...

Bulletin n° : B053 - Question et réponse écrite n° : 0035 - Législature : 53


Auteur Tanguy Veys, VB
Département Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et des Affaires européennes
Sous-département Affaires étrangères, Commerce extérieur et Affaires européennes
Titre Le Conseil d'Association Union européenne-Israël  QO 3330) (QE 197).
Date de dépôt18/01/2012
Langue N
Publication question     B053
Date publication 20/02/2012, 20112012
Date de délai17/02/2012

 
Question

L'Union européenne (UE) et Israël réunissent à intervalles réguliers un "Conseil d'Association" et l'une de ces réunions s'est tenue le 22 février 2011. À cette occasion, le débat entre l'Europe et Israël a principalement porté sur les troubles qui agitent le monde arabe. À l'issue de la réunion, M. Avigdor Lieberman, ministre israélien des Affaires étrangères, a déclaré qu'Israël était le "seul partenaire stratégique" de l'Europe au Moyen-Orient et a appelé l'Union européenne à inciter les Palestiniens à reprendre les négociations directes sur un traité de paix: "Il est essentiel que le processus de paix avec les Palestiniens avance. Il faut dès lors relancer au plus vite les négociations directes et Israël est prêt à négocier directement à tout moment et n'importe où dans le monde. Nous aimerions voir l'Union européenne jouer un rôle plus actif pour ramener les Palestiniens autour de la table des négociations". 1. Quelles sont, pour la Belgique, les motivations qui sous-tendent l'organisation régulière de réunions dans le cadre du Conseil d'Association Union européenne-Israël? Quelles plus-values politique et économique ces réunions représentent-elles pour notre pays? 2. a) Partagez-vous l'analyse de M. Avigdor Lieberman, ministre israélien des Affaires étrangères, selon laquelle l'Union européenne doit activement encourager les Palestiniens à reprendre les négociations directes sur un traité de paix avec Israël? b) Dans l'affirmative, comment peut-elle agir et quelles sont les mesures prises à cet effet? c) Dans la négative, pourquoi l'Europe ne doit-elle pas remplir ce rôle? 3. a) Partagez-vous l'analyse de M. Avigdor Lieberman, ministre israélien des Affaires étrangères, selon laquelle Israël est "le seul partenaire stratégique" de l'Union européenne au Moyen-Orient? b) Dans la négative, pour quelle raison et quels sont les autres pays du Moyen-Orient qui pourraient être à vos yeux des partenaires stratégiques? Pouvez-vous motiver votre réponse?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord
Publication réponse     B078
Date publication 27/08/2012, 20112012
Réponse

1. La Belgique est favorable à la tenue des Conseils d'Association au niveau ministériel parce qu'ils offrent un forum de discussion utile (en 2010 Lieberman avait demandé le report du Conseil après qu'il eu été clair que le rehaussement des relations UE-Israël ne serait pas relancé). Lors des négociations de la déclaration européenne du Conseil d'Association du 22 février 2011, la Belgique, accompagnée d'autres Etats membres, a plaidé avec succès pour le maintien du lien " de fait " entre les relations UE-Israël et l'attitude du gouvernement israélien dans le dossier palestinien. En outre, la Belgique a réussi à négocier l'insertion d'une référence concernant le fait que les produits qui proviennent des territoires occupés, illégaux selon le Droit International, ne peuvent bénéficier du régime favorable de l'Accord d'Association. 2. Avec ses partenaires européens, la Belgique appelle les deux parties à une relance rapide des négociations de paix et à éviter toute action unilatérale ou toute violence qui pourrait rendre difficile ses négociations. Les évènements auxquels nous assistons dans notre voisinage sud depuis décembre 2010, dont les conséquences ne seront probablement pas à l'avantage d'Israël, renforcent d'autant plus le besoin de reprise des négociations entre les parties. Le Processus de Paix reste et restera un élément clef de la stabilisation et d'une démocratisation réussie des pays du sud de la méditerranée. 3. Je ne sais pas ce que le ministre Lieberman entend par " partenaire stratégique ". Israël est en effet un important partenaire de l'UE et de la Belgique, comme d'autres dans notre voisinage sud qui est dans son ensemble stratégique. Cette analyse est d'autant plus vraie depuis fin 2010. Les processus de transition en cours en méditerranée nous obligent à revoir notre stratégie vis-à-vis de partenaires du sud pour mieux y défendre nos intérêts communs, notamment en matière de démocratisation, de défense des droits de l'homme et de soutien à la bonne gouvernance. Cela suppose que les relations que nous entretenons avec chacun de ces pays soient analysées et, le cas échéant, réajustées à la lumière de ces nouvelles orientations.

 
Descripteurs EurovocISRAEL | POLITIQUE EXTERIEURE | RELATION BILATERALE | QUESTION DE LA PALESTINE | UNION EUROPEENNE