...

Bulletin n° : B116 - Question et réponse écrite n° : 1009 - Législature : 54


Auteur Dirk Van der Maelen, SP.A
Département Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
Sous-département Affaires étrangères et européennes
Titre Tensions dans le Rif marocain.
Date de dépôt24/03/2017
Langue N
Publication question     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai02/05/2017

 
Question

Cela fait plusieurs mois déjà que le Rif, une région défavorisée du nord du Maroc, est sous tension. La mort d'un vendeur de poisson a provoqué un mouvement de protestations de citoyens qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie. Moshin Fikri, un vendeur de poisson de 31 ans broyé par une benne à ordures alors qu'il voulait récupérer sa marchandise confisquée par la police, est ainsi devenu pour les manifestants le symbole de la manière dont les autorités traitent les habitants du Rif, c'est-à-dire comme des ordures. Les Rifains réclament des écoles, des emplois et des soins à une distance raisonnable, des facilités dont ils sont tout simplement privés à l'heure actuelle. Depuis quelques semaines, ces manifestations sont toutefois réprimées d'une main de fer par les services de sécurité. La situation se dégrade sans cesse, ce qui risque d'entraîner la région dans une spirale de violence. Tandis que les médias ferment les yeux face à ces événements dont ils ne font pas grand cas, la communauté internationale refuse d'aborder la question avec le gouvernement marocain.  La Belgique entretient des relations diplomatiques fortes avec le Maroc et a conclu ces dernières années toute une série d'accords bilatéraux avec ce pays. C'est ainsi que l'actuel premier ministre, lorsqu'il était ministre de la Coopération au développement, a augmenté l'aide au développement accordée au Maroc de 50 %, la faisant passer à 60 millions. Il n'en reste pas moins que les manifestations citoyennes qui se sont déroulées ces derniers mois dans le Rif montrent que certaines régions sont toujours confrontées à des problèmes alarmants. Plusieurs journaux dénoncent une baisse intentionnelle des investissements dans un certain nombre de contrées moins intéressantes sur le plan touristique. 1. Pourriez-vous fournir un relevé des projets financés par l'aide belge au développement et indiquer lesquels ont été réalisés dans le Rif? 2. Il a été constaté à diverses reprises que les manifestations citoyennes sont réprimées d'une main de fer par les services de sécurité. La liberté d'opinion et la liberté de manifester sont des valeurs importantes que notre pays se doit de défendre auprès de ses partenaires internationaux. Êtes-vous au courant de la répression brutale exercée à l'encontre des manifestants du Rif par les services de sécurité marocains? Comptez-vous interpeller votre homologue marocain à ce sujet?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B117
Date publication 16/05/2017, 20162017
Réponse

1. Le Rif est une région géographique caractérisée par des populations qui parlent un "berbère rifain". Cette population s'étend sur deux régions administratives: - la région administrative de Tanger, Tétouan et Al Hoceim; - une partie de la région administrative de l'Oriental. Les projets de la coopération gouvernementale financés dans la région du Rif sont les suivants: - Programme indicatif de coopération 2006-2009: a) Projet de Développement de la Formation par apprentissage dans quatre provinces au Nord du Maroc. (Contribution belge: trois millions d'euros) L'objectif spécifique de cette intervention visait à améliorer l''employabilité et l'insertion des jeunes déscolarisés dans quatre provinces au Nord du Maroc à travers le développement de la formation par apprentissage dans cette zone. Le projet est intervenu dans six secteurs qui présentent des possibilités d'emploi pour les jeunes lauréats et lauréates de la formation par apprentissage: la pêche maritime; l'agriculture; le tourisme; l'artisanat; l'éducation du préscolaire; les métiers du social. b) Promotion des micro-entreprises rurales dans le nord du Maroc à travers l'appui au secteur du microcrédit. (Contribution belge: deux millions d'euros) L'objectif spécifique de cette intervention a ciblé la promotion de l'entreprenariat au niveau des petites unités de productions de biens et services dans la Wilaya (province) de Tétouan par le développement d'une offre de crédit et d'accompagnement adaptée. c) Programme de Développement de la filière des amandiers dans la région de l'Oriental. (Contribution belge: huit millions d'euros) - Secteur Agriculture L'objectif spécifique de cette intervention vise à soutenir la filière des amandiers afin qu'elle soit mieux développée, valorisée et gérée de manière durable par les populations locales (hommes-femmes) des communes rurales concernées. - Programme indicatif de coopération 2010-2013 a) Programme d'Appui institutionnel et opérationnel aux Agences de Bassins Hydrauliques (ABH). (Contribution belge: 5,5 millions d'euros) - Secteur Eau L'objectif général de cette intervention vise à contribuer à l'amélioration de la gestion intégrée et durable des ressources en eau dans les bassins hydrauliques de Souss-Massa Drâa, Loukkos et Moulouya. Plus spécifiquement, l'intervention cible les ABH de Souss Massa Drâa, Loukkos et Moulouya afin qu'elles disposent des compétences et des mécanismes pour mieux jouer leur rôle dans la gestion et dans la préservation des ressources en eau. b) Programme de Renforcement des capacités organisationnelles par l'octroi des bourses (Contribution belge: 3.379.977 euros). L'objectif spécifique de cette intervention vise à renforcer les capacités des institutions publiques, et ce, prioritairement dans les secteurs de concentration de la coopération maroco-belge (Secteur Eau et Agriculture) via la formation du personnel. c) Projet de Mobilisation des Marocains résidant en Belgique pour le développement du Maroc en coopération déléguée avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) (Contribution belge: 1.200.000 euros) L'objectif spécifique de cette intervention est de contribuer au développement socioéconomique du Maroc par l'investissement des marocains résidant en Belgique porteurs de projets d'investissement ayant un impact socioéconomique local et pouvant induire également le transfert de leurs compétences. Certains porteurs de projets sélectionnés étaient originaires du nord du Maroc. Via les acteurs de la Coopération non-gouvernementale belge, la Belgique finance aussi des acteurs de la société civile locale dans le Rif (Échos Communication, Médecins du Monde, KIYO, Association pour la Promotion de l'Enseignement et de la formation à l'Étranger (APEFE), Réseau Citoyens-Citizens Network Justice et Démocratie (RCN JD), Union wallonne des Villes et Communes (UWVC) et Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-capitale (AVCB). 2. La mort du marchand de poisson Mouchine Fikri a conduit à plusieurs protestations sociales dans la région du Rif. Ces événements ne visent pas seulement à mettre en lumière la situation difficile de l'imposante communauté amazighe sur les plans économique, culturel et social, mais aussi à dénoncer la corruption dans la société marocaine. La majorité des protestations, surtout des sit-in, se déroulent de manière pacifique mais, ces derniers mois, il est fait état de plusieurs arrestations à travers les médias sociaux mais aussi la presse locale et internationale. Les services d'ordre agiraient plus brutalement afin de décourager de nouvelles actions de contestation. La région du Rif est connue pour sa résistance et sa méfiance vis-à-vis du pouvoir central. Durant le règne d'Hassan II, la région a été lésée vu sa position récalcitrante. Depuis l'entrée en fonction de Mohammed VI, le gouvernement a fortement investi dans des projets d'infrastructure de grande envergure afin de désenclaver la région et de stimuler le développement économique. Mais le chômage élevé, un important secteur du travail informel, la corruption, des soins de santé et un enseignement déficients continuent à provoquer le mécontentement au sein de la population locale. Lors de la présentation de son programme, le nouveau gouvernement a indiqué qu'il continuerait à se focaliser sur la réalisation des réformes profondes qui ont été annoncées dans la Constitution de 2011. En outre, des mesures ont été annoncées concernant la promotion de l'Amazigh dans l'enseignement et les médias ainsi que la reconnaissance légale de l'Amazigh comme langue officielle du pays. La communication du gouvernement et de Mohammed VI après le décès tragique de Mochine Fikri démontre que le gouvernement est conscient des problèmes dans la région et qu'il faut être attentif au dialogue et à la concertation. Ceci est également confirmé par le nouveau ministre de l'Intérieur, lui-même originaire de la région du Rif. Il s'est déplacé plusieurs fois dans la région afin d'en convaincre la population locale. Il reste à voir si le nouveau gouvernement parviendra à inverser la tendance et faire revenir le calme. Mes services continueront à suivre la situation de près. Comme vous le savez, la promotion et la protection des droits de l'homme est prioritaire pour la Belgique, tant au niveau national que dans nos relations avec d'autres pays. Ceci est par ailleurs repris dans l'accord de gouvernement actuel. En cas de besoin, je ne manquerai pas d'interpeller mon collègue marocain à ce sujet.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE EXTERIEURE
Descripteurs EurovocDROITS DE L'HOMME | LIBERTE D'EXPRESSION | MAROC | POLITIQUE EXTERIEURE | AIDE AU DEVELOPPEMENT