...

Bulletin n° : B111 - Question et réponse écrite n° : 0961 - Législature : 54


Auteur Olivier Chastel, MR
Département Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
Sous-département Affaires étrangères et européennes
Titre Relations UE-Gambie. - Évolution.
Date de dépôt13/02/2017
Langue F
Publication question     B111
Date publication 24/03/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai17/03/2017

 
Question

Neven Mimica, Commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, s'est rendu début février 2017 en Gambie. 1. Quelle est l'évolution du dialogue politique entre l'Union européenne et la Gambie notamment suite au processus électoral et à la transition démocratique? 2. Quel bilan peut-on tirer du partenariat UE-Gambie? 3. De nouvelles aides vont-elles être débloquées par l'UE à destination de ce pays? Si oui, de quelle nature et pour quels montants?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Réponse

1. Le nouveau pouvoir sous l'égide du président Adama Barrow est attendu pour ouvrir une nouvelle page de l'histoire du pays tant au niveau national, en matière de démocratie, de droits humains et de libertés publiques, et en matière de développement socio-économique, qu'au niveau régional et international. C'est donc une nouvelle page qui s'ouvre dans nos relations avec la Gambie. C'est dans ce contexte que le président Barrow a été reçu par le Roi et le premier ministre ce 16 mars et que j'ai reçu mon homologue à la même date. C'est dans ce cadre que le commissaire européen pour la Coopération internationale et le Développement Neven Mimica s'est rendu à Banjul les 8 et 9 février et a rencontré le président Adama Barrow et son gouvernement. Une mission interservices s'est également déroulée du 8 au 13 février, et une mission électorale exploratoire du 11 au 18 février. La visite du commissaire constituait un signal clair de la disponibilité de l'UE à soutenir financièrement et techniquement le processus démocratique en Gambie et ses bénéfices pour la population en termes de bonne gouvernance, démocratie, respect des droits de l'homme et de l'État de droit. Le commissaire Mimica a déclaré que l'UE est prête à s'engager auprès du président Barrow et son gouvernement, et souhaite devenir un partenaire privilégié de la nouvelle Gambie. Il a signé et annoncé de l'aide supplémentaire de l'UE en Gambie, et a invité le président Barrow à se rendre à Bruxelles. La Haute Représentante de l'UE Federica Mogherini a quant à elle décidé d'envoyer une Mission d'Observation électorale de l'UE pour les élections parlementaires du 6 avril prochain. L'idée d'une telle Mission d'observation électorale avait déjà été accueillie favorablement par le président Barrow. Depuis l'arrivée du nouveau président gambien plusieurs signaux positifs sont à relever au niveau de l'inscription du pays sur la scène internationale, dont la mise en bonne place à l'agenda, pour discussion au sein du gouvernement, de l'Accord de Partenariat économique ouest-africain avec l'UE, ou encore la révocation du retrait de la Cour pénale internationale. L'UE souhaite rester attentive à l'évolution du pays tout en soutenant au mieux ses volontés de progrès. 2. Le partenariat UE-Gambie a aidé à atteindre d'importants objectifs de développement en Gambie, dont par exemple l'asphaltage de près de 50 % du réseau routier gambien via des projets financés par le FED. Les relations se sont également développées dans d'autres domaines, comme le commerce, la pêche et le tourisme. L'allocation totale de l'UE pour la Gambie sous le 11ème FED pour la période 2014-2020 s'élève à 150 millions d'euros. Il avait été décidé de commencer par une première enveloppe (33 millions pour 2015-16) pour soutenir les priorités de développement de la Gambie telles que définies dans son Programme for Accelerated Growth and Employment 2012-16. Les principaux secteurs d'intervention pour cette première phase sont l'agriculture au service de la croissance économique et de la sécurité alimentaire/nutrition et la stratégie de sortie de crise dans le secteur des transports. La Gambie peut aussi prétendre à l'aide du Fonds fiduciaire d'urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. Deux nouvelles actions ont été adoptées depuis le Sommet de La Valette pour un total de 14,9 millions d'euros, dont l'objectif est entre autres d'offrir des opportunités économiques et de l'emploi pour renforcer les capacités des jeunes. 3. Avec le nouveau gouvernement en place, les priorités clé de l'UE en termes de coopération au développement incluent le soutien rapide à la stabilité et la reconstruction de l'État gambien. Le commissaire Mimica a annoncé lors de sa visite la disponibilité de l'UE à augmenter son soutien au développement durable et inclusif en Gambie. L'engagement immédiat et concret de l'UE s'est traduit par la signature d'engagements à court terme de 75 millions d'euros et l'annonce d'un deuxième paquet de 150 millions d'euros à moyen terme. L'aide à court terme comporte des projets déjà décidés (agriculture, sécurité alimentaire, qualité des produits, pistes rurales, renforcement de la société civile) et faisant appel à différents instruments (dont le Fonds fiduciaire d'urgence). Le paquet d'aide à moyen terme est une offre nouvelle qui demande encore des décisions, notamment sur la deuxième phase du Programme indicatif national (PIN) du 11e FED (soit 117 millions d'euros pour 2017-2020), un possible complément du Fonds fiduciaire d'urgence, ou un complément du Programme indicatif régional, et qui doit être examinée en lien avec le plan stratégique du gouvernement. Sur la base des priorités annoncées par le président Barrow et ses ministres et en tenant compte des orientations fournies par le Consensus européen pour le Développement en cours d'élaboration, le paquet de soutien en préparation pour la Gambie devrait inclure les secteurs suivants, de manière cohérente et complémentaire: a. Gouvernance / État de droit / Sécurité Une contribution immédiate au soutien de la trésorerie et de la situation macroéconomique devrait être fournie, pour atténuer rapidement les besoins budgétaires les plus urgents, avec un éventuel décaissement d'une première tranche fixe avant l'été 2017. b. Croissance durable inclusive et création d'emplois Les secteurs prioritaires pourraient être le climat d'investissement difficile, le manque d'accès au financement, la création d'emplois, en particulier pour les jeunes, ou des projets spécifiques visant à relier les secteurs de l'agriculture et du tourisme, de même que l'aquaculture et la pêche avec l'agro-industrie, ainsi que le soutien aux petits programmes d'industrialisation qui peuvent aussi constituer des domaines de stimulation de l'emploi. c. Énergies renouvelables / Changements climatiques / Infrastructures, via des projets de blending. Le commissaire Mimica a également offert la disponibilité de l'UE d'aider la Gambie dans la préparation d'une nouvelle stratégie de développement, et dans l'organisation à Bruxelles d'une Conférence internationale de bailleurs une fois cette stratégie établie

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE EXTERIEURE
Descripteurs EurovocDEMOCRATISATION | GAMBIE | POLITIQUE EXTERIEURE | UNION EUROPEENNE