...

Bulletin n° : B123 - Question et réponse écrite n° : 1596 - Législature : 54


Auteur Fabienne Winckel, PS
Département Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique
Sous-département Affaires sociales et Santé publique
Titre La politique de vaccination cocoon contre la coqueluche.
Date de dépôt12/05/2017
Langue F
Publication question     B123
Date publication 27/06/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai20/06/2017

 
Question

La coqueluche, maladie particulièrement dangereuse pour les enfants âgés de moins d'un an en raison de risques de complications graves, est en progression chez nous depuis quelques années. L'augmentation du nombre de cas de coqueluche observés dès 2012 s'est poursuivie ces dernières années. Une augmentation qui s'observe à tous les âges, mais principalement dans le groupe des 35-60 ans. Depuis 2013, les autorités sanitaires conseillent aux femmes enceintes de 25 semaines de se refaire vacciner. Leurs anticorps protégeraient aussi l'enfant après sa naissance. Mais il ne faut pas oublier les pères et les grands-parents, ainsi que les personnes qui travaillent auprès des nourrissons, à qui il est également vivement conseillé de se faire vacciner. On parle d'ailleurs, depuis 2009, de la vaccination "cocoon". Elle concerne l'ensemble des membres de la famille entourant un jeune enfant. Si le vaccin est partiellement remboursé (85 % du coût) par l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI) pour les adolescents de plus de 16 ans, selon certaines conditions, et pour les parents ou futurs parents d'un nouveau-né, il ne l'est pas pour les grands-parents, ni pour les personnes travaillant auprès des nourrissons. 1. Le 3 février 2015, alors que mon collègue André Frédéric vous interrogeait sur le sujet et évoquait avec vous les remboursements, vous aviez reconnu que le non-remboursement de la vaccination pour les grands-parents constituait un petit problème. Des avancées ont-elles pu avoir lieu depuis lors? Si non, pourquoi pas? Qu'en est-t-il des personnes travaillant auprès des nourrissons? 2. Budgétairement, que représenterait le remboursement de ces vaccins pour les grands-parents et le personnel en contact avec les nourrissons? 3. De quels autres chiffres récents disposez-vous concernant cette maladie? Qu'en est-il concernant la vaccination? 4. Certains médecins belges ont récemment tiré la sonnette d'alarme concernant la baisse de confiance des citoyens à l'égard de la vaccination de manière générale. Qu'en pensez-vous? Des initiatives doivent-elles, selon vous, être prises dans ce cadre avec vos collègues des entités fédérées?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B138
Date publication 04/12/2017, 20172018
Réponse

1. Le vaccin BOOSTRIX® est à ce jour le seul vaccin de rappel disponible contre la coqueluche. Les conditions de remboursement de ce vaccin ont été revues et modifiées en 2015 par l'élargissement du remboursement aux futurs parents. Néanmoins, ni les grands-parents ni le personnel travaillant auprès des nourrissons n'entrent en ligne de compte pour un remboursement. 2. Le BOOSTRIX® est un vaccin combiné permettant de prévenir non seulement la coqueluche, mais aussi le tétanos et la diphtérie. Le BOOSTRIX® étant le seul vaccin de rappel disponible contre la coqueluche et le tétanos, il est difficile d'effectuer une évaluation du surcoût en cas d'élargissement du remboursement à un groupe-cible plus large. Une façon de calculer serait de partir du nombre de nouveau-nés d'une année en Belgique (selon StatBel, 124.415 enfants en 2014). En partant d'un maximum de 4 grands-parents par enfant, d'une seule vaccination par grand-parent et d'une répartition de la population 70/30 assuré ordinaire/assuré préférentiel, nous atteignons un coût maximum de 8.830.977 euros à charge de l'INAMI. Il s'agit ici d'une estimation maximale étant donné qu'il est peu probable que chaque famille soit composée de 4 grands-parents encore en vie et que tous les grands-parents se fassent vacciner. 3. et 4. Ces questions ne relèvent pas de mes compétences.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE DE LA SANTE
Descripteurs EurovocMALADIE INFECTIEUSE | POLITIQUE DE LA SANTE | VACCINATION