...

Bulletin n° : B060 - Question et réponse écrite n° : 0383 - Législature : 54


Auteur Rita Bellens, N-VA
Département Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
Sous-département Affaires étrangères et européennes
Titre L'aide au Népal. (QO 6847)
Date de dépôt29/12/2015
Langue N
Publication question     B060
Date publication 01/02/2016, 20152016
Statut questionRéponses reçues
Date de délai29/01/2016

 
Question

Outre les irrégularités constatées ces derniers mois dans l'aide alimentaire apportée au Népal, il s'est également avéré récemment que des tensions politiques entravaient fortement les travaux de reconstructions dans le pays. Les minorités, qui se disent laissées pour compte par la modification de la constitution, bloquent les points de passage frontaliers entre le Népal et l'Inde en signe de protestation. L'aide humanitaire ne parvient donc pas jusqu'au Népal.  Par ailleurs, il n'est pas certain que la passation de pouvoir entre M. Koirala et M. Oli se déroulera sans encombre dans ce pays qui a connu une pénible transition démocratique. Il convient évidemment de veiller au bon déroulement de ce processus et de faire en sorte que le Népal reçoive l'aide dont il a tant besoin après les séismes qui ont secoué le pays en avril et mai 2015. 1. Où en est le blocage des points frontaliers entre l'Inde et le Népal? 2. Quelles tentatives de médiation ont été entreprises par notre pays et/ou d'autres pays et organisations de pays pour parvenir à lever le blocage et à empêcher que l'impasse politique ne porte préjudice à l'aide internationale? 3. Comment notre corps diplomatique compétent sur place évalue-t-il l'incidence de la situation politique au Népal sur la reconstruction du pays?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B064
Date publication 29/02/2016, 20152016
Réponse

La raison du blocus est, comme indiqué, le mécontentement envers la constitution adoptée en septembre au Népal, combiné aux conséquences toujours criantes du terrible tremblement de terre qui a frappé le pays en avril. Cette nouvelle constitution crée du mécontentement et n'arrive pas à mettre fin à la violence qui a déjà fait 40 morts depuis le mois d'août. Le gouvernement népalais a mis en place une structure de concertation envers les représentants des minorités, mais sans beaucoup de succès jusqu'à présent. La situation aux frontières évolue de jour en jour. Le poste frontière le plus important, à Birganj, où transite plus de 60% du trafic transfrontalier, reste totalement fermé, avec tous les problèmes que cela occasionne. A d'autres postes frontière, les camions ne rentrent au Népal qu'au compte-gouttes. Il n'est toujours pas clair combien de temps cette situation perdurera, ni comment elle évoluera. Aussi bien les Nations Unies que l'Union Européenne ont fait des déclarations au sujet des tensions politiques au Népal. Le Secrétaire Général de l'ONU, Ban Ki-Moon, a appelé toutes les parties au dialogue le 21 septembre 2015, et a aussi insisté sur l'importance d'éviter la violence. Le porte-parole de la HR Mogherini a fait une déclaration semblable le 18 septembre 2015. L'ambassadeur de l'UE au Népal maintient un dialogue soutenu avec l'ambassade d'Inde au Népal et a récemment visité New Delhi pour des discussions à ce sujet avec le Ministère des Affaires Etrangères indien. La Belgique soutient ces initiatives diplomatiques. Durant une conférence internationale le 25 juin 2015, des donateurs internationaux ont déjà accordé 4,4 milliards de dollars d'aide à la reconstruction du Népal. La Belgique participe elle aussi à la reconstruction, notamment au travers de sa participation au Special Fund for Emergency and Rehabilitation Activities de la FAO, qui a libéré 1 milliard de dollar pour le Népal. Les montants exacts que la Belgique a contribué à cette initiative et qu'elle contribuera à l'avenir sont de la compétence de mon collègue de la Coopération au développement. Le Népal a également mis sur pied une Commission Nationale de Reconstruction, qui dépend directement du Premier Ministre. Les problèmes d'approvisionnement frappent l'économie népalaise et les activités de reconstruction. L'acheminement et la distribution des biens humanitaires sont ralenties, ce qui impacte principalement les couches les plus démunies de la population. Les actions des organisations internationales et des ONG sont compliquées par cette situation, en particulier l'approvisionnement en médicaments, en gaz et en essence, mais également en nourriture. Dans les parties plus retirées du pays, cela risque de provoquer de graves problèmes à cause de l'arrivée de l'hiver et d'augmenter le mécontentement de la population. Nonobstant, le Népal s'organise en fonction de ces circonstances. Jusqu'à présent la Belgique n'a pas reçu de demande spécifique d'assistance. Pour conclure, je vous communique que la Belgique ne dispose pas d'une ambassade à Kathmandu, mais que mes services suivent la situation de très près, aussi bien directement, qu'au travers du Consulat honoraire à Kathmandu et de la délégation de l'UE sur place.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE EXTERIEURE
Descripteurs EurovocNEPAL | POLITIQUE EXTERIEURE | AIDE HUMANITAIRE