...

Bulletin n° : B051 - Question et réponse écrite n° : 0327 - Législature : 54


Auteur An Capoen, N-VA
Département Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
Sous-département Affaires étrangères et européennes
Titre Colombie et LGBTI: avis de voyage des Affaires étrangères.
Date de dépôt14/10/2015
Langue N
Publication question     B051
Date publication 20/11/2015, 20152016
Statut questionRéponses reçues
Date de délai17/11/2015

 
Question

La Coordination belge pour la Colombie a attiré mon attention sur une situation inquiétante en ce qui concerne la communauté des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées) sur place. L'organisation parle même de deux morts par mois ayant pour motivation les préférences sexuelles de ces personnes et le boycot délibéré dont cette communauté fait l'objet de la part des autorités locales et régionales, ainsi que des pouvoirs judiciaires. Néanmoins, l'avis de voyage émis (en ligne) par les Affaires étrangères ne fait en aucun cas état de cette problématique. 1. a) Vos services ont-ils connaissance de la situation à laquelle est confrontée la communauté LGBTI à Bogota ? b) Dans l'affirmative, comment la Belgique, et par extension l'Union européenne, fait-elle part de sa préoccupation aux autorités de Bogota ? 2. a) Pensez-vous qu'il est nécessaire d'adapter l'avis de voyage émis par les Affaires étrangères pour la Colombie et d'attirer l'attention sur les dangers auxquelles des personnes appartenant à la communauté LGBTI pourraient être confrontées ? b) Dans l'affirmative, veuillez expliquer la démarche à suivre et communiquer un calendrier précis.


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B064
Date publication 29/02/2016, 20152016
Réponse

1. a) Nos services suivent avec attention la question du respect des droits humains des personnes LGBTI partout dans le monde. Dans cette perspective, la Colombie apparaît, comparativement à d'autres pays d'Amérique du Sud et au niveau mondial, comme relativement progressiste en ce qui concerne la législation des droits des homosexuels. Bien que le mariage entre personnes du même sexe n'ait pas encore été autorisé, il existe la possibilité de partenariats civils et les couples qui cohabitent bénéficient en grande partie des mêmes droits que les couples hétérosexuels. En outre, la plus haute Cour du pays a émis un jugement le 4 novembre dernier en faveur de l'adoption par des couples homosexuels. Si les statistiques d'agressions ont baissé ces dernières années, le nombre d'incidents de violence homophobe reste cependant élevé, en ce compris dans le chef des forces de police. À ce propos, je vous renvoie au récent rapport de Colombia Diversa , une organisation qui se concentre sur la défense des droits LGBTI. Ce rapport stipule également que la plupart des cas de violence rapportés avaient été commis contre les femmes transgenres. Sans vouloir minimiser la gravité de ces faits, ces chiffres devraient néanmoins être placés dans le contexte du taux global de criminalité élevé en Colombie: en 2014, le nombre de meurtres dans le pays correspondait à un ratio de 27,8 pour 100.000 habitants, soit 17 fois plus élevé qu'en Belgique. b) Les droits des LGBTI figurent toujours à l'agenda dans le dialogue sur les droits de l'Homme entre l'UE et la Colombie. Notre ambassade à Bogota maintient également des contacts réguliers avec des ONGs actives dans ce domaine et soutient leurs activités par les réseaux sociaux et en participant à leurs événements. Je me permets de vous signaler par ailleurs que la Colombie joue un rôle très positif dans le contexte du Conseil des droits de l'Homme en matière de droits humains des personnes LGBTI. À la session de juin 2015 du Conseil des droits de l'Homme, la Colombie faisait partie d'un groupe de pays sud-américains à avoir proposé une déclaration transrégionale sur la lutte contre la violence à l'encontre des minorités sexuelles. Déclaration à laquelle notre pays ainsi que l'UE se sont associés. 2. a) et b) Les médias touristiques et les sites web qui ciblent la communauté LGBTI font référence à la Colombie comme une des "destinations de vacances gay" émergentes, précisément parce qu'il existe une scène gay vaste et très ouverte, au moins dans les grandes villes, et parce que le pays, sur le plan de tourisme, a en général la réputation d'être "gay friendly". Bogota organise également chaque année une "gay pride", qui se déroule sans problèmes et qui est une des plus grandes en Amérique latine. Le pays compte également un certain nombre de politiciens qui sont ouvertement gay. La mentalité est plus conservatrice dans les zones plus rurales et dans les plus petites villes de province, comme c'est régulièrement le cas. Notre expérience jusqu'à ce jour indique qu'en règle général, les touristes LGBTI n'y rencontrent pas de problèmes. Une modification des "Conseils aux voyageurs" ne s'impose donc pas. Les recommandations générales en ce qui concerne la criminalité restent bien entendu d'application.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE EXTERIEURE
Descripteurs EurovocMINORITE SEXUELLE | POLITIQUE EXTERIEURE | VIOLENCE | VOYAGE | COLOMBIE | DISCRIMINATION FONDEE SUR L'ORIENTATION SEXUELLE