluation des risques de violence conjugale. Ce nouveau projet résulte du cinquième Plan national contre les violences liées au genre qui comprend 235 mesures que vous avez présentées en décembre 2015. Cette thématique a, d'ailleurs, été au centre des débats du comité d'avis pour l'Émancipation sociale que préside Mme Fabienne Winckel depuis plusieurs années. Une résolution sera, d'ailleurs, prochainement présentée à ce sujet.

 

Madame la secrétaire d'État, pouvez-vous nous donner plus de précisions sur ce nouvel outil mis en place? Quand sera-t-il pleinement opérationnel? Quelle sera la plus-value pour la police et la justice? Sera-t-il accessible sur l'ensemble du pays? Quelles sont les autres mesures que vous envisagez de présenter prochainement, afin de renforcer la lutte contre la violence extrême entre partenaires? Le cinquième plan de lutte contre les violences liées au genre est un projet ambitieux comportant 235 mesures résultant de l'initiative du gouvernement fédéral, mais aussi des Communautés et des Régions. Pouvez-vous déjà tirer un premier bilan de son application et des politiques mises en œuvre dans ce cadre en 2016? Quelles sont notamment les priorités dans le cadre de la lutte contre le viol?

 

12.03  Elke Sleurs, secrétaire d'État: Monsieur le président, les violences perpétrées par une personne du cercle familial sont de tous les tons. La violence conjugale est une forme de violence domestique où la violence est dirigée contre le conjoint ou contre l'ex-conjoint. Lorsque des conjoints se séparent, il n'y a aucune garantie que cela signifie l'arrêt des violences. Une séparation après des années de violence entraîne souvent une nouvelle escalade dans la violence, car l'autre n'accepte pas que la relation soit rompue.

 

Le phénomène de la violence conjugale est longtemps resté dans l'ombre sous couvert de l'intimité. En 2010, l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes a réalisé une étude sur le phénomène. Cette étude a révélé qu'une femme sur sept avait subi au moins un acte de violence de la part de son ex-conjoint au cours des douze mois précédant l'enquête. Comme vous l'avez évoqué, il s'agit de près de 40 000 cas par an, donc plus de 100 par jour. Dans la plupart des cas, on constate une pression psychologique. La violence verbale est de loin la forme la plus courante, suivie des menaces et de l'intimidation et ensuite des coups. Selon les chiffres les plus récents provenant de la police fédérale, qui datent de 2014, la violence conjugale a donné lieu, dans 119 cas, à la mort de la victime. Il s'agit là de meurtres ou d'homicides involontaires. Je répète qu'il s'agit de 119 cas, et non pas 160 comme relevé dans la presse, mais ces chiffres sont néanmoins choquants.

 

Il est clair que la violence dans le contexte relationnel constitue un sérieux problème social. C'est la raison pour laquelle j'ai lancé, en décembre 2015, le Plan d'action national contre les violences liées au genre 2015-2019. Ce plan inclut 235 nouvelles mesures visant à lutter contre les violences liées au genre. Une procédure de monitoring du Plan a été présentée en avril dernier au groupe interdépartemental. Un rapport d'avancement du Plan d'action national 2015-2019 est prévu à mi-terme, donc fin 2017.

 

Ces 235 mesures s'articulent autour de plusieurs thèmes: la collecte de données quantitatives et qualitatives, un programme d'action de sensibilisation et de prévention des violences liées au genre, des actions de soutien et d'aide aux victimes et l'élaboration de mesures de protection. C'est dans cette dernière catégorie qu'on peut situer l'instrument d'évaluation des risques de violences conjugales. Les facteurs de risques sont des caractéristiques associées à la probabilité que certaines scènes de violences se produisent ou se reproduisent.

 

L'instrument d'évaluation a été conçu par l'UC Leuven-Limburg comme un questionnaire qui doit être rempli par un agent de police, autorité verbalisante, un magistrat de parquet ou autre professionnel. Il est composé de treize facteurs de risques et de protection, évalués en fonction de chaque conjoint. La dynamique du couple est ainsi prise en compte. Le résultat offre une image qui identifie les facteurs principaux à améliorer en priorité ainsi que des conseils en matière de gestion de risques.

 

L'instrument permet d'assurer un suivi préventif et plus efficace sur base d'un risque calculé scientifiquement dans le but d'empêcher la récidive ce qui est, entre autres, possible par le biais de l'application de mesures déjà existantes comme une ordonnance restrictive temporaire, une injonction d'éloignement ou des mesures de protection à l'égard des enfants.

 

Hier, une première formation pour permettre aux acteurs de terrain de se familiariser avec cet instrument a été organisée. La raison pour laquelle nous avons lancé cette formation pendant les vacances est due au fait que, durant cette période de l'année, la violence conjugale est plus répandue.

 

En conclusion, l'instrument d'évaluation des risques est un nouvel outil très efficace dans la lutte contre les violences conjugales. Ce n'est pas une médecine miracle, mais je suis convaincue qu'il contribuera dans le vaste contexte de la présentation d'aide intégrée à diminuer le risque de violence conjugale.

 

12.04  Fabienne Winckel (PS): Madame la secrétaire d'État, je vous remercie.

 

Il est vrai que le sujet est d'importance: 119 victimes décèdent à la suite des coups portés par leur conjoint, ce n'est pas un chiffre anodin! Il faut donc prendre des mesures. Vous n'avez malheureusement pas entendu mes questions. Je vous demandais si une évaluation avait été faite de la mesure concernant l'interdiction temporaire de résidence. Je n'ai pas bien compris votre réponse à ce sujet.

 

Ma deuxième question était de savoir si des mesures complémentaires seraient prises à l'égard de ces femmes notamment, qui sentent, à un moment donné, que leur vie est en danger. Comment peut-on les aider lorsqu'elles sentent, qu'en tant que victime, le danger est présent. Je fais référence à ce téléphone utilisable en cas de grand danger. Ce système a porté ses fruits et fait ses preuves en France. Selon moi, il serait intéressant de travailler sur cet outil.

 

Le groupe socialiste a d'ailleurs déposé une proposition visant à étendre l'arsenal de protection de la victime contre les risques de récidive. C'est un sujet que l'on pourra aborder de manière approfondie au sein du comité Émancipation sociale.

 

12.05  Jean-Jacques Flahaux (MR): Madame la secrétaire d'État, par votre réponse, vous confirmez que le gouvernement a fait de la lutte contre la violence liée au genre une priorité. C'est essentiel. Ce que vous venez de dire sur le fait que l'action devait être menée avant les vacances me paraît important. Car si la période des vacances est a priori favorable aux couples, elle peut aussi lui être défavorable parce que les couples peuvent y "être plus tendus".

 

Ce qui me frappe très fort aussi, c'est le risque de reproduction par les enfants de ce qu'ils ont connu chez leurs parents. C'est la raison pour laquelle il faut être attentif.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

13 Samengevoegde vragen van

- de heer Johan Vande Lanotte aan de staatssecretaris voor Bestrijding van de sociale fraude, Privacy en Noordzee, toegevoegd aan de minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid, over "sociale dumping" (nr. P1392)

- de heer Frédéric Daerden aan de staatssecretaris voor Bestrijding van de sociale fraude, Privacy en Noordzee, toegevoegd aan de minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid, over "sociale dumping" (nr. P1393)

13 Questions jointes de

- M. Johan Vande Lanotte au secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale, à la Protection de la vie privée et à la Mer du Nord, adjoint à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, sur "le dumping social" (n° P1392)

- M. Frédéric Daerden au secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale, à la Protection de la vie privée et à la Mer du Nord, adjoint à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, sur "le dumping social" (n° P1393)

 

13.01  Johan Vande Lanotte (sp.a): Mijnheer de staatssecretaris, eind 2012 heeft het Parlement de antidiscriminatiewet goedgekeurd waardoor het voor ambtenaren van de Sociale Inspectie mogelijk is om wanneer zij misbruik vaststellen de sociale inhoudingen te doen betalen door de werknemers die hier werken door misbruik van de detacheringrichtlijn.

 

Ik leg het uit.

 

Nu betaalt men hun hier een loon uit, maar de sociale zekerheid wordt betaald in het land van herkomst. Als er misbruik is, kunnen onze administraties onze eigen sociale lasten opleggen. Die wet is in 2012 in werking getreden en is sindsdien enkele keren toegepast. Wij weten dat de Europese Commissie een procedure is opgestart voor het Hof van Justitie. Een procedure voor het Hof van Justitie schort de wet niet op. Het is niet omdat er een procedure loopt voor het Hof van Justitie dat de wet niet meer bestaat. Er is ook geen vraag tot opschorting geweest.

 

Tot vandaag bestaat de wet dus, maar zij wordt niet toegepast. De administratie past die wet traditioneel niet graag toe, dat heb ik persoonlijk ondervonden. In september-oktober 2014 hebben wij ze nog duidelijk moeten maken dat zij dat wel moet doen, maar dat gebeurt vandaag niet.

 

Ten eerste, wat is de juridische reden waarom men een wet die in het Belgisch Staatsblad gepubliceerd is niet toepast?

 

Ten tweede, plant u die wet wel toe te passen in afwachting van de uitspraak in positieve of negatieve zin, waar wij ons bij zullen moeten neerleggen?

 

13.02  Frédéric Daerden (PS): Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, en complément de la question qui vient d'être posée par mon collègue, je reviendrai sur le thème du dumping social.

 

Il y a quelques jours, vous avez organisé une opération de communication. Vous avez assisté avec votre collègue M. Borsus, qui était là il y a un instant, au contrôle d'un chantier à Forest. Monsieur le secrétaire d'État, l'heure n'est plus à la communication mais à l'action!

 

Vous le savez, la Belgique est le pays européen le plus touché par le dumping social. Cela a encore été confirmé récemment dans le secteur de la construction. Deux sociétés contrôlées sur trois sont en infraction. Trois travailleurs sur quatre ne sont pas en règle. On estime à 45 000 le nombre d'emplois perdus d'ici la fin de la législature dans ce secteur. Cela ne peut plus durer. Ce fléau a des conséquences graves et dramatiques. Cette situation de la Belgique nous impose de continuer à être pionniers dans la lutte contre le dumping social.

 

Nous devons nous doter de législations ambitieuses. La loi anti-abus votée sous la précédente législature et qu'on vient d'évoquer en est une. Cela paraît évident à beaucoup. Pourtant, ce n'est pas la voie que votre gouvernement a choisie. J'en veux pour preuves quelques exemples. Sur les marchés publics, au lieu d'adopter (vous n'étiez pas encore là, c'est votre prédécesseur et votre équipe du gouvernement) une législation ambitieuse pour lutter efficacement contre le dumping social, vous avez fait le choix d'une législation light en permettant de maintenir la dictature du prix le plus bas. Autre exemple, vous deviez transposer – et là, vous êtes plus concerné – pour le 18 juin dernier, une directive européenne permettant de mieux lutter contre le dumping social avec une véritable responsabilité solidaire. Nous sommes un mois plus tard. On a l'avis des partenaires sociaux et il n'y a toujours rien sur le banc des parlementaires. Pire, à la lecture de l'avis des partenaires sociaux, il apparaît clairement que le gouvernement ne saisira à nouveau pas toutes les possibilités qui lui sont offertes dans cette directive.

 

Vous tenez finalement deux discours: vous dites que vous vous préoccupez de cette thématique, mais vous ne faites pas grand-chose. Je suis gentil en disant "pas grand-chose".

 

Monsieur le secrétaire d'État, j'en viens à mes questions.

 

Quand comptez-vous transposer la directive européenne de 2014? Allez-vous changer votre fusil d'épaule et déposer un projet de loi ambitieux? Où en êtes-vous dans les accords bilatéraux que vous aviez évoqués en commission? Allez-vous tenir compte des récents arrêts de la Cour de justice?

 

13.03 Staatssecretaris Philippe De Backer: Mijnheer de voorzitter, collega’s, in de vorige legislatuur werd inderdaad een antisociaalmisbruikwet ingevoerd, die toelaat dat de sociale inspectiediensten A1-attesten die van buitenlandse origine zijn, voor buitenlandse werknemers, naast zich neer te leggen en dus effectief een andere invulling te geven aan het statuut. De Europese Commissie heeft ons daar echter voor op de vingers getikt en is een procedure gestart bij het Europees Hof.

 

Ik zet het beleid van mijn voorganger verder. Hij heeft twee dingen gedaan. Enerzijds, wordt te allen prijze de Belgische wetgeving verdedigd bij het Europees Hof. Anderzijds, vermits er rond die wetgeving onduidelijkheid bestaat, leggen we een moratorium op en passen we de wetgeving vandaag niet toe. Dat is voor een stuk goed beleid, want als achteraf zou blijken dat de wet moet worden aangepast of gewijzigd, dan moeten wij opgelegde sancties of boetes of teruggevorderde tekorten weer terugbetalen. Het is dus een logische toepassing van het systeem.

 

Ik vind niet dat men kan spreken van een gratuite Europese procedure of prietpraat. Een aantal van uw collega’s heeft ernaar verwezen. Ook daar heeft België Europese rechtspraak te respecteren en de procedures ten volle te benutten.

 

We staan echter niet stil. Ondertussen nemen wij harde maatregelen tegen sociale dumping, omdat die strijd voor mij en voor de regering belangrijk is. En met succes! U verwees daarnet naar wat ik met collega Borsus heb gedaan, met name de voorstelling van “1 jaar Plan Eerlijke Concurrentie in de bouw”. De bouwsector en zelfs de syndicaten reageren positief. Twee derde van de maatregelen die we hebben afgesproken tegen sociale dumping, werden uitgevoerd.

 

Wij zitten ook niet stil op andere vlakken. Als Europa elf gele kaarten heeft om de Europese wetgeving rond detachering aan te passen en dus niet vooruit kan, dan treden wij in actie om na te gaan hoe we concrete maatregelen kunnen nemen.

 

J'ai déjà contacté plusieurs pays pour discuter de la possibilité d'accords bilatéraux en vue d'une meilleure collaboration administrative mais aussi politique. Voici dix jours, j'ai visité l'Allemagne. Nous avons tenté de débloquer un tel accord. Nous progressons.

 

En septembre, des contacts seront pris avec la France, la Pologne, la Bulgarie et la Roumanie. Ces projets de collaboration sont en route et j'espère que des accords seront conclus.

 

Nous prenons également d'autres mesures. Par exemple, comme vous y avez fait référence, les propositions de Mme Thyssen doivent aussi être discutées. La Belgique a pris une position claire en faveur du renforcement de la protection des travailleurs détachés. Par ailleurs, la proposition sur la table évoque un détachement de maximum deux ans. Peut-on encore diminuer cette période? Je suis ouvert au débat mais il faut faire une différence entre les secteurs car je pense que dans les secteurs de l'informatique, de la chimie et de l'industrie, le détachement est aussi essentiel pour nos entreprises.

 

Ik zal dus absoluut niet te vroeg victorie kraaien. De strijd tegen de sociale dumping moet worden voortgezet en versterkt. Dat is een engagement van deze regering en mezelf. Op het terrein zie ik alvast de eerste positieve resultaten.

 

13.04  Johan Vande Lanotte (sp.a): Mijnheer de staatssecretaris, wat u zegt, is onwettig en is geen goed beleid.

 

U zegt dat er een moratorium is voor de uitvoering van de wet. Luister goed: het Parlement heeft beslist en de regering heeft het over een moratorium. U kunt dat niet! Een regering kan niet beslissen om een wet niet uit te voeren. Daar hebt u de bevoegdheid niet voor! Het is niet omdat er een procedure loopt bij het Europees Hof dat u een moratorium kunt invoeren want die procedure werkt niet schorsend. De Grondwet bepaalt dat een wet moet worden uitgevoerd. De uitvoerende macht heeft niet de bevoegdheid om de uitvoering van een wet te schorsen en nochtans is het dat wat u doet. Een moratorium is onwettelijk. Wat u hebt gezegd, is niet conform de wet.

 

Het is ook geen goed beleid. U zegt dat u een eventuele boete misschien zult moeten terugbetalen. Dat is juist, maar als u de boete nu niet oplegt en u wint alsnog het proces, dan kunt u dat geld later nooit meer innen. U verliest sowieso geld als u wint. Als u verliest, zult u wat u extra hebt ontvangen, moeten terugbetalen.

 

Ik herhaal dat dit onwettig is, u kunt geen moratorium afkondigen. Het is ook geen goed beleid want u verliest geld voor de sociale zekerheid.

 

13.05  Frédéric Daerden (PS): J'entends bien, monsieur le secrétaire d'État, que vous réalisez une série de choses et que vous avez différents contacts. Cependant, je pense que nous n'en sommes plus aux effets d'annonce. Nous devons passer aux actions concrètes et à des législations qui entrent en application. Nous attendons les arrêtés royaux de la législation sur les marchés publics afin que la loi entre en application. Chaque mois qui passe, des emplois sont perdus. Allez vite! Nous sommes déjà en retard.

 

Nous attendons la loi de transposition de la directive d'application. Nous sommes en retard. Les propositions que nous avons déposées, avec le sp.a, sur la table du parlement, comportant des idées que vous aviez qualifiées de bonnes, ne figurent pas dans vos propositions actuelles. Allez vite!

 

Dans vos contacts bilatéraux, n'oubliez pas les Pays-Bas. Il y a beaucoup de détachement avec ce pays, malheureusement.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Einde van de mondelinge vragen.

 

14 Agenda

14 Ordre du jour

 

Overeenkomstig het advies van de Conferentie van voorzitters van 13 juli 2016, stel ik u voor op de agenda van de plenaire vergadering van deze namiddag in te schrijven:

. als punt 2:

- het wetsontwerp tot bekrachtiging van het koninklijk besluit van 18 september 2015 tot bepaling van de nadere regels voor de berekening van de ombudsbijdrage tot financiering van de ombudsdienst voor energie, voor het begrotingsjaar 2016 en volgende (nrs 1948/1 tot 3);

. als laatste punt:

- het wetsvoorstel van de heren Brecht Vermeulen en Franky Demon tot wijziging van de wet van 21 december 1998 betreffende de veiligheid bij voetbalwedstrijden wat de betrokken clubs betreft (nr. 1955/1).

Conformément à l'avis de la Conférence des présidents du 13 juillet 2016, je vous propose d'inscrire à l'ordre du jour de la séance plénière de cet après-midi:

. en point 2:

- le projet de loi portant confirmation de l'arrêté royal du 18 septembre 2015 fixant, pour l'année budgétaire 2016 et suivantes, les modalités particulières pour le calcul de la redevance de médiation pour le financement du service de médiation de l'énergie (nos 1948/1 à 3);

. en dernier point:

- la proposition de loi de MM. Brecht Vermeulen et Franky Demon modifiant la loi du 21 décembre 1998 relative à la sécurité lors des matches de football en ce qui concerne les clubs visés (n° 1955/1).

 

Geen bezwaar? (Nee)

Aldus zal geschieden.

 

Pas d'observation? (Non)

Il en sera ainsi.

 

Wetsontwerpen en voorstellen

Projets de loi et propositions

 

15 Wetsontwerp tot wijziging van de wet van 29 april 1999 betreffende de organisatie van de elektriciteitsmarkt wat betreft de wijziging van het systeem voor de toekenning van groenestroomcertificaten voor elektriciteit geproduceerd overeenkomstig artikel 6, de financiering van de onderzeese kabel en de productieafwijking (1911/1-4)

15 Projet de loi modifiant la loi du 29 avril 1999 relative à l'organisation du marché de l'électricité en ce qui concerne la modification du mécanisme en vue de l'octroi de certificats verts pour l'électricité produite conformément à l'article 6, le financement du câble sous-marin et l'écart de production (1911/1-4)

 

Algemene bespreking

Discussion générale

 

De algemene bespreking is geopend.

La discussion générale est ouverte.

 

15.01  Benoît Friart, rapporteur: Monsieur le président, je renvoie à mon rapport écrit.

 

15.02  Leen Dierick (CD&V): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, collega’s, het voorliggend wetsontwerp is een goede zaak. Het steunmechanisme voor de nog te bouwen windmolenparken wordt immers opnieuw onder de loep genomen en hervormd.

 

Collega’s, dat is niet de eerste keer. Ook de vorige regering heeft al een hervorming doorgevoerd.

 

Het is altijd heel belangrijk, wanneer een dergelijke hervorming wordt gedaan, dat naar een evenwicht wordt gezocht. Wij moeten zorgen voor een zeker investeringsklimaat en duidelijkheid voor de toekomstige investeerders, enerzijds, en ervoor opletten niet aan oversubsidiëring te doen, anderzijds. Immers, de factuur voor de gezinnen en de ondernemingen mag niet nutteloos de hoogte worden ingejaagd.

 

Met het voorliggend wetsontwerp en het toekomstig koninklijk besluit wordt een belangrijke stap gezet in de hervorming van de steunmechanismen voor de twee parken Norther en Rentel. Via de herziening wordt de oversubsidiëring ingedijkt en volgens de minister zal een totaalbedrag van 986 miljoen euro niet op de consument worden afgewenteld.

 

Het is ook een goede zaak dat de ondersteuning per park en in verhouding tot de gewijzigde economische omstandigheden wordt gedifferentieerd.

 

Mevrouw de minister, CD&V is dus tevreden met de inhoud van het ontwerp, niettemin vragen wij u om meer vooruit te kijken en rondom u te kijken.

 

Vooruitkijken is belangrijk. Wij zetten hier vandaag immers een belangrijke stap, maar daarmee houdt het niet op. Behalve de parken Norther en Rentel komen er nog drie nieuwe parken en ook voor deze zal, liefst zo snel mogelijk, duidelijkheid moeten komen over hun steunmechanisme. Wij roepen u dan ook op om spoedig een nieuw ondersteuningskader voor hen uit te werken.

 

Wij vragen u ook om rondom u te kijken en de evoluties in onze buurlanden op de voet te volgen. Wij hebben wellilcht allemaal vorige week het nieuws uit Nederland gehoord, dat het windpark Borssele veel goedkoper dan verwacht kan worden gebouwd. Daar moeten wij ook naar kijken. Het blijkt wereldwijd een unicum te zijn dat een windpark tegen dergelijke lage kosten kan worden gebouwd. Dat roept uiteraard een aantal vragen op.

 

Wij moeten kritisch zijn maar ook eerlijk en wij moeten durven toegeven dat een internationale vergelijking niet zomaar kan worden gemaakt, aangezien de regelgevingen en subsidiesystemen grondig van elkaar verschillen. In Nederland gaat het bijvoorbeeld over openbare aanbestedingen, terwijl men in België werkt met een systeem van domeinconcessies, waaraan heel wat voorwaarden zijn verbonden. Volgens mij moeten wij ons eigen systeem grondig en kritisch durven analyseren.

 

Mevrouw de minister, CD&V zal dit wetsontwerp goedkeuren maar wij vragen u met aandrang om vooruit te kijken en om de nieuwe subsidiemechanismen voor de toekomstige parken spoedig in het Parlement voor te leggen. Ook vragen wij u om na te gaan wat er op dat vlak gebeurt in onze buurlanden. Tot slot, vragen wij u om het nodige te doen om oversubsidiëring te vermijden.

 

15.03  Paul-Olivier Delannois (PS): Monsieur le président, madame la ministre, chers collègues, nous avons déjà exprimé notre point de vue en commission, je serai donc bref.

 

Pour lutter contre le réchauffement climatique et assurer notre approvisionnement en électricité, les énergies renouvelables sont indispensables. Or, le développement du renouvelable ne doit pas se faire n'importe comment. Il faut tenir compte des avantages et inconvénients en termes environnementaux, sociaux et économiques. Il faut éviter les surcoûts et autres difficultés susceptibles d'entraîner un rejet massif de ces solutions par la population. L'objectif du PS est donc de permettre le développement du renouvelable en limitant les coûts pour les consommateurs. À cet égard, le projet de loi va dans la bonne direction.

 

En 2013, le précédent gouvernement avait également mené une réforme pour faire baisser les coûts de l'éolien offshore. Dans son étude de 2015, la CREG a mis en évidence des éléments permettant de faire de nouvelles économies par rapport à 2013: des évolutions technologiques améliorant les performances des turbines, des taux d'intérêts en diminution permettant aux producteurs de financer leurs projets à moindre coût. Ces évolutions objectives permettent donc de diminuer le coût du soutien à l'offshore. C'est pourquoi le groupe PS votera en faveur de ce projet de loi.

 

Chers collègues, ce projet de loi recueille un large soutien au sein de notre parlement. Le vote de cette loi pouvait se passer sans difficulté. Malheureusement, la façon de travailler de la ministre Marghem a une nouvelle fois retardé et envenimé les débats parlementaires. En novembre 2015, elle publiait un communiqué de presse très détaillé, annonçant que le gouvernement fédéral réformait la subvention des parcs éoliens offshore. Il a fallu ensuite attendre près de sept mois pour qu'un projet de loi soit enfin déposé. Ce long retard a mis en péril le développement des projets d'éoliennes offshore. Les producteurs ont été maintenus dans l'incertitude, au risque de voir les investisseurs renoncer à la construction de nouvelles éoliennes offshore.

 

Puis, en commission des Finances, la ministre a essayé de nous faire avaler, sans préparation et en seulement deux heures, des amendements à la loi-programme. Sept mois pour le gouvernement, deux heures pour le parlement, madame Marghem, voilà qui montre un grand mépris pour le travail des députés!

 

Quand une réforme est nécessaire et urgente, nous sommes toujours prêts à travailler rapidement. Mais ne comptez pas sur nous pour voter des lois à la va-vite sans même avoir eu le temps de les analyser en profondeur. Ce n'est pas notre conception du travail de parlementaire. À l'avenir, j'espère que vous aurez compris que les passages en force ne fonctionnent pas et que le travail du gouvernement n'en sort pas grandi.

 

Il y a eu des dysfonctionnements au niveau de la méthode de travail, mais aussi au niveau de la communication. Alors que le gouvernement fédéral, avec beaucoup de culot, n'arrête pas de dénoncer la désinformation dont il serait victime, nous avons eu droit à un flagrant délit de désinformation dans ce dossier de l'éolien offshore.

 

Avant même que ce projet de loi ne soit déposé au parlement, le MR et la ministre annonçaient sur les réseaux sociaux que la réforme du soutien à l'offshore allait rapporter 55 euros par ménage. Nous nous sommes alors évidemment interrogés: s'agit-il de 55 euros par mois ou par an? Nous avons alors analysé les textes et posé la question à la ministre et nous avons découvert qu'il s'agissait en fait de 55 euros par ménage, économisés sur une période de 19 ans.

 

Dix-neuf ans, rien que cela! C'est à peine plus de 2 euros par an. Et la ministre ne s'est pas privée de diffuser cette désinformation sur les réseaux sociaux. Évidemment, vous n'avez pas jugé utile de dire par ailleurs que, sur la même période de 19 ans, l'augmentation de la TVA sur l'électricité de 6 à 21 % coûtera aux consommateurs en moyenne près de 2 000 euros. Pour conclure, j'invite donc les consommateurs à faire leurs comptes et à juger par eux-mêmes d'où vient la désinformation.

 

Madame la ministre, j'ai le plaisir de souvent vous rencontrer dans d'autres lieux décisionnels. J'apprécie votre répartie. Je salue votre art oratoire. Vous avez souvent la bonne réplique qui fait mouche. Mais, en parlant de mouche, pouvez-vous me dire quelle mouche vous a piquée pour que vous vous soyez attaquée à la vie privée de notre collègue Mme Karine Lalieux? Je ne pense pas que le parlement gagne à ce que nos débats volent au niveau des pâquerettes!

 

Cependant, madame la ministre, je vous connais bien. Je vous connais très bien. Je suis peut-être celui qui vous connaît le mieux au sein de cette assemblée. Et je pense que votre agressivité verbale trouve son origine dans le fait que vous ne maîtrisez pas votre dossier. Madame la ministre, ressaisissez-vous! Arrêtez vos querelles de bas étage. Étudiez vos dossiers, et vous récupérerez peut-être une once de crédibilité, non pas auprès du Parti Socialiste, mais auprès de votre propre majorité.

 

Je vous remercie.

 

15.04  Benoît Friart (MR): Monsieur le président, mesdames et messieurs les ministres, chers collègues, le projet de loi qui nous est soumis s'inscrit dans la volonté du gouvernement fédéral de protéger les intérêts du consommateur sans pour autant handicaper le développement des énergies renouvelables, et notamment de l'éolien offshore.

 

Le but du gouvernement et de la majorité est de poursuivre nos efforts afin d'atteindre nos objectifs de production d'énergie renouvelable, fixés tant au niveau européen qu'international.

 

En quoi ce projet est-il positif pour les consommateurs finaux? Selon les estimations de la CREG, le coût total du soutien à la production éolienne offshore pour la période 2009-2040 devrait s'élever à environ 16,7 milliards d'euros, ou à 18,3 milliards d'euros si on prend en compte les raccordements.

 

Pour un ménage moyen, la surcharge tarifaire s'élève actuellement, avec les trois parcs en fonctionnement, à 15 euros par an. Le coût cumulé, avec l'entrée en service des parcs Rentel et Norther devrait s'élever à environ 33 euros par an et par ménage. La projection est de 45 euros lorsque les trois derniers parcs seront mis en activité.

 

La décision du Conseil des ministres du 20 novembre 2015 et l'accord conclu le 8 juin 2016 avec Rentel et Norther, traduit dans le projet de loi qui nous est soumis, permettront à l'ensemble des consommateurs d'économiser plus d'un milliard d'euros d'ici 2040. Ces prévisions devront bien sûr être ajustées en fonction des négociations qui seront menées par la suite pour les trois derniers parcs éoliens.

 

La majorité a fait le choix d'opter pour un critère objectif de différenciation, à savoir le nombre d'heures équivalent en pleine charge, c'est-à-dire le nombre d'heures par an pendant lesquelles les parcs éoliens produisent effectivement l'électricité à plein rendement.

 

Jusqu'ici, les parcs éoliens offshore bénéficiaient d'une rémunération forfaitaire, avec un taux de retour sur investissements de 12 %, taux assez avantageux par rapport à celui est en vigueur dans les autres pays.

 

La Commission européenne a d'ailleurs posé une série de questions relatives au niveau de rémunération proposé par rapport aux pays voisins dans le cadre de la procédure de pré-notification qui avait été faite. La ministre a rappelé à cette occasion les différences existantes entre les régimes juridiques belges et étrangers. Ainsi, la plupart des pays étrangers procèdent à un appel d'offres, alors que la Belgique dispose d'un système qui est basé sur l'octroi de concessions domaniales.

 

Il convient par ailleurs de ne pas occulter les paramètres qui interviennent pour déterminer le rendement attendu par les investisseurs. Je cite notamment les conditions géographiques et géologiques des différents sites, la taille et la densité du parc, la structure du capital, l'évolution technologique, les risques pris en charge ou non par les investisseurs, etc. La ministre a eu l'occasion de revenir en détails lors des travaux en commission sur ces différents éléments. Elle a confirmé que l'arrêté royal d'exécution du projet de loi sera également notifié à la Commission européenne.

 

La réforme qui nous est proposée, et qui vise les projets des sites Norther et Rentel, introduit une diminution du rendement sur fonds propres exigé: nous allons passer de 12 à 10,5 %. Elle diminue donc le soutien à la production et elle introduit un levelized cost of energy différencié par parc.

 

Le Conseil d'État s'était interrogé sur le sort des installations dont le financial close avait déjà eu lieu. Afin d'éviter toute contradiction avec la Charte de l'énergie, ainsi qu'avec les articles 10 et 11 de notre Constitution, la majorité a adopté un amendement, soutenu par certains partis de l'opposition, qui permettra d'instaurer une période transitoire pour les installations ayant déjà fait l'objet d'un financial close entre le 1er mai 2016 et le 31 décembre 2016.

 

Monsieur le président, chers collègues, l'objectif principal de ce projet est aussi et surtout d'éviter une bulle spéculative telle que celle qui a pu se développer ces dernières années en Flandre et en Wallonie dans le cadre du soutien au photovoltaïque. Il faut peut-être remettre certaines choses en place, parce qu'en Wallonie ce scandale, dont on a encore parlé récemment, qui a été généré par toute une série de décisions maladroites de la majorité olivier, a coûté et continuera à coûter une fortune aux citoyens.

 

Ainsi, selon la CwaPE, le régulateur wallon de l'énergie, le coût global d'ici 2024 va s'élever à pas moins de 715 millions, ce qui fait 65 euros par ménage. On est donc bien loin de tout ce que l'orateur précédent a dit. Il faut savoir reconnaître ici toutes les erreurs, tous les errements du gouvernement wallon.

 

Défendre le consommateur tout en poursuivant nos objectifs en matière de lutte contre le réchauffement climatique, voilà deux objectifs qui, je l'espère, permettront à ce projet de loi de recueillir l'unanimité la plus large possible qui nous amènera, en tout cas au niveau du groupe MR, à le soutenir!

 

15.05  Michel de Lamotte (cdH): Mesdames les ministres, messieurs les ministres, chers collègues, une fois n'est pas coutume, depuis le début de la législature, madame la ministre, en ce qui concerne vos projets, nous saluons clairement cette réduction du soutien au parc offshore Norther et Rentel. En effet, depuis 2014, le coût de l'éolien offshore a été réduit et donc, le soutien devait être réduit. C'est simplement de la bonne gestion que de réduire ce soutien en fonction des coûts. C'est aussi ce qu'attend le consommateur final.

 

Ces dernières années, de nombreuses études ont conclu que des économies de coûts qui se situent dans une fourchette de 32 à 46 % peuvent être réalisées dans l'éolien en mer d'ici 2020. En commission, je vous citais le Suédois Vattenfall qui a remporté un appel d'offres au Danemark pour la construction du parc Horns Rev 3 au prix de 103 euros/mégawattheure hors raccordement. Depuis lors, il y a un nouveau record mondial. On en a parlé précédemment. En effet, le premier développeur mondial de parcs éoliens offshore, DONG Energy, sort vainqueur de l'appel d'offres néerlandais pour la construction et l'exploitation de deux parcs pour 72,70 euros/mégawattheure hors raccordement, et ce, sur quinze ans.

 

Le Danois l'a emporté face à une douzaine de consortiums mobilisés pour cette compétition très concurrentielle. Le prix était le seul critère de sélection avec un plafond déjà très bas à 124 euros/mégawattheure.

 

Même s'il s'agit du cas d'un appel d'offres, on l'a évoqué, c'est révélateur de la diminution des coûts en matière d'éolien offshore et la recherche technologique nous permettra certainement d'aller encore plus loin. Nous devons, dès lors, rester attentifs pour le futur. Nous devons encore conclure trois financial clauses pour trois parcs, ce sur quoi j'attire l'attention du gouvernement.

 

Par ailleurs, même si nous sommes dans l'opposition, nous saluons la réduction du return on equity à 10,5 %, une belle avancée, reconnaissons-le, même s'il aura fallu du temps pour y arriver: communiqué de presse en novembre, décision du 10 juin suivi du scénario apocalyptique avec les services de la Chambre, un amendement déposé en même temps qu'un projet de loi! Madame la ministre, c'est aussi un record du monde, cela n'était pas arrivé avant vous! Vous pourrez le mettre dans votre Guinness Book lorsque ce sera nécessaire.

 

Nous le savons tous! Le développement des énergies renouvelables a un coût financier incontestable, mais celui-ci est indispensable pour assurer la transition énergétique. Nous devons l'assumer et l'expliquer aux citoyens. La Belgique a besoin de ces grands investissements et nous devons oser les soutenir sinon nous nous retrouverons bloqués avec un parc de production qui est déjà obsolète.

 

Lors du débat en commission, je vous rappelais que votre prédécesseur avait plafonné la cotisation offshore pour les entreprises grandes consommatrices d'électricité. Cette mesure avait été saluée, à l'époque, car elle préservait la compétitivité de nos entreprises. Ne devons-nous pas, aujourd'hui, aller de l'avant et songer à prendre davantage en considération les entreprises qui ne sont pas grandes consommatrices d'électricité mais néanmoins intensives en électricité? Vous savez bien que la pression est forte pour que l'on en vienne à cet élément et j'insisterai parce que c'est un élément de compétitivité de nos entreprises et de nos PME qui est fondamental.

 

En commission, vous aviez déclaré que le gouvernement n'avait pas l'intention d'intégrer cette catégorie de PME dans le système dégressif dont bénéficient les gros consommateurs d'électricité. En effet, disiez-vous, cette mesure stratégique a une incidence budgétaire que la CREG a du reste déjà évaluée dans le cadre des calculs relatifs au MOG. Vous avez accepté – nous l'avons convenu entre nous – l'idée de nous communiquer les calculs de la CREG et j'attends donc, une fois toutes les procédures terminées, de bénéficier de la transparence totale et desdits calculs de la commission.

 

Mais ce n'est pas tout. Entre-temps, la CREG a publié l'étude de PwC, qui forme un constat clair sur le handicap concurrentiel pesant sur les entreprises électro-intensives. Par conséquent, madame la ministre, allez-vous prendre des mesures en leur faveur afin de préserver leur compétitivité, vu leur importance dans notre tissu économique? Je vous l'ai déjà demandé.

 

Par ailleurs, nous n'avons reçu aucune réponse à propos de la norme énergétique. C'est pourquoi je vous repose la question: avez-vous avancé dans sa mise en œuvre? Elle est mentionnée dans l'accord de gouvernement, mais vous n'êtes pas très loquace à ce sujet. J'aurais aimé connaître votre approche en ce domaine, puisque vous avez évité de répondre en commission.

 

De plus, nous ne comprenons pas pourquoi vous avez annoncé dans une interview que vous souhaitiez ouvrir ces parcs offshore aux citoyens via une participation dans des coopératives, alors qu'hélas aucune disposition de ce projet de loi ne porte sur cette ouverture. J'avoue ne pas saisir, car je vois difficilement comment et à quel moment vous pourriez exiger une telle ouverture après la réalisation du financial closing, le bouclage du financement des parcs, que nous allons adopter aujourd'hui.

 

Pour conclure, vous nous annonciez une vision énergétique fédérale avant le 21 juillet en réunion de commission du 14 juin, et je peux vous produire le document. Nous sommes le 14 juillet et nous n'avons toujours rien vu venir. Vous imaginez le suspense, madame la ministre, d'autant plus qu'il n'est même plus fait mention de ce délai dans votre note transmise à la commission de l'Énergie de ce mardi. Devons-nous en déduire qu'une fois encore, vous n'allez pas respecter votre timing? Je n'ose y croire, vous qui êtes si ordonnée, comme tout le monde le sait. Ce délai que vous vous êtes imposé sera-t-il respecté? C'est, en tout cas, la dernière question que je souhaitais vous poser aujourd'hui.

 

Le président: M. Calvo était inscrit comme orateur, mais comme il est absent, je passe la parole au gouvernement.

 

15.06  Marie-Christine Marghem, ministre: Monsieur le président, chers collègues, mon intervention sera très brève.

 

Je vous remercie du large soutien que vous apportez à ce texte. En effet, il nous permet de respecter nos obligations internationales en termes de pourcentage d'énergie renouvelable dans notre mix énergétique, au moins pour ce qui va être développé pour 2020.

 

Nous serons très attentifs, et je réponds de la sorte à quelques interventions, au soutien que nous allons négocier pour les trois derniers parcs.

 

D'ailleurs, la CREG étudie de nouveau la situation particulière de chacun de ces projets au regard du tender qui a été octroyé récemment aux Pays-Bas. Par une forme d'analyse croisée et de benchmarking, ceci nous permet vraiment d'avoir les analyses les plus fines et les plus actuelles pour pouvoir configurer ce soutien au plus bas, tout en préservant une incitation à l'investissement dans ces énergies qui comportent une part de risques industriels. En effet, même si elles sont plus performantes, comme souligné par M. de Lamotte, il y a encore, dans ce cadre, une situation industrielle qui n'est pas encore à pleine maturité.

 

Comme les banquiers nous l'ont dit, le recul sur ces investissements étant d'environ sept années, alors que ces contrats sont conclus pour le double, voire le triple (en Hollande, 15 ans; en Belgique, 19 ans), ils n'ont pas encore la visibilité nécessaire pour pouvoir faire diminuer drastiquement les éléments qui composent le montage financier qui sert aux investisseurs pour déployer ces investissements.

 

Nous espérons poursuivre dans de bonnes conditions. Dès que les procédures sont terminées, je transmettrai l'analyse faite par la CREG dans le cadre du MOG (Modular Offshore Grid), c'est-à-dire de la prise en mer par rapport à toutes les catégories de consommateurs, vous permettant ainsi d'affiner avec moi la lecture que l'on peut avoir de l'impact qu'ont ces énergies et le soutien qu'on leur confère sur les différentes catégories de consommateurs finaux.

 

15.07  Michel de Lamotte (cdH): Madame la ministre, j'entends bien votre réponse par rapport à un projet qui, vous l'aurez compris, ne fait pas de difficulté. Je reste quand même avec mes trois questions sur la norme énergétique, la possibilité d'ouvrir les champs éoliens à des coopératives citoyennes et le timing sur le pacte énergétique ou plutôt la vision fédérale du pacte énergétique. Je reste avec ces trois interrogations. Je vais donc passer des vacances dans le doute. C'est un point d'interrogation que vous faites peser sur les débats.

 

De voorzitter: Vraagt nog iemand het woord? (Nee)

Quelqu'un demande-t-il encore la parole? (Non)

 

De algemene bespreking is gesloten.

La discussion générale est close.

 

Bespreking van de artikelen

Discussion des articles

 

Wij vatten de bespreking van de artikelen aan. De door de commissie aangenomen tekst geldt als basis voor de bespreking. (Rgt 85, 4) (1911/4)

Nous passons à la discussion des articles. Le texte adopté par la commission sert de base à la discussion. (Rgt 85, 4) (1911/4)

 

Het wetsontwerp telt 4 artikelen.

Le projet de loi compte 4 articles.

 

Er werden geen amendementen ingediend.

Aucun amendement n'a été déposé.

 

De artikelen 1 tot 4 worden artikel per artikel aangenomen.

Les articles 1 à 4 sont adoptés article par article.

 

De bespreking van de artikelen is gesloten. De stemming over het geheel zal later plaatsvinden.

La discussion des articles est close. Le vote sur l'ensemble aura lieu ultérieurement.

 

16 Wetsontwerp tot bekrachtiging van het koninklijk besluit van 18 september 2015 tot bepaling van de nadere regels voor de berekening van de ombudsbijdrage tot financiering van de ombudsdienst voor energie, voor het begrotingsjaar 2016 en volgende (1948/1-3)

16 Projet de loi portant confirmation de l'arrêté royal du 18 septembre 2015 fixant, pour l'année budgétaire 2016 et suivantes, les modalités particulières pour le calcul de la redevance de médiation pour le financement du service de médiation de l'énergie (1948/1-3)

 

Algemene bespreking

Discussion générale

 

De algemene bespreking is geopend.

La discussion générale est ouverte

 

De rapporteur, de heer Klaps, verwijst naar zijn schriftelijk verslag.

 

Vraagt iemand het woord? (Nee)

Quelqu'un demande-t-il la parole? (Non)

 

De algemene bespreking is gesloten.

La discussion générale est close.

 

Bespreking van de artikelen

Discussion des articles

 

Wij vatten de bespreking van de artikelen aan. De door de commissie aangenomen tekst geldt als basis voor de bespreking. (Rgt 85, 4) (1948/3)

Nous passons à la discussion des articles. Le texte adopté par la commission sert de base à la discussion. (Rgt 85, 4) (1948/3)

 

Het wetsontwerp telt 3 artikelen.

Le projet de loi compte 3 articles.

 

Er werden geen amendementen ingediend.

Aucun amendement n'a été déposé.

 

De artikelen 1 tot 3 worden artikel per artikel aangenomen.

Les articles 1 à 3 sont adoptés article par article.

 

De bespreking van de artikelen is gesloten. De stemming over het geheel zal later plaatsvinden.

La discussion des articles est close. Le vote sur l'ensemble aura lieu ultérieurement.

 

17 Voorstel van resolutie betreffende het invoeren van een aangepast beleid in het raam van de strijd tegen alcoholmisbruik (406/1-9)

- Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 24 januari 1977 betreffende de bescherming van de gezondheid van de gebruikers op het stuk van de voedingsmiddelen en andere producten, teneinde op dranken met een hoog cafeïnegehalte de vermelding aan te brengen dat die schadelijk zijn voor de gezondheid, alsook dat het gevaarlijk is die dranken tegelijk met alcohol te nuttigen, inzonderheid voor zwangere vrouwen en jongeren (40/1)

- Voorstel van resolutie betreffende maatregelen voor het tegengaan van gezondheidsschade bij overmatig en problematisch alcoholgebruik en alcoholisme (1173/1-2)

- Voorstel van resolutie betreffende de doeltreffende bestrijding van schadelijk alcoholgebruik (1615/1-2)

17 Proposition de résolution relative à la mise en place d'une politique adaptée dans le cadre de la lutte contre la consommation abusive d'alcool (406/1-9)

- Proposition de loi modifiant la loi du 24 janvier 1977 relative à la protection de la santé des consommateurs en ce qui concerne les denrées alimentaires et les autres produits et visant à apposer sur les boissons à haute dose en caféine un avertissement sur la nocivité et le danger de les mélanger à de l'alcool, en particulier pour les femmes enceintes et les jeunes (40/1)

- Proposition de résolution relative à des mesures visant à lutter contre les dommages pour la santé liés à la consommation abusive et problématique d'alcool et à l'alcoolisme (1173/1-2)

- Proposition de résolution visant à lutter efficacement contre la consommation nocive d'alcool (1615/1-2)

 

Voorstellen ingediend door:

Propositions déposées par:

- 406: Damien Thiéry, Benoît Piedboeuf, Luc Gustin

- 40: Catherine Fonck

- 1173: Karin Jiroflée, Anne Dedry, Muriel Gerkens, Karin Temmerman

- 1615: Catherine Fonck.

 

(La proposition de loi n° 40 de Mme Fonck est disjointe et renvoyée en commission.)

(Wetsvoorstel nr. 40 van mevrouw Fonck wordt losgekoppeld en teruggezonden naar de commissie.)

 

Bespreking

Discussion

 

De door de commissie aangenomen tekst geldt als basis voor de bespreking. (Rgt 85, 4) (406/7)

Le texte adopté par la commission sert de base à la discussion. (Rgt 85, 4) (406/7)

 

De bespreking is geopend.

La discussion est ouverte.

 

Le rapporteur, M. Senesael, se réfère au rapport écrit.

 

17.01  Damien Thiéry (MR): Monsieur le président, madame la ministre, chers collègues, d'emblée, je remercie tous les collègues qui ont participé aux discussions en commission concernant cette proposition de résolution. Ces discussions ont été constructives. Même si le résultat ne peut satisfaire tout le monde, il est une avancée spécifique en attendant le plan d'action national Alcool.

 

Je voudrais revenir sur certains points se rapportant notamment à la consommation d'alcool chez les jeunes. Au départ, cette résolution les visait en priorité. Mais suite aux discussions, elle tend à toucher toutes les tranches de la population en faisant abstraction de la problématique du genre.

 

Très souvent l'alcool est banalisé et sa consommation est perçue comme un geste de société à connotation chaleureuse et qui évoque le partage entre amis et en famille. Ou aujourd'hui pour les hommes, au bar, en regardant le Tour de France.

 

Les jeunes constituent un groupe particulièrement vulnérable et c'est pourquoi cette résolution les visait spécifiquement. Mais un nouveau phénomène est apparu: le binge drinking. Lors de n'importe quel événement, là où l'on rencontre des jeunes entre 15 et 25 ans, c'est devenu une habitude. Elle est désastreuse, bien entendu.

 

Je souhaite communiquer des éléments qui n'ont pas été donnés en commission en revenant sur le constat dressé par l'Agence Intermutualiste qui montre combien les dégâts sont importants. Ainsi, en 2014, 47 jeunes entre 12 et 17 ans ont été admis chaque semaine aux urgences à la suite d'un abus d'alcool. Sur 10 000 jeunes dans cette même tranche d'âge, le nombre de victimes hebdomadaires d'une intoxication alcoolique présumée est passé de 30 en 2008 à 34 en 2014. En chiffres absolus, on parle de 2 433 cas pour 2014. Sur une quinzaine d'années, la progression est d'environ 50 %.

 

Pour la première fois, parmi les 12-17 ans, et il est important de ne plus faire la distinction de genre, le nombre des filles a rejoint celui des garçons. C'est parmi les jeunes de 17 ans que le phénomène prend des proportions vraiment inquiétantes avec 996 cas, soit 6 % de plus que l'année précédente.

 

La consommation abusive d'alcool peut entraîner des comportements violents et agressifs, des actes sexuels à risque, des comas éthyliques ainsi que d'autres conduites à risque, en particulier la prise du volant en état d'ébriété. Ces situations sont préoccupantes.

 

Le problème ne se limite pas qu'aux jeunes puisque chez les hommes adultes âgés de 45 à 64 ans la consommation d'alcool est particulièrement élevée également. À cela s'ajoutent les groupes à risque (comme les femmes enceintes) et les situations à risque (l'alcool sur le lieu de travail ou dans la circulation). Personne n'ignore que la consommation abusive d'alcool a des répercussions considérables sur la santé et contribue de manière importante à la mortalité prématurée par cirrhose et d'autres maladies dues à une surconsommation d'alcool. Si on en croit le SPF Santé publique, un Belge sur dix a réellement une consommation problématique d'alcool.

 

Le coût social pour la Belgique est estimé à 4,2 milliards d'euros sur base annuelle et au niveau européen, on parle de 155 milliards. La consommation en Belgique est dans la moyenne européenne; elle est équivalente à 10 litres d'alcool pur par an par habitant.

 

C'est la raison pour laquelle cette résolution jette les bases nécessaires du plan de lutte contre la consommation abusive d'alcool de manière à protéger et de conscientiser la population, et plus particulièrement les jeunes.

 

Bien entendu, la volonté est d'agir étroitement avec les Communautés et les pouvoirs locaux. Les Communautés, les provinces et les communes ont un rôle extrêmement important à jouer en prévenant et en responsabilisant les familles et les jeunes des dangers d'une consommation d'alcool abusive. C'est pourquoi nous souhaitons que soit menée, en concertation étroite avec les Communautés et en y associant les provinces et les communes, une campagne active de prévention et de responsabilisation visant à avertir les familles et les jeunes des dangers de l'alcool et des risques liés à une consommation abusive.

 

Il semble également important d'opérer au niveau communal pour développer, à l'égard des jeunes, des projets de sensibilisation du danger que représente l'abus d'alcool. Le pouvoir local doit renforcer sa collaboration avec les acteurs de terrain afin de mener à bien cet objectif. J'en profite pour dire que, dans certaines communes, en tout cas à ma connaissance à Nivelles, à Uccle et dans ma commune de Linkebeek, il y a une volonté de mettre en place une ordonnance de police qui interdit la consommation d'alcool dans les milieux publics, sauf autorisation exceptionnelle, par exemple en cas d'organisation de festival ou autre. Cette décision, prise au niveau local par le conseil communal, a déjà montré pleinement ses effets.

 

17.02  Catherine Fonck (cdH): Monsieur Thiéry, au départ, je n'avais pas du tout prévu de vous interrompre.

 

Vous évoquez la spécificité des communes. C'est un point qui est tout sauf négligeable. Je voudrais quand même rappeler à la majorité que nombre d'opportunités se sont présentées pour permettre de régler un problème important relatif aux magasins de nuit qui vendent de l'alcool. Ces dispositions doivent être ajustées sur le plan législatif.

 

Les législations et les réglementations existantes sont contournées pour que ces night-shops puissent continuer à vendre de l'alcool la nuit. Et l'alcool vendu la nuit est non seulement source dans un certain nombre de cas de consommation excessive et nocive, mais, rappelons le quand même, est aussi à l'origine de fameux problèmes de maintien de l'ordre public, que ce soit en matière de sécurité, de salubrité ou de tranquillité publiques.

 

Monsieur Thiéry, des débats ont eu lieu en commission de l'Économie et plusieurs textes ont été mis à l'ordre du jour. Il y a déjà plusieurs semaines, la majorité a eu l'opportunité d'avancer en la matière. Cela me fait un peu sourire que, dans un deuxième temps, dans une proposition de résolution, on vienne tout d'un coup dire ô combien, dans le fond, il serait aussi important de travailler sur ce sujet.

 

Pour avancer et surtout être efficaces en la matière, il fallait réviser certains aspects de la loi du 10 novembre 2006. Cela n'a pas été fait. Cela a été rejeté d'un revers de bras par la majorité. J'en appelle à un peu de cohérence de la part de la majorité. C'est trop facile, par la suite, de venir dire que cela devrait aussi être réalisé.

 

Je ne peux, à cet égard, que regretter le double jeu de la majorité.

 

17.03  Damien Thiéry (MR): Madame Fonck, il est vrai que nous avons eu cette discussion en commission. Deux éléments s'opposent. D'un coté, certaines initiatives ont déjà été prises au niveau local. Elles ont montré qu'elles portaient leurs fruits. Le but de la résolution est de faire référence à ces expériences positives et d'encourager les pouvoirs locaux à s'orienter dans la même direction.

 

Je comprends votre volonté, reprise, je pense, dans l'un des amendements que vous aviez présentés, d'interdire la vente d'alcool dans les night-shops, voire dans les stations services. C'est là où nos idées s'opposent. Il y a une loi en la matière. Premièrement, elle doit être appliquée. Deuxièmement, comme je l'ai dit en commission, je ne pense pas que l'achat systématique d'alcool dans un night-shop soit destiné à une consommation directe sur le terrain, en milieu public ou au volant. Un certain nombre de personnes vont acheter de l'alcool après les heures d'ouverture des magasins normaux pour une consommation chez eux ou entre amis. Notre position est la suivante: non, nous ne voulons pas interdire, mais réguler et nous voulons que la loi soit appliquée. C'est une autre approche.

 

17.04  Catherine Fonck (cdH): Il a été refusé, en commission de l'Économie, d'adapter la loi de novembre 2006, ce qui, justement aurait permis réellement aux communes de disposer de tous les outils possibles et imaginables pour prendre, quand c'est nécessaire, des décisions sur l'ouverture de ces magasins et sur la vente d'alcool pendant la nuit plus particulièrement. Le problème est que ces communes se retrouvent aujourd'hui bien démunies, parce que ces magasins ont trouvé des subtilités dans la loi pour contourner le sens de ce qui avait été prévu initialement.

 

Heureusement, nous avions prévu des particularités pour les librairies par exemple. En l'occurrence, c'est le subterfuge trouvé par ces night-shops pour continuer, sans aucune limitation, même quand les communes souhaiteraient en imposer. Je trouve que c'est dommage de ne pas avoir donné tous les outils aux communes pour leur permettre de mener des politiques plus incisives lorsque c'est nécessaire.

 

17.05  Damien Thiéry (MR): Je vais aussi revenir indirectement sur cette problématique parce qu'en définitive, il y a des mesures légales qui sont à disposition du législateur. Le problème, c'est qu'elles ne sont pas toujours mises en application. En règle générale, elles sont même contournées. Là, il y a effectivement lieu de faire appliquer la loi telle qu'elle est. Je voudrais insister aussi sur la volonté que nous avons d'augmenter les contrôles.

 

J'avais fait cette intervention en commission également parce qu'il ne s'agit pas seulement d'augmenter le nombre de contrôles mais également l'efficacité de ceux-ci et en des lieux beaucoup plus stratégiques, comme par exemple les fins d'examens, lors des soirées organisées, lors des carnavals, des festivals. À la suite de la discussion que nous avons eue en commission, il y a eu un engagement très clair de la part du SPF Santé publique pour dire que des contrôles complémentaires seront effectués, à certaines fréquences. Des personnes seront formées à cet effet.

 

Je ne veux pas refaire l'entièreté du débat ici mais j'avais donné en commission le nombre de contrôles d'alcoolémie qui avait été réalisé de 2010 à 2014. Je dis simplement qu'en 2014, on était arrivé, monsieur le président, à plus de 4 000 contrôles. L'objectif futur est d'en effectuer 5 000. Je crois que des éléments positifs interviendront progressivement à ce niveau-là.

 

Selon moi, il faudra également revoir, en tout cas affiner, la convention Arnoldus avant de la renforcer ce, en collaboration avec le secteur parce qu'en définitive, elle permet une sorte d'autorégulation. En définitive - c'est un élément choc qui a été repris en commission - on peut prendre toutes les décisions que l'on veut au niveau politique, si nous ne le faisons pas avec les différents intéressés, en l'occurrence le secteur, si on ne lui fait pas prendre conscience de l'importance de réglementer l'utilisation d'alcool avec nous, on perd un élément, une arme complémentaire, qui nous permet d'avancer dans la bonne direction.

 

La convention Arnoldus comporte un certain nombre d'objectifs. L'exemple que je rappelle rapidement, c'est qu'elle interdit de distribuer ou d'offrir gratuitement ou à un prix symbolique des boissons contenant de l'alcool sur la voie publique. Cela correspond exactement à l'essence même de cette résolution. La convention Arnoldus encadre la publicité pour l'alcool et notamment les mineurs. Elle vise également la sécurité routière, le lieu de travail, le sport, la teneur en alcool, etc. Cette convention est bien faite. Elle devra probablement être revue à certains niveaux mais elle doit être rediscutée avec le secteur.

 

En matière de soins, nous pensons que le projet liaison alcool doit être soutenu et élargi à un maximum d'hôpitaux. Je l'avais dit en commission également. On estime à 20 % le pourcentage de patients hospitalisés en hôpital général qui présentent une consommation nocive ou à risque d'alcool. La prise en charge de la problématique alcool au sein des hôpitaux généraux doit être renforcée.

 

Dans cette optique, un projet intitulé liaison-urgences alcool a été mis en place depuis 2009. Le personnel soignant est formé et sensibilisé, ce qui est fondamental pour une bonne prise en charge. Une évaluation ainsi qu'une intervention brève auprès des patients à risque est proposée au sein des services d'urgences. L'objectif n'est pas de s'offrir comme un substitut aux interventions "alcool" potentielles, mais, à l'inverse, de valoriser l'acquisition pour le personnel soignant de bons savoir-faire. Il s'agit de fournir des outils de base et d'amener les soignants vers une sensibilité en matière d'alcoologie. Et, dans les cas les plus complexes, les intervenants peuvent être soutenus par des équipes spécialisées.

 

Enfin, chers collègues, si j'en crois les informations du SPF Santé publique, 9 personnes sur 10 avec un problème d'alcoolisme grave ne sont pas en traitement. Il s'agit probablement d'un élément fondamental. C'est ce qu'on appelle communément le treatment gap. Cela peut s'expliquer par plusieurs facteurs, que ce soit au niveau de la société, puisque l'alcoolisme reste un tabou, au niveau des prestataires de soins, de l'organisation des soins et enfin au niveau de la personne touchée par la consommation problématique d'alcool elle-même, parce que, par définition, elle ne va pas reconnaître sa dépendance. Sans compter ce qu'on appelle l'alcoolisme social, qui n'est autre que de l'alcoolisme également.

 

Ces facteurs sont interconnectés, et interagissent. Notre rôle est de développer les méthodes de traitement afin de d'augmenter les possibilités d'admission de ces personnes dans les soins de santé.

 

Monsieur le président, madame la ministre, chers collègues, la proposition qui est soumise aujourd'hui à l'assemblée nous tient évidemment à cœur. J'ai entendu les critiques et je vais encore les entendre aujourd'hui: nous n'allons pas assez loin. Certains auraient aimé faire un plan alcool de leur côté, mais ce n'était pas l'objectif. Ce n'est pas non plus notre objectif de tout interdire.

 

Notre objectif vise la consommation excessive et nocive d'alcool. Nous voulons donc, par l'intermédiaire de cette résolution, jeter les bases d'un plan alcool pour protéger et conscientiser la population et, plus particulièrement, les jeunes. C'est ce qui est fondamental dans ma démarche d'aujourd'hui.

 

La ministre de la Santé a déjà annoncé que ce plan alcool arriverait en fin d'année. Je pense que nous pouvons croire à ces prémices que représente la résolution et, ensuite, à l'arrivée de ce plan alcool qui sera peut-être encore un peu plus précis quant à la prise en charge de ce phénomène.

 

Nous sommes convaincus que les mesures ambitieuses seront concrétisées car la consommation abusive d'alcool est devenue un problème qui touche actuellement beaucoup trop de citoyens et certainement nos jeunes.

 

Il est à noter qu'il y a une demande ferme de révision de cette résolution en commission après un an pour pouvoir en estimer les avancées.

 

17.06  André Frédéric (PS): Monsieur le président, madame la ministre, chers collègues, je ne partage évidemment pas la vision aussi optimiste de mon excellent collègue, Damien Thiéry, même si je concède qu'on a pu en débattre, pas suffisamment à mon goût. Comme vous venez de l'indiquer, nous ne sommes pas allés suffisamment loin.

 

Monsieur le président, je vais expliquer en quelques mots pourquoi mon groupe s'abstiendra. La consommation excessive d'alcool et son impact sur la santé de la société n'est évidemment plus à démontrer. Je ne m'étendrai donc pas sur ces constats que nous connaissons tous. Lorsque les collègues du MR, M. Thiéry en tête, ont mis leur texte sur la table, mon groupe s'est réjoui que ce débat si important puisse enfin se tenir. Cela n'étonnera évidemment personne.

 

Cela n'étonnera personne au regard du travail mené sous la précédente législature. Je n'étais pas membre de la commission de la Santé mais je sais que le débat a eu lieu sous la houlette de ma collègue, Laurette Onkelinx. Dois-je rappeler le large plan alcool qu'en tant que ministre de la Santé, elle s'était attelée à mettre en œuvre avec l'ensemble des ministres des entités fédérées compétents, plan auquel, me dit-on, un certain nombre de groupes politiques à l'époque, dont celui de la ministre de la Santé actuelle, s'étaient opposés à la satisfaction, j'imagine, des lobbies brassicoles et de l'alcool?

 

Cela n'étonnera personne au regard de la recommandation que nous avions adressée à Mme De Block dès sa prise de fonction, qui concernait la mise en place d'un plan alcool basé sur les principes contenus dans la stratégie mondiale visant à réduire l'usage nocif d'alcool et dans le plan d'action européen visant à réduire l'usage nocif de l'alcool 2012-2020. Au regard aussi de la question d'actualité posée en mai 2015 et dans laquelle nous regrettions que le gouvernement n'accorde que peu, voire pas du tout d'importance à cette problématique. Je constate d'ailleurs qu'il y a peu d'avancées en la matière aujourd'hui.

 

Je dis à la majorité que la hausse récurrente sur les accises des boissons alcoolisées ne va nullement dans ce sens. Il ne s'agissait aucunement d'une mesure de santé publique mais uniquement d'une mesure budgétaire, qui n'atteint aucun objectif santé en plus d'être contre-productive pour le budget puisque les consommateurs vont acheter ces produits à l'étranger.

 

Nous nous étions donc réjouis et pourtant mon groupe s'abstiendra sur ce texte de résolution, pour de simples raisons. D'abord sur la manière dont se sont déroulés les travaux. Plusieurs textes intéressants étaient sur la table. Il avait été convenu d'avoir un large débat sur les différents éléments constituant une politique de lutte efficace contre la consommation abusive d'alcool, mais il n'en fut rien. Un amendement global a été déposé à la va-vite par la majorité, majorité qui a ensuite feint de vouloir prendre en considération une série d'amendements que nous avons cosignés. Les discussions ont été courtes, le débat bridé. Monsieur Thiéry, vous avez dit que vous aviez tenu compte des amendements et que le texte a évolué. Nous avions déposé 27 amendements intéressants – et nous en redéposons en séance plénière – et après une concertation de dix minutes de la majorité, vous en avez accepté un. C'était quand même faire preuve de fort peu d'ouverture.

 

Sur le fond, nous nous trouvons face à un texte qui manque clairement d'ambition. Le fait de voter une résolution pour dire de voter une résolution n'a aucun sens, d'autant plus sur un sujet aussi important. Les demandes restent imprécises, des éléments ont été délibérément éludés; je pense notamment à la réglementation concernant la disponibilité des boissons dans les night-shops, les stations-service, les distributeurs automatiques.

 

Je souscris donc, monsieur Thiéry, à votre remarque en commission. Vous aviez dit qu'il ne s'agissait que d'un premier pas; moi j'avais dit qu'à mon sens, il s'agissait d'un tout petit pas.

 

Le gouvernement – vous y avez fait allusion – nous a annoncé la mise en œuvre d'une stratégie globale de lutte contre la consommation excessive d'alcool pour octobre prochain. Octobre, c'est demain. Nous serons extrêmement attentifs pour que ce plan, madame la ministre, ne se dégonfle pas en dernière minute et cela, une fois de plus, au détriment de la santé publique.

 

Je vous remercie.

 

17.07  Dirk Janssens (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, collega’s, alcoholmisbruik.

 

Over één zaak zijn we het allemaal eens: alcoholmisbruik heeft een belangrijke maatschappelijke kostprijs op het vlak van gezondheidszorg voor het individu en de maatschappij, maar ook op het vlak van werkverlet, overlast, verkeersslachtoffers, verkeersdoden. Alcoholmisbruik voorkomen en, in het ergste geval, remediëren is dus wel degelijk een opdracht van de overheid. Het is zeer terecht dat de resolutie vraagt aan alle niveaus, Gemeenschappen en ondergeschikte besturen om in te zetten op het indijken van dit gezondheids- en maatschappelijk probleem. Verslavingen bestrijden is moeilijk. Het is dus essentieel dat alle overheden deze zelfde boodschap uitdragen. Het is belangrijk dat overheden afspraken maken zodat de maatregelen elkaar versterken. Dat is ook de reden waarom het zo belangrijk is dat de minister vandaag afspraken maakt met haar collega’s van de federale regering en met de collega’s van de Gemeenschappen om te komen tot één coherent geheel van maatregelen.

 

In deze resolutie zijn drie zaken belangrijk.

 

Ten eerste, is er de ambitie om het alcoholmisbruik te voorkomen. Het leren op een verstandige wijze om te gaan met genotsmiddelen is een opdracht van de Gemeenschappen. Het behoort tot de bevoegdheden preventie en sensibilisering. De federale rol inzake preventie ligt op het vlak van het beperken van het aanbod en de reclame voor alcoholproducten. Met deze resolutie vragen we duidelijk actie op het vlak van reclame voor alcoholhoudende dranken. Er is een convenant met de sector, maar we moeten durven toegeven dat er ook onvrede is over de werking van de JEP. Met deze resolutie zetten we de minister aan om te komen tot een onafhankelijke analyse van de huidige regeling en van de werking van de JEP om te komen tot een efficiënter controlesysteem.

 

We ijveren voor een correcte toepassing van het verkoopsverbod aan minderjarigen en vragen meer in te zetten op controles.

 

Op alle andere voorstellen van maatregelen die het verkoopsverbod aan minderjarigen strenger willen maken en die het aantal verkooppunten willen beperken, zullen we na het reces terugkomen.

 

Een tweede element in de belangrijke strijd tegen alcoholmisbruik is dat het een strijd is op alle beleidsniveaus: Vlaams, federaal, maar belangrijk ook, van lokale overheden. Het zijn de lokale overheden die door hun goede kennis van het terrein weten op welke plaatsen moet worden ingegrepen. Het is belangrijk als federale overheid te blijven appel doen op de lokale overheden en hen eraan te herinneren over welke wettelijke instrumenten zij beschikken om op te treden.

 

De derde ambitie is het medisch begeleiden van mensen met een verslaving. In eerste instantie moeten we iets doen aan de treatment gap die vandaag bestaat. Dat betekent dat wij meer aandacht moeten hebben voor het screenen op alcoholmisbruik en korte interventies en dat we moeten werken aan de continuïteit van de behandeling door het uitbreiden van het project “liaison alcohol” naar meerdere ziekenhuizen.

 

Collega’s, wij kijken met interesse uit naar de resultaten van de onderhandelingen van minister De Block. Wij zullen daarover in het najaar het debat voeren, waarbij duidelijk rekening met deze aanbevelingen zal moeten worden gehouden.

 

17.08  Karin Jiroflée (sp.a): Collega’s, alcoholverbruik is een wijd verspreid fenomeen in onze samenleving en eigenlijk een beetje inherent aan onze cultuur. De overgrote meerderheid consumeert alcohol zonder noemenswaardige risico’s of schade, maar alcohol kan ook worden gebruikt op een risicovolle en een schadelijke manier. De gevolgen hiervan zijn aanzienlijk voor de betrokkene, voor zijn of haar omgeving, maar ook voor de samenleving.

 

Omdat we allemaal goed zouden weten waarover het hier gaat, opdat het niet als een akkefietje zou worden afgedaan, wil ik toch een paar cijfers geven.

 

Alcoholgebruik vormt wereldwijd de derde belangrijkste oorzaak van ziekte en vroegtijdig overlijden, na een te laag geboortegewicht en onbeschermde seksuele contacten, waarvoor alcohol trouwens ook een belangrijke risicofactor is. Het komt ook nog voor tabaksgebruik. Alcohol ligt mee aan de basis van meer dan 200 ziekten en kwetsuren.

 

Ik geef een greep uit een aantal studies die de laatste jaren zijn uitgevoerd.

 

Men stelt onder meer vast dat hoger opgeleide vrouwen overal een zogenaamde inhaalbeweging op mannen aan het maken zijn als het gaat over het problematisch drinkgedrag. Ook het problematische gebruik bij jongeren blijft in ons land pieken. In alle westers landen zal het alcoholgebruik bij kinderen onder 15 jaar toenemen. Jongeren van 15 tot 24 jaar, vooral jonge mannen, vormen trouwens een belangrijke risicogroep.

 

Ondanks de lichte algemene afname stijgt het problematisch alcoholgebruik gestaag. In 2013 bijvoorbeeld belandden in ons land 2 376 jongeren tussen 12 en 17 jaar met een vermoeden van alcoholintoxicatie op de spoeddienst of werden ze een nacht opgenomen in het ziekenhuis.

 

De maatschappelijke kosten ten gevolge van alcoholmisbruik zijn zeer hoog. In 2008 bedroegen de overheidsuitgaven voor de behandeling van personen met een alcoholprobleem in de ziekenhuissector in totaal 553 217 388 euro. Dat is niet mis.

 

Welnu, wat is er de voorbije jaren rond dat toenemend alcoholmisbruik bij een aantal groepen gebeurd? In 2008 hebben de toenmalige ministers die Volksgezondheid onder hun bevoegdheid hadden, een gemeenschappelijke verklaring ondertekend inzake het toekomstig alcoholgebruik. In 2012 heeft men dan geoordeeld dat de verklaring toe was aan een actualisering en een uitbreiding. Een beleid rond schadelijk alcoholgebruik beperkt zich immers niet tot gezondheidskwesties en gaat evenzeer over economie, publiciteit, prijs, mobiliteit, onderwijs, werkgelegenheid en het middenveld, aspecten die hier ook door de collega’s al zijn aangehaald.

 

Het is primordiaal om een globaal en geïntegreerd beleid te voeren. De gemeenschappelijke verklaring van de interministeriële conferentie Drugs van januari 2010 bevestigt dan ook de noodzaak van een globaal en geïntegreerd beleid. Die interministeriële conferentie nam later ook de taak op om een alcoholplan 2014-2018 op te maken. Dat plan moest dan worden gezien als een aanvulling op de toen al lopende initiatieven en beleidslijnen van de verschillende overheden op dat vlak. Door onenigheid in de toenmalige regeringsmeerderheden werd het ontwerp echter in de interministeriële conferentie verworpen en is er tot vandaag geen verdere uitvoering gegeven aan die opdracht van de interministeriële conferentie Drugs.

 

Nochtans zijn er vele redenen, los van de cijfers die ik al heb gegeven, om dat wel te doen. België presteert heel slecht op het vlak van maatregelen inzake het tegengaan van gezondheidsschade bij overmatig en problematisch alcoholgebruik. Cijfers van de Wereldgezondheidsorganisatie tonen aan dat België onder aan de Europese ranglijst met maatregelen tegen alcoholmisbruik bengelt. Alleen Armenië, Georgië, San Marino en Andorra doen het slechter. Ook de VAD, de Vereniging voor Alcohol- en andere Drugproblemen, stelt in een memorandum naar aanleiding van de verkiezingen van 2014 dat een nationaal alcoholplan essentieel is om de complexe en veelzijdige alcoholproblematiek aan te pakken.

 

De FOD Volksgezondheid pleitte er in 2014 eveneens voor om een nieuw alcoholplan op te stellen. Ook een resolutie van het Europees Parlement van 29 april 2015 verzoekt de Commissie om onmiddellijk te werken aan een nieuwe EU-alcoholstrategie voor de periode 2016-2022. Hiermee heb ik geschetst waarover het gaat en hoe belangrijk de problematiek is. Wij doen er goed aan dat niet weg te lachen.

 

Ik weet dat u aan een plan werkt, mevrouw de minister. Om alle aangehaalde redenen en om uw komende plan te ondersteunen, hebben wij een resolutie ingediend die aan de regering vraagt om de belofte van 2012 na te komen.

 

Onze resolutie gaat zeer breed en belicht alle aspecten van het overmatig alcoholgebruik in onze samenleving. Ik heb het dan onder andere over de vermindering van het problematisch alcoholgebruik in het algemeen, de aanpak van alcoholgebruik op jonge leeftijd, de vermindering van binge drinking, duidelijke etikettering met standaardeenheden, maatregelen voor de regulering van reclame, de verduidelijking van de geldende leeftijdsbeperking, de verkoop van alcohol in automaten verbieden en de ontmoediging van de verkoop via nachtwinkels en tankstations, vooral ’s nachts dan. Er was ook een aantal maatregelen in de gezondheidszorg en aanbevelingen aan zwangere vrouwen alsook een aantal maatregelen inzake alcohol op de werkvloer.

 

Het voorstel van resolutie die de meerderheid vandaag voorlegt, gaat een stuk minder ver. Het bevat zeer zeker een aantal zeer goede elementen. Wij hebben dat ook onmiddellijk erkend. Wij vinden dat het problematisch alcoholverbruik moet worden aangepakt op zo veel mogelijk vlakken. Alcoholmisbruik grijpt in op tal van levensdomeinen en wij vinden een brede scope nodig, met diepgaande maatregelen. Het voorliggende voorstel biedt dat niet!

 

Om die reden hebben wij een aantal amendementen ingediend die alle aspecten, die ik zopas heb aangehaald, omschrijven. Even dachten wij dat het de meerderheid nu echt ernst was toen zij toezegden om onze amendementen te willen onderzoeken. Helaas, wij werden eens te meer teleurgesteld. Op een klein detail na werden al onze toevoegingen verworpen. Vandaar dat wij ze u vandaag opnieuw voorleggen.

 

Wij zijn er immers van overtuigd dat onze burgers beter verdienen dan de flauwe, oppervlakkige tekst die nu voorligt. De jongere, de zwangere vrouw, de verslaafde, ze verdienen echt aandacht en een echte aanpak van de problematiek. We zullen er helemaal niet komen, mijnheer Thiéry, met het voorgestelde gemorrel in de marge.

 

17.09  Anne Dedry (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, mevrouw de minister, collega’s, wij hebben ons constructief opgesteld in de commissie. Wij hebben voor uw voorstellen gestemd, in de hoop dat we een kans zouden zien om de tekst inhoudelijk wat meer body te geven, mede dankzij de inbreng van onze amendementen die wij vandaag opnieuw zullen indienen.

 

Wij probeerden samen tot een sterk statement te komen en een duidelijk signaal te geven: een strakke reglementering door een betere controle. Wij hebben echter net zoals collega Jiroflée moeten ervaren dat enkel ons amendement over binge drinking bij jongeren werd aanvaard. Dat is toch wel een zwaktebod.

 

Mijn collega heeft een aantal feiten opgesomd, ik ga ze niet allemaal herhalen. De cijfers zijn duidelijk, u hebt ze ook geciteerd, het bedrag voor de sociale kosten, het aantal jongeren dat drinkt, het risico voor mannen, het risico voor vrouwen, het is hier door iedereen uitdrukkelijk gezegd, en er is de kostprijs van 4,5 miljard euro.

 

We zijn het dus eigenlijk wel eens over de feiten, over de analyse en over het aandeel van alcohol in de gezondheidskosten. De accijnsverhogingen die er tot nog toe zijn geweest, zijn eigenlijk maar een doekje voor het bloeden. Dit zijn feiten en erg verontrustende cijfers, waaraan wij dus iets moeten doen. U weet dat wij graag gewild hadden dat meer drastische maatregelen worden genomen en dat dit in die resolutie had gestaan. Wij betreuren dat de teksten die voorlagen werden afgezwakt, ook omdat onze amendementen slechts zeer beperkt of niet zijn meegenomen.

 

Collega’s, met alleen de extra controles, die onze minister beloofd heeft, gaan wij er niet komen, ook al zijn die goed en ook al zijn die gericht op scholen en op plaatsen waar jongeren komen en verzamelen. Het is goed om ook verantwoordelijkheid te leggen bij organisatoren van fuiven, omdat dit meestal jongerengroepen zijn, en hen te sensibiliseren, zodat jongeren niet stomdronken toekomen of weggaan. Maar dat is duidelijk niet genoeg, deze regering moet haar verantwoordelijkheid nemen en een echt alcoholplan uitvoeren dat misbruiken aanpakt in plaats van de Staatskas te stijven met verhoogde accijnzen.

 

We moeten niet blijven wachten tot het einde van dit jaar, tot er een gezamenlijke alcoholstrategie komt. We moeten niet blijven wachten tot volgend jaar, op de analyse van maatregelen inzake alcoholreclame, inclusief een alcoholconvenant. We moeten ook niet wachten tot de prioriteiten van de algemene cel Drugsbeleid uitgevoerd worden. Mijn collega zei het reeds, de nood is hoog, de WHO-cijfers tonen aan dat België onderaan bengelt in de Europese rangschikking. Alleen Armenië, Georgië, San Marino en Andorra doen het beleidsmatig nog slechter. Wij moeten dus nu maatregelen nemen en reclame op alcohol strenger reglementeren en controleren.

 

Een resolutie moet ambitie hebben. Die heeft ze helaas onvoldoende. Daarom zal onze fractie zich onthouden.

 

17.10  Catherine Fonck (cdH): Monsieur le président, madame et monsieur les ministres, chers collègues, le pire serait d'être frileux, avais-je dit lors de notre première réunion de commission consacrée au plan Alcool. En effet, nous avons la responsabilité et l'obligation d'être ambitieux pour contribuer à la diminution de la consommation nocive d'alcool. Les constats en termes de mortalité et de morbidité ainsi que les chiffres en matière de santé sont particulièrement explicites. De même, les chiffres de décès et de blessés graves sur nos routes consécutivement à la conduite en état d'ébriété sont éloquents. Je ne répéterai pas les statistiques relatives à l'évolution de la consommation d'alcool ni ne rappellerai les nouveaux modes de consommation.

 

Si nous partageons ces constats, il n'en va de même pour toutes les mesures et la manière dont vous avez décidé de les couler dans cette proposition de résolution. Oui, le pire serait d'être frileux. Or cette majorité a décidé de l'être à cet égard. Contrairement à nous, vous avez choisi d'être "chèvre-choutiste". Nous voulions nous montrer plus ambitieux dans toute une série de thèmes. Si vous me le permettez, j'en citerai quelques-uns.

 

Ainsi, nous souhaitons être beaucoup plus ambitieux sur le plan de la publicité. Vous continuez à louanger l'autorégulation. Pourtant, soyons honnêtes, elle a ses limites! Un dessin vaut mieux qu'un long discours. Souvenez-vous des 24 heures vélo de Louvain-la-Neuve en octobre 2014. Jupiler avait mené une campagne publicitaire au moyen de folders, de bons de réduction et de slogans tels que "Les bons points méritent de bonnes pintes". Nous sommes là en plein dans le non-respect de cette fameuse autorégulation. Pourtant, le Jury d'éthique publicitaire a considéré que cela ne posait pas de problème.

 

Rappelons que la convention Arnoldus prévoit notamment l'interdiction de vanter les effets positifs de l'alcool et de cibler les jeunes. C'est la démonstration parfaite que la convention et l'autorégulation ont des limites. Les enjeux sont importants. Rappelons que les experts disent et redisent que l'alcool est la première drogue en Belgique et qu'elle n'est malheureusement pas, dans de nombreux cas, considérée comme telle.

 

Nous voulions aussi être beaucoup plus ambitieux, et ceci est en lien avec la publicité, à propos du sponsoring. Aujourd'hui, on continue à sponsoriser par le biais de l'alcool, ce qui est inacceptable. Nous voulions être plus ambitieux sur les lieux de vente. Trouvez-vous normal qu'encore aujourd'hui, vous puissiez acheter de l'alcool sur les aires d'autoroutes? "Boire ou conduire, il faut choisir", dit cette fameuse campagne de prévention. "Boire ou conduire, il faut choisir" et, en pratique, les stations le long des autoroutes vous permettent de conduire en buvant.

 

Nous voulions réduire la disponibilité au niveau des magasins de nuit; je l'ai expliqué à mon collègue du MR. Effectivement, la loi présente des failles lesquelles sont exploitées pour contourner en pratique la législation existante, ce qui empêche les communes de décider de mesures plus fortes qui sont pourtant indispensables. Nous voulions également réduire la disponibilité dans les distributeurs automatiques.

 

Enfin, autre exemple pour lequel nous aurions voulu être beaucoup plus ambitieux: le binge drinking. Osons aborder les nouveaux modes de consommation! On parle souvent du binge drinking mais il existe une nouvelle mode, celle qui consiste à associer les boissons à haute teneur en caféine avec de l'alcool. L'autorité scientifique européenne l'a rappelé: le mélange de boissons énergisantes et d'alcool donnent un cocktail explosif pouvant être mortel, ce que la majorité des citoyens ignorent. Cependant, nous avons connu des décès chez des jeunes.

 

Madame la ministre, vous allez, comme toujours quand cela vous accommode, renvoyer vers l'Europe. Il est vrai que des discussions en la matière y sont en cours et que d'autres États membres ont avancé. Dans l'attente d'une réglementation, qui devrait être beaucoup plus exigeante, nous pourrions au moins avancer sur une information permettant au consommateur de faire une analyse critique à partir de données précises sur la quantité de boisson énergétique consommée et sur les implications explosives des cocktails associant l'alcool et la caféine à forte dose.

 

C'est pour cette raison que j'avais proposé ce dispositif. Les producteurs de boissons énergisantes prétendent recommander une dose maximale. Mais il suffit d'une canette de 25 cl pour l'atteindre! Si vous la combinez à l'alcool, c'est évidemment plus rapide. Les experts disent que cela fait le lit de la consommation problématique de l'alcool. J'avais déposé cette proposition de loi pour que nous puissions donner, en attente des décisions européennes, un avertissement très clair. Les informations sur les canettes sont partielles et écrites en tout petits caractères. Si certains ont tenté d'indiquer la quantité de caféine contenue dans ces boissons, beaucoup ne signalent pas les risques que constitue l'association avec l'alcool pour la santé. De plus, aucun avertissement ne figure à l'égard des groupes cibles, comme les jeunes et les femmes enceintes.

 

17.11  Damien Thiéry (MR): Madame Fonck, je vous ai laissé développer un certain nombre d'exemples qu'il était important de donner. Je voudrais revenir quinze secondes sur le Jury d'Éthique Publicitaire (JEP). Vous avez cité l'exemple de Louvain-la-Neuve, qui est effectivement un mauvais exemple dans l'absolu.

 

Par contre, je voudrais quand même signaler que le JEP, en 2015, a traité 127 dossiers sur la base de 236 plaintes. Vous avez donné un seul exemple sur 127 dossiers. Parmi les 127 dossiers traités, dans 68 % des cas, le JEP a estimé qu'il n'y avait aucune remarque à formuler. Dans 27,5 % des cas, soit 35 dossiers, le JEP a été contraint de prendre une décision d'arrêt ou de modification, vu que les publicités concernées s'avéraient être en infraction avec les règles précitées.

 

Ce que je veux dire, c'est que, bien entendu, il y aura toujours des exemples négatifs. Vous en avez cité un qui l'était. À côté de cela, le JEP fait son travail en termes de régulation. J'avais parlé de la convention Arnoldus dans mon intervention. Certaines choses peuvent et doivent être revues et améliorées. Mais on ne peut pas dire que les mesures mises en place jusqu'à présent soient tout à fait inefficaces. Je voulais quand même vous signaler ceci.

 

17.12  Catherine Fonck (cdH): Excusez-moi, j'avais continué tout à l'heure parce que je pensais que vous vouliez reparler des boissons énergisantes. J'aurais dû m'arrêter plus tôt.

 

Pour ce qui concerne le JEP, au fond, le souci, c'est que cette convention est aussi interprétable. Elle est interprétable à souhait. Elle n'est coulée dans aucune disposition légale et réglementaire qui s'imposerait, ne laissant aucune possibilité d'y échapper. Rappelons aussi que les cas que vous évoquez sont traités, à la suite d'une plainte. Mais en l'absence de plainte, il y a alors un vide qui permet, dans certains cas, d'échapper à cette autorégulation.

 

Il y a quelques années, le même débat avait eu lieu sur la publicité pour le tabac. À un moment donné, chers collègues, il faudra un peu d'audace. "Cinq minutes de courage politique", cela peut aussi s'appliquer pour la santé. L'impact n'est pas négligeable. Il faudra, en matière de publicité, être beaucoup plus courageux qu'aujourd'hui.

 

17.13  Damien Thiéry (MR): Madame Fonck, je vous rejoins dans votre approche.

 

Ceci dit, dans le cadre de la résolution proposée, aux points 6 et 7, mais surtout au point 7, il est clairement demandé au gouvernement d'informer davantage la population et de prévoir un système permettant au citoyen de déposer plainte contre une publicité pour toute boisson contenant de l'alcool. Une étape est manifestement, dans le cadre de cette approche de la publicité et des plaintes, franchie par l'intermédiaire de la résolution

 

17.14  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Je ne voulais pas non plus interrompre et réagir mais, monsieur Thiéry, nous sommes quand même dans des registres différents.

 

Informer le citoyen pour lui dire qu'il peut porter plainte: quels citoyens pouvant porter plainte allez-vous toucher? Finalement, la responsabilité que les choses se passent correctement leur incombera. Un autre registre est possible, comme lorsqu'on dit que la publicité pour l'alcool ne peut avoir que des impacts négatifs puisque la consommation d'alcool pose problème. Je ne comprends pas que vous soyez braqué comme cela, pour préserver les intérêts des alcooliers.

 

17.15  Catherine Fonck (cdH): Vous savez, tant que nous ne coulerons les choses dans des dispositions ayant force de loi en matière de contrôle de la publicité sur l'alcool, nous n'avancerons pas. À mon sens, cela ne suffira pas et il faudra aller plus loin. Cela demandera du courage et un vrai débat sur la place de la publicité pour des produits dont la toxicité est démontrée. Cette toxicité est démontrée en cas de consommation nocive et ce n'est pas moi, mais les experts qui le disent. Monsieur Thiéry, faut-il vous renvoyer vers les propos tenus par les différents intervenants, que ce soit des scientifiques, des représentants des universités, qui ont planché sur le sujet, ou encore les acteurs de la santé qui nous ont fait part d'une série de positions en la matière? Ces positions étaient beaucoup moins chèvre-choutistes que les vôtres aujourd'hui.

 

Chers collègues, nous n'allons évidemment pas refaire ici le débat qui a eu lieu en commission. Je voudrais, pour conclure, faire passer deux ou trois messages.

 

Le premier, vous l'avez bien compris, c'est que ce texte est bien trop frileux pour que nous puissions le soutenir. Nous nous abstiendrons. Je continuerai à mener ce combat, comme précédemment. J'ai d'ailleurs déposé en plénière une série d'amendements pour pousser plus loin cette résolution. Je pense avoir bien compris que la majorité en la matière ne bougera pas. Derrière votre frilosité et votre chèvre-choutisme, se trouve évidemment le puissant lobby des alcooliers. Je ne suis pas la seule à le dire. Les experts eux-mêmes le déclarent de façon très claire.

 

Monsieur le président, compte tenu de ces éléments, je me permettrai de disjoindre mes textes de cette proposition de résolution. En effet, Mme la ministre devrait tout de même faire aboutir ce projet, si son parti ne bloque pas ce plan national alcool comme cela a été le cas sous la précédente législature.

 

Pour conclure, je laisserai la parole aux experts, qui sont extrêmement nombreux à s'être exprimés. Je citerai ici le Dr Raymond Gueibe de la clinique Saint-Pierre à Ottignies, qui est alcoologue. Voilà ce qu'il dit: "Tant que des mesures drastiques et claires ne seront pas prises au niveau politique, ce ne seront toujours que des mesurettes." Chers collègues de la majorité, ce sont des mesurettes que vous avez prises et j'en suis terriblement désolée pour ceux qui aujourd'hui et demain seront directement touchés, concernés, malades, voire décéderont à cause de l'alcool.

 

Le président: Nous prenons acte du fait que vous avez décidé de… uw voorstel uit de lijst te halen.

 

17.16  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Monsieur le président, madame la ministre, nous traitons aujourd'hui d'un sujet important même si, socialement, culturellement, l'alcool a une place associée à la bonne humeur, à la fête, à un moment agréable qu'on est en train de passer. C'est sans doute là que réside la difficulté à travailler correctement sur ce sujet.

 

Ecolo-Groen – d'ailleurs personne je pense dans cette assemblée – ne soutient ni ne défend l'interdiction totale de la vente puisqu'on sait que ce sont des politiques qui amènent à la consommation clandestine et que c'est l'effet inverse qui est atteint. De là à ne pas prendre des mesures qui soient réellement de la régulation par le politique, de manière à ce que le politique prenne ses responsabilités pour éviter les risques au niveau des consommateurs, et particulièrement les consommateurs les plus fragilisés, il y a une marge. Il faut bien reconnaître que cette résolution est plus que décevante.

 

Elle est plus que décevante parce qu'elle ne permet pas au politique la possibilité d'assumer ses responsabilités et d'identifier clairement les conséquences de la consommation d'alcool qui justifient qu'il faille prendre des mesures. On parle de la consommation excessive, de la consommation problématique qui est la première cible des mesures et des politiques qu'il faut mener. Mais la consommation régulière et quotidienne d'alcool – 14 % de la population de plus de 15 ans consomme de l'alcool tous les jours –, si elle ne pose pas de problème au plan sociétal, pose un problème au plan de la santé au niveau des maladies cardiovasculaires, au niveau de l'obésité, au niveau du diabète, etc. L'intérêt pour la consommation d'alcool et l'intérêt d'informer les citoyens sur les conséquences d'une telle consommation sont aussi importants et devraient aussi apparaître dans cette résolution. On sait aussi qu'un pourcentage des personnes qui consomment régulièrement arrive à une consommation abusive et problématique d'alcool.

 

La presse a divulgué un chiffre intéressant ce matin, selon lequel les accises sur l'alcool rapportent 1,5 milliard à l'État, alors que les conséquences négatives de sa consommation en coûtent 4,2. Dès lors, nous ne devons pas craindre d'investir dans des politiques qui permettront de réduire cette consommation, puisque nous savons que la rentabilité financière pour l'État sera aussi positive que l'impact sur la santé de la population.

 

Quelles sont les mesures qui ne figurent pas dans cette proposition de résolution, mais qui auraient dû absolument s'y trouver? Il fallait y inclure des dispositions audacieuses en termes de limitation de la publicité relative à l'alcool. Quand il est consommé de manière régulière et inquiétante, il développe les effets d'une drogue. Certes, c'est une drogue qui est culturellement acceptée dans notre société, mais faire de la publicité pour l'alcool est problématique. Il est inimaginable qu'on autorise encore aujourd'hui la publicité pour le tabac. Or, pour l'alcool, c'est normal. Non seulement la publicité est diffusée directement au moyen de panneaux, d'affiches et de réductions de prix, mais de plus – ils sont doués! – on utilise le portrait d'un jeune ou d'une jeune leader avec une bande qui s'amuse autour, de sorte que l'envie de consommer est suscitée tout comme celle de suivre celui qui consomme. Ce sont des mécanismes qui servent à augmenter la consommation à risque, alors que nous souhaitons la diminuer.

 

Le cas du sponsoring a été cité précédemment avec l'exemple d'une annonce publicitaire destinée aux jeunes, leur promettant un voyage au cours duquel ils pourront consommer à gogo et à des prix défiant toute concurrence. En outre, il est devenu habituel de sponsoriser des événements sportifs. J'admets qu'il est gai de boire une bonne bière en regardant un match. Néanmoins, est-il normal, alors que nous travaillons sur la diminution de la consommation d'alcool, que tous les championnats de football et d'autres événements soient systématiquement sponsorisés par un producteur de bière?

 

Le 20 juin, en tant que parlementaires, nous avons reçu – sans doute pour éviter que notre proposition de résolution ne soit trop sévère – une lettre d'information d'InBev reprenant tous les événements qu'ils sponsorisent. Ils nous expliquent qu'ils ont des politiques intéressantes visant à informer les gens qu'il faut consommer de manière responsable. C'est bien de le dire mais leur métier, c'est aussi de produire et de vendre. Je ne peux le leur reprocher. Ils tiennent aussi des discours disant que la Leffe éveille les sens. C'est, selon eux, une belle manière de nous montrer qu'ils soutiennent les productions locales et l'emploi. Enfin, ils soulignent le fait qu'ils font des spots publicitaires encourageant à recourir au "Bob". Ce n'est pas le rôle d'un producteur d'alcool que de faire de telles campagnes publicitaires, avec mention de leur marque, car c'est une manière indirecte d'inciter à la consommation.

 

En tant que politiques, nous participons parfois à cette publicité. Rappelez-vous, en 2014 ou 2015, à l'occasion de la Journée des femmes, la secrétaire d'État, Mme Sleurs, et la ministre, Mme Galant, nous invitaient à boire une bonne bière. Sans doute ont-elles voulu insister sur le fait qu'il ne faut pas associer la bière uniquement aux hommes. Mais est-ce vraiment là un message à envoyer par deux ministres du gouvernement fédéral que de dire: la chose à faire, l'action symbolique de la Journée des femmes est de boire de la bière ou de l'alcool? Dans les publicités ou les folders envoyés par InBeV, le premier ministre joue au golf avec le responsable d'InBeV. Ces messages ne sont pas cohérents avec une politique de précaution, de prévention et qui marque une volonté de diminuer la consommation d'alcool.

 

Pour ce qui est de la convention, les accords passés et l'autorégulation, je pense que ce mécanisme a montré ses limites non seulement au vu des exemples que je viens de citer mais aussi parce que, tant qu'on laisse le producteur jouer un rôle de limitateur de consommation, il ne peut y avoir que des incohérences. De fait, le partenaire de la convention étant producteur et distributeur d'alcool, celui-ci doit trouver son intérêt. L'acteur politique refusera dès lors d'utiliser les portes d'entrée et les outils à sa disposition. Arrêtons ce cirque! Si on veut diminuer la consommation, il faut prendre des mesures, légaliser, dire ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas, limitant ainsi les occasions et les possibilités de consommation problématique.

 

Parmi ces limitations de consommation, il est regrettable que ne figure pas dans le texte l'absence de vente d'alcool dans les magasins le long des autoroutes. Là aussi, il est important d'avoir un discours cohérent. Si on dit qu'on ne boit pas en conduisant, alors on ne vend pas de la bière dans un magasin situé le long de la route. Je suis sûre que les gens qui ont besoin d'une bouteille à un moment donné, s'ils savent qu'ils ne peuvent pas en acheter le long de l'autoroute, prendront leurs précautions et iront l'acheter ailleurs, pendant les heures d'ouverture des magasins. Arrêtons de dire qu'il faut que chacun puisse acheter une bouteille d'alcool chaque fois qu'il en a envie! Le message que l'on veut envoyer doit être cohérent et clair.

 

Il en va évidemment de même si on veut éviter des consommations rapides et intenses à certains moments dans certains quartiers. Il faut pouvoir agir sur la limitation de la vente des boissons et de leur accès dans les night- shops et aux distributeurs. Il faut que dans les magasins soit clairement respectée la séparation nette entre les boissons alcoolisées et les boissons soft et surtout les boissons sucrées avec un faible taux d'alcool car c'est ainsi que les alcooliers appâtent la jeunesse dès le plus jeune âge.

 

Comme éléments manquants dans cette résolution, notons encore l'information sur l'étiquetage ou l'accent à mettre sur les publics cibles. Je ne comprends pas, monsieur Thiéry, la volonté absolue que vous avez montrée de ne jamais dire que des publics cibles nécessitent des mesures spécifiques. Vous dites ne pas vouloir stigmatiser certaines catégories de la population. Il ne s'agit pas de stigmatiser; il s'agit, en tant que politiques, en tant que parlementaires, dans le message que nous donnons à notre ministre de la Santé, à notre ministre de l'Économie ou à notre ministre des entités fédérées, de dire qu'ils doivent prendre des mesures concernant toute la population mais en prenant en compte des populations plus fragiles comme les jeunes ou les femmes enceintes, en termes d'information et de mesures. Cet aspect est absent et a été retiré de la résolution. Il a été refusé par le rejet des amendements que nous avons déposés relatifs au texte final.

 

Autrement dit, évidemment, comme l'a déjà dit Anne Dedry, notre groupe s'abstiendra. Il était temps d'avoir un texte, même minimaliste, qui permette au parlement d'envoyer un message à notre ministre pour ses travaux avec les entités fédérées, mais aussi dans les compétences fédérales, mais tous les manquements que je viens de citer nous empêchent de le soutenir. Ils traduisent un manque d'ambition et de croyance dans le pouvoir des acteurs politiques face à des acteurs économiques qui, il est vrai, créent de l'emploi et de l'activité, mais peuvent aussi changer de nom et vendre d'autres produits si jamais la consommation d'alcool diminue. Les travaux en commission ont raté cette occasion.

 

17.17 Minister Maggie De Block: Mijnheer de voorzitter, ik zal het kort houden. Ik dank de leden van de commissie voor de Volksgezondheid voor deze resolutie. Daarmee is het onderwerp van problematisch alcoholgebruik opnieuw op de agenda van deze plenaire vergadering gezet.

 

Problematisch alcoholgebruik aanpakken is zeker nodig in ons land want de nefaste gevolgen ervan voor de gezondheid en voor de maatschappij zijn zeer groot.

 

Comme mon représentant l'a dit lors de la Conférence interministérielle de la Santé publique, la cellule générale drogue a défini ce dossier comme une priorité. Un groupe de travail a été mis sur pied. Il comprend les représentants des ministres en charge de la Mobilité, du Travail, de la Santé publique ainsi que les ministres compétents des entités fédérées.

 

Zoals al meermaals gezegd tijdens de vragen in de commissie, is het de bedoeling om uiterlijk in oktober 2016 een alomvattende strategie inzake het problematisch alcoholgebruik voor te stellen. Alle in de voorstellen beoogde aspecten maken deel uit van de lopende besprekingen, net zoals de ondersteunende studies van het Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg. Voorts wordt nog bijzondere aandacht besteed aan de geestelijke gezondheidszorg en aan de problematiek bij de spoeddiensten.

 

Dit probleem wordt dus echt ernstig genomen door de diensten van Volksgezondheid.

 

De voorzitter: Vraagt nog iemand het woord? (Nee)

Quelqu'un demande-t-il encore la parole? (Non)

 

De bespreking is gesloten.

La discussion est close.

 

*  *  *  *  *

Ingediende amendementen:

Amendements déposés:

Considérant/Considerans J(n)

  • 42 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Considérant/Considerans K(n)

  • 43 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Considérant/Considerans L(n)

  • 44 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 1

  • 29 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Punt 1.1(n)

  • 45 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 2

   • 30 – Catherine Fonck (406/8)

   • 55 – Véronique Caprasse (406/9)

   • 46 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 3

  • 30 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 4

  • 31 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Punt 4/1(n)

  • 47 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 5

  • 32 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 6

  • 32 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Punt 6/1(n)

  • 48 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 7

  • 32 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Punt 8.d(n)

  • 49 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 9

  • 31 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 10

  • 33 – Catherine Fonck (406/8)

  • 54 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Verzoek 10/1(n)

  • 34 – Catherine Fonck (406/8)

  • 35 – Catherine Fonck (406/8)

  • 36 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 10/2(n)

  • 37 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 10/3(n)

  • 38 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 10/4(n)

  • 39 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 10/5(n)

  • 40 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Verzoek 10/6(n)

  • 41 – Catherine Fonck (406/8)

Point/Punt 12(n)

  • 50 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Punt 13(n)

  • 51 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Punt 14(n)

  • 52 – Karin Jiroflée cs (406/9)

Point/Punt 15(n)

  • 53 – Karin Jiroflée cs (406/9)

*  *  *  *  *

 

De stemming over de amendementen wordt aangehouden.

Le vote sur les amendements est réservé.

 

De stemming over de aangehouden amendementen en over het geheel van het voorstel zal later plaatsvinden.

Le vote sur les amendements réservés et sur l’ensemble de la proposition aura lieu ultérieurement.

 

18 Wetsontwerp houdende wijziging van de wet van 26 mei 2002 betreffende het recht op maatschappelijke integratie (1864/1-9)

18 Projet de loi modifiant la loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l'intégration sociale (1864/1-9)

 

Algemene bespreking

Discussion générale

 

De algemene bespreking is geopend.

La discussion générale est ouverte.

 

18.01  Valerie Van Peel, rapporteur: Mijnheer de voorzitter, aangezien ik er ten zeerste van overtuigd ben dat mijn zeer gewaardeerde collega’s hun betogen van in de commissie hier uitgebreid zullen willen overdoen, verwijs ik naar het schriftelijk verslag.

 

18.02  Benoît Piedboeuf, rapporteur: Monsieur le président, comme j'ai envie de rentrer ce soir, je dis la même chose que ma collègue. Sinon, nous serons encore là demain matin.

 

Le président: L'assemblée vous remercie.

 

18.03  Valerie Van Peel (N-VA): Mijnheer de voorzitter, collega’s, mijnheer de minister, laat mij u in de eerste plaats feliciteren met dit ontwerp waarmee u voor ons een zeer belangrijk punt in het regeerakkoord waarmaakt, met name een contract op maat van iedere nieuwe leeflooncliënt, met de mogelijkheid om gemeenschapsdienst als vereiste daarin op te nemen en met aandacht voor ondersteuning van de OCMW’s bij het implementeren ervan.

 

Hiermee zet deze regering een belangrijke stap naar een betere begeleiding van alle OCMW-cliënten. Tot nu toe was een dergelijk contract immers enkel van toepassing bij min 25-jarigen maar daar komt nu verandering in. Dankzij deze uitbreiding kunnen onze OCMW’s nog meer op maat werken en op die manier hun cliënten aanzetten tot meer zelfredzaamheid, werk en integratie in de maatschappij, wat zonder meer een goede zaak is.

 

Collega’s, laten wij over één zaak meteen heel duidelijk zijn. De kans bestaat immers dat u straks nog andere zaken of invalshoeken zult horen. Inzetten op responsabilisering, inzetten op het beste halen uit elke mens, en voor iedereen tot doel stellen zich zoveel mogelijk te integreren in onze maatschappij, dat zijn allesbehalve asociale doelstellingen. Meer nog, het is niets minder dan onze plicht. Het is de plicht van elk OCMW. Dat is waar dit ontwerp om draait.

 

Ook zij voor wie de toeleiding naar werk een onhaalbare kaart is, mogen wij niet loslaten. In de marge vermeld, daarom werkt deze regering op twee sporen en zet zij, behalve op jobcreatie, ook in op een stapsgewijze verhoging van het leefloon, dit jaar alleen al tot zowat 800 euro per jaar meer voor een gezinshoofd en 600 euro voor een alleenstaande.

 

De stapsgewijze verhoging van het leefloon in de richting van de Europese armoedegrens stond prominent in het N-VA-verkiezingsprogramma. Wij zijn er vandaag nog niet, maar ondanks de budgettair moeilijke tijden hebben wij op dat vlak al belangrijke stappen gezet en dit — ik kan het niet laten er even op te wijzen — in tegenstelling tot de vorige regering. Die regering was samengesteld uit andere politieke partijen die dat wel graag verkondigen, maar die daar tijdens de vorige legislatuur zeer weinig aan gedaan hebben, waardoor de kloof die door de huidige regering moet worden gedicht, zeer groot is geworden. Dit even terzijde, al bewijst het wel dat de huidige regering op een breed kader inzet en zich niet op bepaalde fetisjen blindstaart, zoals sommigen graag beweren.

 

Ik komt terug tot het voorliggend ontwerp. Collega’s, nog maar twee weken geleden bleek uit een onderzoek dat in Wallonië één kind op vijf opgroeit in een gezin zonder werk. In Brussel is die verhouding één op vier en in Vlaanderen één op vijftien.

 

Dat zijn cijfers die doen nadenken, of dat toch zouden moeten. Nooit was het gevaar voor generatiearmoede zo groot. Het is dus meer dan ooit het moment om ambitieus te zijn in de begeleiding van de OCMW's.

 

Dat is waar dit ontwerp om draait. Het GPMI is namelijk een contract met het OCMW dat toelaat om leefloners op maat te begeleiden en op te volgen, maar dat hen ook responsabiliseert met het oog op hun sociale en professionele re-integratie.

 

Het GPMI houdt in dat er voorwaarden worden verbonden aan het leefloon, voorwaarden die het OCMW en de cliënt binden en wederzijdse verplichtingen inhouden, maar vooral een kader scheppen voor een betere toekomst, een kader dat niemand loslaat.

 

Het doel van een begeleiding is om via duidelijke acties stappen te zetten, zodat de cliënt geleidelijk aan zelfstandiger wordt en volwaardig kan deelnemen aan de samenleving. Het is een contract met rechten en plichten, maar het dient slechts een doel: de cliënt nauwgezet begeleiden naar een zo goed mogelijke integratie.

 

Het staat vast dat dit, zeker in een eerste fase, extra inzet zal vragen van de OCMW's. Daarom is het van essentieel belang dat deze regering en de minister hiermee rekening houden en dat daaraan ook in de betoelaging aandacht wordt besteed.

 

De federale overheid zal namelijk gedurende de looptijd van het GPMI tot maximum een jaar een verhoging geven van het terugbetalingspercentage van het leefloon met 10%. Dat is nodig. Dat weet elk OCMW. Het is goed dat het dan ook meteen gebeurt.

 

Het is al vaker gezegd, activering is en blijft de beste hefboom om de vicieuze cirkel van armoede te doorbreken. Door de uitbreiding van het GPMI maken wij het mogelijk om de OCMW-gerechtigden op grote schaal actief te begeleiden naar zelfstandigheid, zelfredzaamheid en maatschappelijke integratie.

 

Het uiteindelijke doel blijft, indien mogelijk, de inschakeling in de arbeidsmarkt. Mijnheer de minister, daarom juichen wij toe dat u in dit ontwerp meteen ook de gemeenschapsdienst mogelijk hebt gemaakt.

 

Een van de belangrijkste voorwaarden om een leefloon te krijgen, is het aantonen van de werkbereidheid. Het is dan ook goed dat deze regering de gemeenschapsdienst erkent als een van de mogelijkheden voor een cliënt om zijn werkbereidheid aan te tonen.

 

Dat wie kan, moet bijdragen, is geen holle slogan die verder niemand dient. Het is essentieel voor het voortbestaan van een systeem, waar we toch allemaal achter staan. Bovendien is het een instrument dat in de eerste plaats de cliënt zelf ten goede komt.

 

Het is namelijk niet voor iedereen mogelijk om meteen richting arbeidsmarkt te evolueren. Zelfs een sociale tewerkstelling kan voor sommige leeflooncliënten een stap te ver zijn. Er zijn tal van redenen en situaties te bedenken waar gemeenschapsdienst als een weg naar integratie en tewerkstelling kan worden gebruikt.

 

Daarom is het belangrijk dat deze gemeenschapsdienst gericht is op een toekomstige bezoldigde tewerkstelling en de beschikbaarheid voor de arbeidsmarkt niet mag belemmeren.

 

Door dit mogelijk te maken, krijgen de OCMW’s een nieuw instrument om hun cliënten te activeren en te reïntegreren in de arbeidsmarkt. De gemeenschapsdienst is op vrijwillige basis gestoeld, dat staat zeer duidelijk in het ontwerp maar het is even duidelijk dat eenmaal het engagement is genomen, het respecteren ervan verplicht is geworden. Dat is goed, want als er afspraken worden gemaakt, moeten die ook duidelijk zijn. Indien men ervoor in aanmerking komt, maar men er niet voor kiest, zal vanzelfsprekend de werkbereidheid op andere manieren moeten worden aangetoond.

 

Sommige collega’s zullen meteen ongetwijfeld proberen om dit nieuwe instrument te kaderen als een pestmaatregel. Ik heb dat in de commissie, gok ik, ongeveer 176 keer gehoord. Laat mij duidelijk zijn, dat is het geenszins. Voor wie een sociale tewerkstelling nog onhaalbaar is, kan gemeenschapsdienst helpen om het gevoel van eigenwaarde te versterken, sociale contacten uit te breiden en weer richting arbeidsmarkt te evolueren. Mensen in armoede beschikken vaak over een zeer beperkt sociaal weefsel. Armoede en isolement gaan, spijtig genoeg, vaak hand in hand. Activering naar werk of maatschappelijke activering is kansen scheppen, sociale vaardigheden en contacten verbeteren, en daar draait het om. Dat moet ook het doel zijn.

 

Het is een verhaal van rechten en plichten, waarbij zoveel mogelijk rekening wordt gehouden met de competenties en interesses van de cliënten, waarbij maatwerk absoluut mogelijk is. Gemeenschapstaken zijn dus geen straf, maar een werkmethode om ervaring op te doen. Het kan het vertrouwen van betrokkene versterken en helpen tegen sociaal isolement. Dit mag zeker niet in de plaats komen van regulier werk, maar voor de cliënten voor wie een stap naar de arbeidsmarkt altijd te hoog gegrepen zal zijn, kan het wat ons betreft toch een blijvend instrument zijn om het sociaal isolement te doorbreken en om bij te dragen aan deze maatschappij.

 

Het is dus geen geheim, collega’s, dat onze fractie zonder meer een voorstander is van de uitbreiding van het GPMI-traject en wij hopen daarom dat er zo snel mogelijk werk wordt gemaakt van het KB dat bepaalt aan welke minimumvoorwaarden en –modaliteiten deze GPMI-contracten moeten voldoen.

 

Hier stopt het natuurlijk niet. Wij zullen erover moeten waken dat het GPMI in zijn nieuwe vorm geen louter administratieve verzwaring voor de diensten van het OCMW zal worden, of erger nog — en dat was de angst die mij bekroop tijdens de commissiebespreking — door sommige OCMW’s enkel als een administratieve verplichting zal behandeld worden. Dat een OCMW op maat van de cliënt kan werken, is zonder twijfel de sterkte van een OCMW. Men mag op maat werken niet verwarren met op een volledig andere manier werken. Het is belangrijk dat een cliënt, eender waar hij woont of bij welk OCMW hij aanklopt, zekerheid heeft over wat hij kan verwachten. Daarom ook vind ik het belangrijk dat de modaliteiten van dit GPMI zeer duidelijk en breed worden uitgewerkt.

 

Ten slotte, wil ik nog iets zeggen over de billijkheidsredenen die door OCMW’s zullen kunnen worden ingeroepen om toch geen GPMI op te stellen. Voor zeer uitzonderlijke gevallen, mijnheer de minister, moet dat inderdaad mogelijk zijn, maar wij moeten er wel over waken — dat zal ik in de commissie alleszins ook doen — dat het uitzonderlijk blijft. Een GPMI kan zich in principe richten tot alle profielen van cliënten met een leefloon. Het leefloon kan voor heel wat mensen een kans zijn. Het kan ook een instrument zijn om systematisch met hen aan de slag te gaan. Ook voor wie niet in aanmerking komt voor een job, kan een GPMI helpen in de begeleiding naar een vorming of om in te zetten op een zo breed mogelijke sociale integratie.

 

Ik hoop bijvoorbeeld niet dat, zoals vandaag veelal het geval is als het op het aantonen van werkbereidheid aankomt, sommige OCMW’s consequent billijkheidsredenen zullen inroepen, bijvoorbeeld bij cliënten met een verslaving. Ik hoop dat dezelfde soort billijkheidsredenen niet zullen worden ingeroepen voor het GPMI, want niets is asocialer dan die mensen zomaar los te laten en van hen verder niets meer te verwachten. Net ook voor die groep kan het GPMI volgens mij een zeer nuttig instrument zijn om hen meer te begeleiden naar een behandeling in plaats van hen zonder meer en zonder veel hoop verder te sussen met een uitkering. Geen GPMI opmaken voor een cliënt moet met andere woorden de uitzondering en niet de regel worden.

 

Wat hier voorligt, krijgt van onze fractie de absolute steun en doet ons hopen dat de cijfers van het aantal kinderen dat opgroeit in een gezin zonder werk, waarmee ik ben begonnen, in de toekomst sterk zullen verbeteren, zodat wij mede hiermee de negatieve spiraal van generatiearmoede kunnen doorbreken, want dat is vooruitgang, dat is de verandering die wij nodig hebben en dat is wat volgens mij ‘sociaal zijn’ betekent.

 

18.04  Éric Massin (PS): Monsieur le président, chers collègues, je commencerai pas rappeler un élément fondamental dans la matière du droit à l'intégration sociale (DIS).

 

Le revenu d'intégration sociale (le RIS) est le dernier filet de protection sociale, le dernier filet de sécurité dans notre pays. Dans notre modèle social, celui qui existe encore à l'heure actuelle, ce filet évite aux gens de sombrer dans la pauvreté. Et si, aujourd'hui, l'ensemble des organisations internationales et des études établissent que la Belgique compte un nombre relativement important de pauvres mais peu en état de pauvreté extrême, c'est justement grâce à ce filet. Et s'il y a eu de la résistance lors des crises économiques que nous vivons, plus particulièrement celle de 2008, c'est grâce au RIS. C'est cet élément fondamental qui doit guider notre réflexion lorsqu'on veut toucher au DIS quelle que soit la manière.

 

Je tiens à le réaffirmer, pour le groupe PS, ce droit doit rester un droit inconditionnel et ce, au nom du respect de la dignité humaine.

 

Aujourd'hui, ce projet touche, de manière brutale, à la loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l'intégration sociale – j'apprécie que son auteur se trouve aujourd'hui dans la salle. Ce projet fait de ce droit fondamental un droit fortement conditionné, soumis à des contrôles. Je reviendrai ultérieurement sur un élément des travaux préparatoires. Même si des sanctions existaient dans la loi de 2002, il m'apparaît que ce projet va dans le sens d'une systématisation des sanctions.

 

Les associations de défense des allocataires sociaux, les associations de lutte contre la pauvreté, les fédérations de CPAS, que ce soit en Flandre, en Wallonie, à Bruxelles, les auteurs de l'étude que vous-même, monsieur le ministre, avez commanditée au SPP Intégration sociale, toutes et tous ont dénoncé à leur manière quelquefois virulente la réforme que vous nous soumettez aujourd'hui. Et, me semble-t-il, ils ont tout à fait raison de le faire.

 

En commission, dans le cadre des débats, nous espérions d'ailleurs que des réponses seraient apportées à leurs interrogations, à leurs inquiétudes. Il faut souligner que des discussions avec les fédérations de CPAS se sont poursuivies en parallèle, comme nous l'avons évoqué en commission. Pourtant, hormis quelques petites précisions appréciables, je le reconnais, mais non traduites dans la loi, vous n'avez accepté aucune ouverture, aucun amendement. Vous comprendrez, dès lors, que mon groupe ne peut infléchir sa position par rapport à ce projet.

 

Monsieur le ministre, dire que vous souhaitez généraliser le Plan individualisé d'intégration sociale (PIIS), parce que l'activation est le meilleur levier pour sortir de la pauvreté est complètement faux. Non, investir uniquement dans l'activation n'est pas la solution, car vous savez très bien que celle-ci sera impossible, voire inefficace chez certaines catégories de personnes.

 

Vous dites que vous avez pris cette réforme pour permettre plus de solidarité, de responsabilisation et une activation positive des bénéficiaires. Mais je continue à penser qu'au-delà de ces belles paroles tenues en conférence de presse et ensuite en commission, ce que vous voulez tout simplement c'est montrer que ces personnes ne méritent pas l'aide que nous devons leur accorder.

 

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit! Oui, nous sommes favorables à l'activation lorsqu'elle est possible. Oui, nous soutenons l'utilisation du PIIS, y compris pour les plus de 25 ans, quand c'est possible. Car oui, dans certains cas, celui-ci doit pouvoir être étendu. De là à le généraliser, à le rendre obligatoire pour tous les bénéficiaires, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

 

Je tiens à vous rappeler que, dans votre note de politique générale que vous êtes venu présenter en commission de la Santé publique de la Chambre, vous parliez uniquement d'élargir l'utilisation du PIIS.

 

À cet égard, malgré les interrogations en commission, je ne sais toujours pas qui vous a fait changer d'avis. Je ne dis pas "pourquoi vous avez changé d'avis", mais plutôt "qui vous a fait changer d'avis".

 

Comme j'ai déjà eu l'occasion de vous le dire, ce gouvernement continue à méconnaître ce qu'est réellement la pauvreté. Celle-ci est multidimensionnelle, multifactorielle. Ses conséquences sur la personne peuvent être d'ordres divers. Non, une personne pauvre n'est pas seulement une personne qui ne veut pas travailler. Non, une personne qui bénéficie du revenu d'intégration sociale n'est pas seulement une personne qui se complaît dans sa situation. Le plus souvent, il s'agit d'une personne qui ne peut pas travailler, d'une personne qui est sous l'emprise de la drogue ou de l'alcool, d'une personne qui souffre de dépression, ou qui est analphabète, ou qui est inactive parce qu'elle n'a pas trouvé d'emploi. Très souvent, une personne en situation de pauvreté cumule ces facteurs de fragilisation.

 

Contractualiser sa relation avec le CPAS en conditionnant son revenu d'intégration à une série d'obligations afin de permettre, comme vous le dites, "son activation", n'est pas la solution adaptée à bon nombre de ces personnes et à leurs véritables besoins. Il est de notre devoir d'en tenir compte pour ne laisser personne au bord du chemin. Mais ce n'est manifestement pas votre ambition, contrairement d'ailleurs à ce que vous prétendiez dans votre déclaration de gouvernement.

 

Pour rappel, vous annonciez vouloir diminuer d'ici 2020 – il reste quatre ans – comme le prévoyait alors le programme national de réforme à la Commission européenne, de 380 000 le nombre de personnes confrontées à un risque de pauvreté ou d'exclusion sociale. Ce nombre doit, comme vous le savez, être revu à la hausse depuis lors.

 

Les mesures que vous prenez avec vos collègues du gouvernement, semaine après semaine, montrent bien que vous ne faites pas de la lutte contre la pauvreté une priorité. La seule chose que vous faites, c'est rendre les pauvres coupables d'être pauvres. À cet égard, on attend toujours le plan du gouvernement de lutte contre la pauvreté.

 

Votre projet visant l'extension du PIIS et son mode de sanction est dans la droite ligne de ce que je viens de décrire, à savoir, humilier des personnes qui se trouvent déjà en situation précaire. À travers celui-ci, vous opposez tout simplement une indifférence à la détresse sociale. Frapper à la porte d'un CPAS n'est pas un acte facile. Penser et induire l'idée dans la population que ceux qui le font finissent par se complaire dans cette situation est indéfendable.

 

Croyez-vous vraiment qu'ils puissent apprécier leur situation et qu'ils ne font aucun effort pour s'en sortir? Vous connaissez les montants mais je me permettrai néanmoins de les rappeler. Aujourd'hui, le revenu d'intégration sociale s'élève à 566,92 euros par mois pour un cohabitant, à 850,39 euros pour une personne isolée et à 1 133,85 euros pour une personne ayant une famille à sa charge. Croyez-vous vraiment que ces personnes, au regard de ces éléments, se complaisent dans leur situation? Des efforts ont été récemment consentis pour augmenter le revenu d'intégration sociale, je le reconnais. Une augmentation a été faite, un effort a été consenti, me semble-t-il, dans la continuité du précédent gouvernement.

 

18.05  Damien Thiéry (MR): Monsieur Massin, je signale que depuis le mois de juin, les chiffres que vous avez donnés ont encore changé puisqu'on n'est plus à 566 euros mais à 578 pour le cohabitant, à 867 euros pour une personne isolée et à 1 156 euros pour le chef de famille.

 

Je vais vous laisser parler. Je garde un certain nombre d'éléments pour mon intervention. Cependant, je rappelle que le revenu d'intégration a quand même augmenté de 6 % en moins d'un an, ce qui est un plus. Quand je regarde la différence entre le 1er septembre 2013 et juin 2016, pour un cohabitant, on est à plus de 400 euros par an, pour une personne isolée à plus de 600 euros par an et pour un chef de famille à plus de 800 euros par an.

 

Quand on donne des chiffres – et on en a discuté en commission –, il est intéressant aussi de les donner dans leur entièreté.

 

18.06  Evita Willaert (Ecolo-Groen): Ik wil de heer Thiéry eraan herinneren dat er in hele deze discussie altijd iets belangrijks vergeten wordt. Er zijn stappen vooruit gezet, daar kan niemand tegen zijn, integendeel. Wel wordt altijd vergeten dat de armoedegrens zelf ook opschuift. Als men eerlijk wil zijn, moet dat telkens in rekenschap worden genomen.

 

18.07  Catherine Fonck (cdH): Vous savez, nous pouvons discuter de quelques euros supplémentaires mais il y a quand même une évidence: les montants du RIS sont peu élevés. Vivre avec de tels montants, que l'on soit personne isolée ou chef de famille, c'est extrêmement difficile.

 

Parce que ces montants sont si peu élevés et parce que les bénéficiaires du CPAS vivent grâce à un dernier filet social, nous sommes favorables à ce qu'ils puissent bénéficier d'un accompagnement pour sortir de ces situations de précarité et retrouver le chemin d'une réintégration sociale complète et d'une réintégration professionnelle. Reconnaissons qu'avoir un travail et un salaire digne de ce nom, en comparaison des montants que nous venons d'évoquer, c'est le meilleur airbag possible pour permettre aux individus de vivre dans la dignité.

 

18.08  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le président, je veux intervenir sur ce chiffre de 6 % que la majorité nous répète régulièrement. Dans ces 6 %, il y a 2 % d'augmentation de l'indice-pivot. Ce n'est pas une augmentation du revenu, mais simplement une adaptation au coût de la vie. Il faut aussi retirer 2 % de saut d'index, de non-adaptation à l'évolution des prix. Il reste 2 % sur ces 6 %, avec lesquels il faut payer toutes les augmentations de TVA, de taxes indirectes, d'électricité etc. Donc vos 6 % deviennent 2 %, qui à mon avis deviennent finalement inférieurs à zéro.

 

18.09  Valerie Van Peel (N-VA): Dat is compleet onjuist; ik heb zelfs geen zin om het volledig onderuit te halen. Het is 6 % gestegen. U zegt dat het de indexering heeft overgeslagen, dat is nu net niet waar. De indexsprong is net voor de uitkeringen niet genomen en er is toen ook 2 % bijgekomen. Aangezien de armoedegrens wordt afgerekend op het mediaan inkomen is dat echt wel een stijging van 6 %

 

Het gaat hier over een ontwerp inzake het GPMI. Deze regering doet meer dan het uitbreiden van het GPMI en ik ben blij dat u dit allemaal nog eens in the picture wil zetten. De heer Massin bracht het als eerste aan. Wat ik vooral weet is dat tijdens de regering-Di Rupo, toch uw partij mijnheer Massin, er 0 % stijging was. Nu spreken over een kloof die u zelf al die jaren hebt gecreëerd en nu op een regering schieten die er eindelijk iets aan doet, is zeer twijfelachtig.

 

Laat ons vooral over het GPMI praten. U bent zelf OCMW-voorzitter. Het gaat mij zeer na aan het hart dat u als OCMW-voorzitter het GPMI blijft omschrijven als een straf, terwijl het net een manier is om een cliënt te helpen, om hem op maat te begeleiden. Daardoor krijgen wij dat soort cijfers dat in Wallonië een op vijf opgroeit in gezinnen zonder werk en dat het in Vlaanderen ook nog te veel is, maar wel maar 1 op 15. Dat is door een dergelijke mentaliteit. Ik zou graag hebben dat u dat om te beginnen al eens aanpakt.

 

18.10  Éric Massin (PS): Je me demandais si une question m'était vraiment posée. Chacun y va de son petit commentaire et je l'entends bien.

 

Monsieur Thiéry, je ne suis pas entré dans ce débat-là. J'ai même reconnu le fait que le gouvernement avait fait un effort; j'ai dit que c'était une continuité par rapport à ce qui avait été fait sous le précédent gouvernement, auquel vous participiez aussi, d'ailleurs.

 

Quand vous entrez dans ce débat, que vous laissez sous-entendre que vous avez fait des efforts gigantesques et que ces personnes seraient malvenues de venir se plaindre, vous oubliez que vous avez fait passer la TVA sur l'électricité de 6 à 21 % et que ces gens doivent quand même se chauffer et s'éclairer. Cette augmentation de 6 % est largement "bouffée" par toutes les augmentations des impôts indirects que vous avez faites. Il faut aussi voir la réalité en face. Vous me permettrez de dire que votre intervention tombe un petit peu à plat.

 

Nous parlons des bénéficiaires du RIS dans le cadre d'un PIIS. Le fait de leur imposer de contractualiser leur relation avec les CPAS et conditionner l'aide apportée à cette contractualisation est incompréhensible quand on connaît la réalité de terrain. Je suis président de CPAS et je connais la réalité de terrain, surtout quand on voit la situation intenable de ces personnes qui se trouvent dans la pauvreté.

 

Le fait de signer un contrat, c'est de cela qu'il s'agit, suppose normalement que chacune des parties puisse en négocier les conditions. Mais ces personnes qui frappent aux portes des CPAS et qui sont dans les situations que je vous ai expliquées auparavant, avec de multiples problèmes, ne sont pas en mesure de négocier le contrat qui va leur être imposé. C'est ce qu'ont dit les auteurs de l'étude que vous avez commandée au SPP Intégration sociale. Ils estiment qu'il y a une absence d'équilibre dans le pouvoir de négociation entre l'usager et le CPAS et que rien dans le projet ne va dans le sens d'un rééquilibrage.

 

Savez-vous comment on appelle ce genre de contrat? Un pacte léonin. Or le pacte léonin est normalement interdit par le Code civil. Qu'en est-il d'une sanction en cas de non-respect? Le contrat étant devenu obligatoire, il y aura sanction.

 

Vous me direz certainement qu'elle peut être modulée, ce qui n'était pas le cas auparavant. Vous permettez cette modulation mais sanction, il y aura. Cela peut être véritablement dramatique pour ces personnes et ce n'est pas ainsi que vous les sortirez de la pauvreté ni les réintégrerez dans la société. Au contraire, la seule chose que vous parviendrez à faire, c'est renforcer leur dépendance en les contrôlant toujours plus.

 

Ces sanctions tendront indéniablement à devenir obligatoires à l'avenir. Or vous savez comme moi qu'il y a des pratiques totalement différentes entre les CPAS. Il n'y a pas d'uniformité. Ce n'est pas facile mais essayez un instant d'imaginer une personne vulnérable en situation de pauvreté, à laquelle vous retirez ne fût-ce qu'un mois de son revenu d'intégration. Que pensez-vous qu'elle va devenir? Qu'adviendra-t-il de sa famille? Elle ira vivre sous les ponts et recourra à la mendicité. La réduire à cet état de misère la plus totale, c'est inacceptable.

 

Un des auteurs de l'étude … 

 

18.11  Willy Borsus, ministre: Ce passage relatif aux sanctions dans le texte d'aujourd'hui est identique à celui que votre formation politique a approuvé. Avant la loi, ce chapitre relatif aux sanctions existait. Les sanctions n'ont pas été alourdies. Vous avez approuvé le texte dans sa version actuelle. Ne m'en faites pas la critique aujourd'hui.

 

18.12  Éric Massin (PS): Monsieur le ministre, vous êtes extraordinaire. Vous faites des pirouettes. Vous êtes magnifique. Avec votre air doucereux, vous faites des pirouettes comme celle-là.

 

Je vous dis que les CPAS vont tomber dans l'arbitraire par rapport à ces sanctions. Cela existe déjà. C'est pointé dans le cadre de l'étude. Vous renforcerez encore cette possibilité avec des sanctions particulièrement dures. En rendant le PIIS obligatoire et non pas facultatif et en supprimant un mois de revenu d'intégration à ces personnes, vous les réduirez à la misère la plus totale.

 

Et il est effectivement obligatoire aujourd'hui pour les moins de 25 ans. Un des auteurs de l'étude commanditée par le SPP Intégration sociale dit d'ailleurs à ce propos qu'une extension éventuelle du PIIS à des fins d'activation sociale doit être indépendante ou découplée du revenu d'intégration et de la possibilité de sanctions financières qui seraient éthiquement peu défendables et contre-productives. Même ça, vous ne l'avez pas fait.

 

Je continue. L'étude stipule que si le PIIS devient une condition de l'octroi du revenu d'intégration - ce qui sera le cas - il risque de se transformer en instrument de précarisation et d'exclusion de ce qui constitue, dans notre système, le dernier filet de la sécurité sociale. Comme l'a dit Mme Fonck, les personnes en situation de pauvreté ont non seulement besoin de moyens financiers, mais aussi d'écoute et d'accompagnement. Votre conception des choses en est très éloignée. Cette obligation supplémentaire ne fera qu'accentuer le non-recours au droit, qui est déjà si important en matière d'accès à l'aide sociale.

 

Penser que l'activation est le meilleur levier pour lutter contre la pauvreté est une chimère. C'est un levier important, mais ce n'est pas le seul. Ce n'est pas non plus le premier à devoir être utilisé dans certains cas. Ecoutez les travailleurs sociaux! Ils sont là pour vous l'expliquer. Ils l'ont d'ailleurs fait au travers de l'étude.

 

Je tiens d'ailleurs à vous rappeler les travaux préparatoires de la loi de 2002; en particulier, l'exposé des motifs de l'article 11 qui indique que l'adhésion de la personne au projet individualisé est une condition essentielle au succès de la démarche. Ici, il n'y aura pas d'adhésion puisque la personne n'aura pas le choix. En outre, lorsque la personne n'est pas prête à entrer dans un processus d'insertion professionnelle, le projet pourra – facultatif – définir les modalités de l'insertion sociale de la personne, afin de favoriser progressivement sa participation active dans la société. Des activités de resocialisation sont parfois nécessaires pour sortir les personnes de leur isolement avant de pouvoir entamer un processus menant à l'emploi. Au sein des CPAS ou en partenariat avec le monde associatif, différentes initiatives peuvent être développées pour permettre aux personnes de retrouver confiance en leurs capacités: groupes de dialogue, activités sociales collectives, etc.

 

De sa propre initiative, j'y insiste, la personne peut également mener des activités bénévoles sans que cela n'entrave son processus d'insertion. Ce sont ces principes qui constituent la philosophie même du PIIS, laquelle ne peut, à notre sens, être dévoyée.

 

De plus, dans un contexte où les inégalités sociales s'accroissent et où le marché de l'emploi est difficilement accessible, c'est une aberration de laisser croire que celui qui cherche un emploi ne peut que le trouver et donc, que celui qui n'en trouve pas mérite d'être sanctionné.

 

Comme il en est question dans cet exposé des motifs, j'en viens au service communautaire que vous insérez dans votre projet et qui constitue un concept très étendu et pour le moins imprécis dans la définition que vous lui donnez. Nous pouvons reconnaître, et je le fais, l'intérêt pour les bénéficiaires de l'aide sociale de participer à certaines activités bénévoles en termes de socialisation, de confiance en soi ou de reconnaissance. Il me semble cependant inconcevable et inacceptable de les contraindre à ce que je qualifie de véritable "travail obligatoire". L'enquête quantitative et la recherche qualitative de l'étude que vous avez commandée ont, au demeurant, mis en évidence le scepticisme, les réserves, voire la franche opposition d'une majorité des répondants et des interlocuteurs, qu'il s'agisse des CPAS, des assistants sociaux ou des bénéficiaires eux-mêmes. Les répondants et les experts ont insisté sur "l'impératif de garantir le caractère libre et volontaire de la participation à des activités de bénévolat et de volontariat, sur la nécessité d'agir dans le respect des cadres légaux balisant le volontariat, d'une part, et l'emploi, d'autre part", dont les articles 60.

 

Un expert a, par ailleurs, évoqué le risque d'entrer en contradiction avec les conventions internationales interdisant le travail forcé et a insisté sur les exigences lourdes en termes d'organisation, d'accompagnement et d'encadrement de telles activités volontaires pour qu'elles procurent des bénéfices pour l'intégration sociale des intéressés.

 

Vous allez me rétorquer: "Le service communautaire se fera, de toute façon, uniquement sur une base volontaire", comme vous l'avez déclaré lors de nos discussions en commission. Toutefois, en l'intégrant dans le PIIS, vous lui conférez un tout autre caractère, celui d'un travail salarié – puisqu'il repose sur un contrat – non rémunéré et obligatoire, étant donné qu'il le devient à partir du moment où il fait partie du PIIS.

 

Président: André Frédéric, vice-président.

Voorzitter: André Frédéric, ondervoorzitter.

 

De plus, vous liez la disposition au travail et le service communautaire en faisant de ce dernier une forme en soi de PIIS.

 

Comme vous l'avez précisé en commission, le cadre légal que vous fixez pour ce service communautaire serait lié à la législation sur le bénévolat. Cela figurera donc dans les travaux préparatoires. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi vous ne l'avez pas clairement mentionné dans le texte. Vous auriez pu spécifier que cela figurerait dans l'arrêté royal en préparation. Malheureusement, nous n'avons pas pu avoir de discussion sur le contenu de ce dernier alors qu'il serait – me semble-t-il – intimement lié au texte qui nous est soumis aujourd'hui.

 

Cela dit, vous faites de ce service communautaire l'élément phare de l'intégration sociale, reléguant au second plan d'autres éléments fondamentaux comme l'emploi, la formation ou les études. Vous faites, dès lors, un lien inacceptable entre la disponibilité à l'emploi des chômeurs et la disponibilité à l'emploi des bénéficiaires du RIS alors que les deux situations ne sont pas comparables. La mission des CPAS est tout autre. Elle consiste à permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine. Ne pas prendre cette spécificité en compte prouve bien que nous n'avons pas le même projet de société.

 

Selon vous, ce service communautaire participera à l'intégration de la personne dans la société et permettra son activation sur le marché de l'emploi. Je vous conseille, comme je l'ai conseillé à votre collègue M. Peeters, de lire l'étude de la KUL sur le service à la collectivité obligatoire qui démontre tout le contraire.

 

Les auteurs de cette étude ont notamment remarqué, sur la base de l'expérience de deux autres pays, que les demandeurs d'emploi inclus dans un tel programme ont, après deux ans, la même probabilité de décrocher un emploi que ceux qui n'en font pas partie. Dès lors, il me semble qu'un tel projet n'offre pas de véritable chance de réintégration socioprofessionnelle.

 

Vous parlez également de développement personnel des intéressés. Je reconnais que, dans certains cas, il en sera ainsi, mais pas dans d'autres. Vous créez là un rapport de forces clair entre le bénéficiaire du revenu d'intégration sociale et le CPAS, tel que le bénéficiaire n'osera jamais s'opposer au travail qui lui est demandé. Pourquoi? Parce que s'il s'y oppose, il perdra son revenu d'intégration. Quand vous menez un combat pour votre survie, vous êtes prêt à accepter n'importe quoi. Et, je le répète, les pratiques et les interprétations des CPAS divergent. C'est relevé par l'étude que vous avez commandée au SPP Intégration sociale. C'est la porte ouverte à l'arbitraire. J'y reviendrai.

 

En réalité, ce que vous faites, c'est demander à des personnes d'exercer, même quelques heures par semaine, comme vous le dites, une activité, un emploi, gratuitement, sans possibilité de se constituer des droits sociaux, et en les rendant tout simplement de plus en plus dépendants pour pouvoir bénéficier de leur revenu d'intégration.

 

Ce n'est à mon sens pas la solution à apporter. La solution à apporter figure aussi dans la déclaration gouvernementale: c'est la création d'emplois, pour les personnes qui sont en mesure de travailler. Vous allez me répondre que vous y travaillez aussi. Attention, au travers de la mise en place de ce service communautaire, vous banalisez l'absence d'emplois et sans doute, me semble-t-il, l'incapacité à en créer suffisamment.

 

Contrairement à ce que vous expliquez, avec le service communautaire, vous ne rapprochez aucunement les bénéficiaires de l'aide sociale du marché de l'emploi. La seule chose à laquelle on arrive en la matière, c'est faire la preuve qu'ils méritent la situation dans laquelle ils sont, et qu'ils doivent absolument mériter l'aide qu'on doit leur apporter. Oui, vous avez le revenu d'intégration sociale, vous devez le mériter en allant travailler, même sans rien avoir en plus, sans avoir de droit social ou quoi que ce soit. C'est les montrer du doigt, à nouveau.

 

Enfin, j'ai envie de vous dire que votre projet remet tout simplement en cause le travail essentiel que mènent au quotidien, et dans des conditions souvent très difficiles, les travailleurs sociaux. Dans chaque cas, dans chaque situation, ce sont eux qui essayent de trouver les solutions qui correspondent le mieux aux personnes qui viennent frapper à la porte des CPAS.

 

Comme vous le savez – l'étude d'Abraham Franssen et Kristel Driessen le montre – certains CPAS n'ont pas attendu votre projet pour élargir le PIIS à d'autres usagers que les bénéficiaires de moins de 25 ans.

 

Plus de la moitié des 234 CPAS interrogés imposent d'ores et déjà des plans individualisés d'intégration sociale à des plus de 25 ans. Bien évidemment, c'est un outil intéressant, c'est une des modalités qui peuvent être mises en place mais non la seule. La seule différence avec votre projet réside dans le fait que le PIIS est décidé en fonction de la personne face à laquelle l'assistant social se trouve. Alors que demain, il deviendra obligatoire sans permettre à ces personnes de terrain de juger de ce qui est le plus adapté.

 

Imposer ce PIIS, comme vous le voulez, c'est prendre le risque de lui faire perdre de sa valeur dans un certain nombre de cas, en faveur d'un certain formalisme et donc d'amenuiser les chances d'une meilleure intégration du bénéficiaire dans la société. On serait à l'opposé de l'objectif que vous dites poursuivre. Vous savez qu'il y aura du formalisme car, compte tenu du nombre de personnes à rencontrer et du nombre de documents à établir, il n'y aura pas d'autre choix.

 

En ce qui concerne l'arbitraire, si les sanctions restent marginales, vous savez que certains CPAS y recourent. L'étude en parle. Il est à craindre que ce soit réellement la porte ouverte à l'arbitraire, puisque les sanctions dépendront purement et simplement des CPAS, alors que nous nous trouvons dans un régime d'assistance après lequel il n'y a plus rien du tout.

 

Remettre cette possibilité d'arbitraire au cœur du système est dommageable. Je tiens à le préciser, c'est un véritable retour en arrière! Avant les CPAS, il s'agissait des commissions d'assistance publique et il y avait de l'arbitraire. On a créé les CPAS pour justement gérer et limiter l'arbitraire par l'instauration de règles. C'est ce que dit d'ailleurs le professeur Franssen qui estime qu'en passant de la Caisse d'assistance publique de la commune aux CPAS, en consacrant le droit à la dignité, on avait fait progresser le droit, le droit des gens, le droit des pauvres. Ce n’est pas honteux de parler d’un pauvre.

 

Ici, avec le PIIS, le pouvoir discrétionnaire revient, dit le professeur Franssen. On est davantage dans le traitement symbolique des inclus que dans l'accompagnement des exclus. Vous changez complètement l'économie de la loi et sa philosophie alors que c'est le quarantième anniversaire de la loi sur les centres publics d'action sociale. On vient de faire un bond de quarante ans en arrière et on se retrouve à nouveau dans les caisses d'assistance publique.

 

La Fédération wallonne des assistants sociaux de CPAS ne dit pas autre chose. Cela figure dans le rapport: "la réintroduction d'une appréciation locale et subjective du droit à l'intégration sociale". C'est à cela qu'on arrive. Dans le chef de certains CPAS, ce sera une réalité. Cela figure aussi dans votre étude.

 

Un autre élément qui me semble important à souligner dans l'étude du SPP Intégration sociale et à côté duquel on est complètement passé, concerne la mise en place de ce PIIS généralisé. Selon l'étude, cette généralisation ne serait pertinente qu'à quatre conditions:

 

1. "Le PIIS doit être un projet adapté à la situation du bénéficiaire, négocié avec lui et adapté à l'évolution de sa situation." C'est peut-être possible.

2. "Il doit être mis en œuvre dans de bonnes conditions professionnelles par un travailleur social maîtrisant les techniques utiles et disposant du temps nécessaire." Je doute que ce soit la réalité.

3. "Il doit être articulé autour d'une offre de services à 360 degrés (participation sociale, accompagnement thérapeutique, formation), à condition que la disposition au travail ne soit pas interprétée uniquement dans une perspective d'activation et d'insertion professionnelle, afin de prendre en compte les usagers les plus vulnérables." Cela, à mon avis, on va passer à côté.

4. "Il doit être intégré dans les procédures et outils du CPAS afin qu'il représente une charge administrative moins lourde." Je crois aussi qu'on va passer à côté.

 

Ces conditions-là ne sont pas rencontrées! Elles ne figurent pas dans votre projet. Rien! Vous ne tenez pas compte du travail réalisé par vos experts ni de l'avis de vos propres experts.

 

On a un projet basé sur des critères qui ne sont pas réalistes, qui ne sont pas adaptés non plus aux réalités des CPAS et qui semblent en plus irréalisables de manière efficace pour la majorité d'entre eux. De plus, lorsque les personnes sanctionnées vont se retrouver dans un état de besoin, les CPAS vont être dans l'obligation de continuer à leur venir en aide, mais sans intervention du fédéral, sur fonds propres. C'est ce qu'on appelle un transfert de charges du fédéral vers les CPAS, alors que ceux-ci sont déjà exsangues et n'arrêtent pas de réclamer des augmentations de l'intervention du fédéral.

 

Ce financement, justement, qui est prévu dans l'extension du PIIS, est une revendication des CPAS pour disposer d'un financement suffisant pour assurer un accompagnement qualitatif et sur mesure de leurs usagers. Chez les plus de 25 ans, l'intégration est plus complexe et les efforts en matière d'emploi arrivent à moins de résultats. Il faut donc en tenir compte.

 

Vous avez prévu une augmentation de 10 % de la subvention lors de la conclusion de tout nouveau PIIS, mais sur une année, qui peut être prolongée à deux ans. Pourtant un PIIS peut être mis en place sur plusieurs années, même si on a un nombre relativement important de personnes qui viennent au CPAS et qui heureusement, grâce au travail qui a été mené, en sortent. Mais il y a aussi des personnes qui y reviennent, parce que leur situation a changé, ou s'est à nouveau dégradée, quelles que soient les raisons, ou des personnes qui y restent un certain nombre d'années. D'un autre côté, tout cela peut être revu en fonction de l'évolution de la situation du bénéficiaire.

 

Les trois fédérations de CPAS – flamande, bruxelloise et wallonne – vous l'ont dit: le financement est insuffisant pour permettre un travail de qualité adapté aux bénéficiaires.

 

Nous avons donc déposé, et nous n'étions pas les seuls, un amendement visant à lier clairement l'obligation de conclure le PIIS à la durée du financement prévue. Comme d'habitude, tous les amendements déposés, même s'ils étaient constructifs, ont été refusés. Au-delà de cela, vous prévoyez aussi la rétroactivité de la mesure, c'est-à-dire la conclusion d'un PIIS pour toutes les personnes bénéficiant du RIS pour lesquelles la condition d'octroi du RIS a été remplie au cours des six mois précédant l'entrée en vigueur de la loi. Les CPAS disposeront de douze mois pour mettre ces PIIS en place.

 

Je crois qu'avant même de prendre cette mesure, il eût fallu mettre en place une évaluation de la charge concernant cette mesure rétroactive. Vous le savez, bon nombre de CPAS, et je vous ai cité des chiffres non financiers, mais des chiffres d'augmentation des bénéficiaires du RIS à Charleroi, ont connu un accroissement important du nombre de leurs bénéficiaires ces derniers mois. Les CPAS vont se trouver dans une situation particulièrement difficile s'ils veulent appliquer cette mesure rétroactive.

 

Par ailleurs, alors que les fédérations croyaient avoir un accord avec vous, selon lequel l'entrée en vigueur se ferait le 1er janvier 2017, vous avez refusé d'inscrire cela noir sur blanc dans la législation.

 

Aujourd'hui encore, monsieur le ministre, à travers ce projet de loi, nous avons l'impression fort désagréable que, bien que disant et affirmant le contraire, vous n'avez écouté personne: ni le terrain, ni les assistants sociaux, ni les CPAS, ni les associations de CPAS ou de lutte contre la pauvreté, ni l'administration, ni les universitaires, ni vos experts! Comme d'habitude, ce gouvernement décide seul et ne tient compte de l'avis de personne. Alors que chacun vous demandait de prendre la mesure de ce que représente la pauvreté, ce n'est pas ce que vous avez fait à ce jour avec votre projet. Vous n'avez pas écouté les travailleurs sociaux et les CPAS qui, jusqu'au bout, se sont montrés constructifs, ont fait des propositions, ont essayé de rentrer dans votre logique et ont essayé d'améliorer les choses.

 

Pourtant, ce sont eux les mieux à même de comprendre et de faire évoluer les outils et les techniques pour venir véritablement en aide à tous ceux qui se trouvent dans un état de besoin. Malgré les cris des uns et des autres, vous persistez dans des choix purement idéologiques, des choix que nous ne partageons en aucune façon. Nos objectifs divergent à bien des égards. Nous voulons continuer à faire du revenu d'intégration sociale un droit inconditionnel. Nous voulons faire de l'activation efficace en permettant aux personnes qui le peuvent d'accéder à des emplois de qualité et adéquatement rémunérés. Nous ne punissons pas la pauvreté. Nous, nous luttons contre la pauvreté.

 

18.13  Damien Thiéry (MR): Monsieur le président, merci. Monsieur le ministre, chers collègues, indépendamment de ce que je viens d'entendre à cette tribune, on a eu aussi l'occasion de lire énormément de choses dans la presse, ces derniers temps. J'en cite quelques-unes parce qu'on se demande parfois si on défend les mêmes intérêts. On a choisi "la voie de l'humiliation et de l'indifférence", "le RIS est un droit inconditionnel", "c'est du travail forcé", "un instrument de précarisation et d'exclusion", "un outil coercitif", et je ne parle par de la flibuste à laquelle nous avons eu droit pendant plusieurs heures en commission.

 

18.14  Éric Massin (PS): Monsieur Thiéry, vous m'accusez d'avoir fait de la flibuste. Je vous rappelle que je suis le seul à vous avoir proposé de faire joindre un rapport et de faire venir ses auteurs pour qu'ils puissent répondre à nos questions. J'ai précisé que si vous refusiez cette proposition, qui pouvait se concrétiser rapidement, je n'aurais d'autre choix que d'apporter des commentaires au rapport. Si vous appelez ça de la flibuste, je considère que votre attitude est celle du refus de la démocratie.

 

18.15  Damien Thiéry (MR): Nous avons déjà eu cette discussion en commission et, effectivement, la concertation avait déjà eu lieu; ayant compris votre volonté de retarder le projet avec de nouvelles auditions, j'ai estimé que votre proposition n'était pas nécessaire.

 

Partant de tout ce qui a été dit, il faut en revenir à l'accord du gouvernement qui, dans son chapitre consacré à la protection sociale et à la lutte contre la pauvreté, disait ceci: le gouvernement fédéral fournira aux autorités locales, par le biais d'une annotation de la réglementation, de nouveaux moyens d'intégration sociale et sociétale leur permettant d'organiser au sein des PIIS, un service communautaire pour les bénéficiaires du revenu d'intégration. Et je rajoute: l'initiative du bénéficiaire sera respectée au maximum, l'objectif étant d'aboutir à une réintégration sociétale et/ou professionnelle progressive.

 

De cette manière, la cohésion sociale est renforcée, des opportunités sont créées et les compétences sociales développées. Je pense sincèrement, n'en déplaise à d'aucuns, que cet objectif est atteint avec le présent projet, monsieur le ministre.

 

Pour le gouvernement, le programme individualisé d'intégration sociale constitue avant tout un projet d'accompagnement complet. Il est conçu sur mesure et offre un cadre de soutien contractuel dans lequel seront notés les attentes mutuelles, les accords et les engagements de chacune des parties. Il ne s'agit donc absolument pas d'un outil de contrôle ou de répression. Personnellement, je considère que c'est dans ce sens qu'il a été conçu et qu'il doit être perçu. C'est une manière de responsabiliser les bénéficiaires du CPAS, de les activer et de leur donner davantage d'autonomie, en somme de les aider à redevenir des acteurs de leur propre vie pour ne plus devoir la subir. En quelque sorte, il s'agit donc d'un tremplin vers une nouvelle existence.

 

Bien entendu, le PIIS est un contrat. Quand on parle de contrat, il y a des droits, mais il y a aussi des devoirs qui incombent aux deux parties: à savoir, d'une part, le CPAS qui s'engage à aider la personne, à lui fournir les outils ou contacts nécessaires, à l'accompagner dans ses démarches et, d'autre part, le bénéficiaire qui s'engage à entreprendre des démarches pour s'intégrer dans la société telles que chercher du travail, suivre une formation, effectuer un stage et, parfois même, tout simplement, trouver un logement. En cela, la mesure se veut avant tout sociale, car – je me plais à souligner ce que j'ai dit en commission – l'activation constitue le meilleur levier pour briser le cercle vicieux de la pauvreté, même si j'ai entendu autre chose à cette tribune.

 

Le PIIS que le gouvernement nous propose aujourd'hui n'est absolument pas neuf. Comme M. Massin l'a rappelé tout à l'heure, une première mesure avait été prise en 2002. L'auteur de cette initiative était, au demeurant, présent dans la salle.

 

À ce moment-là, personne n'a critiqué le projet en arguant qu'il s'agissait de travail forcé ou d'un instrument de précarisation ou d'exclusion. Jusqu'à ce jour, nous n'avons eu aucune critique. Ce programme était spécialement destiné aux jeunes de moins de 25 ans, mais il faut constater qu'il a fait ses preuves. C'est la raison pour laquelle certains collègues néerlandophones ont rappelé en commission qu'en Flandre, plusieurs CPAS avaient déjà recours au PIIS, sans pour autant y être contraints et sans aucun subside complémentaire. Une fois de plus, il a été rappelé combien le programme est un outil performant tant pour les jeunes que pour le public âgé, puisque cela se passait déjà en Flandre.

 

Dès lors, la volonté du gouvernement de vouloir l'étendre à l'ensemble des bénéficiaires des CPAS se justifie d'autant plus. Pourquoi priver toute une frange de la population de ce programme individualisé, alors que les résultats sont concluants, au moins dans une partie du pays? J'irai même jusqu'à dire que si on ne le faisait pas, on pourrait considérer cela comme discriminatoire par rapport à des personnes de plus de 25 ans qui ont aussi le droit de se faire aider.

 

En ce qui concerne les coûts à charge des CPAS, le gouvernement a décidé de réserver un budget supplémentaire de 10 % pendant les douze premiers mois du suivi individualisé, afin que les CPAS puissent être soutenus financièrement. Ce complément pourra être prolongé de douze mois si nécessaire. Au total, le budget complémentaire estimé pour 2016 est de 6 millions, pour 2017, d'un peu plus de 58 millions et pour 2018, d'un peu plus de 50 millions. Ces montants sont considérables, tout en sachant – j'y insiste – qu'on laisse aux CPAS une indépendance par rapport à la décision de proposer un PIIS à une personne ou non. Qu'on le veuille ou non, cette indépendance du CPAS doit être considérée. Ce n'est donc pas du tout une atteinte au pouvoir du CPAS, au contraire, c'est une aide dont les assistants sociaux feront certainement le meilleur usage dans l'intérêt des bénéficiaires.

 

De plus, le CPAS, peu importe qu'il se trouve au Nord, au Sud ou au Centre du pays, définira lui-même sa propre méthodologie en fonction du profil socioéconomique des personnes qu'il rencontre. On sait très bien que, dans certaines communes, les nécessités et les soucis ne sont pas les mêmes. Le CPAS garde son indépendance à ce niveau. Il pourra également, de sa propre initiative, décider si un PIIS doit être conclu ou si, au contraire, le bénéficiaire, pour des raisons de santé ou autres – cela a été clairement spécifié – doit en être exempté. On parle donc bien d'autonomie totale, ce qu'il faut absolument souligner.

 

Par contre, une fois que la décision est prise de conclure un PIIS, bien entendu, je l'ai dit tout à l'heure, il y a des droits, mais il y a aussi des devoirs. Le programme prévoit trois évaluations. Afin de responsabiliser le bénéficiaire, des sanctions pourront effectivement être prises en cas de non-respect. Puisqu'on parle de sanctions, et qu'il y avait une polémique à ce sujet: ici aussi, l'autonomie est laissée au CPAS de décider seul de la sanction à appliquer en cas de non-respect des obligations. Une fois de plus, autonomie des CPAS. Nous avons une confiance pleine et entière dans le travail des assistants sociaux, je l'ai dit.

 

Finalement, une évaluation de la réforme est prévue d'ici trois ans. C'est aussi un élément important. Si le projet n'est pas parfait, il pourra être revu. Ceci permettra de réaliser un monitoring du travail effectué par les CPAS en fonction des caractéristiques propres à chacun d'eux et de vérifier si les objectifs poursuivis par la mesure sont atteints. Une autoévaluation du dispositif en lui-même, et de ses 589 CPAS est, me semble-t-il, une chose qu'il faut souligner également.

 

Pour conclure, chers collègues, je voudrais peut-être rappeler aussi que début 2016, il y avait 116 146 bénéficiaires du RIS. Ce chiffre a connu une augmentation depuis 2013 de 3,4 % en 2013, de 3,8 % en 2014, de 8,6 % en 2015 et de 13,2 % en 2016. D'une part, bien entendu, à cause de la réforme du chômage mais, d'autre part, aussi à cause de l'augmentation de la précarité et de la hausse du nombre de réfugiés reconnus.

 

Parmi ces bénéficiaires, près d'une personne sur deux, 48,1 % exactement, habite en Région wallonne, 28,4 % à Bruxelles et 23,5 % en Flandre. Je rappelle également le constat suivant lequel si l'on prend spécifiquement les réfugiés en compte, 48 % des réfugiés reconnus qui émargent au CPAS émargent toujours au CPAS après deux ans. C'est trop. Il y a lieu de faire quelque chose. Bien entendu, on peut dénoncer le fait que 48 % des réfugiés reconnus émargent toujours au CPAS après deux ans. Mais il faut pouvoir les aider, et ne pas les laisser sur le bord de la route. C'est cela qui est intéressant avec le projet proposé aujourd'hui: en définitive, il permettra aux réfugiés de bénéficier d'une aide à tous niveaux pour se réinsérer dans la vie sociale.

 

C'est précisément l'objectif poursuivi par la réforme du PIIS: tout un chacun, jeune ou pas, a le droit de concrétiser son projet de vie et de se faire aider pour y arriver. Je me permettrai donc de reprendre une phrase prononcée par Monica De Coninck en commission. Elle a d'ailleurs fait un certain nombre d'interventions extrêmement intéressantes au sujet de son expérience à Anvers. Elle a dit: "Il faut investir dans les gens avant toute autre chose". Je pense sincèrement que le projet actuel va dans ce sens. Il est éminemment social et c'est précisément pour cette raison que nous le soutiendrons.

 

Voorzitter: Siegfried Bracke, voorzitter.

Président: Siegfried Bracke, président.

 

18.16  Nahima Lanjri (CD&V): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, collega’s, in ons land loopt 21 % van de bevolking risico op armoede of sociale uitsluiting. Het aantal neemt helaas jaar na jaar toe.

 

Armoedeorganisaties dringen dan ook aan op een structurele oplossing, en zij hebben gelijk. Het beleid moet zich richten op het zelfredzaam maken van mensen. Dat doen wij, in de mate van het mogelijke, via sociale en als het kan via professionele activering. Dat doen wij op alle mogelijke manieren.

 

Ook de OCMW’s spelen daarin een belangrijke rol. Zij begeleiden op dit ogenblik niet minder dan 125 000 leefloners.

 

Straks keuren wij hier een wet goed die de OCMW’s een extra middel zal geven voor de begeleiding van mensen. Zij zal het mogelijk maken een traject op maat te bieden aan elke leefloner. Het gaat om het geïndividualiseerd project voor maatschappelijke integratie (GPMI.) Elke maatschappelijke werker van een OCMW kan dankzij dit instrument een contract afsluiten met een leefloongerechtigde. Dit contract heeft als doel de leefloongerechtigde actief te begeleiden met het oog op zelfredzaamheid, zelfstandigheid en integratie in onze maatschappij.

 

Op die manier toont de samenleving dat de leefloner uiteraard het recht heeft op een leefloon en recht heeft op begeleiding, maar dat dit niet vrijblijvend is. Elke persoon die steun krijgt van het OCMW wordt gestimuleerd uit de negatieve spiraal van armoede en sociale uitsluiting te geraken. Op basis van wederzijdse engagementen wordt de cliënt maximaal geïntegreerd in onze samenleving. Als het kan, gaat het voor sommigen om begeleiding naar de arbeidsmarkt. Voor anderen zal het gaan om integratie in onze samenleving, maatschappelijke integratie.

 

Uiteindelijk is onze visie, die naar ik meen door velen wordt gedeeld, dat wij mensen niet alleen vis moeten geven maar uiteindelijk ook moeten leren vissen.

 

Het GPMI bestond vroeger al. Voor jongeren onder de 25 was het verplicht. Met dit ontwerp breiden wij het uit naar alle leefloners.

 

Eerlijkheidshalve moet gezegd worden dat heel wat OCMW’s het vroeger, hoewel het niet verplicht was, ook al toepasten op mensen die ouder waren dan 25. Zij begeleidden de mensen zelf al heel goed. Voor de een ging het om vrijwilligerswerk, voor de ander ging het om sociale tewerkstelling of begeleiding door de VDAB.

 

Heel wat OCMW’s deden in de praktijk eigenlijk al wat wij hier vandaag voorstellen. Ik wil hun daarvoor een pluim geven. Zij hebben eigenlijk het idee aangereikt om dit model te verruimen naar alle OCMW’s, juist omdat wij geloven dat elke leefloner het recht heeft op zo’n individueel traject en op de juiste begeleiding om weg te raken uit het leefloon. Sommige OCMW’s deden dit al, maar niet allemaal.

 

Het voorliggende wetsontwerp bevat zeker een aantal positieve elementen, ik zal er vier belichten.

 

Ik wil mij beperken tot vier positieve elementen.

 

Ten eerste, de stigmatiserende labels worden weggehaald. Vroeger gebeurde dat enkel voor min-25-jarigen, alsof enkel min-25-jarigen geïntegreerd moesten worden of recht hadden op integratie in de samenleving. We schrappen de labels. Vanaf nu krijgt iedereen een traject op maat. Alle categorieën worden afgeschaft. De trajecten zijn toegankelijk voor iedereen, ongeacht het eventueel recht op een leefloon of een equivalent leefloon, ongeacht of de betrokkene een erkende vluchteling, een subsidiair beschermde of hier geboren en getogen is. Iedereen heeft voortaan recht op een traject van maatschappelijke integratie en iedereen krijgt dezelfde kansen, met de daarbij behorende zelfde rechten en plichten voor iedereen.

 

Ten tweede, het is ook belangrijk dat het GPMI-contract wederzijdse engagementen bevat. Een contract wordt altijd tussen twee partijen afgesloten, in dit geval tussen het OCMW en de leefloontrekker. Het gaat dus niet om iets dat eenzijdig door het OCMW aan de leefloontrekker opgelegd wordt. Samen met de cliënt worden er plannen gemaakt voor een betere toekomst en daarbij wordt er op maat gewerkt. Op die manier kan elke persoon zich ontwikkelen en een aantal zaken leren volgens zijn eigen mogelijkheden, leeftijd en gezinssituatie. Die ruimte voor maatwerk wordt gecreëerd en dat betekent dus dat het GPMI er voor iedere betrokkene anders zal uitzien. Het kan betekenen dat een leefloontrekker een opleiding krijgt en nadien naar werk begeleid wordt, eventueel in sociale tewerkstelling. Voor bijvoorbeeld een drugsverslaafde kan het traject een ontwenningskuur inhouden en nadien vrijwilligerswerk, wat misschien al meer dan voldoende is. Voor sommigen kan na het vrijwilligerswerk ook de begeleiding naar werk volgen.

 

Voor CD&V is het van groot belang en staat het voorop dat het om een inspanningsverbintenis en niet zozeer om een resultaatsverbintenis gaat. Het is een engagement van de leefloner om bij te dragen en mee te werken aan wat er in het plan staat. Hij of zij houdt zich daar ook aan. Het is niet enkel het resultaat, maar het is vooral de inspanning, het engagement dat men aangaat dat telt.

 

Ten derde, belangrijk is ook dat we er rekening mee houden dat sommige mensen door hun kwetsbaarheid beperkt zijn. Daar hebben we oog voor. Daarom vinden we het goed dat het OCMW, meer bepaald de maatschappelijk werker, de mogelijkheid krijgt om in bepaalde gevallen af te wijken en geen GPMI voor te stellen of eventueel nog te wachten met het opstellen van een GPMI. Het is belangrijk dat wij vertrouwen hebben in de maatschappelijk werkers, dat wij de OCMW’s voldoende autonomie geven en dat we niet alles met regeltjes moeten willen opleggen vanuit het federaal Parlement of vanuit andere parlementen. We moeten voldoende ruimte laten voor de juiste inschatting op het lokale niveau, in het OCMW dat best de situatie ter plekke kan inschatten.

 

Tot slot, iedere persoon die een leefloon ontvangt krijgt dezelfde behandeling. Dat is ook positief. Vanaf nu is het niet meer van belang waar men woont. Nu had men misschien de pech in een bepaalde gemeente te wonen waar er geen begeleiding op maat was. Voortaan heeft iedereen recht op zo’n GPMI, waar men ook woont in België. Dat is goed. Wij vertrekken immers vanuit een positief mensbeeld. Bij CD&V vinden we het belangrijk om te vertrekken van wat mensen effectief kunnen en niet van wat mensen niet kunnen. Als we vanuit dat positief mensbeeld vertrekken wil dat ook zeggen dat wij mensen kansen willen geven om zich te ontplooien en stappen te zetten richting sociale of economische integratie. Vrijwillige gemeenschapsdienst kan daarin een plaats hebben.

 

We benadrukken dat gemeenschapsdienst in elk geval niet verplicht kan worden opgelegd, dat het met de cliënt moet worden besproken, maar dat het een keuze moet blijven om al dan niet gemeenschapsdienst te doen. Als die gemeenschapsdienst wordt opgenomen in het GPMI, dan is het wel maar logisch dat men zich engageert om die ook effectief uit te voeren. Het kan gaan om helpen in de keuken van een rusthuis, meedraaien bij de groendienst of administratief werk doen bij een of andere vzw. Elke persoon zal daar worden ingezet volgens zijn eigen kunnen en zijn eigen talenten.

 

Wat wij ook benadrukken is dat gemeenschapsdienst in geen geval mag worden misbruikt. Voor ons is het een middel om mensen die nog ver van de arbeidsmarkt verwijderd zijn een opstapje mee te geven. Het mag echter geenszins de bedoeling zijn om daar een middel voor goedkope tewerkstelling in te zien. Het mag ook niet de bedoeling zijn om mensen die geen gemeenschapsdienst nodig hebben en onmiddellijk tewerkgesteld kunnen worden, eventueel via sociale tewerkstelling per se nog eens een half jaar gemeenschapsdienst te laten doen. Als dat nuttig is, ja, maar voor anderen is gemeenschapsdienst niet nodig of overbodig en kan men onmiddellijk overgaan naar volwaardige tewerkstelling of sociale tewerkstelling. Wij willen daarover waken, ook bij de evaluatie van de wet.

 

Wij zijn ervan overtuigd dat elke mens talenten en mogelijkheden heeft. Wij moeten iedereen de kans geven om die talenten ten volle te ontplooien. Op die manier, beste collega’s, werken wij aan een samenleving die mensen insluit en niet uitsluit.

 

18.17  Evita Willaert (Ecolo-Groen): Mevrouw Lanjri, ik wil u nog even herinneren aan een artikel dat ik ook naar de commissie heb meegebracht toen wij dit wetsontwerp daar bespraken. Het is een artikel dat verschenen is in De Standaard. Een schepen van uw partij, Patrick Arnou, geeft daarin toe dat in Zedelgem nu al vrijwilligers het groenonderhoud doen op het kerkhof aldaar. Op de vraag hoe dat komt, antwoordde hij: “Een besparingsmaatregel? Voor een stuk wel.” De deur staat dus nu al open. Vrijwilligers nemen jobs in. Mensen die vroeger voor de groendienst werkten, worden in die gemeente blijkbaar al door vrijwilligers vervangen.

 

18.18  Nahima Lanjri (CD&V): Mevrouw Willaert, wij kunnen hier het debat dat wij in de commissie gevoerd hebben nog eens overdoen, maar ik denk dat onze collega’s daar niet in geïnteresseerd zijn. Ik heb toen al gezegd wat ik meende te moeten zeggen en ik heb het vandaag herhaald: het mag niet misbruikt worden als vorm van goedkope tewerkstelling. Het is ook goed dat de wettekst er komt en we zullen hem na verloop van tijd evalueren.

 

18.19  Dirk Janssens (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, collega’s, het voorliggende wetsontwerp heeft geen krantenkoppen gehaald, maar het is daarom niet minder belangrijk. Het geïndividualiseerde traject voor maatschappelijke integratie, het GPMI, is een moeilijke benaming voor wat in feite niet meer, maar ook niets minder is dan het geven van kansen aan mensen die elk met hun achtergrond, hun levensverhaal en hun problematiek in weinig benijdenswaardige situaties terechtkomen waarbij zij zich tot de bijstand moeten wenden om rond te komen en een menswaardig bestaan te leiden.

 

Wij als liberalen vinden dat het de bedoeling moet zijn om die mensen op te vangen, te ondersteunen, alsook om hun de kans te bieden om opnieuw op eigen benen te staan. Elk van hen moet via een op maatwerk gestoelde aanpak en via een gepaste begeleiding uitzicht krijgen op nieuwe professionele kansen.

 

Tegelijkertijd zijn wij wel optimist zonder naïef te zijn. Wij beseffen maar al te goed dat het niet mogelijk is om iedereen op dit pad te helpen of om iedereen te laten uitstromen. Net om die reden zijn wij erover verheugd dat met het wetsontwerp het GPMI wordt versterkt en uitgebreid. Het GPMI is een contract waarin de wederzijdse rechten en plichten worden opgelijst. Het is een begeleidingsinstrument en past dus perfect binnen het kader dat ik daarnet heb geschetst.

 

Heden is het GPMI enkel verplicht voor personen jonger dan 25 jaar. Het wetsontwerp breidt dat uit naar alle nieuwe leefloners, ongeacht hun leeftijd. Dat is bijzonder positief.

 

Een ander essentieel onderdeel van het wetsontwerp betreft de gemeenschapsdienst. Die wordt ingeschreven als facultatief onderdeel van de GPMI. Over die gemeenschapsdienst is al heel wat inkt gevloeid. Door sommigen wordt het concept afgedaan als uitbuiting of zelfs slavernij. Nochtans wordt het systeem al in heel wat andere landen toegepast. Het is wel van belang om goed te waken over de praktische invulling van de gemeenschapsdienst. Het moet om klussen of taken gaan die een meerwaarde bieden voor de persoonlijke en of professionele ontwikkeling van de betrokkene, die niet al te zeer interfereren met de zoektocht naar werk en die geen reguliere jobs verdringen.

 

Zoals collega Lanjri het reeds heeft aangehaald tijdens de bespreking in de commissie voor de Sociale Zaken kan het ook niet de bedoeling zijn dat mensen blijven steken in gemeenschapsdienst.

 

Het doel is niet om te beschikken over goedkope werkkrachten. Het doel is de betrokkenen een gevoel van eigenwaarde en arbeidsritme, als onderdeel van de begeleiding naar de arbeidsmarkt, te bezorgen. Wij zullen onderhavig wetsontwerp dan ook ten volle steunen.

 

18.20  Monica De Coninck (sp.a): Mijnheer de voorzitter, het doel van een OCMW is iedereen een menswaardig bestaan garanderen. De OCMW-wetgeving is daar eigenlijk heel goed voor uitgerust.

 

Twee elementen moeten worden gecontroleerd: is er nood en is er werkbereidheid.

 

Minister Borsus stelt vandaag voor het GPMI en de gemeenschapsdienst overal bij de OCMW’s in te voeren. Enerzijds, mijnheer de minister, wil ik u daarvoor bedanken. Anderzijds heb ik een aantal kritische opmerkingen.

 

Ik wil u vooral bedanken, omdat u respect hebt voor het werk van de OCMW’s, in tegenstelling tot mevrouw Homans. Mevrouw Van Peel is als OCMW-voorzitster ook zeer positief over het OCMW, maar kan toch niet ontkennen dat haar partijgenote Homans in de Vlaamse regering er alles aan doet om de werking van de OCMW’s te dwarsbomen. Voor mij, als ex-OCMW-voorzitster, is dat een schande. Ik begrijp dus niet goed waarom zij zo positief blijft over het voorstel van minister Borsus.

 

Ik heb het al in de commissie gezegd, het menswaardig bestaan is een algemene term. Eigenlijk moet een OCMW-raad die term om de 6 jaar concreet vertalen naar geldende sociale grondrechten in onze maatschappij. Over die sociale grondrechten is in het Parlement, in verschillende commissies, al vaker gediscussieerd. Men heeft het dan over de grondwaarden van de Verlichting. Dat zijn gelijkheid en vrijheid, broederlijkheid en solidariteit. Eigenlijk staan de OCMW’s vooral voor die laatste waarde. Dus moet elke zes jaar ook worden bekeken wat menswaardig leven is voor de mensen in onze gemeente en voor de mensen die bij ons komen aankloppen.

 

Ik en wij, socialisten, hebben van niemand iets te leren. Ex-minister Vande Lanotte heeft in 2002 het recht op maatschappelijke intregratie ingevoerd. Hij heeft toen ook het GPMI als instrument gecreëerd. Heel wat OCMW’s hebben dat instrument uiterst consequent en heel creatief toegepast. Ik geef als gewezen voorzitter van het OCMW van Antwerpen toe dat mijn visie door die functie heel sterk wordt gekleurd.

 

Voor alle duidelijkheid, de finaliteit is mensen emanciperen, mensen sterker maken, mensen integreren, mensen kansen geven, niet mensen deblokkeren of afpakken maar mensen stimuleren. Dat is de finaliteit. Ik leg daarop zo sterk de nadruk omdat ik straks op een bepaald gevaar zal wijzen.

 

Mijnheer de minister, op zich kunnen wij dus niet tegen een project zijn dat stimuleert dat er in wederkerigheid – ik leg heel duidelijk de nadruk op die wederkerigheid – tussen cliënt en OCMW afspraken komen over de manier waarop wij er samen op vooruitgaan.

 

Waarom zeg ik “samen”? Ik zeg dat omdat mensen, als zij kansen krijgen, individueel kunnen groeien. Mensen die in een maatschappij sterk in hun schoenen staan, zijn ook heel goed voor het sociaal kapitaal in die maatschappij. Wij worden daar allemaal beter van. Niemand wordt beter van bedelaars in de straten. Niemand wordt beter van mensen die ziek zijn en niet worden verzorgd. Het betreft hier dus een individueel maar ook een algemeen maatschappelijk belang dat wij moeten dienen.

 

Heel veel OCMW’s werken vandaag met het GPMI, zeker in Vlaanderen. Ik ken de situatie in Wallonië en Brussel minder goed, maar zeker in Vlaanderen wordt daarmee gewerkt. Eigenlijk zaten wij niet te wachten op het feit dat het gebruik ervan wordt opgelegd. Wat is immers de sterkte van de regelgeving van de OCMW’s? Die sterkte is menswaardig leven, kijken of er noden zijn en bereidheid tot werk. Voor de rest – ik ga een beetje kort door de bocht – kan een OCMW alle instrumenten die het nodig acht ontwikkelen of gebruiken als die er al zijn, afhankelijk van de context en van het profiel van de cliënt.

 

Dat GPMI is eigenlijk maar een instrument, geen finaliteit. We moeten daarmee oppassen in de toekomst. Het GPMI is geen finaliteit. Het is een instrument dat flexibel moet kunnen worden ingezet om mensen te laten groeien.

 

Ik weet niet of het een compliment is, minister Borsus, maar u moet oppassen dat u niet aan de Vlaamse ziekte gaat lijden. Weet u wat dat is? Dat is vanuit Brussel bepalen wat er op lokaal niveau precies moet gebeuren. Dat is de keizer-kostermentaliteit. Als men echt vertrouwen heeft in de lokale besturen moet men zeggen welke finaliteit ze moeten realiseren maar dat ze voor de rest hun instrumenten mogen kiezen, uiteraard binnen de bestaande wet en regelgeving. U probeert nu echter instrumenten zoals de gemeenschapsdienst en het GPMI op te leggen aan alle lokale OCMW's.

 

Waarom opleggen? Er zijn toch andere mogelijkheden. Waarom hebt u geen campagne gevoerd om dat te stimuleren op vrijwillige basis? Waarom hebt u niet een soort visitaties gestimuleerd tussen de OCMW's van Brussel, Wallonië en Vlaanderen om bij mekaar te gaan kijken wat goede instrumenten zijn? Misschien kunnen we van elkaar leren.

 

Wat is het gevaar? Een aantal collega's heeft er hier al op gewezen. Het gevaar is dat het GPMI zal worden gebruikt als een finaliteit of een instrument om vooral mensen uit te sluiten, te bestraffen. Zo'n instrument is als een mes. Een mes is ook een instrument. Men kan daar iets heel positiefs mee doen, of iets heel slecht. Dat betekent dat men goed moet kijken naar de mens en naar het maatschappijbeeld van wie die instrumenten gebruikt.

 

Ten tweede, en ik wil dit punt sterk benadrukken, u zegt dat als OCMW’s dat gebruiken we 10 % leefloon meer uitbetalen. We zullen dus financieel tussenkomen. Ik heb daar vandaag wat verwarring rond gehoord. In Antwerpen hebben we heel sterk geactiveerd. Ik ben begonnen met 14 000 cliënten en ik ben vertrokken – voor alle duidelijkheid na twee regularisatiecampagnes – met 5 000 à 6 000 cliënten. Er is een grote turnover.

 

Wat heb ik daar geleerd? Ik heb daar geleerd dat ongeveer 10 % van de klanten die we hadden niet naar de reguliere arbeidsmarkt konden worden geleid. Niet. Op geen enkele manier, ondanks het feit dat we het soms 5 jaar probeerden. Dat was niet de schuld van die mensen. Die mensen hebben vandaag in onze maatschappij niet de basiscompetenties om mee te draaien in de reguliere arbeidsmarkt en kunnen die ook niet verwerven. Er was geen enkele werkgever die hen een reguliere job wou geven. Het zijn dikwijls mensen met een aantal medische problemen die geboren zijn met relatief lage competenties. Ik ga het algemeen houden. Het zijn mensen die om een of andere reden heel erg gekwetst zijn in de loop van hun leven en daar op een of andere manier niet van kunnen genezen of terug recht kunnen krabbelen.

 

Het OCMW van Antwerpen – ik heb dat om evidente redenen nog niet vaak gezegd – heeft beslist om die groep 200 tot 300 euro per maand leefloon bij te geven. Extra. Waarom? Omdat men van een leefloon kan leven gedurende een beperkte periode. Men kan echter geen jaren aan een stuk menswaardig leven van een leefloon. Ik had dus veel liever gezien dat die 10 % middelen die u nu extra uittrekt voor het toepassen van een GPMI gereserveerd zouden worden voor die specifieke groep. Daar is er immers een zeer grote nood.

 

Voor die groep zijn heel veel instrumenten en begeleiding nodig. Zelfs voor die mensen hadden wij al een GPMI en een activeringsproject, maar wij noemden dat sociale activering, omdat het leven niet alleen om centen draait. Wij moeten de mensen bestaansmiddelen geven en dat zijn natuurlijk centen, maar het gaat ook om zoveel andere zaken, zoals buiten komen, participatie, sport en cultuur. Het zou ook vrijwilligerswerk en gemeenschapsdienst kunnen zijn. Ik vraag u dus om daar toch eens over na te denken. Misschien zouden die middelen dan beter gebruikt kunnen worden.

 

Ten derde, ik word het stilaan beu dat er grote veranderingen worden doorgevoerd terwijl men niet kijkt welke instrumenten er vandaag zijn en die zeer succesvol worden toegepast.

 

Er heeft vandaag al een discussie plaatsgevonden over de verschillende beleidsniveaus en de eventuele federalisering of defederalisering van bevoegdheden. Aan de ene kant wordt nu gezegd dat de mensen moeten worden geactiveerd, kansen moeten krijgen en begeleid moeten worden, en dat is goed. Doch, aan de andere kant moeten er tegelijkertijd dan ook inspanningen worden geleverd op het vlak van sociale economie. Ik kijk daarvoor terug naar het Vlaams niveau. Mensen die iets moeilijker naar de reguliere arbeidsmarkt kunnen of daar nooit terechtkunnen, krijgen nu niet langer kansen in de sociale economie. Nochtans zijn er genoeg sociale taken in onze maatschappij die moeten worden opgenomen. Die worden echter afgeschaft of men maakt het de betrokkenen verschrikkelijk moeilijk.

 

In dat verband vernoem ik ook artikel 60 dat, als het goed gebruikt wordt, een van de beste middelen is om mensen die een leefloon ontvangen te activeren naar de reguliere arbeidsmarkt. Uiteraard zullen niet alle leefloontrekkers naar de reguliere arbeidsmarkt gaan. Stromen zij daar allemaal naartoe? Nee, maar in Antwerpen hebben wij toch succes geboekt. In de eerste fase gaat dat natuurlijk gemakkelijker want dan werkt men met de beste, de bovenste laag, waar men de personen aantreft met de meeste competenties. Maar hoe meer men tot de middengroep doordringt hoe meer inspanningen men moet leveren om die personen op de reguliere arbeidsmarkt te krijgen.

 

Gelet op de migratiestroom en op de integratie van erkende vluchtelingen, onder wie veel mensen met competenties, zullen wij instrumenten moeten inzetten. Die instrumenten bestaan vandaag, maar ik hoor alleen dat men ze wil afschaffen. Wat werkt, wil men tenietdoen zonder in vervanging te voorzien maar men creëert wel een GPMI waarbij die instrumenten moeten worden aangewend. Mijnheer de minister, ik stel dus voor dat u met uw collega’s op andere plaatsen ook eens aan tafel gaat zitten om toch een logische lijn in het beleid te brengen.

 

Ik durf zelfs nog verder te gaan. Er liggen nogal wat mogelijkheden in de uitdagingen voor de toekomst. Wij zien een heel sterke dualisering in laaggeschoold en hooggeschoold, een dualisering tussen mensen met veel competenties en mensen met weinig competenties. Wij worden geconfronteerd met migratiestromen, met vluchtelingen die moeten worden geïntegreerd. Wij worden geconfronteerd met een vergrijzing van de bevolking, een verwitting van de bevolking. Veel mensen gaan met pensioen. Veel jobs komen vrij. Veel jobs waar met de handen moet worden gewerkt, raken niet ingevuld, terwijl er mensen zijn die eigenlijk wel willen werken, maar die gewoon goed moeten worden begeleid.

 

Ik pleit daarvoor, maar ik pleit er ook voor om aan de OCMW’s de ruimte te geven om innovatieve instrumenten te ontwikkelen. Mijn grote vrees omtrent het voorliggende ontwerp is dat het GPMI in een aantal OCMW’s zal worden beschouwd als een administratieve procedure, als meer papierwerk. Met andere woorden, men vult de puntjes in, men maakt typecontractjes, terwijl men eigenlijk persoonlijk met de cliënt moet praten, vooral vertrekkende van zijn dromen. Wat wil hij realiseren? Welke inspanningen wil hij daarvoor doen en hoe kan men hem daarbij helpen?

 

Ik hoop uit de grond van mijn hart dat die dynamiek zal aangehouden worden, maar dat het niet de dynamiek zal zijn om het leefloon af te nemen zodra betrokkene een aantal afspraken niet nakomt.

 

Ik kom tot de gemeenschapsdienst. Als ex-minister van Werk heb ik altijd gezegd dat werken heel goed is en mensen zeer gezond maakt. Niet altijd, maar meestal wel. In onze maatschappij is werken een voornaam instrument tot integratie. Met gemeenschapsdienst heb ik geen probleem zolang het geen pestdienst wordt of vervangende dienst. Er is al een aantal voorbeelden. Ook die discussie hebben wij gevoerd in Antwerpen. Wij hebben daar een contingent bereikt van vastbenoemde contractuelen, maar wij hebben tevens afspraken gemaakt met de vakbonden en de sociale partners over het aantal per honderd personen, dat wij zouden tewerkstellen in allerlei statuten als artikel 60, alternatieve straffen, enzovoort. Daar moet men zich aan houden. Zo vermijdt men permanent de discussie dat zij het werk van anderen zouden afnemen.

 

Tenslotte vraagt het organiseren van gemeenschapsdienst, afhankelijk van het profiel, ook begeleiding. Dat zal slechts een positief resultaat opleveren als men genoeg begeleiding of middelen voor begeleiders inzet om de finaliteit te garanderen, zijnde een menswaardig leven.

 

Kortom, wij zijn er niet tegen, maar voor ons moest het niet. Wij zijn van mening dat de lokale besturen verstandig genoeg zijn om te weten wat zij moeten doen. Wij, de Vlaamse socialisten, zullen ons dus onthouden.

 

18.21  Evita Willaert (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, collega’s, er wordt in de volksmond vaak denigrerend gesproken over het OCMW, over de mensen die er werken en over de mensen die er om steun moeten vragen. Maar dat is totaal onterecht. Ik ben zelf mijn politieke carrière begonnen bij het OCMW en ik ben nog steeds OCMW-raadslid en dat was een heel bewuste keuze. Ik weet dus wel een beetje hoe het er daar aan toegaat, zoals nog anderen onder ons. Ik weet dat mensen er niet voor hun plezier heen gaan om geld te krijgen. Ik weet hoe hard het personeel van het OCMW werkt en met hoeveel overtuiging ze elke dag opnieuw proberen mensen terug op de rails te krijgen.

 

Nooit deden er meer mensen beroep op een leefloon als nu. Dat is niet iets waarop wij trots kunnen zijn, al lijkt onze regering er soms weinig problemen in te zien, aangezien haar maatregelen bijna systematisch de zwakkeren in onze samenleving extra hard treffen.

 

Maar goed, dat leefloon dus. Sinds 2002 kan de toekenning en het behoud ervan gekoppeld worden aan een GPMI, waarover het nu reeds enkele uren gaat. Dat is een overeenkomst tussen een maatschappelijk werker en een leefloongerechtigde met een aantal afspraken en engagementen. Het is een onderhandeld contract tussen twee partijen waardoor iedereen goed weet waaraan hij of zij toe is en waarnaar gestreefd wordt. Zo’n GPMI was tot nog toe alleen verplicht voor jongeren, maar nu wilt u, mijnheer de minister, dat contract voor elke leefloongerechtigde verplicht maken, met een mogelijke koppeling aan de gemeenschapsdienst.

 

Hoe u die uitbreiding naar alle leeflooncliënten vormgeeft en hoe u daartoe gekomen bent, is exemplarisch voor deze meerderheid. U bestelde een wetenschappelijke studie met een uitgebreide bevraging van het werkveld, u las de aanbevelingen, knipte er hier en daar een goedklinkende passage uit, ging verder totaal voorbij aan de essentie van de studie en deed er vervolgens uw eigen zin mee.

 

Het werkveld was immers eigenlijk geen vragende partij voor een verplicht GPMI, u voert het toch in. Medewerkers vragen eigenlijk om een goed begeleidingsinstrument en ook om minder administratieve last, u verhoogt die last.

 

U focust in de eerste plaats op professionele integratie en u kent sociale integratie een inferieure status toe. U kent extra middelen toe, maar u zet daar wel tijdsdruk tegenover en u koppelt een vrijwillige gemeenschapsdienst aan het GPMI. Zelfs een klein kind kan zich al afvragen hoe vrijwillig zo’n gemeenschapsdienst is, als degenen die het aanbieden tegelijk ook beslissen of men al dan niet een leefloon, een inkomen dus, krijgt.

 

Onderzoek uit Nederland, maar ook uit andere landen, toont aan dat verplicht vrijwilligerswerk de afstand tot de arbeidsmarkt vergroot. Het resultaat van die vrijwillige gemeenschapsdienst is eigenlijk het omgekeerde van wat de meerderheid denkt. Evaluaties van het systeem van de tegenprestatie, want zo heet die gemeenschapdienst in Nederland, wijzen uit dat de gemeenschapdienst de competenties of de positie van een leeflooncliënt niet verhoogt en dat het systeem daar vooral gebruikt wordt als een afschrikmiddel.

 

Het blijkt bijna onmogelijk om werk te vinden of taken te vinden die niet leiden tot de verdringing van wat ik echt vrijwilligerswerk noem of, erger nog, tot de verdringing van betaalde arbeid. Toch introduceert u dat systeem en stelt u in uw ontwerp dat de gemeenschapdienst gericht moet zijn op een toekomstige, bezoldigde tewerkstelling. Aangezien de praktijk al bewijst dat het niet zo is, ga ik ervan uit dat u het puur vanuit de ideologie “voor wat hoort wat” wilt invoeren, niet omdat het nuttig is voor de persoon in kwestie. Sta mij toe om dat bijzonder verontrustend te vinden.

 

Bovendien, het werd daarnet ook al aangekaart, speelt u hier een bizar een-tweetje met uw Vlaamse collega’s, want in Vlaanderen wordt momenteel geknipt en bespaard in de sector van de sociale economie en moeten mensen na enkele jaren verplicht doorstromen naar het normale economische circuit. Als zij daar niet sterk genoeg voor zijn, dan staat de deur richting OCMW en het leefloon open en wacht hun dus vanaf nu de optie van de vrijwillige gemeenschapsdienst. Zult u dan vrijwilligers de concurrentie laten aangaan met hun collega’s uit de sociale economie? Zoals ik daarnet aangaf, in mijn reactie aan mevrouw Lanjri, ziet men die perfide logica nu al aan het werk in sommige gemeenten. Om budget uit te sparen, worden taken die eigenlijk door personeel moeten worden uitgevoerd nu door vrijwilligers gedaan. Het is bovendien zelfs best mogelijk dat men binnen de gemeenschapsdienst exact hetzelfde moet gaan doen als voorheen, maar dan voor een leefloon dat mijlenver onder de armoedegrens ligt en voor een begeleiding die op dit moment helemaal niet duidelijk is.

 

Mijnheer de minister, ik ben ervan overtuigd dat het werkveld openstond voor verandering en daar misschien zelfs nood aan had. Dat werkveld deed hiervoor tal van suggesties, vervat in een wetenschappelijk onderbouwd rapport. Ik vrees echter dat dit wetsontwerp niet de verhoopte verandering brengt in het werkveld. U volgt enkele lettertjes en negeert de geest van het rapport.

 

Uw wetsontwerp is tegendraads en straalt wantrouwen uit. Dat laatste zijn niet mijn woorden, mijnheer de minister, maar de woorden van de auteurs van de studie zelf, in een artikel dat onlangs verscheen. Zij zijn bijzonder teleurgesteld in uw wetsontwerp en voelden heel hard de noodzaak om te reageren. Ik kan hen daarin geen ongelijk geven.

 

In het rapport van die wetenschappers werden verschillende voorstellen opgenomen om het GPMI als ondersteunend en dynamisch begeleidingsinstrument te versterken. Dat vraagt om duidelijke, verstaanbare informatie en transparantie; duidelijkheid over rechten en plichten. Op die manier kan er in alle rust en stabiliteit worden samengewerkt aan een haalbaar toekomstperspectief.

 

Dit wetsontwerp doet niets met die aanbevelingen, integendeel. We zien nu al dat een GPMI vaak te snel wordt ondertekend omdat het extra geld betekent, vóór de cliënt nog maar weet dat hij een bindend contract heeft getekend, laat staat de inhoud kent en ook begrijpt.

 

U zegt in het ontwerp dat u de nodige tijd wilt geven, maar u kent pas middelen toe na de ondertekening van het GPMI. Terwijl het net al heel wat investering en begeleiding van de maatschappelijke assistenten vraagt om tot een goed onderhandeld GPMI te komen, met engagementen van de cliënt en het OCMW, dat de cliënt ook effectief begrijpt wat hij ondertekent, dat goed op de mogelijkheden en de noden van de cliënt afgestemd is, dat haalbaar doch ambitieus genoeg is, op maat van de cliënt.

 

Bovendien lopen de middelen maar voor een jaar. Ik meen dat het risico erg groot is dat op dit vlak de financiering de hulpverleningslogica verdringt. Het risico is ook groot dat het cliëntperspectief uit het oog wordt verloren. Een contract zou normaal gezien een afspraak moeten zijn tussen twee evenwaardige partijen, waarbij een eventueel zwakkere partij extra informatie, tools en begeleiding krijgt, maar vooral ook voldoende tijd krijgt om het contract in evenwaardigheid te tekenen. Hier wordt de tijdsdruk om te tekenen opgevoerd, met alle mogelijke gevolgen van dien. Daarbij komt dat de maatschappelijk werker nu voor iedereen een GPMI moet opstellen, terwijl dat vroeger meer geval per geval kon worden beoordeeld of het wel opportuun was.

 

Mijnheer de minister, ik denk dat de belangrijkste vraag is of de OCMW’s hun cliënten met onderhavig wetsontwerp beter zullen kunnen begeleiden, waarbij de maatschappij, wij allemaal baat zouden hebben. Daar zijn geen garanties voor. Wij zien die niet. Wij zien niet de noodzakelijke voorwaarden, opdat de voorgestelde tekst een goed wetsontwerp zou zijn.

 

Wat komt er wel bij? Er komt meer administratie bij. Het risico op een eenheidsworst wordt groter, evenals het risico dat nog meer kwetsbare mensen dan vandaag worden uitgesloten van het allerlaatste vangnet van onze sociale zekerheid in een tijd waarin nog nooit zo veel mensen een beroep op een leefloon moeten doen als nu. Men zou voor minder achterdochtig worden, mijnheer de minister.

 

18.22  Catherine Fonck (cdH): Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, tous les bénéficiaires du CPAS ne sont pas des profiteurs, des fraudeurs, ne sont pas des personnes qui se complaisent dans la précarité. Si je tiens ces propos en préambule de mon intervention, c'est parce que certains politiques tentent de présenter de cette façon les personnes qui bénéficient du CPAS.

 

Je tiens également à dire clairement et à voix haute que l'on ne peut pas se résigner à ce que les bénéficiaires du CPAS le restent pour une durée prolongée, voire même pour une bonne partie de leur vie. On ne peut se résigner à laisser ces gens sans perspective de réintégration sociale et de réintégration professionnelle. Se résigner à ce qu'ils émargent indéfiniment au CPAS, c'est tout, à mes yeux, sauf avoir une approche sociale.

 

Ceux qui ont plus de 25 ans ne peuvent pas non plus être laissés sans accompagnement intensif à la réintégration sociale et professionnelle, ce simplement en raison de leur âge.

 

Est-il possible de réintégrer professionnellement tous les bénéficiaires du CPAS? Sans doute pas, et même probablement non. En effet, pour les personnes les plus éloignées socialement et professionnellement du marché du travail, il y a souvent d'autres priorités vitales préalables à l'intégration professionnelle, que ce soit la maladie, l'absence de logement, l'analphabétisme ou encore des difficultés familiales très graves.

 

Notre groupe est donc favorable, monsieur le ministre, aux grandes lignes de ce projet de loi: l'extension du PIIS aux plus de 25 ans, une approche responsabilisante, la volonté d'une réintégration sociale et professionnelle, l'approche avec un contrat impliquant des droits et des devoirs, l'obligation du PIIS, mais en laissant la faculté aux CPAS de déroger à cette obligation.

 

Même si nous sommes favorables aux grandes lignes de ce projet de loi, nous avons voulu améliorer un certain nombre de points. C'est ainsi que j'ai déposé toute une série d'amendements en commission.

 

J'ai voulu convaincre la majorité de couler dans la loi une série d'améliorations que vous présentez potentiellement comme pouvant faire l'objet d'une circulaire. Au niveau des CPAS, on sait que la pratique est différente de même que l'approche. Aujourd'hui, chaque CPAS fait une interprétation à géométrie variable de certaines dispositions existantes pour les moins de 25 ans. Dès lors, la manière dont ils vont appliquer l'extension du PIIS aux plus de 25 ans pourra aussi clairement faire l'objet d'une interprétation à géométrie variable en fonction de la pratique des CPAS et des pratiques politiques locales

 

Tout d'abord, je voulais voir coulé dans la loi le fait que les études ou une formation soient vraiment prises en considération exactement de la même manière qu'un contrat de travail. Vous ne le prévoyez pas clairement dans la loi. Dès lors, je le redis, chaque CPAS pourra l'interpréter en fonction de ses pratiques. Faut-il rappeler ici qu'une grande majorité des bénéficiaires du CPAS ont un niveau d'études, soit, de l'enseignement primaire, soit secondaire inférieur. Les formations professionnelles ou la reprise d'études sont donc fondamentales pour qu'ils puissent s'intégrer professionnellement.

 

Le deuxième élément que je voulais voir coulé dans la loi, ce sont les aidants proches. Les prévoir de manière explicite dans la loi, monsieur le ministre, aurait fait en sorte que, sans aucune ambiguïté, l'obligation du PIIS ne s'applique en rien aux aidants proches, non pas en fonction de critères qui prêtent à discussion mais au contraire aux aidants proches tels que définis dans la loi votée en 2014.

 

J'ai donc déposé un amendement que je redépose ici en plénière pour que les aidants proches au sens de la loi de mai 2014, qui aident une personne en situation de grande dépendance, que ce soit une personne gravement malade, une personne démente ou lourdement handicapée, ne soient pas contraints de souscrire un PIIS.

 

Le troisième élément que nous voulions voir coulé dans la loi concerne le service communautaire, qui est facultatif. Nous aurions voulu qu'il puisse avoir lieu dans des ASBL qui ne soient pas liées au CPAS ou à la commune et différentes des CPAS en lien avec les pouvoirs locaux.

 

Vous me direz que cela peut se faire! Je peux témoigner que sur le terrain, en fonction des réalités locales, en fonction des partis au pouvoir, certains permettront que ce service communautaire s'exerce avec le secteur associatif indépendant du pouvoir local, d'autres ne le permettront pas ou ne le permettront qu'avec des ASBL dépendant directement de la commune et de son CPAS.

 

Vous comprendrez, monsieur le ministre, que ce sont des éléments qui nous posent véritablement question. Vous me direz sans doute que vous êtes d'accord avec moi en ce qui concerne l'aidant proche. Vous me direz probablement qu'il pourra bénéficier de cette fameuse équité et que, dès lors, le CPAS ne se trouvera pas dans l'obligation de lui imposer le PIIS. Sans doute me direz-vous que les études et la formation peuvent être prises en considération de la même manière qu'un contrat de travail et qu'ils pourront le faire dans des ASBL indépendantes du pouvoir communal. Peut-être… mais je le redis clairement, intégrer cela dans une circulaire ne suffit pas à nos yeux. Le couler dans la loi, si nous sommes d'accord, est une plus-value et permet d'éviter des interprétations divergentes et différentes dans le chef des CPAS.

 

Ces trois amendements sont redéposés en séance plénière. Il est pour nous particulièrement important de persévérer à porter ces aspects du dossier.

 

J'en viens au volet relatif au financement. Le financement reste limité. Si on veut éviter que cela ne se transforme en un simple acte administratif, il faut que le financement soit suffisant dans la durée que pour rendre efficace la réintégration sociale et, plus encore, professionnelle.

 

Enfin, monsieur le ministre, je vais terminer par un regret. Je pense qu'il aurait été possible de trouver un accord avec l'ensemble des fédérations des CPAS. Vous les avez revues tout récemment. Vous vous êtes mis d'accord en réunion sur une série de points pour lesquels manifestement vous partagiez la position des CPAS et pour lesquels les CPAS partageaient votre nouvelle position, que ce soit sur l'entrée en vigueur, sur la durée du PIIS d'un an, donc concomitante et identique à celle du financement supplémentaire.

 

Il aurait fallu, me semble-t-il, accepter certaines adaptations et améliorations de votre projet de loi qui ne remettaient en rien en question l'ossature et les grandes lignes de ce projet. Je trouve vraiment que cela aurait été une plus-value importante d'avoir un accord avec les fédérations des CPAS parce que cet accord global aurait renforcé tant votre projet de loi que la manière dont le PIIS sera, demain, étendu aux plus de 25 ans.

 

Pour toutes ces raisons et malgré le fait, je le redis ici, que nous soyons favorables aux grandes lignes générales de votre projet de loi, nous nous abstiendrons.

 

18.23  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Monsieur le président, chers collègues, monsieur le ministre, ma collègue, Evita Willaert, est intervenue de manière détaillée. Je ne vais donc pas faire le même exercice qu'elle.

 

Je veux absolument repréciser des fondamentaux. Parmi ceux-ci, se trouve le droit de chacun et de chacune d'avoir accès à un revenu minimum qui permette de vivre dans la dignité. Ce droit-là, il doit rester valable y compris pour celles et ceux qui échouent, qui ratent, qui vont parfois d'échec en échec, même si cela peut nous sembler bizarre ou curieux que quelqu'un rate plusieurs fois des projets de travail, des projets d'intégration sociale. Il y a des parcours de vie qui sont ainsi.

 

Notre responsabilité, dans une société qui se veut solidaire – et j'espère que nous partageons tous cet objectif minimal – c'est que ces personnes-là aient droit à un revenu minimum.

 

J'insiste sur ce droit fondamental et inconditionnel et je voudrais refaire le lien que j'ai fait en commission avec l'évolution des pratiques, des techniques, des conceptions qui sont apparues ces derniers temps dans la lutte contre la pauvreté. Nous sommes tous d'accord quant à l'effet positif des mesures qui ont été prises, qui consistent à commencer par donner un logement à quelqu'un pour que cette personne, une fois installée seule ou avec sa famille, puisse consacrer toute son énergie à son projet de vie, son intégration sociale, son intégration professionnelle. Il en va de même avec ce revenu minimum: si une personne n'a pas le minimum de garanties de pouvoir se nourrir, se loger, payer son loyer, son électricité, s'occuper de ses enfants, il ne faut pas espérer qu'elle se mobilise pour d'autres choses.

 

Le projet de loi que vous nous soumettez met cet accès à ce revenu minimum fondamental entre parenthèses pour ces personnes, qui sont les plus fragilisées dans notre société. C'est inacceptable. Les services juridiques de la Chambre, en deuxième lecture, vous ont suggéré d'enlever des termes tels que "suivre la loi est obligatoire", et vous avez accepté. Votre volonté première dans ce projet était d'affirmer que vous alliez obliger, exiger, qu'on était dans une société du mérite, qu'on allait refuser l'erreur.

 

Pourtant la bonne pratique, qui s'applique déjà maintenant et pas seulement en Flandre, consiste en l'accompagnement, l'élaboration avec la personne d'un projet de vie. C'est un cheminement que l'on fait avec elle, une construction d'étapes pour l'amener effectivement à dépasser sa situation, à oser affronter les difficultés d'une recherche d'emploi, d'une recherche d'activité, d'une participation à la vie en société.

 

De la même manière, vous dites que votre service communautaire va s'élaborer sur une base volontaire, d'accord, mais une fois qu'on l'a accepté, il devient obligatoire si bien que la personne ne pourra plus y renoncer. Là aussi, c'est un leurre, c'est une manière d'imposer votre volonté de réussite nécessaire pour pouvoir bénéficier des fruits de la solidarité de la société.

 

Comme vous l'ont dit tous ceux qui travaillent avec les personnes concernées, lorsqu'elles sont en difficulté, qu'elles ont essuyé plusieurs échecs, qu'elles se retrouvent face à un travailleur social en sachant qu'elles doivent faire preuve de bonne volonté pour garder leurs droits, elles ont tendance à surestimer leurs capacités et à s'engager dans des projets qui ne leur conviennent pas. Il faut leur permettre de rater et puis de recommencer en restant à leurs côtés, en continuant à les accompagner. Cela ne sert à rien de faire de la musculation vis-à-vis d'elles.

 

Il existe aujourd'hui des dispositions auxquelles les CPAS recourent. Elles permettent de contractualiser la relation d'aide et d'accompagnement, de donner accès à des contrats de travail à durée déterminée – je pense à l'article 60 – de recourir à de l'activité bénévole. Des balises et des encadrements délimitent ces mesures. Par exemple, si l'on fait du bénévolat ou du volontariat, c'est pour des tâches qui sont complémentaires à celles qui correspondent à un travail. On ne peut pas les accomplir à n'importe quelle condition et n'importe où.

 

Un flou entoure votre service communautaire, même si vous prétendez que les règles et le statut de bénévole seront appliqués. Toutefois, les garanties seront différentes, puisque votre objectif est que l'intéressé contribue à des activités à son bénéfice et à celui de la société, à celui de la collectivité ou de la communauté. Donc, vous voulez un "rendu" pour un "donné", ce dernier étant le revenu d'intégration sociale.

 

Plusieurs membres de la majorité soutiennent qu'à défaut de cet outil et d'une contractualisation obligatoire, on maintient les gens dans l'oisiveté et la dépendance. C'est d'ailleurs ce que l'on fait en Wallonie où il y a plus de chômeurs et de personnes dans la pauvreté, comme si cela dépendait des politiques relatives et spécifiques des CPAS et de l'accès au revenu d'intégration sociale; comme s'il n'y avait pas d'autres responsabilités ailleurs sur lesquelles travailler.

 

En ce qui concerne l'obligation de la contractualisation, je l'ai déjà dit en commission mais pour moi c'est fondamental, la démarche n'est pas éthiquement acceptable dans une relation entre un travailleur social et un bénéficiaire d'une aide. On veut faire croire que cette relation est élaborée entre deux personnes à égalité l'une vis-à-vis de l'autre. Un travailleur social qui impose un contrat est forcément dans un rapport de pouvoir vis-à-vis du bénéficiaire. Ici, c'est pire puisque, à la fois, vous laissez l'autonomie au CPAS dans la capacité d'identifier les personnes qui pour des raisons de santé ou d'équité ne pourront pas développer un PIIS et trouver un travail, mais en même temps vous dites vouloir mettre en place un monitoring des CPAS. Mettre en place un travail d'accompagnement des CPAS pour évaluer avec eux les techniques, les résultats obtenus, les obstacles rencontrés et les solutions à apporter, c'est un type de démarche; avec un monitoring qui compare les résultats et les mises à l'emploi, sur base de chiffres, vous exercez une pression sur les travailleurs des CPAS et relativisez l'autonomie de ces CPAS.

 

Un autre élément manque dans votre projet: l'intérêt pour cette fameuse société et les membres de la collectivité et de la communauté, lesquels sont et doivent être des partenaires à part entière des politiques que vous voulez mener. D'une manière générale, si on veut qu'une personne qui a des difficultés arrive à s'intégrer, en milieu culturel, sportif, social, associatif ou professionnel, il faut que les groupes, les organisations vers lesquels elle se dirige en aient eux aussi la capacité.

 

Il faut qu'ils aient la capacité d'accueillir des personnes qui sont parfois bizarres dans leur fonctionnement, de sorte que parfois, ce qui se passe avec elles rate. Il faut donc soutenir ces acteurs. Cela demande aussi du temps, de l'énergie, et d'accepter qu'avec eux, parfois cela marche, parfois cela rate, et que plus tard, avec une autre personne, cela marchera peut-être. Le droit à l'essai et à l'erreur doit être préservé, pour le bénéficiaire du revenu d'intégration sociale mais aussi pour les membres de la société qui acceptent de jouer le jeu. Et le temps consacré aux travailleurs sociaux doit aussi comprendre cette dimension.

 

Le financement supplémentaire que vous allez accorder pour que les travailleurs des CPAS puissent réaliser ces PIIS doit donc être plus important et permanent. Il ne s'agit pas de simplement travailler durant un an de PIIS avec une personne. De manière transversale, pour être utile pour tous les bénéficiaires, il faut que ces travailleurs aient la possibilité d'aller sur le terrain négocier des partenariats.

 

Pour cela, le financement des CPAS est à revoir de manière globale et bien plus importante que ce que vous envisagez, et de manière plus claire, en meilleure concertation avec les partenaires, avec les travailleurs et les responsables de CPAS. Cela ne se fait évidemment pas en vase clos depuis un cabinet.

 

Dans le projet, vous instaurez une hiérarchie entre le travail au niveau des acteurs des CPAS, mais aussi au niveau du travail de participation et d'intégration sociale du bénéficiaire, entre ce qu'il va faire si c'est dans un milieu ou dans un contexte culturel, associatif, et la dimension "travail". Vous dites que l'objectif premier est que la personne trouve un emploi. À défaut, on peut l'accompagner et on pourra considérer qu'il est valable qu'elle s'intègre dans un autre contexte. Il s'agit là d'une hiérarchie arbitraire qui, de nouveau, ne prend pas en compte le cheminement individuel à faire avec chacun. Pour certaines personnes, peut-être que jusqu'au bout, l'accompagnement concernera autre chose que le travail, mais que cela lui permettra de vivre dans la société.

 

Monsieur le ministre, de manière beaucoup plus globale, il n'est pas tenu compte de certains éléments dans ce gouvernement et dans ce Parlement. Ils concernent les attentes et exigences que l'on nourrit vis-à-vis des plus faibles. On exige d'eux qu'ils puissent se réintégrer dans le milieu du travail. Si c'était possible pour tout le monde, cela se saurait aussi depuis longtemps.

 

J'en viens à vos actions portant sur la manière de susciter la création d'emplois, et à celles visant à diminuer l'impact du dumping social. Comme nous l'avons vu en discutant de votre transposition des directives relatives aux marchés publics, vous n'avez pas osé aller jusqu'au bout pour mettre vraiment fin au dumping social.

 

À partir du moment où vous acceptez qu'il soit encore possible que le critère d'un marché public soit le prix le plus bas, cela signifie que vous allez tolérer le détournement et le dumping social. Vous allez à l'encontre de la création d'emplois, et particulièrement d'emplois peu qualifiés. Vous allez donc à l'encontre de la politique que vous voulez mener à travers la remise à l'emploi des bénéficiaires du revenu d'intégration sociale.

 

Les mesures prises par ce gouvernement pour lutter contre la destruction d'emplois liée à des entreprises et à des acteurs économiques qui préfèrent la spéculation et l'usage de paradis fiscaux plutôt que l'investissement dans la création d'emplois vont à l'encontre des politiques que vous voulez défendre concernant la remise à l'emploi des bénéficiaires du revenu d'intégration sociale. Par contre, vous attendez de ces bénéficiaires qu'ils réussissent à se trouver un emploi.

 

Nous voterons contre ce projet de loi. Mais mes conclusions sont plus larges que "pour" ou "contre" un plan d'intégration sociale individualisé. Leur teneur est que vos politiques s'attaquent à la qualité de l'emploi, qu'elles ont exclu et continuent à exclure les chômeurs, elles pénalisent les temps partiels et vont pénaliser les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale. Vous vous en prenez toujours plus et toujours plus fort aux plus faibles, tandis que vous continuez à courber l'échine devant les puissants, et surtout devant ceux qui préfèrent tricher.

 

18.24  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le président, chers collègues, le PTB est intervenu dans ce débat, en commission, pour expliquer son opposition ferme à ce projet et, en particulier, au service à la collectivité pour les bénéficiaires du revenu d'intégration. Je ne souhaite donc pas à nouveau entrer dans le débat, même si mes collègues n'ont pas manqué de répéter assez longuement leur argumentation.

 

Finalement, je n'ai qu'une question à poser au ministre ou à la majorité. Si vous trouvez que le service à la collectivité est une tâche importante pour la société, pourquoi n'offrez-vous pas un vrai job aux intéressés? En effet, le meilleur moyen de réintégrer quelqu'un dans la société, c'est de lui proposer un véritable emploi, sinon en quoi ce service à la collectivité va-t-il aider? En rien!

 

Les CPAS et les autorités locales sont confrontés à des coupes budgétaires importantes. Ils vont donc confier de plus en plus de tâches à des "volontaires" dans le cadre de ces services à la collectivité.

 

Selon le gouvernement, ce système fonctionnera sur une base volontaire. Est-ce vrai? Nous verrons à l'autopsie. En tout cas, les experts de la Haute École Charlemagne et de l'Université Saint-Louis qui ont mené une étude à la demande du ministre ont fait savoir que cette mesure "peut ouvrir la porte à l'arbitraire, à des pratiques au cas par cas des CPAS par rapport à leurs utilisateurs en fonction notamment des choix politiques locaux", comme c'est déjà le cas dans certains pays étrangers.

 

Chers collègues, je terminerai mon intervention par une conclusion politique et une conclusion pratique. D'un point de vue politique, ce projet, comme toute la politique d'activation, montre que ladite activation est une forme de dumping social, mais entre résidents belges pour exercer une pression à la baisse sur l'ensemble des salaires. D'un point de vue pratique, chers collègues, le PTB votera rouge.

 

18.25  Véronique Caprasse (DéFI): Monsieur le président, je voudrais simplement dire, au nom de mon parti, que nous ne sommes pas contre le PIIS, mais contre le fait qu'on le rende obligatoire. Il est évident que nous voterons contre ce projet.

 

Je ne répéterai pas tout ce qui a été dit ici, mais nous pensons que ce projet va augmenter la précarité et mettre les gens à la rue alors qu'ils ne le méritent certainement pas. Ce n'est pas parce qu'on est en état de précarité qu'on est incapable d'aller plus loin dans la vie. Ce sont des gens qui sont paumés et qui ne pourront pas trouver un job. Votre projet ne va pas les y aider. Nous voterons contre.

 

18.26  Barbara Pas (VB): Mijnheer de voorzitter, ik zal niet herhalen wat ik in de commissie al heb uiteengezet.

 

Het is geweten dat het voor mij positief is dat in het voorstel leefloon aan vrijwillige gemeenschapsdienst en aan een geïndividualiseerd project wordt gekoppeld. Ik ben er, zoals velen onder u, van overtuigd dat werken en tewerkstelling het beste middel zijn om een werkzoekende uit de armoede en uit het isolement te halen.

 

Niettemin zou ik nog twee elementen, waarover ik nu tijdens de plenaire vergadering opnieuw een amendement heb ingediend en die nog niet aan bod zijn gekomen, aan het debat willen toevoegen.

 

In het wetsontwerp wordt er, zoals ik in de toelichting lees, voor gekozen personen die momenteel een subsidiaire bescherming krijgen en momenteel een beroep op het OCMW kunnen doen, op een gelijkaardige manier in onze maatschappij te integreren als de vluchtelingen en hen, zoals bij de erkende vluchtelingen, ook in te schrijven bij de rechthebbenden op het recht op maatschappelijke integratie.

 

Ik begrijp die keuze van de regering niet goed. Ze is niet echt consequent met de beslissingen die zij hebben genomen om het verblijfsrecht voor erkende vluchtelingen en personen met een subsidiair beschermingsstatuut in de tijd te beperken.

 

Ik meende dat die beslissing was genomen met de bedoeling de eventuele terugkeer naar de landen van herkomst voor te bereiden. Voor personen voor wie het de bedoeling is naar het land van herkomst terug te keren, vraag ik mij af waarom zij op die manier maatschappelijk in de samenleving moeten worden geïntegreerd. Zij zouden veeleer op een terugkeer naar eigen land moeten worden voorbereid.

 

Ik begrijp dan ook niet dat een regeringspartij, zoals de N-VA, die inzake asiel zelfs voor een apart statuut pleit, op die manier de hoop nog vergroot en ook het aanzuigeffect vergroot.

 

In het amendement dat wij hebben ingediend kiezen wij ook voor een gelijkaardige manier van behandeling van erkende vluchtelingen en personen die subsidiaire bescherming krijgen. Wij doen dat echter niet door die laatste categorie toe te voegen aan de wet die u vandaag wijzigt. Wij halen die categorie eruit, zodat zij, net zoals de mensen met subsidiaire bescherming, bij de OCMW’s terechtkunnen.

 

Ik kom nu tot een tweede punt.

 

Het gaat over tewerkstelling en aan het werk geraken. Ik heb veel sprekers horen aantonen dat het voor bepaalde categorieën zeer moeilijk is om aan werk te geraken. Niemand zal mij echter kunnen tegenspreken als ik stel dat de kennis van de taal van het taalgebied waarin de betrokkene woont, een zeer belangrijke sleutel is tot het bekomen van een vaste betrekking en tot maatschappelijke integratie. Van diegenen die de kennis van de streektaal onvoldoende of niet hebben en die via het recht op maatschappelijke integratie een beroep doen op de solidariteit van die gemeenschap, mogen wij toch wel verwachten dat zij een inspanning zouden leveren om die taalkennis te verwerven. Om die reden stellen wij voor om daar een resultaatsverbintenis aan vast te hangen.

 

In het amendement dat wij vandaag opnieuw hebben ingediend, stellen wij een regeling voor die grotendeels geïnspireerd is naar Nederlands voorbeeld, op wetgeving die in Nederland vandaag van kracht is. De idee is om een regeling uit te werken waaraan voor personen die een beroep doen op het recht op maatschappelijke integratie, wel degelijk een resultaatsverbintenis wordt gekoppeld om de taal van de streek te verwerven. Het recht op maatschappelijke integratie wordt degressief aan die taalkennis gekoppeld. Voor die wet, die in Nederland van kracht is, is er in maart 2015 een wetswijziging goedgekeurd. De eis tot beheersing van de Nederlandse taal werd er toegevoegd aan een wet, gelijkaardig aan het wetsontwerp dat hier nu voorligt. Sinds het begin van dit jaar is die Nederlandse wet in voege. Die wet bepaalt dat een bijstandstrekker die niet in voldoende mate kennis heeft van de Nederlandse taal, nodig om aan een job te geraken – het gaat zelfs nog maar om puur functionele kennis – in eerste instantie op een vermindering van de bijstand kan rekenen als hij geen initiatief neemt om die kennis bij te schaven. Als de bijstandstrekker volhardt in de boosheid en de toestand blijft voortduren, dan zal hij op de duur zijn volledige bijstand verliezen. Dat is de idee.

 

In Nederland is het systeem dat de eerste zes maanden de bijstand met 20 % wordt verminderd, tussen de zes en de twaalf maanden met 40 %. Na een jaar wordt dan de bijstand volledig afgeschaft als de betrokkene niet de nodige inspanningen heeft gedaan om voldoende Nederlands te kennen, juist om op de arbeidsmarkt aan de slag te kunnen gaan. In de praktijk blijkt het helaas vaak nodig om een stok achter de deur te hebben, omdat men zich de streektaal niet uit zichzelf eigen zal maken zolang de bijstand onbeperkt blijft voortduren.

 

Wij hebben die Nederlandse regeling in grote lijnen overgenomen in de amendementen 3 tot en met 5 die ik vandaag heb heringediend. Degenen die ervan overtuigd zijn dat het nodig is, dat het een pluspunt is en eigenlijk onontbeerlijk is dat men om aan een job te geraken de streektaal kent van het gebied waar men woont, krijgt in tegenstelling tot het stemgedrag in de commissie vandaag nog een herkansing om deze amendementen wel te steunen.

 

De voorzitter: Daarmee zijn alle ingeschreven en niet-ingeschreven sprekers afgewerkt en geef ik het woord nu aan de regering.

 

18.27 Minister Willy Borsus: Mijnheer de voorzitter, dames en heren volksvertegenwoordigers, collega’s, ik dank u voor uw verschillende uiteenzettingen, vragen en opmerkingen over het wetsontwerp. Het gaat natuurlijk om een belangrijke materie voor onze medeburgers en dan vooral de meest kwetsbaren onder hen. In deze materie hebben wij geprobeerd de gulden middenweg, het evenwicht te vinden tussen hulp, steun, begeleiding en verantwoordelijkheid.

 

On a beaucoup parlé d'instruments. Ce terme me semble correct en l'espèce. Le gouvernement et moi-même voulons, à travers ce texte, doter et aider un maximum de nos concitoyens à trouver ou retrouver le chemin de l'autonomie dans notre société en les munissant de moyens pour trouver du travail – c'est très clairement une priorité – mais aussi permettre à plusieurs d'entre eux de s'intégrer, d'avoir une vie de personne à part entière dans notre société.

 

J'ai entendu certaines remarques et questions qui me paraissent tout à fait légitimes, mais aussi des procès d'intention, des slogans, des exagérations, des comparaisons. J'ai même entendu revenir le débat sur les marchés publics. Autorisez-moi à ne pas du tout partager cette opinion.

 

Ensuite, l'activité n'est pas l'objet de notre présent débat, même si c'est l'une des priorités de notre gouvernement, qui veut réformer, soutenir l'activité et permettre la création d'emplois. Les chiffres sont là: ils sont importants et éloquents.

 

J'en viens maintenant à la simplification administrative et aux sanctions. J'ai rappelé – et ce sera inclus dans l'arrêté royal de même que dans la circulaire – que nous avions voulu intégrer la transmission et la gestion d'informations à travers le rapport social électronique et souhaité organiser une véritable simplification administrative. Je n'ai pas besoin de formalités pour les CPAS. En revanche, je souhaite un vrai suivi qualitatif et quantitatif du travail mené ainsi que de ses résultats.

 

Pour répondre précisément concernant les ASBL, le service volontaire pourra s'exercer en dehors de la sphère strictement communale ou des CPAS mais devra bien sûr rester dans la sphère non marchande, dans la sphère associative.

 

Toujours à propos du service volontaire, je rappelle et je souligne que celui-ci est d'abord destiné aux bénéficiaires. L'interprétation de l'échevin qui s'était exprimé dans les médias était erronée. Il ne s'agit pas pour celles et ceux qui l'ont évoqué de créer une catégorie de nouveaux articles 60 ou 61. C'est un instrument pour permettre aux personnes d'être sur un chemin où elles acquièrent un certain nombre de connaissances, de contacts, de possibilités ou encore de leviers d'intégration dans la société et dans la communauté qui les entourent. On l'a rappelé, ce service sera bien volontaire, mais dès l'instant où il est contracté, il devient, en ce qui concerne sa poursuite, obligatoire.

 

Je voudrais aussi faire un sort aux critiques que j'ai entendues. Les travailleurs sociaux auraient donc massivement l'intention d'imposer de façon injuste, incorrecte et en violation de leur engagement de travailleurs sociaux, des GPMI, des PIIS accompagnés de service volontaire au détriment des bénéficiaires. Je refuse ce procès d'intention que, monsieur Massin et d'autres, vous faites aux travailleurs sociaux. Montrez-moi ces excès si vous les voyez! Nos services d'inspection seront là pour vérifier ceux-ci.

 

18.28  Éric Massin (PS): Monsieur Borsus, s'il vous plaît, ne trahissez ni ma pensée ni mes propos. Ce n'est pas ce que j'ai dit et je commence à en avoir sérieusement marre! Moi, je ne vous accuse pas, je ne transforme pas vos propos; s'il vous plaît, faites de même avec moi ou cela se passera très mal!

 

18.29  Willy Borsus, ministre: Pour être très précis – j'ai l'habitude de tenter de l'être – j'ai entendu exprimé à la tribune "contrat léonin". En droit civil, c'est un contrat par lequel on oblige de façon injuste une partie à accepter ce qu'elle n'accepterait pas dans des circonstances normales. Je considère que nos milliers de travailleurs sociaux vont effectivement proposer ces PIIS, avec leurs différents contenus et outils, dans l'intérêt des bénéficiaires et non dans une démarche telle que celle qui a été caractérisée tout à l'heure à la tribune. En ce qui concerne les contenus, j'espère bien sûr que, articulés avec les compétences régionales en matière de parcours d'intégration, ils vont comporter des instruments de formation, d'information, de connaissance de langues, de parcours de pré-intégration sociale, d'intégration sociale et d'intégration professionnelle.

 

Je voudrais être clair aussi concernant le service communautaire … 

 

Le président: Un petit instant, monsieur le ministre.

 

18.30  Éric Massin (PS): Par rapport à cela, soyons corrects: j'ai effectivement parlé de "pacte léonin" dans la mesure où une partie se trouvant en état de faiblesse, elle n'a pas la possibilité de négocier les termes du contrat proposé. C'est ce qui risque d'arriver parce qu'on fait revenir l'arbitraire dans le cadre du projet de loi qui est sur la table. Cet arbitraire existe déjà, c'est ce qui a été mis en avant par les auteurs de l'étude du SPP Intégration sociale.

 

18.31  Willy Borsus, ministre: Depuis plusieurs semaines, un certain nombre de CPAS m'ont dit qu'ils proposaient déjà un certain nombre de PIIS. Beaucoup de CPAS vont plus loin, dans l'étude, en indiquant qu'ils souhaitent que les PIIS soient proposés à un plus grand nombre.

 

Je ne lis nulle part, dans les commentaires qui me sont adressés, ces reproches d'arbitraire. Qui dit arbitraire veut donc dire qu'il faut considérer que des travailleurs sociaux, de façon arbitraire, imposeraient des éléments eu égard au rapport qui existe entre le travailleur social et le bénéficiaire. Je n'accepte pas ce procès qui est fait aux travailleurs sociaux et aux CPAS.

 

18.32  Éric Massin (PS): Monsieur le ministre, je n'ai jamais dit ou laissé sous-entendre que l'arbitraire existerait dans le chef des travailleurs sociaux. Si vous lisez bien votre étude, vous verrez qu'il y est précisé que l'arbitraire pourrait venir des décisions et des instructions de nature politique qui seraient données aux assistants sociaux par le conseil de l'action sociale ou le bureau permanent. Relisez votre étude!

 

18.33  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): C'est franchement malhonnête de votre part!

 

En effet, vous mettez en évidence le fait que rendre un contrat n'est pas rendre un projet ou la construction d'un projet de travail, d'un projet de vie, entre un travailleur social et un bénéficiaire. Ce n'est pas cela qui se trouve dans votre projet de loi. Dans votre projet figure clairement une obligation de contractualisation. Je regrette, une contractualisation n'est pas une manière saine de travailler. L'arbitraire et le rapport de force inégal, c'est vous qui les créez.

 

Vous répétez que par nos interventions, nous considérons que les travailleurs sociaux sont nuls, qu'ils vont faire n'importe quoi et ne pas respecter le bénéficiaire. Ce n'est pas ce que nous vous disons. Nous disons que vous créez des conditions de travail et de relation entre le travailleur social et le bénéficiaire qui aboutiront à normaliser les gens, à des exclusions, et qui rendront les personnes incapables de répondre aux attentes que l'on nourrira vis-à-vis d'elles.

 

18.34  Willy Borsus, ministre: Ce que j'entends me stupéfait!

 

Dans l'octroi des revenus d'intégration aujourd'hui, madame Gerkens, n'y a-t-il pas déjà un certain nombre d'impositions, un certain nombre de suivis? La disposition au travail n'est-elle pas contrôlée? Tous ces éléments-là ne font-ils pas l'objet déjà de suivis aujourd'hui? Considérez-vous tout cela comme étant anormal?

 

J'entends la précision de M. Massin et d'après elle, ce ne sont pas les travailleurs sociaux mais plutôt les comités spéciaux ou les conseils de CPAS que vous accusez. Je dis de la même façon que je n'endosse ni ne partage ce procès.

 

Je terminerai en évoquant plusieurs points qui me paraissent devoir être soulignés. En ce qui concerne les textes – et cela a été relevé – nous n'avons pas souhaité introduire quelque discrimination que ce soit. Le dispositif s'adresse à l'ensemble des bénéficiaires et, bien évidemment, le CPAS a, de façon motivée, la possibilité de décider d'exceptions en fonction de la situation ou d'éléments de la situation du bénéficiaire.

 

Il y a rétroactivité bien sûr, car nous souhaitons que ce dispositif, positif aux yeux de la majorité, mobilisant des budgets supplémentaires considérables pour les CPAS, puisse être proposé à toute une série de récents bénéficiaires du revenu d'intégration. Mais la rétroactivité est plus large: les CPAS peuvent également volontairement proposer des PIIS à des personnes ayant obtenu, avant les six mois, un revenu d'intégration mais dans ce cas, de façon tout à fait volontaire.

 

Madame Fonck, concernant les aidants proches, cet élément-là figurera expressément dans notre circulaire. Selon son appréciation et si c'est opportun, le CPAS pourra exonérer l'aidant proche d'un PIIS, le cas échéant.

 

Enfin, je fais le lien avec ce qui concerne le gemeenschapsdienst et la loi.

 

Het ontwerp van koninklijk besluit preciseert immers uitdrukkelijk de band tussen de gemeenschapsdienst en de wet van 3 juli 2005 betreffende de rechten van vrijwilligers.

 

C'est bien volontiers que nous ferons un monitoring précis de la mise en œuvre de la législation. Cela me paraît sain. Par ailleurs, l'évaluation de cette législation dans trois ans sera un moment important. Il s'agit d'une des réformes les plus significatives qu'il nous est donné de porter sous cette législature, en ce qui concerne les CPAS. Je remercie celles et ceux qui y ont trouvé un certain nombre d'éléments positifs. Je suis attentif aussi aux commentaires de tous les autres.

 

18.35  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, cela vaudrait la peine que vous regardiez les pratiques sociales. Comme vous l'avez dit, au demeurant, beaucoup de travail est déjà accompli, comme en témoigne l'accompagnement individualisé pour fixer des objectifs avec les intéressés, construire étape par étape un projet et même éventuellement s'y prendre autrement. Et heureusement! Mais pourquoi ajouter une dimension qui rejette quelqu'un en lui disant qu'il ne correspond pas à ce qu'on en attend en termes de mobilisation, sans pouvoir lui présenter des solutions de rechange?

 

Vous détournez l'étude, qui estime qu'une contractualisation est éventuellement utile avec une certaine catégorie de personnes, mais c'est avec celles qui ont le plus de capacités et avec lesquelles la relation devient le plus possible égalitaire qu'un contrat PIIS se révèle fructueux. Quand on se retrouve avec des personnes trop faibles, ce n'est plus un outil d'intégration. Voilà ce que vous dit l'étude et ce dont vous ne tenez pas compte, n'en conservant que quelques éléments qui vous arrangent pour justifier vos politiques.

 

Le monitoring dont vous avez parlé n'est pas inscrit dans votre projet de loi comme une véritable évaluation. Bien évidemment, une évaluation est nécessaire, mais à condition qu'elle soit élaborée avec les acteurs et que sa méthode soit définie collégialement. Or ce n'est pas ce que vous préparez, puisque vous défendez l'idée d'un monitoring qui énumèrera les bonnes pratiques qu'il faudra, si possible, généraliser aux autres. Par conséquent, il y aura les "bons" et les "mauvais" CPAS. J'espère me tromper et que vous allez changer d'avis en travaillant enfin de manière constructive avec les acteurs de terrain et non en leur demandant simplement leur avis de temps en temps.

 

Enfin, vous ne m'enlèverez pas de l'idée que si vous mettiez toutes vos politiques ensemble, vous verriez que d'un côté, vous déstructurez l'emploi et que, de l'autre, vous demandez aux plus faibles de trouver de l'emploi. La responsabilisation, vous la faites porter sur ces personnes-là et non sur les créateurs d'emplois ni sur les acteurs politiques que vous êtes.

 

De voorzitter: Vraagt nog iemand het woord? (Nee)

Quelqu'un demande-t-il encore la parole? (Non)

 

De algemene bespreking is gesloten.

La discussion générale est close.

 

Bespreking van de artikelen

Discussion des articles

 

Wij vatten de bespreking van de artikelen aan. De door de commissie aangenomen tekst geldt als basis voor de bespreking. (Rgt 85, 4) (1864/7)

Nous passons à la discussion des articles. Le texte adopté par la commission sert de base à la discussion. (Rgt 85, 4) (1864/7)

 

Het wetsontwerp telt 13 artikelen.

Le projet de loi compte 13 articles.

 

*  *  *  *  *

Amendements déposés:

Ingediende amendementen:

Art. 1/1(n)

  • 41 – Catherine Fonck (1864/8)

Art. 2

  • 36 – Barbara Pas (1864/8)

Art. 2/1(n)

  • 37 – Barbara Pas (1864/8)

Art. 3

  • 48 – Eric Massin (1864/9)

  • 59 – Evita Willaert cs (1864/9)

Art. 4

  • 60 – Evita Willaert cs (1864/9)

Art. 5

  • 49 – Eric Massin (1864/9)

  • 50 – Eric Massin (1864/9)

  • 61 – Evita Willaert cs (1864/9)

Art. 6

  • 51 – Eric Massin (1864/9)

  • 43 – Catherine Fonck (1864/8)

  • 52 – Eric Massin (1864/9)

  • 46 – Catherine Fonck (1864/8)

  • 57 – Eric Massin cs (1864/9)

  • 53 – Eric Massin (1864/9)

Art. 7

  • 47 – Catherine Fonck (1864/8)

  • 44 – Catherine Fonck (1864/8)

  • 54 – Eric Massin (1864/9)

Art. 7/1(n)

  • 38 – Barbara Pas (1864/8)

Art. 7/2(n)

  • 39 – Barbara Pas (1864/8)

Art. 8/1(n)

  • 40 – Barbara Pas (1864/8)

Art. 10

  • 42 – Catherine Fonck (1864/8)

  • 55 – Eric Massin (1864/9)

  • 56 – Eric Massin (1864/9)

  • 62 – Evita Willaert cs (1864/9)

Art. 13

  • 45 – Catherine Fonck (1864/8)

  • 58 – Eric Massin cs (1864/9)

*  *  *  *  *

 

De bespreking van de artikelen is gesloten. De stemming over de aangehouden amendementen en artikelen en over het geheel zal later plaatsvinden.

La discussion des articles est close. Le vote sur les amendements et les articles réservés ainsi que sur l'ensemble aura lieu ultérieurement.

 

*  *  *  *  *

Besluit van de artikelsgewijze bespreking:

Conclusion de la discussion des articles:

 

Aangehouden: de stemming over de amendementen en artikelen 2 tot 7, 10, 13.

Réservé: le vote sur les amendements et les articles 2 à 7, 10, 13.

 

Artikel per artikel aangenomen: de artikelen 1, 8, 9, 11 en 12.

Adoptés article par article: les articles 1,8, 9, 11 et 12.

*  *  *  *  *

 

19 Wetsontwerp tot wijziging van de wet van 3 november 2001 tot oprichting van de Belgische Investeringsmaatschappij voor Ontwikkelingslanden en tot wijziging van de wet van 21 december 1998 tot oprichting van de "Belgische Technische Coöperatie" in de vorm van een vennootschap van publiek recht (1865/1-7)

19 Projet de loi modifiant la loi du 3 novembre 2001 relative à la création de la Société belge d'Investissement pour les Pays en Développement et modifiant la loi du 21 décembre 1998 portant création de la "Coopération technique belge" sous la forme d'une société de droit public (1865/1-7)

 

Algemene bespreking

Discussion générale

 

De algemene bespreking is geopend.

La discussion générale est ouverte.

 

De heer Peter Luykx, rapporteur, verwijst naar het schriftelijk verslag.

 

19.01  Rita Bellens (N-VA): Mijnheer de minister, u hebt de BIO in de commissie terecht een krachtig instrument van de internationale samenwerking genoemd. Onze fractie is er ook van overtuigd dat de kracht van de private sector, naast die van alle andere sectoren, het Zuiden op duurzame wijze mee kan ontwikkelen. Investeren in de lokale private sector maakt daar een belangrijk deel van uit, net als het verlenen van technische assistentie om onze expertise op het vlak van micro-ondernemingen, kleine en middelgrote ondernemingen te delen. Omgekeerd is het openstellen van de BIO voor private investeerders een krachtige wijze om onze ondernemers te begeleiden bij hun initiatieven in het Zuiden.

 

Wij zijn het met u eens dat de bestaande wet op de BIO een aantal aanpassingen kan gebruiken om beter om te gaan met globale ontwikkelen op het vlak van de internationale samenwerking: de SDG’s, afspraken in het kader van Financing for Development en recent nog de Panama Papers. Wij verlenen dan ook graag onze steun aan bepaalde verduidelijkingen in de BIO-wet. Als er één boodschap is, is het wel die van de SDG’s en de Financing for Developmentconferentie, waar werd uitgedragen dat ontwikkeling vandaag een globaal en universeel verhaal is en niet langer een Noord-Zuid-verhaal of een zuiver ODA-gedreven verhaal.

 

Daarom is het interessant dat de BIO de mogelijkheid krijgt om ook in ons land fondsen op te zetten, die vervolgens investeringen kunnen uitvoeren in ontwikkelende landen. Die manier van werken kan katalyserend werken voor de relaties tussen onze ondernemers en ondernemers uit de ontwikkelende landen. Bovendien is het meer dan een goede zaak dat u er ook voor zorgt dat zelfs de kleinste starters kunnen profiteren van technische assistentie door het wegnemen van de 50/50-verdeling voor de bekostiging van de technische assistentie en de BIO zelf de grootte laat bepalen van het assistentiebudget dat zij op zich neemt. Dat wakkert zeker de ondernemingszin in de interventielanden aan.

 

Wij hopen dan ook dat het ontwerp een eerste stap is naar een meer doorgedreven samenwerking tussen ons land en de partnerlanden op het vlak van de private sector. Onze partners in het Zuiden hebben er alle belang bij dat het bedrijfsleven er kan groeien. Ook onze bedrijven kunnen daarbij helpen en zouden volop moeten worden ondersteund als zij de stap naar het Zuiden willen zetten.

 

U kunt dan ook op onze steun voor het ontwerp rekenen, mijnheer de minister.

 

Le président: Chers collègues, avant de passer la parole à M. Miller, on vient de me signaler que notre collègue, Philippe Pivin, est devenu grand-père en ce moment même d'une petite-fille, Elsa.

 

On le félicite! (Applaudissements)

 

19.02  Richard Miller (MR): Monsieur le président, monsieur le ministre, suite à la Conférence sur le financement du développement et l'Agenda 2030 pour le développement durable, ayant respectivement eu lieu à Addis-Abeba et à New York, la loi du 20 juillet 2014 qui organise et structure notre coopération sur un plan bilatéral et multilatéral devait être modifiée.

 

À travers la réforme que vous portez, plusieurs éléments législatifs ont évolué afin de refléter au mieux le nouveau paradigme de développement. À cet égard, le secteur privé, les pouvoirs publics, la société civile ont un plus grand rôle à jouer dans la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable. Notre cadre législatif doit en ternir compte.

 

Monsieur le ministre, au vu de ce nouveau paradigme, le MR soutient le projet du gouvernement ainsi que la démarche de participation du secteur privé. Les pays du Sud ont en effet un réel besoin de croissance inclusive et durable et nous sommes convaincus que parvenir à engager le secteur privé doit être considéré comme le principal moteur du progrès dans les pays en développement.

 

Grâce à BIO, la Belgique a la possibilité de renforcer les entreprises privées locales. C'est essentiel. Les modifications amenées par la réforme cadrent parfaitement avec l'accord gouvernemental qui recommandait la stimulation du secteur privé, comme moteur de la croissance économique, par le biais notamment de l'amélioration du climat d'investissement dans les pays partenaires. En outre, la loi stipule que seront sélectionnés les investisseurs privés soucieux de l'impact social et environnemental de leurs financements. Je souligne que la nouvelle législation laisse indemne le contrat de gestion et la contribution annuelle de l'État belge à BIO. Ce sont les raisons pour lesquelles notre groupe soutient votre projet.

 

19.03  Els Van Hoof (CD&V): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, geachte collega’s, ook ontwikkelingssamenwerking ontsnapt niet aan de steeds snellere veranderingen in de globaliserende wereld. De SDG’s hebben de plaats ingenomen van de MDG’s en de klassieke ontwikkelingshulp, zoals wij die in de voorbije decennia gekend hebben, heeft plaatsgemaakt voor een nieuwe ontwikkelingshulp, op grond van een nieuw paradigma, zoals u terecht stelt in de memorie van toelichting inzake de BIO. Ook de partnerlanden zelf spelen een veel grotere rol in de ontwikkelingssamenwerking.

 

Het Belgisch wetgevend instrumentarium is, ten gevolge van de ABOS-schandalen, sinds het einde van de jaren 90 grondig gewijzigd. Het implementeerde de op dat moment gangbare nieuwe inzichten en was, in een internationaal kader, zeer progressief. Ondanks de vooruitziendheid en de moderniteit kan ook ons instrumentarium niet ontsnappen aan maatschappelijke veranderingen en nieuwe inzichten. Het is een goede zaak, mijnheer de minister, dat u daartoe de nodige initiatieven neemt, en u hebt er al talrijke genomen, zodat onze ontwikkelingssamenwerking up-to-date blijft.

 

Met het voorliggende initiatief wil u tegemoetkomen aan het nieuwe ontwikkelingsparadigma, dat vastgesteld werd in Addis Abeba, rond ontwikkelingsfinanciering, maar ook in New York, rond de SDG’s. U wil nog meer dan voorheen inspelen op de rol van de private sector in ontwikkelingslanden. Ook ik ben ervan overtuigd dat de private sector in ontwikkelingslanden een belangrijke rol kan spelen. Om daadwerkelijk vooruitgang te boeken, is economische groei noodzakelijk, op voorwaarde dat deze, zoals u altijd terecht stelt, inclusief is en dat met andere woorden ook de grote groep armen in het Zuiden van deze economische groei kan profiteren en in staat zal zijn om een menswaardig bestaan uit te bouwen.

 

Dat neemt echter niet weg dat men toch vragen mag blijven stellen bij de legitimiteit, de effectiviteit en de efficiëntie van de private sector in ontwikkelingslanden alsook van de instrumenten die daarvoor, ook in België, worden gebruikt.

 

De voorbije jaren was de kritiek, overigens terecht, dat de BIO enkel en alleen op de financiering van winstgevende projecten gericht was, waardoor het ontwikkelingsrendement – wat uiteindelijk de doelstelling voor de BIO zou moeten zijn – steeds meer ondergesneeuwd geraakte. Het is een goede zaak dat u conform het regeerakkoord de BIO ertoe zult verplichten meer werk te maken van investeringen met een sterkere focus op ontwikkelingsrendement. Alleen om die reden zal CD&V het voorliggend ontwerp goedkeuren.

 

Mijnheer de minister, wij zullen dat echter niet blindelings doen. Er is immers een aantal bezorgdheden. In het voorliggend wetsvoorstel staan immers een aantal punten die voor interpretatie vatbaar blijven, omdat ze nog niet sterk genoeg worden geformuleerd. Daarom zal CD&V nauwgezet blijven opvolgen of de impact op ontwikkeling en de relevantie inzake ontwikkeling door de BIO daadwerkelijk wordt gerealiseerd. Daarom zou het nuttig en wenselijk zijn dat de definities in een nog goed te keuren beheerscontract van de BIO duidelijk zouden worden gedefinieerd, zoals ik in de commissie terecht al stelde.

 

Ik haal een drietal punten aan die voor ons in het beheerscontract belangrijk zijn.

 

U hebt zowel in de memorie van het ontwerp als tijdens de bespreking in de commissie herhaaldelijk gesteld dat er een sterkere focus op ontwikkelingsrendement komt te liggen. Er zijn nog maar weinig instanties in geslaagd het ontwikkelingsrendement goed te definiëren. Het ontwikkelingsrendement is nochtans het belangrijkste aspect voor de BIO. Hier knelt volgens mij echter het schoentje. Private investeerders, die u meer wenst aan te trekken, zijn immers begrijpelijkerwijze vooral geïnteresseerd in een zo hoog mogelijk financieel rendement met zo min mogelijk risico’s. Echter, investeringen in ontwikkelingslanden, meer in het bijzonder in fragiele landen, zoals u ze zelf naar voren schuift en waarvoor wij in ons ontwikkelingsbeleid hebben geopteerd, houden grote risico’s in, zowel qua succes als qua financieel rendement. Daarom zou het nuttig en wenselijk zijn indien men ontwikkelingsrendement duidelijk zou definiëren in het nog goed te keuren beheerscontract van BIO.

 

Ten tweede, verwijs ik naar het belangrijke artikel 3 van het ontwerp dat bedrijven definieert die aanspraak kunnen maken op de middelen van BIO. Als men dit artikel leest, dan kan bijna elke onderneming die gevestigd is in één van de interventielanden de nodige middelen van BIO aanvragen. Daarom moet er duidelijkheid komen welke ondernemingen hier helemaal geen aanspraak op kunnen maken. Als men het artikel leest, is het wel zeer uitgebreid. Mijn fractie dringt er dan ook op aan om dit duidelijk te stellen, ook in het beheerscontract.

 

In hetzelfde artikel 3 verwijst men ook naar het feit dat men ondersteuning zal geven in interventielanden aan ondernemingen die bijdragen aan de strijd tegen de klimaatverandering in die landen. Zij kunnen ook aanspraak maken op steun van BIO. Betekent dit dat een bedrijf dat zonnepanelen legt om op die manier goedkope eigen energie op te wekken, aanspraak kan maken op gelden van BIO? Als dit het geval is, kan men dit niet opvatten als een financiering van bedrijven met middelen van ontwikkelingshulp. Is in dit geval overigens de meerwaarde voor de mensen in het Zuiden zelf wel merkbaar? Ook hier moet meer duidelijkheid komen binnen het nieuwe beheerscontract van BIO.

 

Ten derde, blijven er ook nog altijd vragen rijzen over de hoogte van het bedrag dat door BIO wordt toegekend. Dat ligt nog altijd vrij hoog. Bij de oprichting in 2001 was de primaire doelstelling de lokale, private sector, de kleine en middelgrote ondernemingen waar ook u naar verwijst. Als men dan kijkt naar de bedragen, gaat het minstens over een miljoen euro waar toch een rendement moet tegenover staan. Dan vraag ik mij af of aan die micro- en kleine ondernemingen niet voorbij wordt gegaan. Het kan natuurlijk wel op indirecte manier, via fondsen waarin BIO zal participeren.

 

Zoals reeds aangestipt, waren het net die ondernemingen waarop BIO zich moet focussen, die misschien niet in aanmerking zullen komen. Grote ondernemingen beschikken immers over voldoende eigen middelen en andere opties op de kapitaalmarkt om investeringsmiddelen te genereren. Daarom dringen wij toch aan op een zekere coherentie met andere actoren en ngo’s. Daar hebt u ook naar verwezen in de memorie van toelichting. Ook in uw antwoord in de commissie hebt u gesteld dat u dat belangrijk vindt. Echter, dat werd nog niet gedefinieerd in de wet. Dat moet nog veel meer gespecificeerd worden in het nieuw beheerscontract.

 

De ngo’s hebben duidelijk iets bij te dragen, maar de afstemming met BIO is vandaag enkel gericht op een informele babbel. Ik denk dat het heel krachtig is als u de coherentie sterker in de geïntegreerde werking zou realiseren, door samen met de ngo’s en samen met BIO na te gaan op welke manier er op overheidsniveau samengewerkt kan worden in die landen. Ook die coherentie moet in het beheerscontract nog gedefinieerd worden.

 

U hebt ook heel wat bijkomende opdrachten gegeven aan BIO. Ik denk dat het goed is dat u ook in de nodige adequate middelen voorziet, evenals voldoende gekwalificeerd personeel. Vandaag beschikt BIO over 40 miljoen euro, inbegrepen het budget voor onder andere subsidies en kapitaalinvesteringen. Aangezien er heel wat nieuwe opdrachten zijn, denk ik dat het nodig is om over goed gekwalificeerd personeel te kunnen beschikken. Daarom hoop ik dat u er in de begrotingsonderhandelingen in slaagt om verder te streven naar die 0,7 %.

 

Mijnheer de minister, de CD&V-fractie zal dit ontwerp goedkeuren omdat de grote krijtlijnen conform het regeerakkoord zijn.

 

U hebt via BIO de intentie om een wezenlijke bijdrage te leveren aan de economische ontwikkeling van de landen in het Zuiden en daardoor de zelfredzaamheid te versterken. Onze fractie is daar absoluut voor.

 

De modaliteiten en de wijze waarop BIO dit zal doen, moeten echter nog verder worden gespecificeerd in het te onderhandelen beheerscontract. Wij zullen daarop verder toezien en dit in de commissie blijven opvolgen.

 

19.04  Tim Vandenput (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, collega's, dit wetsontwerp maakt een vernieuwend beleid mogelijk, dat aangepast is aan een veranderende wereld en een veranderend internationaal ontwikkelingsbeleid.

 

BIO heeft daarin zeker een rol te spelen. Voor de liberalen is de private sector een belangrijk aspect van internationale ontwikkeling. Dit kan een win-win zijn. Ook in onze partnerlanden is duurzame economische ontwikkeling en groei het beste instrument in de strijd tegen armoede en tegen de vele problemen waarmee deze maatschappijen worden geconfronteerd.

 

Ons beleid moet zoveel mogelijk structureel onderbouwend werken en ervoor zorgen dat individuen hun lot in eigen handen kunnen nemen om hun familie en hun omgeving te verbeteren.

 

Als wij privé-investeerders van bij ons via BIO kunnen laten meestappen in een verhaal dat niet alleen rendement nastreeft, maar ook kijkt naar de impact op de bevolking en het milieu, kan dat alleen maar een positieve wending zijn.

 

Ik benadruk ook dat het belang van de digitalisering bij de ontwikkeling van ontwikkelingslanden cruciaal is. De manieren waarop dit kan gebeuren, kunnen bij wijze van spreken morgen nog worden bedacht. De mogelijkheden daar zijn enorm, zij het in de landbouw, de stedenplanning of in de gezondheidszorg.

 

Het is dus belangrijk dat wij onze instrumenten flexibiliseren om dit ook op het terrein mogelijk te maken. Wij moeten blijven werken aan het bredere kader dat zulke ontwikkeling mogelijk maakt.

 

Dit wetsontwerp, mijnheer de minister, past volledig in die logica. Daarom zal onze fractie uw wetsontwerp steunen.

 

19.05  Dirk Van der Maelen (sp.a): Mijnheer de voorzitter, collega’s, in de commissie hielden de minister en ik een discussie over artikel 8 van het wetsontwerp, dat een artikel 3quinquies in de BIO-wet invoegt. De discussie ging over de vraag of de deur naar fiscale paradijzen als interventieland wel of niet dicht is.

 

Mijnheer de minister, ik heb dit artikel opnieuw bekeken en ik blijf bij mijn standpunt dat als gevolg van het nieuwe artikel dat u invoegt een land als interventieland kan fungeren indien het minder dan 5 jaar de OESO-standaarden niet heeft nageleefd. Een land dat aan die voorwaarde voldoet, is bijvoorbeeld Panama. Als gevolg van uw tekst zal Panama als interventieland, of als land waar een tussenstructuur van BIO gehuisvest wordt, kunnen fungeren, omwille van het feit dat Panama minder dan 5 jaar niet-conform de OESO-standaarden is.

 

Bij het onderzoek van uw tekst stuitte ik op artikel 3quinquies, § 2, waarin sprake is van een lijst die bij koninklijk besluit moet worden vastgelegd, een lijst die vastlegt welke landen bedoeld worden in artikel 307 van het Wetboek van de Inkomstenbelastingen.

 

Misschien kan ik niet goed zoeken, dat sluit ik niet uit, maar ik heb dat koninklijk besluit niet gevonden. Mijnheer de minister, bestaat er zo’n koninklijk besluit? Indien dat niet het geval is, bent u als minister van Financiën twee jaar in gebreke gebleven om dat te nemen.

 

Om de problemen die ik nu gesignaleerd heb op te lossen, heb ik een amendement ingediend waarin gesteld wordt dat de uitzondering van 5 jaar die u invoegt alleen mag slaan op de minst ontwikkelde landen en op landen met een laag inkomen.

 

Als wij dat doen, dan bereiken wij de doelstelling die u zichzelf hebt gesteld, met name ervoor zorgen dat ontwikkelingslanden zoals Congo, Rwanda, Burundi – ik kan de 11 andere partnerlanden ook opsommen – die ook nog niet voldoen aan de OESO-standaarden, toch als interventieland kunnen fungeren. Dat willen wij behouden, maar wij nemen het niet dat landen die een palmares van notoir fiscaal paradijs hebben, dankzij de nieuwe tekst die u voorstelt, kunnen fungeren als interventieland van de BIO of als land waar een tussenstructuur via dewelke de BIO werkt, wordt gehuisvest.

 

Daarom zullen wij straks ons amendement ter stemming voorleggen. Als het amendement niet wordt goedgekeurd, dan zullen wij het wetsontwerp niet goedkeuren, mijnheer de minister, omdat u deuren naar fiscale paradijzen opent.

 

19.06  Benoit Hellings (Ecolo-Groen): Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, lors des discussions en commission, nous avons abordé une question intéressante, à savoir qui peut financer la coopération au développement et pour qui ce financement peut-il intervenir?

 

BIO permet, depuis un certain nombre d'années, au secteur privé – les écologistes souhaiteraient que cela puisse être également le cas pour les particuliers – de financer la coopération au développement. En effet, il existe en Belgique une épargne privée extrêmement importante puisqu'il est question de plus ou moins 260 milliards d'euros. Or, nous savons que, dans notre pays, il y a des investisseurs qui recherchent des investissements qui ont du sens, qui portent un projet. Dans ce cas, il s'agit de développer le Sud. Et BIO pourrait rendre cela possible.

 

Qui peut investir? Le secteur privé. Je vous encourage donc vivement à travailler, à l'avenir, à un cadre législatif qui permettrait le crowdfunding et ainsi d'agglomérer une épargne privée qui pourrait investir dans les micro-entreprises, dans le développement en Afrique ou ailleurs dans le Sud.

 

Je concentrerai mon intervention sur un élément, à savoir pour qui? En relisant le rapport, mon attention a été attirée sur la modification que vous apportez via l'article 4, § 3, qui précise que BIO a pour objet social d'investir directement ou indirectement dans le développement des micro-entreprises, des petites et moyennes entreprises et des "entreprises établies dans les pays d'intervention".

 

Je partage ici les mêmes craintes que Mme Van Hoof. En ne mentionnant que les termes "entreprises établies dans les pays d'intervention", cela sous-entendrait que l'on pourrait étendre le financement de BIO à toute entreprise appartenant au secteur agricole, y compris à des entreprises de l'agrobusiness et du grand business. J'attends donc que vous me donniez des précisions à ce sujet.

 

Vous savez qu'il existe une controverse entre le secteur de la coopération, en particulier vos services, et le monde associatif de la coopération au développement, autour de deux entreprises, à savoir Feronia en RDC qui produit de l'huile de palme, qui est une entreprise cotée en bourse et qui a bénéficié de budgets de l'aide au développement, et Addax Bioenergy qui produit du bioéthanol à partir de la canne à sucre. Il ne s'agit pas là de micro-entreprises ni de petites et moyennes entreprises. Ce sont clairement des entreprises de très grande taille avec un objectif qui n'est pas un objectif de durabilité.

 

Si BIO finance des entreprises de l'agrobusiness, elle rate sa cible. J'aimerais que vous puissiez préciser ici que l'interprétation que je fais du troisième paragraphe de l'article 4 n'est pas correcte et que, dès lors, selon la loi actuelle, BIO ne pourrait pas investir dans les entreprises que je viens de citer et dans d'autres entreprises de grande taille qui font des agrocarburants. Le fait de produire des agrocarburants privilégie une industrie exportatrice. Or l'objectif de la Coopération au développement, en particulier depuis que la Coopération technique belge a rédigé une note sur la sécurité alimentaire en 2010, est d'investir dans des projets qui favorisent l'agriculture familiale et des projets économiques, qui visent au développement du commerce local, de l'agriculture et de l'économie locale. Si on ne parvient pas à atteindre cet objectif, BIO raterait sa cible.

 

Pour le reste, nous partageons les mêmes craintes que lorsque la loi a été créée il y a deux ans et demi. Par contre, nous restons favorables à l'idée que la coopération au développement soit aussi l'affaire de tous les citoyens et de tous les petits investisseurs, y compris les petits épargnants, les petits indépendants, les petits entrepreneurs belges qui peuvent aider ici ou là-bas des petits entrepreneurs du Sud.

 

19.07  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le ministre, ce projet de loi vise à réformer une nouvelle fois BIO pour répondre à la volonté de ce gouvernement et à votre volonté en particulier de miser sur le développement du secteur privé dans les pays du Sud pendant que le secteur public, lui, malheureusement passe de plus en plus au second plan.

 

Pour rappel, après plusieurs scandales, BIO avait été profondément réformée par le ministre Labille. Cette réforme avait alors été saluée par le secteur comme répondant aux dérives constatées dans le passé, notamment dans la sélection des projets ou dans le recours aux paradis fiscaux dont la presse s'était fait l'écho, tout en améliorant le rôle de BIO, en cohérence avec l'action de notre coopération belge et au service notamment de la sécurité alimentaire.

 

Par cette réforme, BIO ne pouvait plus jouer cavalier seul au sein de la coopération belge. Dès lors, nous ne comprenons pas bien cette nouvelle réforme proposée aujourd'hui ni sa valeur ajoutée après seulement trois ans. Au contraire, on a l'impression que l'on ouvre à nouveau et petit à petit la boîte de Pandore. Le risque est bien réel d'introduire le même flou qui avait permis, avant la réforme Labille, des dysfonctionnements ou des incohérences entre les méthodes qui étaient utilisées, les modes de fonctionnement et le choix de certains projets.

 

Si la recherche de souplesse est bien évidemment importante et que je peux la comprendre, de nombreuses questions que j'ai posées en commission sont restées sans réponse. Pourquoi, monsieur le ministre, assouplir ainsi les conditions relatives aux paradis fiscaux? Qui va contrôler les fonds d'investissement qui sont rendus possibles par ce projet? Qui veillera à la cohérence des projets ainsi sélectionnés? Au niveau de BIO, et là je rejoins ma collègue, il y a finalement très peu de personnes qui sont chargées du contrôle et du suivi. Du personnel supplémentaire va-t-il être engagé pour réaliser toutes ces nouvelles missions?

 

Par ailleurs – et là je rejoins les craintes de mon collègue Hellings —, monsieur le ministre, vous connaissez l'attachement fort et historique de mon groupe pour la sécurité et la souveraineté alimentaire. Malheureusement, il semblerait que ce projet permette une extension du champ d'application de BIO en l'étendant à toute entreprise dans le secteur agricole, dont les grandes entreprises de l'agrobusiness, avec les dérives possibles que l'on connaît.

 

J'aimerais dès lors, monsieur le ministre, que vous puissiez nous garantir ici, pour que ce soit inscrit noir sur blanc dans le rapport, que cette extension ne portera nullement atteinte à l'orientation de la note Agriculture et Sécurité alimentaire, qui cible en priorité l'agriculture familiale durable. Je crains que la cohérence des politiques ne soit mise à mal.

 

J'avais déposé des amendements pour faire en sorte que ce ne soit pas le cas. Le premier de ceux-ci visait un meilleur contrôle du détail des activités économiques, pays par pays. Le deuxième visait un élément très important, à savoir le contrôle accru des impôts afférents à ces activités économiques payés par ces entreprises qui ont bénéficié de financements, d'investissements ou de subsides de la part de BIO. Et, enfin, le troisième amendement visait à assurer un meilleur contrôle parlementaire des activités financées par BIO.

 

Mes amendements, ainsi que ceux de mes collègues, ont malheureusement été tous rejetés. Bien évidemment, cela n'améliore pas la cohérence des politiques. Ce n'est pas un bon signal vis-à-vis de la transparence. Ce n'est pas un bon signal vis-à-vis du respect de nos priorités, que ce soit en matière de développement durable, de droits humains et de cohérence des politiques. C'est pourquoi, monsieur le ministre, vous comprendrez que mon groupe s'abstiendra aujourd'hui, comme il s'est abstenu en commission.

 

19.08 Minister Alexander De Croo: Mijnheer de voorzitter, ik zal antwoorden in volgorde van de opmerkingen die gemaakt zijn.

 

Je vais regrouper les remarques de Mme Bellens et de M. Miller. En effet, vous soulignez le fait que le secteur privé a un rôle important à jouer dans le développement. Les objectifs de développement durable parlent justement du fait qu'il faudrait passer from billions to trillions. Si nous voulons être sûrs d'éliminer la pauvreté dans le monde entier avant 2030, nous devrons non seulement nous tourner vers les pouvoirs publics mais aussi vers la société civile et certainement vers le privé.

 

Als we naar de cijfers kijken, stellen we vast dat in de ontwikkelingslanden 60 % van het bbp, 80 % van de financieringsstromen en 90 % van de tewerkstelling wordt gecreëerd door de private sector. De enige manier waarop men mensen op een duurzame manier uit de armoede kan halen, is door ervoor te zorgen dat er een duurzame, maar ook inclusieve economische groei komt. Als die economische groei er niet is, als de private sector zijn plaats niet krijgt, dan kan men nooit op een duurzame manier mensen uit de armoede tillen.

 

Mevrouw Van Hoof, u zegt dat er enkel zou worden gekeken naar winstgevende projecten vanuit het perspectief van de private sector. Ten eerste heeft BIO de mogelijkheid om bepaalde projecten goed te keuren die nul economisch rendement halen. Het is dus mogelijk om projecten met nul rendement goed te keuren, als men ervan uitgaat dat het rendement op het gebied van ontwikkeling sterk genoeg is.

 

Ik ben het er ook niet mee eens dat de private sector enkel op zoek is naar een maximaal economisch rendement. Men ziet vandaag doorheen heel Europa dat de sector van impact investing zich zeer sterk aan het ontwikkelen is. In België is die nog minder ontwikkeld voor het moment, maar het is niet zo dat investeerders of de private sector puur naar economisch rendement kijken. Meer en meer begint men ook te kijken naar andere elementen op het gebied van ontwikkeling en dat is een eerder goede zaak.

 

U zegt dat een aantal zaken voor interpretatie vatbaar is, bijvoorbeeld de impact op ontwikkeling. Ik zou toch graag een element vermelden dat BIO in zijn evaluatie gebruikt. BIO kijkt naar wat men noemt de development rating. Die heeft een aantal criteria waarnaar moet worden gekeken. Elk van die zeven criteria moet bekeken worden.

 

Men moet kijken naar lokale economische groei. Men moet kijken naar de mogelijkheid van innovatie of consolidatie voor de private sector. Men moet kijken naar de impact op voedselzekerheid.

 

Je sais que c'est important pour la collègue Grovonius. L'impact sur la sécurité alimentaire constitue l'un des critères d'évaluation du projet.

 

Men moet kijken naar de toegang tot basisgoederen en basisdiensten. Men moet kijken naar de impact op de vermindering van de klimaatverandering. Men moet kijken naar het verbeteren van de best practices op het gebied van ESG. Men moet, ten slotte, ook kijken naar de impact op het gebied van gendergelijkheid.

 

Dat zijn allemaal elementen die vandaag door BOI bij het evalueren van projecten worden gebruikt. Het is heel duidelijk dat niet alleen naar een economisch rendement wordt gekeken. Dat zijn zaken die in het beheerscontract staan, maar misschien moeten wij een aantal zaken in een volgend beheerscontract scherper stellen. Daar ben ik absoluut niet tegen.

 

U merkte ook op dat BIO op het gebied van investeringen een aantal minima heeft en dus niet in heel kleine projecten of zelfs in microfinanciering kan investeren.

 

Dat is correct. Dat is ook, omdat BIO natuurlijk heel hoge transactiekosten zou hebben. Indien u wil dat BIO ook rechtstreeks in heel kleine projecten investeert, moet u er wel rekening mee houden dat de kosten, om dergelijke projecten te evalueren, bij BIO relatief hoog zijn. Dat zou betekenen dat de overheidskosten buitensporig hoog zouden worden ten opzichte van wat kan worden geïnvesteerd.

 

Dus wordt daarvoor van indirecte investeringen gebruikgemaakt, wat u zelf ook hebt aangehaald. Ze worden soms fund of funds genoemd. Er wordt daarbij geïnvesteerd in fondsen, die daarna verder investeren. Dat is normaal. Wij merken dat ook andere investeringsfondsen van andere landen vaak die methode gebruiken.

 

Een laatste punt gaat over de vraag wie op projecten of op financiering van BIO aanspraak kan maken.

 

Dat is vandaag relatief breed gedefinieerd en is natuurlijk ook een verantwoordelijkheid van de raad van bestuur. Wij moeten BIO ook vertrouwen geven. Er wordt aan BIO een bepaald wettelijk kader gegeven dat in een beheerscontract wordt gepreciseerd.

 

Voor mij moet een wet algemeen genoeg zijn. Het kan hier niet de betrachting zijn in een wet allerlei heel specifieke elementen in te voeren. Dat zorgt er immers voor dat een wet, ten eerste, quasi onwerkbaar wordt en, ten tweede, een zekere tijdloosheid verliest. Wij kunnen vandaag een aantal actuele bezorgdheden in de wet plaatsen, maar in dat geval moet de wet bijna elke twee of drie jaar worden gewijzigd, wat niet de juiste methode is.

 

Een beheerscontract is daarvoor een veel beter instrument. De verantwoordelijkheid van bestuurders en van een raad van bestuur is een belangrijk element.

 

Mijnheer Van der Maelen, wij hadden in de commissie inderdaad een meningsverschil en ik stel vast dat wij dat meningsverschil nog altijd hebben. Ik heb in de commissie heel wat zaken vermeld die ook in het verslag staan, maar ik wil die hier zeker opnieuw vermelden.

 

Het is heel duidelijk dat de BIO als opdracht heeft ervoor te zorgen dat de ontsporingen uit het verleden, met investeringen via fiscale paradijzen, niet meer gebeuren. Constructies met illegale of illiciete financiële stromen die alleen tot doel hebben om het betalen van belastingen die moeten worden betaald, te vermijden, aanvaarden wij bij de BIO niet meer. In het verleden hebben wij daarmee problemen gehad. De huidige wet zet in mijn ogen de deur daarvoor absoluut niet open. De huidige wet vermeldt een lijst van 52 landen waarbinnen interventies mogen gebeuren. U spreekt over Panama. Panama staat niet in de lijst van 52 interventielanden.

 

U maakte melding van een KB dat u niet terugvond. Het gaat volgens mij over het KB van 1 maart 2016, met een lijst van 30 landen die vandaag geen of een zeer lage vorm van belasting kennen. Het is zeer duidelijk dat op geen enkele manier van die 30 landen gebruikgemaakt mag worden. De landen op die lijst staan niet tussen de 52 interventielanden. Dat is een bijkomende grendel die vandaag bestaat.

 

Waarom maken wij een opening naar de lijst van het Global Fund, die de OESO zou maken? Het initiatief van het Global Fund houdt in dat men aan bepaalde landen vraagt waarom zij niet in onderhandeling zouden gaan met de OESO om goedgekeurd te worden als landen die wel degelijk de regels respecteren. Die landen zijn daartoe niet verplicht. Heel wat van de 52 interventielanden hebben die inspanning vandaag nog niet gedaan. Wil dat daarom zeggen dat die landen vandaag allerlei constructies toelaten die wij niet zouden aanvaarden? Nee, die analogie mag men niet meteen maken.

 

Ik neem als voorbeeld een land dat in interactie wil gaan met de OESO en zich in het proces wil inschrijven om zeker in orde te zijn. Stel dat volgens de OESO dat land op het eerste gezicht nog niet in orde is, maar over een periode van vijf jaar beschikt om de zaken op orde te krijgen. Het zou van ons een onwaarschijnlijk teken van wantrouwen zijn als deze landen niet meer met ons kunnen werken aangezien zij de stap hebben gezet om met de OESO te spreken. Dan zal geen enkel van die landen nog de stap naar de OESO zetten, want zij weten dat de consequentie kan zijn dat zij eruit worden gegooid.

 

Ik vind dus dat wij aan de landen die zich in orde willen stellen, de openheid moeten geven om dat te doen, wetende dat er een grendel op de deur blijft, zijnde artikel 3quinquies, § 2, dat heel duidelijk bepaalt dat de BIO als taak heeft ervoor te zorgen dat er niet wordt samengewerkt met landen waar men constructies kan opzetten die leiden tot fiscale ontwijking. Er zijn volgens mij dus absoluut grendels genoeg om ervoor te zorgen dat de fouten van het verleden niet worden herhaald.

 

Ik maak misschien dezelfde opmerking als degene die ik aan mevrouw Van Hoof heb gemaakt. Wij kunnen proberen in de wet alles tot in het detail te preciseren, maar dan haalt men volgens mij een zeker tijdloos element weg. Een wet moet algemene principes gebruiken. Een beheerscontract moet preciezer zijn. Een raad van bestuur moet er ook voor zorgen dat zijn verantwoordelijkheid kan worden opgenomen. Het zou bijzonder bizar zijn om landen die de stap zetten om zich in orde te stellen, er vandaag uit te halen.

 

U stelt voor om de openheid te creëren voor de minst ontwikkelde landen en om de middeninkomenslanden eruit te halen. Wat dat eigenlijk zou betekenen illustreer ik aan de hand van voorbeelden als Ghana en Kameroen, twee landen die op weg zijn om middeninkomenslanden te worden. Door uw amendement zou het niet meer mogelijk zijn in die landen, terwijl het volgens mij moeilijk verdedigbaar is dat landen als Ghana of Kameroen op basis hiervan volledig zouden worden uitgesloten. Dat landen uit de categorie van de minst ontwikkelde landen verdwijnen en middeninkomenslanden worden, is veeleer een goede zaak. Ik zou de openheid op dat vlak dan ook behouden en geval per geval bekijken of er een probleem is of niet.

 

Monsieur Hellings, vous parlez beaucoup d'agriculture familiale. Je pense également qu'elle présente un potentiel énorme. Mais il ne faut pas oublier que dans les pays en développement, plus de deux tiers des gens qui travaillent dans l'agriculture familiale ne sont pas en position d'autosuffisance. Cette agriculture familiale va évoluer vers une forme de petite et moyenne entreprise, qui tentera d'augmenter sa productivité, voire d'exporter. Je pense que c'est plutôt une bonne chose.

 

Vous dites qu'il ne faut pas que ces fonds soient destinés à l'agriculture purement industrielle. Parmi les critères que BIO utilise pour évaluer les projets, on trouve notamment food security and rural dévelopment et fight against climate change and preservation of natural resources. Ces critères contiennent assez d'éléments nous rassurant quant à la non-subsidiation d'une activité agricole qui aurait des effets négatifs sur la sécurité alimentaire, le changement climatique ou le développement économique local. Ces critères qui essaient de bien cadrer les investissements.

 

Vous dites qu'il faut se limiter à l'agriculture familiale, mais d'abord faut-il savoir comment la définir. Soyons clairs! L'intention est que cette agriculture familiale évolue vers une professionnalisation, plus de productivité, un agrandissement d'échelle. L'agriculture à très petite échelle est la meilleure garantie pour garder les agriculteurs dans la pauvreté.

 

19.09  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Chacun son point de vue!

 

19.10  Alexander De Croo, ministre: Dans cette enceinte, il est mieux que chacun conserve son point de vue. Dans le cas contraire, nous serions dans le même parti. Ce ne serait peut-être pas une bonne chose.

 

Madame Grovonius, on a largement parlé de votre remarque sur les critères d'évaluation et sur la sécurité alimentaire.

 

J'en viens à l'information que l'on transmet au parlement. Comme vous le savez, un rapport est fait au ministre. Celui-ci est transmis au Parlement et est ouvert à évaluation. Comme je vous l'ai dit par le passé, divulguer tous les éléments de chaque investissement mènerait, dans de nombreuses situations, à l'annulation de l'investissement. Ce sont des investissements dans des entreprises privées. Si on rend leur montant et leur nature publics, cela mettra souvent les entreprises dans lesquelles on investit dans une situation difficile. Cela rendrait publiques de nombreuses informations qu'elles n'ont pas l'intention de rendre publiques.

 

Cette information est disponible aux conseils d'administration. C'est une bonne chose. Mais rendre ce détail d'information public ne se fait pas dans d'autres pays non plus.

 

Ik hoop dat ik hiermee geantwoord heb op het grootste deel van de opmerkingen.

 

Ik meen dat de BIO een bijzonder nuttig instrument is en ben ervan overtuigd dat wij de mogelijkheden van BIO nu aanpassen aan de wereld van vandaag. Wij geven deels ook vertrouwen aan de BIO. Als wij proberen alles in wetten te preciseren, zal dat ervoor zorgen dat BIO geen enkele flexibiliteit heeft. Wij hebben een goed team bij de BIO, wij hebben een raad van bestuur, die verantwoordelijkheid moet kunnen opnemen. Ik meen dat het voorgesteld ontwerp daar absoluut aan beantwoordt.

 

19.11  Dirk Van der Maelen (sp.a): Mijnheer de voorzitter, ik hoor het pleidooi van de minister dat het allemaal in de beheersovereenkomst moet staan, terwijl we met de wet niet gedetailleerd genoeg zijn. Op dat punt verschillen wij van mening.

 

Mijnheer de minister, ik neem artikel 1 bis, zoals dat gewijzigd wordt door uw wetsontwerp. Dat bepaalt dat een interventieland van de BIO een land is dat behoort tot de door het Comité voor Ontwikkelingshulp van de OESO bepaalde categorieën, namelijk de minst ontwikkelde landen, de landen met een laag inkomen, de landen met een gemiddeld inkomen in een lagere schijf, de landen met een gemiddeld inkomen in een hogere schijf. Dat is potentieel meer dan de 52 landen, waar u het zopas over had.

 

Wat het nieuwe artikel 3quinquies betreft, ik neem de collega’s van de commissie voor de Financiën als getuigen. Wij hebben hier vorige week de delegatie uit Panama gehoord. Die heeft ons gezegd dat Panama toetreedt tot het Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes. Door het eenvoudige feit dat Panama daartoe toetreedt en door de uitzondering die u in de wet invoegt, kan Panama fungeren als interventieland. Dat geldt ook voor andere landen die misschien minder gevaarlijk zijn, Libanon bijvoorbeeld, hoewel daar ook twijfels over bestaan. Al die landen zullen dankzij uw wijziging kunnen fungeren als interventieland of als land dat tussenstructuren huisvest die BIO-activiteiten mee financieren.

 

Ons amendement strekt ertoe de uitzondering te beperken tot de minst ontwikkelde landen en de landen met een laag inkomen. Dan hebt u Ghana en Kameroen ook mee, want dat zijn, zoals u zelf gezegd hebt, nog geen middeninkomenlanden. U hebt ze dan mee.

 

Wij willen een zorgvuldige wetgeving. Wij hebben uit het verleden geleerd dat als men wetgevingen te slordig maakt, er altijd krachten zijn die misbruik proberen te maken van de niet volledig duidelijke wetgeving. We hebben dan gezien wat men allemaal via de BIO heeft gedaan, via de Seychellen en andere fiscale paradijzen. Als we die deur definitief dicht willen doen, stem dan voor ons amendement.

 

19.12 Minister Alexander De Croo: Mijnheer de voorzitter, ik zal kort zijn.

 

Mijnheer Van der Maelen, u verwijst naar artikel 1bis, § 2. Dat is een theoretische lijst. In de wet staat een theoretische lijst. Daarna is er een lijst van 52 landen, die een interventielijst is.

 

Die interventielijst is een filtering van de theoretische lijst en het beheerscontract is dan ook nog bijzonder streng daarover. Het voorbeeld van Panama, dat u altijd aanhaalt, doet dus niet ter zake, want als men alle puzzelstukken bij elkaar legt, is het niet mogelijk dat het zal gebeuren.

 

We verschillen daar van mening, maar dat mag. Ik begrijp dat u het wetsontwerp niet zult goedkeuren, wat ik betreur, maar misschien een volgende keer.

 

De voorzitter: Vraagt nog iemand het woord? (Nee)

Quelqu'un demande-t-il encore la parole? (Non)

 

De algemene bespreking is gesloten.

La discussion générale est close.

 

Bespreking van de artikelen

Discussion des articles

 

Wij vatten de bespreking van de artikelen aan. De door de commissie aangenomen tekst geldt als basis voor de bespreking. (Rgt 85, 4) (1865/5)

Nous passons à la discussion des articles. Le texte adopté par la commission sert de base à la discussion. (Rgt 85, 4) (1865/5)

 

Het wetsontwerp telt 11 artikelen.

Le projet de loi compte 11 articles.

 

*  *  *  *  *

Ingediend amendement:

Amendement déposé:

Art. 9

  • 4 – Fatma Pehlivan cs (1865/7)

*  *  *  *  *

 

De bespreking van de artikelen is gesloten. De stemming over het aangehouden amendement, het aangehouden artikel en over het geheel zal later plaatsvinden.

La discussion des articles est close. Le vote sur l'amendement et l'article réservés ainsi que sur l'ensemble aura lieu ultérieurement.

 

*  *  *  *  *

Besluit van de artikelsgewijze bespreking:

Conclusion de la discussion des articles:

 

Réservé: le vote sur l'amendement et l'article 9.

Aangehouden: de stemming over het amendement en artikel 9.

 

Artikel per artikel aangenomen: de artikelen 1 tot 8, 10 en 11.

Adoptés article par article: les articles 1 à 8, 10 et 11.

*  *  *  *  *

 

20 Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 21 december 1998 betreffende de veiligheid bij voetbalwedstrijden wat de betrokken clubs betreft (1955/1-4)

20 Proposition de loi modifiant la loi du 21 décembre 1998 relative à la sécurité lors des matches de football en ce qui concerne les clubs visés (1955/1-4)

 

Voorstel ingediend door:

Proposition déposée par:

Brecht Vermeulen, Franky Demon.

 

Algemene bespreking

Discussion générale

 

De algemene bespreking is geopend.

La discussion générale est ouverte.

 

20.01  Willy Demeyer, rapporteur: Monsieur le président, le football doit rester un plaisir. Il nous appartient d'affiner les outils pour prévenir les faits qui peuvent troubler le déroulement festif et familial des matches.

 

La saison 2016-2017 sera marquée par une restructuration de la compétition autour de deux divisions professionnelles et trois divisions amateurs. Dans ce contexte, notre assemblée a déjà approuvé, le 2 juin dernier, une modification de la loi Football pour mettre l'ordre juridique étatique en harmonie avec l'ordre juridique footballistique.

 

Entre-temps, des remarques pertinentes ont été formulées par les agents et les zones de police. Une question est restée inaperçue, à savoir que certains clubs dont les supporters présentent des comportements à risque échappaient désormais aux mesures visant à prévenir et sanctionner les faits générateurs de troubles. Il convenait donc de rectifier cette situation avant le début de la saison fixé au 29 juillet prochain.

 

La commission de l'Intérieur a examiné cette proposition en sa réunion du 12 juillet sur proposition du collègue Vermeulen. Aucune objection n'a été exprimée.

 

J'ai eu l'occasion de souligner la nécessité d'opérer une telle modification de la loi Football, afin qu'elle offre les outils adéquats aux services d'ordre compétents. Une évaluation approfondie de la loi Football reste cependant sollicitée par les membres de la commission. Elle a débuté lundi avec les auditions de la Pro League et la cellule Football du SPF Intérieur.

 

Nous serons également attentifs à la charge de travail et aux coûts supplémentaires qu'un élargissement du champ d'application de la loi Football peut entraîner.

 

L'ensemble de la proposition a été adopté à l'unanimité.

 

De voorzitter: Vraagt nog iemand het woord? (Nee)

Quelqu'un demande-t-il encore la parole? (Non)

 

De algemene bespreking is gesloten.

La discussion générale est close.

 

Bespreking van de artikelen

Discussion des articles

 

Wij vatten de bespreking van de artikelen aan. De door de commissie aangenomen tekst geldt als basis voor de bespreking. (Rgt 85, 4) (1955/4)

Nous passons à la discussion des articles. Le texte adopté par la commission sert de base à la discussion. (Rgt 85, 4) (1955/4)

 

Het wetsvoorstel telt 4 artikelen.

La proposition de loi compte 4 articles.

 

Er werden geen amendementen ingediend.

Aucun amendement n'a été déposé.

 

De artikelen 1 tot 4 worden artikel per artikel aangenomen, met een tekstverbetering op artikel 2.

Les articles 1 à 4 sont adoptés article par article, avec une correction de texte à l’article 2.

 

De bespreking van de artikelen is gesloten. De stemming over het geheel zal later plaatsvinden.

La discussion des articles est close. Le vote sur l'ensemble aura lieu ultérieurement.

 

21 Federale Deontologische Commissie - Vervanging van een lid - Oproep tot kandidaten

21 Commission fédérale de déontologie - Remplacement d'un membre - Appel aux candidats

 

Bij brief ontvangen op 6 juli 2016 dient mevrouw Camille Dieu haar ontslag in als lid van de Federale Deontologische Commissie voor de categorie "Voormalige leden van de Kamer van volksvertegenwoordigers en/of de Senaat".

Par lettre reçue le 6 juillet 2016, Mme Camille Dieu présente sa démission en sa qualité de membre de la Commission fédérale de déontologie pour la catégorie "Anciens membres de la Chambre des représentants et/ou du Sénat".

 

Overeenkomstig artikel 10 van de wet van 6 januari 2014 houdende oprichting van een Federale Deontologische Commissie dient de Kamer in een vervanger te voorzien voor de resterende duur van haar mandaat.

Conformément à l'article 10 de la loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie, la Chambre doit pourvoir à son remplacement pour la durée restante de son mandat.

 

Na het ontslag van mevrouw Camille Dieu telt de Commissie slechts drie vrouwelijke leden op twaalf. Aangezien niet meer dan twee derde van de leden van hetzelfde geslacht mogen zijn, dient de Kamer een nieuw vrouwelijk Franstalig lid te benoemen voor de categorie "Voormalige leden van de Kamer van volksvertegenwoordigers en/of de Senaat".

À la suite de la démission de Mme Camille Dieu, la Commission ne compte plus que trois membres féminins sur douze. Etant donné que pas plus de deux tiers des membres ne peuvent être du même sexe, la Chambre doit nommer un nouveau membre féminin francophone pour la catégorie "Anciens membres de la Chambre des représentants et/ou du Sénat".

 

Overeenkomstig het advies van de Conferentie van voorzitters van 13 juli 2016 stel ik u voor een oproep tot vrouwelijke Franstalige kandidaten bekend te maken in het Belgisch Staatsblad voor de categorie "Voormalige leden van de Kamer van volksvertegenwoordigers en/of de Senaat" ter vervanging van mevrouw Camille Dieu.

Conformément à l'avis de la Conférence des présidents du 13 juillet 2016, je vous propose de publier au Moniteur belge un appel aux candidates féminines francophones pour la catégorie "Anciens membres de la Chambre des représentants et/ou du Sénat", en remplacement de Mme Camille Dieu.

 

Geen bezwaar? (Nee)

Aldus zal geschieden.

 

Pas d'observation? (Non)

Il en sera ainsi.

 

22 Inoverwegingneming van voorstellen

22 Prise en considération de propositions

 

In de laatst rondgedeelde agenda komt een lijst van voorstellen voor waarvan de inoverwegingneming is gevraagd.

Vous avez pris connaissance dans l'ordre du jour qui vous a été distribué de la liste des propositions dont la prise en considération est demandée.

 

Indien er geen bezwaar is, beschouw ik ze als aangenomen; overeenkomstig het Reglement worden die voorstellen naar de bevoegde commissies verzonden.

S'il n'y a pas d'observations à ce sujet, je considérerai la prise en considération comme acquise et je renvoie les propositions aux commissions compétentes conformément au Règlement.

 

Geen bezwaar? (Nee)

Aldus wordt besloten.

 

Pas d'observation? (Non)

Il en sera ainsi.

 

Ordre des travaux / Regeling van de werkzaamheden

Les demandes d’urgence pour les projets de loi n°s 1964/1 et 1966/1 sont retirées par le gouvernement.

De vragen om spoedbehandeling voor wetsontwerpen nrs 1964/1 en 1966/1 worden door de regering ingetrokken.

 

Naamstemmingen

Votes nominatifs

 

23 Moties ingediend tot besluit van de interpellatie van mevrouw Barbara Pas over "het referendum" (nr. 156)

23 Motions déposées en conclusion de l’interpellation de Mme Barbara Pas sur "le référendum" (n° 156)

 

Deze interpellatie werd gehouden in de openbare vergadering van de commissie voor de Binnenlandse Zaken, de Algemene Zaken en het Openbaar Ambt van 5 juli 2016.

Cette interpellation a été développée en réunion publique de la commission de l'Intérieur, des Affaires générales et de la Fonction publique du 5 juillet 2016.

 

Twee moties werden ingediend (MOT n° 156/1):

- een motie van aanbeveling werd ingediend door mevrouw Barbara Pas;

- een eenvoudige motie werd ingediend door de heren Peter Buysrogge en Philippe Pivin.

Deux motions ont été déposées (MOT nr. 156/1):

- une motion de recommandation a été déposée par Mme Barbara Pas;

- une motion pure et simple a été déposée par MM. Peter Buysrogge et Philippe Pivin.

 

Daar de eenvoudige motie van rechtswege voorrang heeft, breng ik de motie in stemming.

La motion pure et simple ayant la priorité de droit, je mets cette motion aux voix.

 

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring?

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote?

 

23.01  Barbara Pas (VB): Mijnheer de voorzitter, als democraat ben ik een groot voorstander van referenda. Elke legislatuur opnieuw dienen wij daarover voorstellen in. We hebben recent kunnen zien naar aanleiding van de brexit en van het referendum in Nederland over het Oekraïneverdrag, hoe mooi het kan zijn als een volk zich rechtstreeks over belangrijke aangelegenheden kan uitspreken. Alleen al door de organisatie van referenda wordt er een maandenlang debat gevoerd en wordt het debat over die belangrijke onderwerpen ook verrijkt en uitgediept.

 

We hebben onlangs ook kunnen vernemen dat Hongarije op 2 oktober een referendum plant over de EU-quota voor vluchtelingen. Voorlopig kunnen wij er alleen nog maar van dromen dat het volk zich ook over die belangrijke zaken rechtstreeks zou kunnen uitspreken. Ik heb de eerste minister geïnterpelleerd, omdat hij zich in de krant uitliet als een voorstander van referenda. Hij herhaalde dat dat zijn persoonlijke mening is.

 

Met onze motie van aanbeveling zoeken wij medestanders in zijn regering die die persoonlijke mening van de eerste minister mee zouden ondersteunen, zodat we er eindelijk werk van kunnen maken dat referenda in dit land ook mogelijk worden.

 

De voorzitter: Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem gecontroleerd? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 1)

Ja

90

Oui

Nee

49

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

139

Total

 

De eenvoudige motie is aangenomen. Bijgevolg vervalt de motie van aanbeveling.

La motion pure et simple est adoptée. Par conséquent, la motion de recommandation est caduque.

 

24 Motions déposées en conclusion de l'interpellation de Mme Véronique Caprasse sur "la transposition en droit interne de la directive européenne 2013/55/UE du 20 novembre 2013 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles" (n° 151)

24 Moties ingediend tot besluit van de interpellatie van mevrouw Véronique Caprasse over "de omzetting in Belgisch recht van Europese Richtlijn 2013/55/EU van 20 november 2013 betreffende de erkenning van de beroepskwalificaties" (nr. 151)

 

Cette interpellation a été développée en réunion publique de la commission de la Santé publique, de l'Environnement et du Renouveau de la Société du 5 juillet 2016.

Deze interpellatie werd gehouden in de openbare vergadering van de commissie voor de Volksgezondheid, het Leefmilieu en de Maatschappelijke Hernieuwing van 5 juli 2016.

 

Deux motions ont été déposées (MOT n° 151/1):

- une motion de recommandation a été déposée par Mme Véronique Caprasse;

- une motion pure et simple a été déposée par Mlle Yoleen Van Camp et par MM. Dirk Janssens et Damien Thiéry.

Twee moties werden ingediend (MOT nr. 151/1):

- een motie van aanbeveling werd ingediend door mevrouw Véronique Caprasse;

- een eenvoudige motie werd ingediend door juffrouw Yoleen Van Camp en door de heren Dirk Janssens en Damien Thiéry.

 

La motion pure et simple ayant la priorité de droit, je mets cette motion aux voix.

Daar de eenvoudige motie van rechtswege voorrang heeft, breng ik deze motie in stemming.

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote?

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring?

 

24.01  Véronique Caprasse (DéFI): Monsieur le président, chers collègues, l'évolution des besoins en soins de santé exige des compétences de haut niveau telles que décrites dans la directive 2013/55. Le délai convenu pour la transposition de cette directive a expiré le 18 janvier 2016 et le dossier est toujours bloqué. La Commission européenne pourrait donc poursuivre l'État belge en justice. Pourtant, la grande majorité des associations professionnelles du secteur infirmier ainsi que le monde de l'enseignement supérieur en soins infirmiers souhaitent que l'on réponde au plus près aux exigences de la directive, à savoir: l'introduction d'un seul titre pour la formation d'infirmier bachelier; l'instauration d'un titre unique d'intermédiaire qualifié qui puisse répondre aux critères de la directive relatifs à un brevet supérieur de formation professionnelle.

 

Nous regrettons que la ministre de la Santé publique apprécie régulièrement les dossiers à l'aune de la conception de la gestion des soins de santé développée au Nord du pays. C'est le cas pour les infirmières comme pour les psychomotriciens et les psychothérapeutes. À l'instar de nombre d'associations infirmières, nous ne comprenons pas comment la formation d'infirmier breveté puisse être reconnue comme formation européenne d'infirmier en soins généraux en trois ans ou trois ans et demi alors que pour les mêmes raisons, la directive 2013/55 de l'Union européenne, la formation bachelière doit passer à quatre ans.

 

Nous estimons que l'État fédéral doit aussi respecter la directive sous peine d'être rappelé à l'ordre par l'Europe et se doit de montrer l'exemple. C'est la raison pour laquelle j'ai déposé une motion de recommandation demandant de réserver l'accès à la profession d'infirmier responsable de soins généraux aux nouveaux diplômés bacheliers infirmiers et aux infirmiers et de déterminer un titre unique de bachelier infirmier correspondant au titre européen de responsable de soins infirmiers ainsi que d'établir un autre titre unique d'intermédiaire qualifié répondant aux critères européens du brevet supérieur de formation professionnelle.

 

Je voterai donc contre la motion pure et simple déposée par la majorité.

 

Le président: Début du vote / Begin van de stemming.

Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote? / Heeft iedereen gestemd en zijn stem gecontroleerd?

Fin du vote / Einde van de stemming.

Résultat du vote / Uitslag van de stemming.

 

(Stemming/vote 2)

Ja

83

Oui

Nee

56

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

139

Total

 

La motion pure et simple est adoptée. Par conséquent, la motion de recommandation est caduque.

De eenvoudige motie is aangenomen. Bijgevolg vervalt de motie van aanbeveling.

 

25 Wetsontwerp tot wijziging van de wet van 29 april 1999 betreffende de organisatie van de elektriciteitsmarkt wat betreft de wijziging van het systeem voor de toekenning van groenestroomcertificaten voor elektriciteit geproduceerd overeenkomstig artikel 6, de financiering van de onderzeese kabel en de productieafwijking (1911/4)

25 Projet de loi modifiant la loi du 29 avril 1999 relative à l'organisation du marché de l'électricité en ce qui concerne la modification du mécanisme en vue de l'octroi de certificats verts pour l'électricité produite conformément à l'article 6, le financement du câble sous-marin et l'écart de production (1911/4)

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote? (Non)

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring? (Nee)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 3)

Ja

115

Oui

Nee

2

Non

Onthoudingen

24

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg neemt de Kamer het wetsontwerp aan. Het zal aan de Koning ter bekrachtiging worden voorgelegd. (1911/5)

En conséquence, la Chambre adopte le projet de loi. Il sera soumis à la sanction royale. (1911/5)

 

Reden van onthouding? (Nee)

Justification d'abstention? (Non)

 

26 Wetsontwerp tot bekrachtiging van het koninklijk besluit van 18 september 2015 tot bepaling van de nadere regels voor de berekening van de ombudsbijdrage tot financiering van de ombudsdienst voor energie, voor het begrotingsjaar 2016 en volgende (1948/3)

26 Projet de loi portant confirmation de l'arrêté royal du 18 septembre 2015 fixant, pour l'année budgétaire 2016 et suivantes, les modalités particulières pour le calcul de la redevance de médiation pour le financement du service de médiation de l'énergie (1948/3)

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote? (Non)

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring? (Nee)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 4)

Ja

140

Oui

Nee

0

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg neemt de Kamer het wetsontwerp aan. Het zal aan de Koning ter bekrachtiging worden voorgelegd. (1948/4)

En conséquence, la Chambre adopte le projet de loi. Il sera soumis à la sanction royale. (1948/4)

 

27 Aangehouden amendementen op het voorstel van resolutie betreffende het invoeren van een aangepast beleid in het raam van de strijd tegen alcoholmisbruik (406/1-9)

27 Amendements réservés à la proposition de résolution relative à la mise en place d'une politique adaptée dans le cadre de la lutte contre la consommation abusive d'alcool (406/1-9)

 

Stemming over amendement nr. 42 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een considerans J(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 42 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un considérant J(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 5)

Ja

57

Oui

Nee

84

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 43 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een considerans K(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 43 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un considérant K(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 6)

Ja

55

Oui

Nee

86

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 44 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een considerans L(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 44 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un considérant L(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 7)

Ja

58

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Mme Demir a voté contre.

 

Stemming over amendement nr. 29 van Catherine Fonck op verzoek 1. (406/8)

Vote sur l'amendement n° 29 de Catherine Fonck au point 1. (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 8)

Ja

52

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

5

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 45 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 1.1(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 45 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 1.1(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 9)

Ja

53

Oui

Nee

86

Non

Onthoudingen

2

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 30 van Catherine Fonck op de verzoeken 2 en 3. (406/8)

Vote sur l'amendement n° 30 de Catherine Fonck aux points 2 et 3. (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 10)

Ja

58

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 55 van Véronique Caprasse op verzoek 2. (406/9)

Vote sur l'amendement n° 55 de Véronique Caprasse au point 2. (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 11)

Ja

34

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

24

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 46 van Karin Jiroflée cs op verzoek 2. (406/9)

Vote sur l'amendement n° 46 de Karin Jiroflée cs au point 2. (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 12)

Ja

50

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

8

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 31 van Catherine Fonck op de verzoeken 4 en 9. (406/8)

Vote sur l'amendement n° 31 de Catherine Fonck aux points 4 et 9. (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 13)

Ja

55

Oui

Nee

86

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 47 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 4/1(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 47 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 4/1(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 14)

Ja

53

Oui

Nee

85

Non

Onthoudingen

2

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 32 van Catherine Fonck op de verzoeken 5, 6 en 7. (406/8)

Vote sur l'amendement n° 32 de Catherine Fonck aux points 5, 6 et 7. (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 15)

Ja

55

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 48 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 6/1(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 48 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 6/1(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 16)

Ja

57

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

De heer Van der Maelen heeft voor gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 49 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 8.d(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 49 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 8.d(n). (406/9)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 16)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 33 van Catherine Fonck op verzoek 10. (406/8)

Vote sur l'amendement n° 33 de Catherine Fonck au point 10. (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 17)

Ja

53

Oui

Nee

80

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

136

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Mevrouw Özen en de heer Demeyer hebben voor gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 54 van Karin Jiroflée cs op verzoek 10. (406/8)

Vote sur l'amendement n° 54 de Karin Jiroflée cs au point 10. (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 18)

Ja

47

Oui

Nee

86

Non

Onthoudingen

8

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 34 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/1(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 34 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/1(n). (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 19)

Ja

55

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 35 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/1(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 35 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/1(n). (406/8)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 19)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l’amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 36 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/1(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 36 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/1(n). (406/8)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 19)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l’amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 37 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/2(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 37 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/2(n). (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 20)

Ja

57

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

De heer Daerden heeft voor gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 38 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/3(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 38 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/3(n). (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 21)

Ja

51

Oui

Nee

88

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

De heer Laaouej heeft voor gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 39 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/4(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 39 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/4(n). (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 22)

Ja

55

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Mevrouw Lanjri heeft tegen gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 40 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/5(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 40 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/5(n). (406/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 23)

Ja

58

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 41 van Catherine Fonck tot invoeging van een verzoek 10/6(n). (406/8)

Vote sur l'amendement n° 41 de Catherine Fonck tendant à insérer un point 10/6(n). (406/8)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 23)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l’amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 50 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 12(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 50 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 12(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 24)

Ja

55

Oui

Nee

85

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 51 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 13(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 51 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 13(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 25)

Ja

55

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 52 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 14(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 52 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 14(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 26)

Ja

58

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 53 van Karin Jiroflée cs tot invoeging van een punt 15(n). (406/9)

Vote sur l'amendement n° 53 de Karin Jiroflée cs tendant à insérer un point 15(n). (406/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 27)

Ja

54

Oui

Nee

83

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

De heer Lutgen heeft voor gestemd.

 

28 Geheel van het voorstel van resolutie betreffende het invoeren van een aangepast beleid in het raam van de strijd tegen alcoholmisbruik (406/7)

28 Ensemble de la proposition de résolution relative à la mise en place d'une politique adaptée dans le cadre de la lutte contre la consommation abusive d'alcool (406/7)

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote? (Non)

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring? (Nee)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 28)

Ja

87

Oui

Nee

0

Non

Onthoudingen

54

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg neemt de Kamer het voorstel van resolutie aan. Het zal ter kennis van de regering worden gebracht. (406/10)

En conséquence, la Chambre adopte la proposition de résolution. Il en sera donné connaissance au gouvernement. (406/10)

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

29 Aangehouden amendementen en artikelen van het wetsontwerp houdende wijziging van de wet van 26 mei 2002 betreffende het recht op maatschappelijke integratie (1864/1-9)

29 Amendements et articles réservés du projet de loi modifiant la loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l'intégration sociale (1864/1-9)

 

Stemming over amendement nr. 41 van Catherine Fonck tot invoeging van een artikel 1/1(n). (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 41 de Catherine Fonck tendant à insérer un article 1/1(n). (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 29)

Ja

32

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

25

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 36 van Barbara Pas op artikel 2. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 36 de Barbara Pas à l'article 2. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 30)

Ja

3

Oui

Nee

136

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 2 aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l'article 2 est adopté.

 

Stemming over amendement nr. 37 van Barbara Pas tot invoeging van een artikel 2/1(n). (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 37 de Barbara Pas tendant à insérer un article 2/1(n). (1864/8)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 30)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 48 van Éric Massin tot weglating van artikel 3. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 48 de Éric Massin tendant à supprimer l'article 3. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 31)

Ja

34

Oui

Nee

94

Non

Onthoudingen

13

Abstentions

Totaal

141

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 59 van Evita Willaert cs tot weglating van artikel 3. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 59 de Evita Willaert cs tendant à supprimer l'article 3. (1864/9)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 31)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 3 aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l'article 3 est adopté.

 

Stemming over amendement nr. 60 van Evita Willaert cs op artikel 4. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 60 de Evita Willaert cs à l'article 4. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 32)

Ja

32

Oui

Nee

85

Non

Onthoudingen

22

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 4 aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l'article 4 est adopté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 61 van Evita Willaert cs op artikel 5. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 61 de Evita Willaert cs à l'article 5. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 33)

Ja

34

Oui

Nee

93

Non

Onthoudingen

12

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 49 van Éric Massin op artikel 5. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 49 de Éric Massin à l'article 5. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 34)

Ja

39

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

19

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 50 van Éric Massin op artikel 5. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 50 de Éric Massin à l'article 5. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 35)

Ja

23

Oui

Nee

84

Non

Onthoudingen

32

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 5 aangenomen..

En conséquence, l'amendement est rejeté et l'article 5 est adopté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 51 van Éric Massin op artikel 6. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 51 de Éric Massin à l'article 6. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 36)

Ja

35

Oui

Nee

93

Non

Onthoudingen

12

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 52 van Éric Massin op artikel 6. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 52 de Éric Massin à l'article 6. (1864/9)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 36)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 43 van Catherine Fonck op artikel 6. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 43 de Catherine Fonck à l'article 6. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 37)

Ja

9

Oui

Nee

82

Non

Onthoudingen

49

Abstentions

Totaal

140

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Stemming over amendement nr. 46 van Catherine Fonck op artikel 6. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 46 de Catherine Fonck à l'article 6. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 38)

Ja

54

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

4

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

M. Pivin a voté contre.

 

Stemming over amendement nr. 57 van Éric Massin cs op artikel 6. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 57 de Éric Massin cs à l'article 6. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 39)

Ja

54

Oui

Nee

80

Non

Onthoudingen

4

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

Mme Cassart-Mailleux a voté contre.

 

Stemming over amendement nr. 53 van Éric Massin op artikel 6. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 53 de Éric Massin à l'article 6. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 40)

Ja

43

Oui

Nee

80

Non

Onthoudingen

15

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 6 aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l'article 6 est adopté.

 

Raison d'abstention? (Non)

Reden van onthouding? (Nee)

 

De heer Bogaert heeft tegen gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 54 van Eric Massin tot weglating van artikel 7. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 54 de Eric Massin tendant à supprimer l'article 7. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 41)

Ja

35

Oui

Nee

91

Non

Onthoudingen

11

Abstentions

Totaal

137

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 47 van Catherine Fonck op artikel 7. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 47 de Catherine Fonck à l'article 7. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 42)

Ja

41

Oui

Nee

76

Non

Onthoudingen

17

Abstentions

Totaal

134

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Mme Jadin a voté contre. De heren Metsu en Raskin hebben tegen gestemd. Mevrouw Muylle en de heer Van den Bergh hebben ook tegen gestemd.

 

Stemming over amendement nr. 44 van Catherine Fonck op artikel 7. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 44 de Catherine Fonck à l'article 7. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 43)

Ja

44

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

14

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en het artikel 7 wordt aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l’article 7 est adopté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 38 van Barbara Pas tot invoeging van een artikel 7/1(n). (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 38 de Barbara Pas tendant à insérer un article 7/1(n). (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 44)

Ja

3

Oui

Nee

134

Non

Onthoudingen

0

Abstentions

Totaal

137

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Mme Poncelet a voté contre.

 

Stemming over amendement nr. 39 van Barbara Pas tot invoeging van een artikel 7/2(n). (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 39 de Barbara Pas tendant à insérer un article 7/2(n). (1864/8)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 44)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 40 van Barbara Pas tot invoeging van een artikel 8/1(n). (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 40 de Barbara Pas tendant à insérer un article 8/1(n). (1864/8)

 

Mag de uitslag van de vorige stemming ook gelden voor deze stemming? (Ja)

Peut-on considérer que le résultat du vote précédent est valable pour celui-ci? (Oui)

 

(Stemming/vote 44)

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Stemming over amendement nr. 55 van Eric Massin op artikel 10. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 55 de Eric Massin à l'article 10. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 45)

Ja

34

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

23

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 62 van Evita Willaert cs op artikel 10. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 62 de Evita Willaert cs à l'article 10. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 46)

Ja

34

Oui

Nee

84

Non

Onthoudingen

20

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Mme Fernandez Fernadez a voté pour.

 

Stemming over amendement nr. 42 van Catherine Fonck op artikel 10. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 42 de Catherine Fonck à l'article 10. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 47)

Ja

20

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

38

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 56 van Eric Massin op artikel 10. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 56 de Eric Massin à l'article 10. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 48)

Ja

35

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

23

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en het artikel 10 wordt aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l’article 10 est adopté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 45 van Catherine Fonck op artikel 13. (1864/8)

Vote sur l'amendement n° 45 de Catherine Fonck à l'article 13. (1864/8)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 49)

Ja

56

Oui

Nee

80

Non

Onthoudingen

2

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen.

En conséquence, l'amendement est rejeté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

Stemming over amendement nr. 58 van Eric Massin cs op artikel 13. (1864/9)

Vote sur l'amendement n° 58 de Eric Massin cs à l'article 13. (1864/9)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 50)

Ja

54

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

3

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 13 aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l'article 13 est adopté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

30 Geheel van het wetsontwerp houdende wijziging van de wet van 26 mei 2002 betreffende het recht op maatschappelijke integratie (1864/7)

30 Ensemble du projet de loi modifiant la loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l'intégration sociale (1864/7)

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote? (Non)

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring? (Nee)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 51)

Ja

81

Oui

Nee

34

Non

Onthoudingen

24

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg neemt de Kamer het wetsontwerp aan. Het zal aan de Koning ter bekrachtiging worden voorgelegd. (1864/10)

En conséquence, la Chambre adopte le projet de loi. Il sera soumis à la sanction royale. (1864/10)

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

31 Aangehouden amendement en artikel van het wetsontwerp tot wijziging van de wet van 3 november 2001 tot oprichting van de Belgische Investeringsmaatschappij voor Ontwikkelingslanden en tot wijziging van de wet van 21 december 1998 tot oprichting van de "Belgische Technische Coöperatie" in de vorm van een vennootschap van publiek recht (1865/1-7)

31 Amendement et article réservés du projet de loi modifiant la loi du 3 novembre 2001 relative à la création de la Société belge d'Investissement pour les Pays en Développement et modifiant la loi du 21 décembre 1998 portant création de la "Coopération technique belge" sous la forme d'une société de droit public (1865/1-7)

 

Stemming over amendement nr. 4 van Fatma Pehlivan cs op artikel 9. (1865/7)

Vote sur l'amendement n° 4 de Fatma Pehlivan cs à l'article 9. (1865/7)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 52)

Ja

51

Oui

Nee

81

Non

Onthoudingen

6

Abstentions

Totaal

138

Total

 

Bijgevolg is het amendement verworpen en is artikel 9 aangenomen.

En conséquence, l'amendement est rejeté et l’article 9 est adopté.

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

32 Geheel van het wetsontwerp tot wijziging van de wet van 3 november 2001 tot oprichting van de Belgische Investeringsmaatschappij voor Ontwikkelingslanden en tot wijziging van de wet van 21 december 1998 tot oprichting van de "Belgische Technische Coöperatie" in de vorm van een vennootschap van publiek recht (1865/5)

32 Ensemble du projet de loi modifiant la loi du 3 novembre 2001 relative à la création de la Société belge d'Investissement pour les Pays en Développement et modifiant la loi du 21 décembre 1998 portant création de la "Coopération technique belge" sous la forme d'une société de droit public (1865/5)

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote? (Non)

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring? (Nee)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 53)

Ja

84

Oui

Nee

2

Non

Onthoudingen

53

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg neemt de Kamer het wetsontwerp aan. Het zal aan de Koning ter bekrachtiging worden voorgelegd. (1865/8)

En conséquence, la Chambre adopte le projet de loi. Il sera soumis à la sanction royale. (1865/8)

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

33 Wetsvoorstel tot wijziging van de wet van 21 december 1998 betreffende de veiligheid bij voetbalwedstrijden wat de betrokken clubs betreft (1955/4)

33 Proposition de loi modifiant la loi du 21 décembre 1998 relative à la sécurité lors des matches de football en ce qui concerne les clubs visés (1955/4)

 

Quelqu'un demande-t-il la parole pour une déclaration avant le vote? (Non)

Vraagt iemand het woord voor een stemverklaring? (Nee)

 

Begin van de stemming / Début du vote.

Heeft iedereen gestemd en zijn stem nagekeken? / Tout le monde a-t-il voté et vérifié son vote?

Einde van de stemming / Fin du vote.

Uitslag van de stemming / Résultat du vote.

 

(Stemming/vote 54)

Ja

137

Oui

Nee

0

Non

Onthoudingen

2

Abstentions

Totaal

139

Total

 

Bijgevolg neemt de Kamer het wetsvoorstel aan. Het zal als ontwerp aan de Koning ter bekrachtiging worden voorgelegd. (1955/5)

En conséquence, la Chambre adopte la proposition de loi. Elle sera soumise en tant que projet à la sanction royale. (1955/5)

 

Reden van onthouding? (Nee)

Raison d'abstention? (Non)

 

34 Goedkeuring van de agenda

34 Adoption de l’ordre du jour

 

Wij moeten overgaan tot de goedkeuring van de agenda voor de vergaderingen van de week van 18 juli 2016.

Nous devons procéder à l’approbation de l’ordre du jour des séances de la semaine du 18 juillet 2016.

 

Geen bezwaar? (Nee) De agenda is goedgekeurd.

Pas d’observation? (Non) L’ordre du jour est approuvé.

 

La séance est levée. Prochaine séance le mardi 19 juillet 2016 à 10.00 heures.

De vergadering wordt gesloten. Volgende vergadering dinsdag 19 juli 2016 om 10.00 uur.

 

La séance est levée à 22.26 heures.

De vergadering wordt gesloten om 22.26 uur.

 

 

De bijlage is opgenomen in een aparte brochure met nummer CRIV 54 PLEN 120 bijlage.

 

L'annexe est reprise dans une brochure séparée, portant le numéro CRIV 54 PLEN 120 annexe.

 

 

 

  


Detail van de naamstemmingen

 

Détail des votes nominatifs

 

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 001

 

 

Oui        

090

Ja

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Brotcorne Christian, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, de Lamotte Michel, Delpérée Francis, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Dispa Benoît, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Flahaux Jean-Jacques, Fonck Catherine, Foret Gilles, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Klaps Johan, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Lutgen Benoît, Luykx Peter, Matz Vanessa, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Piedboeuf Benoît, Pivin Philippe, Poncelet Isabelle, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Non        

049

Nee

 

Almaci Meyrem, Blanchart Philippe, Bonte Hans, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Monica, Dedry Anne, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Demeyer Willy, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Dewinter Filip, Di Rupo Elio, Fernandez Fernandez Julie, Frédéric André, Geerts David, Gerkens Muriel, Grovonius Gwenaëlle, Hedebouw Raoul, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Laaouej Ahmed, Lalieux Karine, Massin Eric, Mathot Alain, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pas Barbara, Pehlivan Fatma, Penris Jan, Pirlot Sébastian, Temmerman Karin, Thiébaut Eric, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Van Hees Marco, Vanheste Ann, Vanvelthoven Peter, Willaert Evita, Winckel Fabienne

 

Abstentions

000

Onthoudingen

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 002

 

 

Oui        

083

Ja

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Dewael Patrick, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Flahaux Jean-Jacques, Foret Gilles, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Klaps Johan, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Luykx Peter, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Piedboeuf Benoît, Pivin Philippe, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Non        

056

Nee

 

Blanchart Philippe, Bonte Hans, Brotcorne Christian, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Monica, Dedry Anne, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Dewinter Filip, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Fernandez Fernandez Julie, Fonck Catherine, Frédéric André, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Grovonius Gwenaëlle, Hedebouw Raoul, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Laaouej Ahmed, Lalieux Karine, Lutgen Benoît, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pas Barbara, Pehlivan Fatma, Penris Jan, Pirlot Sébastian, Poncelet Isabelle, Temmerman Karin, Thiébaut Eric, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Van Hees Marco, Vanheste Ann, Willaert Evita, Winckel Fabienne

 

Abstentions

000

Onthoudingen

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 003

 

 

Oui        

115

Ja

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Blanchart Philippe, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Brotcorne Christian, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Devin Laurent, Dewael Patrick, Dewinter Filip, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Fernandez Fernandez Julie, Flahaux Jean-Jacques, Fonck Catherine, Foret Gilles, Frédéric André, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Grovonius Gwenaëlle, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Kir Emir, Klaps Johan, Laaouej Ahmed, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lalieux Karine, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Lutgen Benoît, Luykx Peter, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pas Barbara, Penris Jan, Piedboeuf Benoît, Pirlot Sébastian, Pivin Philippe, Poncelet Isabelle, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiébaut Eric, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Winckel Fabienne, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Non        

002

Nee

 

Hedebouw Raoul, Van Hees Marco

 

Abstentions

024

Onthoudingen

 

Almaci Meyrem, Bonte Hans, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, De Coninck Monica, Dedry Anne, De Vriendt Wouter, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kitir Meryame, Nollet Jean-Marc, Pehlivan Fatma, Temmerman Karin, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Vanheste Ann, Vanvelthoven Peter, Willaert Evita

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 004

 

 

Oui        

140

Ja

 

Almaci Meyrem, Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Blanchart Philippe, Bogaert Hendrik, Bonte Hans, Bracke Siegfried, Brotcorne Christian, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Cheron Marcel, Claerhout Sarah, Clarinval David, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Inez, De Coninck Monica, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Dedry Anne, Degroote Koenraad, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Dewael Patrick, Dewinter Filip, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Fernandez Fernandez Julie, Flahaux Jean-Jacques, Fonck Catherine, Foret Gilles, Frédéric André, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Grovonius Gwenaëlle, Gustin Luc, Hedebouw Raoul, Hellings Benoit, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Klaps Johan, Laaouej Ahmed, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lalieux Karine, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Lutgen Benoît, Luykx Peter, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pas Barbara, Pehlivan Fatma, Piedboeuf Benoît, Pirlot Sébastian, Pivin Philippe, Poncelet Isabelle, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Temmerman Karin, Terwingen Raf, Thiébaut Eric, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Top Alain, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vanden Burre Gilles, Vandenput Tim, Van der Maelen Dirk, Van de Velde Robert, Van Hecke Stefaan, Van Hees Marco, Vanheste Ann, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vanvelthoven Peter, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Willaert Evita, Winckel Fabienne, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Non        

000

Nee

 

Abstentions

000

Onthoudingen

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 005

 

 

Oui        

057

Ja

 

Almaci Meyrem, Blanchart Philippe, Bonte Hans, Brotcorne Christian, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Monica, Dedry Anne, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Dewinter Filip, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Fernandez Fernandez Julie, Fonck Catherine, Frédéric André, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Grovonius Gwenaëlle, Hedebouw Raoul, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Laaouej Ahmed, Lalieux Karine, Lutgen Benoît, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pas Barbara, Pehlivan Fatma, Pirlot Sébastian, Poncelet Isabelle, Temmerman Karin, Thiébaut Eric, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Van Hees Marco, Vanheste Ann, Vanvelthoven Peter, Willaert Evita, Winckel Fabienne

 

Non        

084

Nee

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Dewael Patrick, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Flahaux Jean-Jacques, Foret Gilles, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Klaps Johan, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Luykx Peter, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Penris Jan, Piedboeuf Benoît, Pivin Philippe, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Abstentions

000

Onthoudingen

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 006

 

 

Oui        

055

Ja

 

Almaci Meyrem, Blanchart Philippe, Bonte Hans, Brotcorne Christian, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Monica, Dedry Anne, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Fernandez Fernandez Julie, Fonck Catherine, Frédéric André, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Grovonius Gwenaëlle, Hedebouw Raoul, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Laaouej Ahmed, Lalieux Karine, Lutgen Benoît, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pehlivan Fatma, Pirlot Sébastian, Poncelet Isabelle, Temmerman Karin, Thiébaut Eric, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Van Hees Marco, Vanheste Ann, Vanvelthoven Peter, Willaert Evita, Winckel Fabienne

 

Non        

086

Nee

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Dewael Patrick, Dewinter Filip, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Flahaux Jean-Jacques, Foret Gilles, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Klaps Johan, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Luykx Peter, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Pas Barbara, Penris Jan, Piedboeuf Benoît, Pivin Philippe, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Abstentions

000

Onthoudingen

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 007

 

 

Oui        

058

Ja

 

Almaci Meyrem, Blanchart Philippe, Bonte Hans, Brotcorne Christian, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Monica, Dedry Anne, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Dewinter Filip, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Fernandez Fernandez Julie, Fonck Catherine, Frédéric André, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Grovonius Gwenaëlle, Hedebouw Raoul, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Laaouej Ahmed, Lalieux Karine, Lutgen Benoît, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pas Barbara, Pehlivan Fatma, Penris Jan, Pirlot Sébastian, Poncelet Isabelle, Temmerman Karin, Thiébaut Eric, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Van Hees Marco, Vanheste Ann, Vanvelthoven Peter, Willaert Evita, Winckel Fabienne

 

Non        

082

Nee

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Dewael Patrick, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Flahaux Jean-Jacques, Foret Gilles, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Klaps Johan, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Luykx Peter, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Piedboeuf Benoît, Pivin Philippe, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Abstentions

000

Onthoudingen

 

 

Vote nominatif - Naamstemming: 008

 

 

Oui        

052

Ja

 

Almaci Meyrem, Blanchart Philippe, Brotcorne Christian, Caprasse Véronique, Carcaci Aldo, Cheron Marcel, Crusnière Stéphane, Daerden Frédéric, De Coninck Monica, Dedry Anne, de Lamotte Michel, Delannois Paul-Olivier, Delizée Jean-Marc, Delpérée Francis, Demeyer Willy, Devin Laurent, De Vriendt Wouter, Di Rupo Elio, Dispa Benoît, Fernandez Fernandez Julie, Fonck Catherine, Frédéric André, Geerts David, Gerkens Muriel, Gilkinet Georges, Grovonius Gwenaëlle, Hellings Benoit, Jiroflée Karin, Kir Emir, Kitir Meryame, Laaouej Ahmed, Lalieux Karine, Lutgen Benoît, Massin Eric, Mathot Alain, Matz Vanessa, Nollet Jean-Marc, Onkelinx Laurette, Özen Özlem, Pehlivan Fatma, Pirlot Sébastian, Poncelet Isabelle, Temmerman Karin, Thiébaut Eric, Top Alain, Vanden Burre Gilles, Van der Maelen Dirk, Van Hecke Stefaan, Vanheste Ann, Vanvelthoven Peter, Willaert Evita, Winckel Fabienne

 

Non         

083

Nee

 

Becq Sonja, Beke Wouter, Bellens Rita, Bogaert Hendrik, Bracke Siegfried, Burton Emmanuel, Buysrogge Peter, Calomne Gautier, Capoen An, Cassart-Mailleux Caroline, Ceysens Patricia, Chastel Olivier, Claerhout Sarah, Clarinval David, De Coninck Inez, de Coster-Bauchau Sybille, Dedecker Peter, Degroote Koenraad, Demir Zuhal, Demon Franky, De Roover Peter, Deseyn Roel, Dewael Patrick, De Wit Sophie, D'Haese Christoph, Dierick Leen, Ducarme Denis, Dumery Daphné, Flahaux Jean-Jacques, Foret Gilles, Friart Benoît, Gabriëls Katja, Gantois Rita, Goffin Philippe, Grosemans Karolien, Gustin Luc, Hufkens Renate, Jadin Kattrin, Janssen Werner, Janssens Dirk, Klaps Johan, Lachaert Egbert, Lahaye-Battheu Sabien, Lanjri Nahima, Lijnen Nele, Luykx Peter, Metsu Koen, Miller Richard, Muylle Nathalie, Piedboeuf Benoît, Pivin Philippe, Raskin Wouter, Schepmans Françoise, Scourneau Vincent, Smaers Griet, Smeyers Sarah, Somers Ine, Spooren Jan, Terwingen Raf, Thiéry Damien, Thoron Stéphanie, Turtelboom Annemie, Uyttersprot Goedele, Van Biesen Luk, Van Camp Yoleen, Van Cauter Carina, Van den Bergh Jef, Vandenput Tim, Van de Velde Robert, Van Hoof Els, Van Mechelen Dirk, Van Peel Valerie, Van Quickenborne Vincent, Van Rompuy Eric, Van Vaerenbergh Kristien, Vercamer Stefaan, Vercammen Jan, Verherstraeten Servais, Vermeulen Brecht, Vuye Hendrik, Wollants Bert, Wouters Veerle, Yüksel Veli

 

Abstentions

005

Onthoudingen

 

Dewinter Filip, Hedebouw Raoul, Pas Barbara, Penris Jan, Van Hees Marco