...

Bulletin n° : B109 - Question et réponse écrite n° : 0948 - Législature : 54


Auteur Denis Ducarme, MR
Département Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
Sous-département Affaires étrangères et européennes
Titre Renforcement de l'OTAN avec la région du Golfe persique.
Date de dépôt01/02/2017
Langue F
Publication question     B109
Date publication 10/03/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai03/03/2017

 
Question

L'OTAN a annoncé le 24 janvier 2017 vouloir renforcer la coopération sécuritaire avec le Golfe lors de l'ouverture du premier bureau régional de l'Alliance atlantique à Koweït. 1. Pouvez-vous donner plus d'informations quant à la stratégie et les ambitions de l'OTAN dans le golfe persique? Quel type de coopération est souhaité avec les pays de la région? 2. Quel est l'objectif de ce bureau régional de l'OTAN au Koweït? Quelles seront ses missions?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Réponse

1. En effet, lors de l'ouverture du premier bureau régional de l'Alliance atlantique à Koweït, le 24 janvier 2017, l'OTAN a annoncé vouloir renforcer la coopération sécuritaire avec le Golfe. Tout d'abord, en ce qui concerne la stratégie et les ambitions de l'OTAN dans la région du Golfe persique, il faut souligner que la coopération entre l'OTAN et les pays du Golfe n'est pas nouvelle. En effet, depuis 2004, un partenariat entre l'Alliance et les pays du Golfe existe au travers de "l'Initiative de Coopération d'Istanbul" (Istanbul Cooperation Initiative - ICI). Cette initiative, qui inclut quatre pays du Golfe actuellement (Bahreïn (BA), Koweït (KW), Qatar (QA), Émirats Arabes Unis (EAU)) offre une coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et a pour but de contribuer à la sécurité à long terme aux niveaux mondial et régional. C'est d'ailleurs grâce à ces partenariats que ces quatre pays sont capables de contribuer aux missions et opérations de l'OTAN: les EAU ont contribué aux opérations au Kosovo (KFOR), Bahrein et EAU ont contribué en Afghanistan (FIAS/ISAF) et Qatar et EAU ont contribué à l'opération aérienne en Libye (Unified Protector). En 2016 déjà, l'Alliance a décidé d'en faire davantage pour renforcer sa contribution à la paix, la sécurité et la stabilité internationale, sur base du principe que plus de stabilité dans le voisinage signifie automatiquement plus de sécurité pour l'Alliance elle-même. Ainsi, les ministres des Affaires étrangères de l'OTAN ont lancé lors de leur réunion de mai dernier l'initiative "Projection de stabilité " (Projecting Stability) qui cherche à mieux définir le rôle de l'OTAN sur son flanc Sud (Afrique du Nord et Moyen-Orient) pour mieux répondre aux défis que la région comporte (terrorisme, guerres non-conventionnelles (Syrie/Irak), armes de destruction massive ou encore trafic d'armes et d'êtres humains.) Dans cette optique, la région du Golfe persique a sans conteste une importance stratégique et c'est pourquoi l'Alliance cherche à renforcer sa coopération avec les pays de la région. Au niveau pratique, l'Alliance tente de renforcer sa coopération avec les pays de l'ICI au travers de programmes individuels de coopération. Ces pays peuvent définir avec l'OTAN des domaines de coopération. Ceux-ci incluent notamment: - conseils adaptés sur la transformation de la défense, l'établissement des budgets de défense, la planification de la défense et les relations civilo-militaires; - coopérations militaires, afin de contribuer à l'interopérabilité par la participation à certains exercices militaires et à des activités de formation et d'entraînement connexes qui pourraient améliorer l'aptitude des forces des pays participants à mener des opérations avec celles de l'Alliance; et par la participation à certains exercices de l'OTAN et du PPP et, au cas par cas, à des opérations dirigées par l'OTAN; - coopération à la lutte contre le terrorisme, y compris par le partage du renseignement; - coopération à l'action de l'Alliance contre la prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs; - coopération à la sécurisation des frontières en ce qui concerne le terrorisme, le trafic des armes légères et de petit calibre (SA-LW), et la lutte contre les autres trafics illicites; - plans civils d'urgence, y compris la participation à des stages de formation et à des exercices sur les opérations de secours en cas de catastrophe. Au niveau politique, l'OTAN tente d'accroître ses consultations politiques avec les pays du Golfe afin d'atteindre une compréhension et une connaissance partagée des défis sécuritaires communs. La visite du Conseil au Koweït s'inscrit donc pleinement dans la mise en oeuvre de cet objectif. Enfin, comme expliqué plus haut, les partenariats de l'OTAN avec les pays du Golfe se limitent pour le moment à quatre pays (BH/QA/KW/EAU). L'OTAN souhaiterait donc étendre sa coopération aux autres pays (Oman et Arabie Saoudite) et aux organisations régionales (Conseil de Coopération du Golfe). C'est pourquoi, au sommet de Varsovie, les chefs d'État et de gouvernement des pays de l'OTAN ont annoncé vouloir institutionnaliser les relations entre l'OTAN et le Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Le secrétariat du CGG pourrait bénéficier de l'expérience et de l'expertise de l'OTAN dans le domaine des structures militaires intégrées et de commandement et dans celui de l'interopérabilité. Cela pourrait alors renforcer les capacités du CCG en matière de défense et de gestion de crise et ainsi contribuer à la "projection de la stabilité". 2. Ensuite, concernant votre deuxième question sur le bureau régional de l'OTAN au Koweït, il convient de noter que le centre régional OTAN-ICI a pour mandat d'aider à développer l'initiative de coopération d'Istanbul en favorisant la coopération entre l'OTAN et les pays de l'ICI dans les domaines suivants: - analyse stratégique et analyse politique; - coopération entre forces armées, notamment pour l'interopérabilité et le renforcement des capacités de défense et des capacités de sécurité s'y rapportant; - établissement de plans civils d'urgence et gestion des conséquences; - diplomatie publique; - sensibilisation culturelle; - formation (cours, séminaires, modules de formation). À la demande de l'OTAN et d'un pays de l'ICI, et après accord avec le Koweït, le Centre régional OTAN-ICI peut également faciliter la préparation du programme individuel de partenariat et de coopération à conclure entre l'OTAN et le pays de l'ICI concerné. En outre, le Centre régional OTAN-ICI peut mener toute autre activité décidée d'un commun accord. Les activités de coopération du Centre régional OTAN-ICI sont ouvertes à tous les États membres de l'OTAN, à tous les pays de l'ICI, au Conseil de coopération du Golfe et à ses États membres, ainsi qu'à tout autre pays sur lequel l'OTAN et le Koweït s'accordent. Il est important de noter que le Koweït prend à sa charge les coûts de construction, d'entretien et de fonctionnement du Centre ainsi que le salaire du personnel du centre. L'OTAN prend seulement à sa charge les salaires du personnel envoyé sur place (deux personnes au total). Le Koweït paie également le logement du personnel OTAN. Notez également que la visite du Conseil (NAC) au Koweït a été complètement financée par le gouvernement koweïti.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE EXTERIEURE
Descripteurs EurovocKOWEIT | OTAN | POLITIQUE EXTERIEURE | POLITIQUE DE COOPERATION | PAYS DU GOLFE