...

Bulletin n° : B123 - Question et réponse écrite n° : 2208 - Législature : 54


Auteur Philippe Blanchart, PS
Département Vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, chargé de la Régie des Bâtiments
Sous-département Sécurité et Intérieur
Titre L'incident nucléaire survenu en Norvège.
Date de dépôt16/05/2017
Langue F
Publication question     B123
Date publication 27/06/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai20/06/2017

 
Question

De l'iode 131 a été détecté dans l'air dans de nombreux pays européens, dont la France, en janvier 2017. Beaucoup s'étaient inquiétés du possible lien avec l'incident survenu fin octobre 2016 au sein du réacteur de recherche à eau lourde de Halden en Norvège. Une enquête avait été lancée dès lors par les autorités européennes pour déterminer l'origine de la présence anormale de cet iode et celle-ci n'a pas su l'expliquer. L'incident en Norvège en octobre 2016 pose des questions environnementales dans toute l'Europe. 1. Quel est votre point de vue et le bilan sur la situation et les possibles répercussions de l'incident survenu en Norvège? 2. Des enquêtes ont-elles été réalisées en Belgique pour déterminer la possible présence de cet iode? 3. L'iode 131 a été détecté dans plusieurs pays d'Europe en faible quantité et l'origine n'a pas su être déterminée, avez-vous plus d'informations aujourd'hui? Quelle est le bilan actuel? En sait-on davantage sur les origines de cette présence?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B124
Date publication 07/07/2017, 20162017
Réponse

Concernant le lien entre la détection de l'iode 131 dans l'air durant les mois de janvier et février 2017 et l'incident survenu en octobre 2016 dans le réacteur de recherche HBWR à Halden en Norvège, je vous renvoie à la question n° 2356 du 4 juillet 2017. 1. Il est de la responsabilité de l'autorité de sûreté nationale du pays concerné de contrôler et de fournir des informations concernant cet incident. Il s'agit donc dans ce cas-ci de la responsabilité de l'autorité de sûreté norvégienne: la Norvegian Radiation Protection Authority (NRPA). Selon celle-ci, le 24 octobre 2016, alors que le réacteur de recherche HBWR situé à Halden était en arrêt pour maintenance, un incident est survenu lors d'opérations de manutention d'un assemblage combustible d'essai endommagé. Ceci a conduit à un rejet de substances radioactives dans le bâtiment du réacteur, puis dans l'environnement. Toutefois, les rejets d'iodes dans l'atmosphère liés à cet incident ont représenté environ 5 % de l'autorisation annuelle de rejets gazeux de l'installation. Si vous désirez plus de détails techniques, je vous invite dès lors à consulter les communiqués de presse de la NRPA. Concernant les éventuelles conséquences de cet incident en Belgique, comme vous le savez probablement, la surveillance radiologique du territoire fait partie des compétences de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire. Cette surveillance est opérée de deux manières: via le réseau de mesure continu du taux de radioactivité TELERAD, ainsi que via des campagnes périodiques de prélèvements d'échantillons sur le terrain (possédant des niveaux de détection encore plus bas). Ni le réseau TELERAD, ni le programme d'échantillonnage n'a détecté d'augmentation particulière du taux de radioactivité. 2. et 3. Aucune enquête particulière n'a été réalisée, au-delà du programme de surveillance radiologique du territoire, qui n'a pas détecté d'augmentation particulière du taux de radioactivité. Il faut toutefois savoir que les concentrations dont il est ici question se situent largement en-dessous du seuil de détection du système de mesure du taux de radioactivité TELERAD et ne présentent aucun risque pour la santé de la population, des travailleurs et pour l'environnement. Je vous renvoie à mes réponses à la question écrite n° 2356 et orale n° 16811 (Compte Rendu Intégral, Chambre, 2016-2017, CRIV54 COM609) pour plus d'informations à ce sujet.

 
Descripteurs EurovocACCIDENT NUCLEAIRE | NORVEGE | POLITIQUE NUCLEAIRE | SECURITE NUCLEAIRE