...

Bulletin n° : B102 - Question et réponse écrite n° : 1964 - Législature : 54


Auteur Bert Wollants, N-VA
Département Ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges
Sous-département Mobilité, Belgocontrol et SNCB
Titre Retards sur la liaison Turnhout-Binche.
Date de dépôt06/12/2016
Langue N
Publication question     B102
Date publication 20/01/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai13/01/2017

 
Question

Les usagers du rail qui sont citoyens de la ville de Lierre rencontrent des problèmes toujours plus nombreux sur la ligne Turnhout-Binche. Pendant les heures de pointe, tant le matin que le soir, ils sont confrontés à des retards chroniques qui suscitent un très vif mécontentement. Le Plan transport lancé fin 2014 avait déjà rallongé la durée du trajet, prétendument pour renforcer la robustesse du système. Mais même l'intégration d'un retard standard n'a pas résolu le problème, bien au contraire. Les chiffres demandés à vos services par notre collègue Van Camp sont également éloquents: le chiffre de 438 suppressions de train sur ce trajet sur une période de six mois est évidemment inacceptable. Les citoyens m'adressent par conséquent des propositions de solution pour au moins réduire l'ampleur du problème. Je vous demande ci-après de réagir à ces différentes propositions de solution pour que les possibilités d'amélioration suggérées puissent au moins être évaluées. 1. Dédoublement de la ligne ferroviaire entre Lierre et Lint, ce qui permettrait d'augmenter la fréquence et d'absorber les retards/blocages. 2. Suppression de l'arrêt à Malines-Nekkerspoel, Vilvorde et Schaerbeek des trains P de 7 h 07 et 8 h 07. 3. Mise en service d'un train P supplémentaire au départ de Bruxelles vers 16 h 10. 4. Interruption de la ligne à Bruxelles-Midi qui ne serait pas prolongée jusqu'à Binche - une mesure qui avait en son temps produit des résultats sur la ligne Turnhout-Manage. 5. Á partir de la correspondance à Lint et jusqu'à Malines, utilisation par le train du tracé du TGV emprunté par le Thalys. Cette mesure permettrait d'augmenter la vitesse maximale du train qui arriverait donc plus rapidement à Bruxelles. 6. Mise en service d'une liaison ferroviaire directe vers Bruxelles pendant les week-ends. 7. En cas de retard, octroi au train vers Bruxelles de la priorité absolue (sur les trains d'Anvers et/ou les trains de marchandises) à l'entrée et à la sortie de la gare de Lierre. 8. Mise en service d'une liaison ferroviaire plus tardive (en semaine, le dernier train vers Lierre quitte Bruxelles à 22 h 37) à 23 h 37 qui permettrait aux gens notamment d'assister à une activité culturelle sans devoir partir avant la fin.  Je vous remercie de faire part de votre réaction à ces différentes propositions émanant des citoyens.


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Réponse

1. Compte tenu de sa longueur limitée, le tronçon à voie unique Lint-Lierre ne constitue pas un facteur déterminant pour faire circuler plus de trains ou non (si la SNCB devait en prendre la décision). Les possibilités sont davantage déterminées par d'autres endroits situés sur la liaison Bruxelles-Turnhout (notamment la jonction Nord-Midi à Bruxelles, la gare de Malines, les tronçons Lierre-Herentals et Herentals-Turnhout). 2. Les trains P sont mis en service en heures de pointe pour renforcer l'offre cadencée de manière à ajuster l'offre en termes de capacité en places assises aux nombres de voyageurs attendus. Ces trains doivent être insérés dans l'offre cadencée et utilisent par conséquent la capacité résiduaire. Cette capacité est plus grande sur certaines lignes que sur d'autres; les trains vers la jonction Nord-Midi à Bruxelles sont les plus difficiles à planifier. Les trains P en question ont été planifiés en tenant compte du seul sillon disponible dans la jonction Nord-Midi et des points problématiques sur la ligne. Pour contourner ceux-ci, quelques autres trains ont même été adaptés de façon à permettre la mise en service de ces trains P. La suppression des arrêts intermédiaires à Malines-Nekkerspoel, Vilvorde et Schaerbeek ne rendra pas ce train plus performant. À cela s'ajoute que de nombreux voyageurs font usage de ces trains P dans lesdites gares. 3. Un train P (aller et retour) circule entre Herentals et Bruxelles depuis 2008. Après l'électrification du tronçon Herentals-Mol en décembre 2015, ces trains P ont été prolongés jusque Mol. Depuis le mois de décembre 2015 aussi, un second train P relie Mol à Bruxelles le matin. Le plan de transport 12/2017 prévoit également la mise en service d'un second train P de Bruxelles à Mol le soir. Ce train partira de Bruxelles-Midi à 16 heures et arrivera à Mol à 18 h 34. Cet horaire est encore susceptible de changer légèrement dans la mesure où les horaires pour 12/2017 sont toujours en train d'être affinés. Il n'y a toutefois aucune marge dans la jonction Nord-Midi et il n'est pas possible de retarder le départ. 4. La capacité de la jonction Nord-Midi est limitée; il incombe par conséquent de l'utiliser de façon optimale. Un des moyens pour ce faire est de combiner deux liaisons. Un telle combinaison permet que la jonction Nord-Midi ne soit systématiquement empruntée qu'une seule fois pour les deux liaisons. C'est ce qui a été fait également pour les liaisons Binche - Bruxelles et Bruxelles - Turnhout. Sans une telle mesure, le manque de capacité dans la jonction Nord-Midi empêcherait de mettre en service autant de liaisons vers Bruxelles. 5. L'attribution des sillons est effectuée par Infrabel, qui s'efforce de répartir les trains de façon optimale sur l'infrastructure disponible. Il n'y a pas de ligne à grande vitesse spécifique entre Anvers et Malines. Par contre, le Thalys emprunte la ligne 25, qui offre une vitesse de ligne plus élevée que la ligne 27. Le trafic ferroviaire entre Anvers et Malines est très dense et il n'est pas possible de faire circuler tous les trains par la ligne 25. En outre, d'importants travaux d'infrastructure en gare de Malines réduiront le nombre de quais disponibles. La solution la plus performante à l'heure actuelle implique que l'itinéraire au départ et à destination de Turnhout passe par les voies "inférieures à Malines, lesquelles sont desservies par la ligne 27. 6. Pour des raisons techniques et budgétaires, il convient de faire des choix au moment d'élaborer le plan de transport. Ces choix se font sur la base des flux de transport les plus importants. Les besoins de déplacement des clients en provenance de Turnhout sont fortement dirigés sur Anvers. La demande est insuffisante pour mettre en service une seconde liaison directe pendant les week-ends entre Turnhout et Bruxelles. Le week-end, les clients à destination de Bruxelles ont la possibilité de prendre à Lierre ou Anvers un train en correspondance vers la capitale. 7. "Durant la pointe du matin, le train vers Bruxelles doit recevoir la priorité absolue à l'entrée et à la sortie de la gare de Lierre." a) Il a été procédé à une vérification de la ponctualité des trois trains de la pointe du matin en semaine, en l'occurrence du train 3428 (6 h 38 / 6 h 40), du train 3429 (7 h 38 / 7 h 40) et du train 3430 (8 h 38 / 8 h 40), sur toute l'année 2016 et aussi bien à l'arrivée qu'au départ de Lierre. Cela porte sur un total de 744 trains et il a été mesuré ce qui suit: - arrivée: 9,3 % avec plus de cinq minutes de retard, soit 90,7 % à l'heure; - départ: 8,5 % avec plus de cinq minutes de retard, soit 91,5 % à l'heure. Conclusion: un gain de 0,8 % est enregistré entre l'arrivée et le départ en gare de Lierre. b) Le même exercice a été réalisé pour la période du 1er janvier 2017 au 8 février 2017 inclus. Cela porte sur 84 trains: - arrivée: 4,8 % avec plus de cinq minutes de retard, soit 95,2 % à l'heure. Cela concerne en tout quatre trains sur les 84; - départ: 4,8 % avec plus de cinq minutes de retard, soit 95,2 % à l'heure. Cela concerne également quatre trains sur les 84. Conclusion: il n'y a pas de gain entre l'arrivée et le départ en gare de Lierre. La ponctualité présente toutefois une tendance à la hausse par rapport à l'année passée. c) Les trains en provenance d'Anvers n'entravent pas les trains en gare de Lierre. En effet, cette relation (en direction de Bruxelles) arrive à la voie détournée I, laquelle ne peut donner lieu à aucun croisement, ni à l'entrée ni à la sortie. C'est probablement la circulation ferroviaire au niveau de la bifurcation Nazareth qui est visée dans la question. Lierre est une gare de voyageurs fortement desservie où transitent six liaisons aller et retour. Y transitent également, les trains de marchandises de l'axe Anvers direction Hasselt-Allemagne ainsi que vers Anvers et les Pays-Bas. d) La circulation des trains est régulée selon des règles de priorité connues (RGE) et ensuite de façon à maintenir un niveau de régularité élevé. Infrabel rappelle régulièrement ces règles à son personnel. 8. Pour des raisons économiques, une série de trains matinaux et de trains tardifs à faible occupation ont été supprimés sur l'ensemble du réseau dans le cadre du plan de transport 12/2014. Ce fut également le cas pour le premier train de Bruxelles vers Turnhout et pour le dernier train au départ de Turnhout vers Bruxelles. Plutôt que d'investir dans ces trains pour lesquels il y a peu de demande et qui présentent dès lors un faible rendement, la SNCB investit ses moyens, dans le cadre du plan de transport 12/2017, dans des trains et des relations qui répondent à une importante demande.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE DES TRANSPORTS
Descripteurs EurovocMIGRATION ALTERNANTE | PROVINCE D'ANVERS | POLITIQUE DES TRANSPORTS | TRANSPORT FERROVIAIRE
Mots-clés libresSNCB | HORAIRE DES TRANSPORTS