...

Question et réponse écrite n° : 0652 - Législature : 54


Auteur Rita Gantois, N-VA
Département Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture, et de l'Intégration sociale
Sous-département Classes moyennes, Indépendants, PME, Agriculture et Intégration sociale
Titre La cellule exportations de l'AFSCA (QO 15511).
Date de dépôt23/01/2017
Langue N
Statut questionRéponses reçues
Date de délai24/02/2017

 
Question

À la suite de ma question orale posée en octobre 2016 sur le secteur fruitier, victime du boycott de la Russie sur les importations, vous avez déclaré que vous vous efforceriez d'apporter un soutien dans les limites de vos compétences, et ce, plus particulièrement, par le biais de la cellule exportations de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA). Cette cellule travaillerait activement à plusieurs dossiers dans le but de lever les barrières sanitaires pour l'exportation de pommes et de poires vers de nouvelles destinations comme le Brésil, le Viêt Nam, le Chili et la Thaïlande. 1. Pouvez-vous indiquer où en est cette cellule exportations? 2. Pour quand pouvons-nous espérer des résultats? 3. Quelles démarches concrètes seront-elles entreprises par la suite? 4. Pensez-vous que l'action de cette cellule suffira à compenser les effets de la crise découlant de l'embargo pour les fruiticulteurs et les éleveurs de porcs? 5. S'est-on mis d'accord à ce sujet avec les Régions qui, à la base, sont tout de même en charge du Commerce extérieur? Dans l'affirmative, dans quelle mesure?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B108
Date publication 03/03/2017, 20162017
Réponse

Dans le courant 2016, le programme Foodex constitué d'une enveloppe d'un 1,5 million d'euro par an a permis le doublement des ressources humaines de la cellule "exportation" de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire mais aussi l'élaboration d'un site web en langue anglaise qui a pour but d'informer les opérateurs et les services étrangers et ainsi faciliter les exportations. Le développement de la cellule d'exportation et cette professionnalisation ont pour but de traiter de façon efficiente le nombre croissant de dossiers d'exportation, ce qui constitue une des priorités du gouvernement. Depuis le début 2016, 17 nouveaux marchés d'exportation ont été ouverts et 112 dossiers d'ouverture de marché sont actuellement en cours de traitement. Les services de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) et des Affaires Étrangères sont pleinement mobilisés sur ces dossiers sanitaires et je suis convaincu que les résultats les plus importants sont attendus pour les années à venir. En effet, outre le développement de la cellule d'exportation, une véritable stratégie d'appui politique a été mise en place en vue de favoriser les contacts avec les pays tiers. À titre d'exemple, le premier ministre a effectué en octobre 2016 une visite diplomatique en Chine. Lors de celle-ci, les dossiers sanitaires étaient à l'ordre du jour des discussions entre le premier et les hauts responsables chinois. Je suis convaincu que ce contact a favorisé la venue des d'inspecteurs chinois en Belgique en décembre 2016. Cette visite avait pour objectif d'agréer de nouveaux abattoirs sur base de différents critères sanitaires pour l'export de viande de porc à destination de la Chine mais aussi d'étendre la liste des produits éligibles à l'export comme notamment les pieds de porc. Le rapport officiel de cette inspection est attendu fin janvier. Les mesures prises pour simplifier l'accès aux marchés d'exportation visent principalement un traitement qualitatif et plus rapide des dossiers d'accès au marché. Il y a déjà plusieurs années, l'AFSCA a pris l'initiative de réunir différentes autorités et autres stakeholders impliqués dans l'exportation afin de mieux accompagner les initiatives en la matière. D'autre part, l'Agence a activement collaboré à la mise en place de la taskforce "Marchés d'exportation" présidée par le SPF Affaires étrangères et qui vise à développer les marchés d'exportation en réunissant toutes les parties impliquées au niveau belge. Cette taskforce a été mise sur pieds après l'embargo russe et sera upgradée en 2017. Les secteurs agricoles et de la transformation sont les moteurs de ces réunions de concertation. En outre, l'Agence désigne des experts pour soutenir la Commission européenne dans ses négociations avec des pays tiers afin qu'ils répondent à des conditions sanitaires et phytosanitaires réalistes pour l'exportation des denrées agroalimentaires belges. La Belgique a déjà accès à un certain nombre de marchés d'exportation importants pour la viande de volaille et de porc. La Corée du Sud et la Chine illustrent bien cet état de fait pour la viande de porc au même titre que l'Afrique pour la viande de volaille. Par ailleurs, l'AFSCA traite entre autre une trentaine de dossiers concernant l'ouverture de nouveaux marchés. Les organisations sectorielles et les opérateurs individuels indiquent quels marchés ils souhaitent aborder et les priorités sont ensuite établies en concertation. Les dossiers actuellement en cours en matière de viande de porcs et produits à base de viande de porc concernent la Chine, Taiwan, la Thaïlande, les États-Unis, la Nouvelle-Guinée, le Mexique, Panama, l'Argentine et l'Afrique du Sud. Les marchés alternatifs prioritaires sont définis en concertation avec le secteur des fruits. L'AFSCA tente actuellement en étroite collaboration avec ce secteur d'éliminer le plus rapidement possible les barrières phytosanitaires entravant l'exportation des poires belges vers le Viêt Nam et le Brésil. Suite à ma réunion de mi-janvier avec le ministre brésilien de l'Agriculture, Blairo Maggi, j'ai le plaisir de vous annoncer que le marché brésilien est ouvert depuis le 17 février 2017 à l'exportation de nos poires belges. C'est évidemment une excellente nouvelle pour le secteur toujours fortement touché par l'embargo russe. Nous devons évidemment continuer notre travail pour ouvrir d'autres marchés. L'AFSCA a conclu un protocole de coopération avec les organismes régionaux de promotion de l'exportation et les concerte au moins quatre fois par an. Ces organismes prennent également part à la taskforce Marchés d'exportation où sont définis en concertation avec tous les stakeholders concernés les marchés prioritaires et l'approche coordonnée pour l'ouverture de ces marchés.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE AGRICOLE
Descripteurs EurovocCULTURE FRUITIERE | EXPORTATION | INSPECTION DES ALIMENTS | POLITIQUE AGRICOLE