...

Bulletin n° : B108 - Question et réponse écrite n° : 1907 - Législature : 54


Auteur Barbara Pas, VB
Département Vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, chargé de la Régie des Bâtiments
Sous-département Sécurité et Intérieur
Titre Les personnes d'origine étrangère dans la police.
Date de dépôt24/01/2017
Langue N
Publication question     B108
Date publication 03/03/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai24/02/2017

 
Question

Vous avez déclaré au quotidien La Meuse du 14 janvier 2017 qu'il fallait plus de diversité parmi les policiers afin que nos services de police reflètent mieux la diversité de la population. Ces propos me surprennent. Dans ma question écrite n° 1615 du 31 août 2016 (Questions et Réponses, Chambre, 2016-2017, n° 102), je vous demandais combien de personnes d'origine étrangère avaient suivi une formation de policier au cours des cinq dernières années. Vous m'aviez répondu qu'aucune donnée n'était disponible à ce sujet étant donné que ce serait en contradiction avec la protection de la vie privée. Comme il n'existe pas de statistiques concernant le nombre de policiers d'origine étrangère ou le nombre de personnes d'origine étrangère ayant suivi une formation de policier, je me pose un certain nombre de questions par rapport à vos déclarations au quotidien La Meuse. 1. Sur quoi vous fondez-vous pour affirmer que la police compte trop peu de personnes d'origine étrangère? 2. Quelles mesures prendrez-vous pour en attirer davantage dans les rangs de la police? 3. À quelle proportion de policiers d'origine étrangère souhaitez-vous arriver? 4. Comment pouvez-vous/allez-vous juger si cette proportion est atteinte dès lors qu'il n'est pas possible/permis de tenir des statistiques sur ce sujet?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B110
Date publication 17/03/2017, 20162017
Réponse

1. La police ne dispose en effet pas de matériel quantitatif en ce qui concerne l'origine des membres du personnel (potentiels) de la police. La tenue de ces données serait contraire au principe de protection de la vie privée. Des sondages (non systématiques) sont néanmoins organisés à ce sujet, avec l'accord des personnes concernées. Il ressort de ces estimations que la police pourrait se caractériser par une diversité accrue, si elle souhaite être le reflet de la population. C'est non seulement le cas pour l'origine allochtone, mais aussi par exemple pour la dimension du genre. Indépendamment de ces estimations quantitatives, je reçois bien sûr aussi des informations qualitatives (de par mes contacts avec les bourgmestres, chefs de corps, acteurs de terrain, etc.). Il en ressort également que cette diversité au sein de la police est importante et particulièrement utile/souhaitable pour son fonctionnement opérationnel. 2. La politique générale de recrutement de la police fédérale n'est pas orientée vers des groupes cibles particuliers. La police fédérale ne pratique pas la discrimination positive dans sa politique de recrutement et ne mène aucune campagne de recrutement pour des groupes cibles spécifiques. Par le biais de ses différentes campagnes de recrutement, elle tente toutefois d'atteindre un public le plus large possible, ce dans l'esprit du service de police orienté vers la communauté. Aucune action n'est donc spécifiquement menée à destination des allochtones. Le service de recrutement de la police fédérale essaie d'être présent dans les lieux où peuvent être atteints les différents groupes cibles, dont notamment des personnes d'origine étrangère. La diversité est, conformément à la politique de la police fédérale en la matière, une priorité dans le cadre des processus RH et donc aussi en matière de recrutement et de sélection. Pour chaque campagne de communication, une attention particulière est accordée à la diversité (stands d'information, personnel présent aux événements, brochures, affiches, etc.). Le service de recrutement et sélection de la police fédérale s'adresse en outre à un large public cible par différents biais: - divers acteurs en matière d'orientation professionnelle issus de la police locale et fédérale (principalement actifs dans les grandes villes). Ces personnes sont nos ambassadeurs; - des sessions d'information organisées par la police fédérale en collaboration avec des partenaires comme le FOREM ou le VDAB afin de préparer les candidats à la procédure de sélection. Ces sessions sont également organisées par le service de recrutement et sélection lui-même; - la collaboration à l'organisation de formations préparatoires à Bruxelles avec le CEFIG et Cours industriels. Des formations préparatoires sont par exemple également organisées à l'académie de police du Limbourg (PLOT); - l'utilisation de canaux de communication modernes et les plus larges possibles: Facebook, Twitter, publicité dans des salles de sport, maisons de jeunes, visibilité dans l'espace public, spotify, etc.; - la réalisation d'une étude de marché auprès des candidats. Cette enquête (totalement anonyme où les candidats peuvent laisser des questions ouvertes) permet aux candidats de signaler s'ils sont ou non d'origine étrangère. Par ce biais, le service de recrutement et sélection tente de cartographier les attentes des différents groupes cibles et il souhaite aussi évaluer et optimiser sa politique de recrutement; - et last but not least, l'organisation d'initiatives locales au niveau des zones de police, à l'attention de groupes cibles spécifiques, afin de favoriser la diversité dans leur corps (ZP Gand, ZP Malines, Willebroek et ZP Anvers). Vous savez probablement que je suis allé encore plus loin avec le projet de la police locale d'Anvers (LPA). En collaboration avec la police fédérale, la LPA procède actuellement à un 'recrutement sur mesure' qui vise essentiellement à mieux atteindre la population anversoise à proprement parler. D'autres zones de police sont également intéressées par un projet pilote de la sorte. 3. Je ne vais pas mener de politique de quotas. Comme indiqué supra, la police, comme les autres secteurs, doit être le reflet de la société dans laquelle elle fonctionne. La force de cette diversité, qui respecte nos propres valeurs, normes ainsi que l'État de droit, permettra également de rendre le fonctionnement de la police plus performant. 4. Il est exact que, conformément à la législation d'application, la police fédérale ne tient pas de statistiques quant à l'origine de ses candidats ou des membres de son personnel. Grâce à l'étude de marché à laquelle les candidats peuvent participer volontairement et anonymement, le service de recrutement et sélection pourra évaluer et, si nécessaire, adapter sa politique de recrutement, afin d'accroître davantage la portée des canaux de communication et d'atteindre encore plus de groupes cibles. Dans ce contexte, il est envisagé de soumettre le questionnaire également aux lauréats.

 
Desc. Eurovoc principalSECURITE PUBLIQUE
Descripteurs EurovocPERSONNEL | POLICE | RECRUTEMENT | MIGRANT | SECURITE PUBLIQUE