...

Bulletin n° : B108 - Question et réponse écrite n° : 2067 - Législature : 54


Auteur Marco Van Hees, PTB-GO!
Département Ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges
Sous-département Mobilité, Belgocontrol et SNCB
Titre L'insuffisance des investissements dans les infrastructures de sécurité destinées à empêcher la déambulation sur les voies (QO 15386).
Date de dépôt23/01/2017
Langue N
Publication question     B108
Date publication 03/03/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai24/02/2017

 
Question

Il ressort des chiffres les plus récents d'Infrabel que la déambulation sur les voies est la cause externe la plus importante des retards de trains. Le 12 juillet 2016, je vous avais déjà posé une question sur les infrastructures de sécurité visant à empêcher l'intrusion sur les voies. Vous aviez répondu qu'Infrabel comptait, d'ici à 2019, installer 17,330 km de clôtures en bordure des zones à risque ainsi que des tapis "anti-trespassing" sur 70 sites. Depuis 2012, Infrabel a investi 400.000 euros dans de telles infrastructures de sécurité (et 250.000 euros dans l'indispensable sensibilisation). En juillet, 4,345 km de clôtures et trois tapis ont encore été installés. Ces mesures semblent en effet particulièrement efficaces. À Wavre, la sécurité renforcée a ainsi permis en quelques mois une diminution de 90 % du nombre de promeneurs sur les voies. À Furnes et à Viane aussi, ces mesures ont porté leurs fruits. 1. Combien coûtent chaque tapis "anti-trespassing" et chaque mètre de clôture? Quel investissement suppose la réalisation des ambitions affichées? 2. Allez-vous instamment demander à Infrabel de faire de ces investissements une priorité et de revoir ses ambitions à la hausse, eu égard à l'impact majeur de ces mesures en termes de vies humaines et de ponctualité de la SNCB? Le gouvernement accordera-t-il dès lors également des budgets supplémentaires?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B140
Date publication 18/12/2017, 20172018
Réponse

Les lieux où se déroule le trespassing sont très répandus sur le réseau. Infrabel a néanmoins identifié 53 points critiques (dit hotspots), dont 29 à quai, 17 en pleine voie et 7 aux passages à niveaux. Ils ont été classifiés de façon géographique et un ordre de priorité leur a été attribué. Les mesures prises seront dans un premier temps ciblées dans les hotspots déterminés. Ces mesures sont de trois types et complémentaires: infrastructurelles, de sensibilisation et répressives. Concernant les mesures infrastructurelles, Infrabel prévoit l'installation de clôtures à installer pour sécuriser son infrastructure. Le prix du placement d'un mètre de clôture robuste (type Betafence) est estimé à 75 euros. Infrabel prévoit aussi de sécuriser 70 sites en installant des tapis anti-intrusion, notamment aux passages à niveaux. Le prix pour équiper un passage à niveau avec des tapis anti-intrusion varie encore 5.000 et 10.000 euros. Le planning d'équipement s'étale sur plusieurs années. Actuellement quatre sites sont équipés. En outre Infrabel installe progressivement des panneaux sur les bordures des quais afin de signaler l'interdiction de traverser les voies. Ces panneaux sont en cours d'installation dans les gares et points d'arrêts belges. Concernant les mesures de sensibilisation, Infrabel a réalisé plusieurs campagnes visant à sensibiliser les tiers aux risques et aux conséquences que le trespassing pouvait engendrer. Concernant les mesures de répression, la SNCB (Securail) travaille en collaboration avec la police locale et la police des chemins de fer sur l'organisation de patrouilles de sécurité dans les hotspots. La sécurité demeure la priorité absolue pour les chemins de fer.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE DES TRANSPORTS
Descripteurs EurovocDISPOSITIF DE SECURITE | INFRASTRUCTURE DE TRANSPORT | POLITIQUE DES TRANSPORTS | SECURITE DES TRANSPORTS | TRANSPORT FERROVIAIRE
Mots-clés libresSNCB