...

Bulletin n° : B116 - Question et réponse écrite n° : 1811 - Législature : 54


Auteur Koen Metsu, N-VA
Département Ministre de la Justice
Sous-département Justice
Titre Les conseillers islamiques qui travaillent en milieu carcéral (QO 17217).
Date de dépôt28/03/2017
Langue N
Publication question     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai02/05/2017

 
Question

Fin 2016, vous avez annoncé l'engagement de neuf conseillers islamiques supplémentaires en février 2017 dans le cadre de la lutte contre la radicalisation dans les prisons. Ces neuf conseillers devraient renforcer l'équipe existante constituée de dix-huit conseillers islamiques. 1. Quelles sont les missions concrètes d'un conseiller islamique? 2. Combien de conseillers sont actuellement au travail dans nos prisons (par établissement pénitentiaire)? 3. Combien de conseillers islamiques auraient en principe dû être au travail aujourd'hui? Si l'objectif fixé n'a pas été atteint, quelle en est la cause? 4. Le déploiement de conseillers islamiques dans les prisons s'est-il avéré utile? Si oui, pouvez-vous détailler combien de détenus étaient à risque hier et ne le sont plus aujourd'hui?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B117
Date publication 16/05/2017, 20162017
Réponse

1. Les conseillers islamiques tirent leurs tâches, en première instance, des dispositions de la loi de principes concernant l'administration pénitentiaire ainsi que le statut juridique des détenus qui spécifient que le détenu a le droit de vivre et de pratiquer sa religion ou sa philosophie individuellement et en communauté avec d'autres, dans le respect des droits d'autrui. Il est évident qu'ils portent une attention plus poussée aux détenus qui manifestent des idées radicales d'inspiration islamique, sans toutefois être à leur disposition exclusivement. 2. et 3. Vingt-neuf conseillers islamiques sont actuellement au travail. Le cadre a entièrement été complété du côté néerlandophone. Ce n'est pas encore le cas du côté francophone, où le cadre doit encore être complété de 4,3 équivalents temps plein (ETP). Un certain nombre de conseillers islamiques qui devaient être recrutés n'ont pas reçu de certificat de sécurité de l'Autorité nationale de sécurité (ANS) pour des raisons légitimes ou parce que l'ANS était dans l'impossibilité de mener une enquête approfondie vu qu'ils séjournaient en Belgique depuis moins de cinq ans. D'autres conseillers islamiques n'ont, à ce jour, pas encore pris leurs fonctions pour des raisons privées. Dès qu'il est clairement apparu que le cadre francophone ne pourrait pas être complété, mes services ont demandé à l'organe représentatif du culte islamique d'organiser au plus vite de nouveaux examens. Au terme de ceux-ci, les dossiers des candidats proposés seront examinés. Comme chaque conseiller nouvellement recruté, ces candidats devront posséder une excellente maîtrise de la langue nationale dans laquelle ils seront amenés à travailler et ils devront au moins être titulaires d'un diplôme de bachelier, de préférence en théologie ou en sciences sociales. 4. Aucune donnée chiffrée concernant le nombre de détenus qui ne présentent plus de risque spécifique n'est disponible pour l'instant. À l'instar de phénomène général de la récidive, seules des analyses sur le long terme permettront de se faire une idée correcte à cet égard.

 
Desc. Eurovoc principalDROIT PENAL
Descripteurs EurovocDROIT PENAL | ETABLISSEMENT PENITENTIAIRE | ISLAM | RELIGION
Mots-clés libresCULTE