...

Bulletin n° : B054 - Question et réponse écrite n° : 0623 - Législature : 54


Auteur Roel Deseyn, CD&V
Département Ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale
Sous-département Finances, Lutte contre la fraude fiscale
Titre Lutte contre la fraude fiscale.
Date de dépôt04/11/2015
Langue N
Publication question     B054
Date publication 14/12/2015, 20152016
Statut questionRéponses reçues
Date de délai07/12/2015

 
Question

Le mercredi 21 octobre 2015, durant l'échange de vues que nous avons consacré au tax shift, je vous ai interrogé à propos du nouveau plan anti-fraude et de ses éventuels points communs avec le plan d'action BEPS (base erosion and profit shifting) de l'Organisation de coopération et de développement économique. Vous ne m'aviez alors pas fourni de réponse univoque. C'est pourquoi je voudrais poser cette question-ci, en espérant obtenir des précisions. 1. Après l'annonce du rapport définitif sur le BEPS, vous avez déclaré que la Belgique sera fidèle au projet et que vous veillerez personnellement à l'application de différentes recommandations. De quelles recommandations parlez-vous donc ? 2. a) Pouvez-vous nous dire si votre plan anti-fraude reprend déjà certaines de ces recommandations ? b) Dans l'affirmative, quelles mesures avancez-vous et quel en seraient les délais d'application ? 3. Avez-vous l'intention d'appliquer, entre autres, les recommandations relatives aux patent boxes et aux CFC (Controlled Foreign Companies) en Belgique ou envisagez-vous plutôt une approche européenne harmonisée ? 4. a) Pouvez-vous également nous fournir des précisions sur le délai actuel en ce qui concerne le projet de loi relatif à l'échange automatique de données financières ? b) Quand sera-t-il introduit au du Parlement ?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B064
Date publication 29/02/2016, 20152016
Réponse

1. Au début de l'année 2013, l'OCDE a commencé son rapport en matière de BEPS. BEPS signifie Base Erosion and Profit Shifting, soit l'érosion de la base de perception et le transfert des bénéfices. Ce rapport qui découle d'une initiative du G20 constitue l'amorce pour s'attaquer à un certain nombre de manquements dans les règles fiscales internationales existantes et pour réagir face à un certain nombre d'évolutions du commerce mondial actuel. Ce rapport BEPS a été complété par un plan d'action BEPS qui s'attaque à la zone d'ombre de l'optimisation fiscale. Ce plan ne doit pas seulement mener à une adaptation du droit international conventionnel, mais doit également être transposé par les états membres dans les législations nationales, afin d'aboutir à une approche générale et cohérente. Le plan d'action BEPS vise à proposer, "au niveau international, des solutions spécifiques afin de permettre aux autorités de lutter contre certaines stratégies en matière d'optimisation fiscale. Des entreprises utilisent en effet les lacunes et manquements du système actuel pour transférer artificiellement des bénéfices vers des pays ou des territoires où elles sont soumises à des réglementations fiscales plus favorables". Ce plan d'action compte 15 points d'action qui peuvent, en gros, être répartis en quatre groupes: (1) actions générales (par exemple en matière d'économie numérique ou l'utilisation de différences de qualification, ce qu'on appelle les "montages hybrides"); (2) actions en matière d'établissements stables et de prix de transfert (par exemple en matière d'immobilisations incorporelles ou intangibles); (3) actions relatives aux conventions (par exemple en matière de prévention de la double non-imposition) et enfin, (4) actions concernant la transparence (par exemple l'obligation de signaler un planning fiscal agressif). Ces développements au sein de l'OCDE conduisent actuellement à une reconfiguration en profondeur du paysage fiscal international. Je soutiens ces développements. Les résultats du BEPS mèneront à des changements du modèle de convention de l'OCDE et des principes de l'OCDE applicables en matière de prix de transfert. - BEPS et la Belgique Les conclusions les moins significatives sont celles présentées sous forme de guidance based on best practices (orientations fondées sur les meilleures pratiques) qui doivent, à terme, mener à ce que les mesures introduites par les pays s'appuient sur les mêmes principes. De telles propositions concernent par exemple l'imposition des sociétés étrangères contrôlées (SEC) et l'obligation des contribuables de mentionner préalablement les structures agressives. Les accords sur une approche communautaire (common approach) des structures vont un peu plus loin. Les pays concernés s'accordent à dire que la situation doit évoluer et cette approche communautaire doit garantir une harmonisation des réglementations nationales. Sont notamment entendus ici les accords sur la lutte contre les structures hybrides et sur la réduction des déductions d'intérêts excessives. Selon le ministre des Finances, ils devraient être peaufinés au sein de l'Union Européenne. Les conclusions les plus significatives sont celles qui sont déterminées dans une norme minimum. Les pays se sont engagés à les mettre en oeuvre et la Belgique s'y prépare actuellement. Des normes minimales ont été fixées pour: - la prévention des pratiques néfastes par alignement de la législation sur les patent boxes et l'échange d'informations sur les rulings; - la prévention des abus dans le cadre des conventions préventives de la double imposition; - l'introduction d'un country-by-country reporting; - l'amélioration de la résolution des différends entre pays en matière de réglementation pour la concertation ou les procédures d'arbitrage. Les directives de l'OCDE en matière de prix de transfert et les critères pour la définition d'un établissement stable sont adaptées. La Belgique soutient sans réserve les initiatives de la Commission européenne concernant l'échange automatique d'informations sur les rulings. Les nouvelles réglementations en matière de prix de transfert sont immédiatement appliquées lors des contrôles et de la communication des rulings. La Belgique appuie également toutes les initiatives visant à adapter les conventions préventives de la double imposition sur une base multilatérale. Dans la deuxième partie concernant la coordination, le gouvernement belge soutient les mesures de la Commission européenne relatives à la lutte contre les structures hybrides et les restrictions sur la déductibilité des intérêts. L'application volontaire des mesures BEPS n'est pas une bonne idée dans un environnement de concurrence fiscale mondiale. Il faut élaborer une réglementation uniforme, au moins à l'échelon européen. La Belgique encourage également toutes les initiatives de l'OCDE visant à adapter les conventions préventives de la double imposition sur une base multilatérale; l'adaptation de chaque traité séparément s'avérerait en effet trop longue et inefficace. En tant que membre de l'OCDE, la Belgique transposera toutes les normes minimales dans la législation belge. Ces réglementations seront mises en oeuvre sur des profils belges concrets. L'AG Fiscalité grandes entreprises et l'AG ISI y seront impliquées de manière permanente. 2. Voici un aperçu des diverses actions reprises dans le nouveau plan pour lutter contre la fraude: - Action 1: les défis fiscaux de l'économie numérique. D'après une analyse étendue, la révolution des TIC se poursuit dans presque tous les secteurs et entreprises. La montée de l'e-commerce et des e-services proposés via Internet est impressionnante. L'action 1 attire l'attention sur les défis de l'économie numérique, tels que l'inutilité croissante d'une présence physique pour exercer des activités commerciales, l'attribution d'une valeur générée par la création de données au moyen de produits numériques, la perception de la TVA, etc. En outre, l'Internet est très mobile et éphémère, ce qui, en soi, génère déjà des problèmes fiscaux. C'est cette nouvelle dimension qui est prise en compte lors de l'adoption de nouvelles normes, en particulier dans le contexte des recommandations suivantes du plan d'action: - Le renforcement des réglementations relatives aux sociétés étrangères contrôlées (action 3) - Les réglementations relatives à l'évitement artificiel du statut d'établissement stable (action 7) et l'action 5 pour le critère d'activité substantielle - Les réglementations concernant les prix de transfert - relation à la création de valeur (actions 8 à 10) - Les réglementations destinées à limiter les déductions excessives d'intérêts intragroupe versées aux territoires où l'imposition est faible (action 4 et pour le financement des activités numériques : action 9). Ces actions sont pertinentes et apportent une partie de la solution. Pour résoudre le problème dans sa totalité, l'action 1 du BEPS offre un certain nombre d'options, à savoir: - une nouvelle approche nexus pour les ventes à distance, ainsi que des réglementations alternatives pour l'imputation des bénéfices; - une retenue à la source sur les opérations numériques comme instrument de coercition; - éventuellement comme alternative au premier point, une sorte de droit d'accise. En matière de TVA, la Belgique soutiendra les initiatives à l'échelon européen. La règle générale est que la TVA est due dans le pays de consommation. En termes d'impôt sur le revenu, la législation interne sera réévaluée et adaptée si nécessaire. Comme mentionné précédemment, le Belgian Internet Service Center (BISC) joue un rôle prépondérant à cet égard. - Action 2: neutraliser les effets des structures hybrides. Ce deuxième point d'action est en ligne avec la Directive européenne qui exclut la double non-imposition par des prêts hybrides et va même plus loin. Les différences de traitement, par différents pays, d'entités (considérées comme transparentes ou opaques) et de moyens de paiement (coûts/distribution des bénéfices) peuvent conduire les entreprises à exiger plusieurs déductions pour les mêmes coûts et à faire disparaître un revenu imposable. En utilisant cette analyse des différences entre les législations nationales, l'impôt normalement dû dans les deux états est diminué par le jeu de la double déduction d'impôt, une déduction d'impôt avec absence " d'inclusion " (car elle ne génère aucun revenu imposable correspondant dans l'autre état) ou, dans le cas d'imputation de crédits d'impôt étrangers, sans qu'un revenu imposable ne soit enregistré. Le rapport de l'OCDE de 2012 identifie quatre catégories de structures hybrides: - Entités hybrides; - Entités à double résidence; - Instruments hybrides (dette dans un pays et preuves de participations dans un autre pays); - Transferts hybrides (par exemple, le transfert de propriété d'un actif considéré dans un autre pays comme un prêt garanti par un nantissement). L'OCDE vise à éviter que les instruments et entités hybrides soient utilisés pour obtenir illégalement les avantages prévus par les conventions préventives de la double imposition. Le Groupe Code de conduite de l'UE mène des discussions sur la lutte contre les "montages hybrides" en rapport aux établissements stables. Les premiers résultats de ces négociations sont attendus dans le courant de 2016. - Action 3: règles CFC. CFC désigne les Controlled Foreign Corporations. Ce sont les filiales étrangères établies dans des pays à taxation faible ou nulle et sous contrôle d'un résident. L'imputation des bénéfices intra-groupe à ces filiales permet de reporter des impôts substantiels tant que les bénéfices ne sont pas distribués. Par le passé la Belgique a choisi de surveiller les transactions avec les pays à taxation faible ou nulle. À cet effet, les montants supérieurs à 100.000 euros par an doivent être mentionnés dans un formulaire séparé. Le contribuable doit prouver la réalité et la sincérité des opérations avec ce membre du groupe faiblement taxé. La problématique est suivie et on analysera si des lois supplémentaires sont nécessaires. - Action 4: déductibilité des intérêts. Le traitement fiscal des avoirs à l'étranger peut conduire à une réduction substantielle de la base imposable. Ainsi, les paiements d'intérêts sont déductibles, les paiements de dividendes en contrepartie de capitaux propres ne le sont pas. Certaines entreprises multinationales cherchent à décaler les dettes à l'intérieur du groupe de telle manière que les coûts d'intérêt tombent autant que possible dans les pays à taux d'imposition élevés et les revenus d'intérêt autant que possible dans les pays à faible taux d'imposition. Pour cette raison, de nombreux pays ont repris des limitations de déductibilité des intérêts dans leur législation nationale. La Belgique a également des règles en matière de sous-capitalisation (thin-cap). Toutefois, ces règles ne semblent pas suffire. Des négociations en cours au niveau européen mèneront normalement au printemps 2016 à une règlementation limitant de manière générale la déductibilité des intérêts. Le ratio intérêts/EBITDA servira de base à cet effet. Ce ratio intérêts/EBITDA offrira une solution aux constructions actuelles pour lesquelles des intérêts sont payés aux entités de groupe faiblement taxées en vue du financement des immobilisations financières achetées. Cet achat d'actifs financiers entraîne une déduction d'intérêt, mais les dividendes perçus sont à peine taxés étant donné qu'ils donnent droit à une déduction RDT de 95 %. Cela provoque l'érosion de la base imposable belge en structures faiblement taxées, ni plus ni moins. Les résultats des entreprises sont dénaturés par les résultats financiers. - Action 5: lutte contre les pratiques dommageables. Cette action se base sur les travaux de l'OCDE concernant les pratiques dommageables réalisés dans le cadre du Forum on Harmful Tax Practices (FHTP) et a comme but de trouver des solutions efficaces contre des schémas dommageables en tenant également compte de facteurs tels que la transparence et la substance. Trois objectifs sont postulés: - L'échange spontané et obligatoire d'informations sur les décisions (rulings) qui concernent uniquement des réglementations préférentielles. - L'obligation d'avoir une activité substantielle pour l'introduction d'une quelconque réglementation préférentielle/élaboration d'une méthodologie pour définir la notion d'activité substantielle, notamment dans le contexte des revenus générés par des activités financières ou par des immobilisations incorporelles - Un rapport suivra pour juger les réglementations préférentielles fiscales dans le contexte BEPS. Un exemple belge d'une telle réglementation préférentielle est la déduction pour revenus de brevets. Le gouvernement se charge de l'élaboration d'une nouvelle réglementation Patent Box qui est conforme aux conditions imposées par l'UE. Au sein de l'Union Européenne, des accords sont fixés sur les échanges de rulings: - tous les rulings à partir du 1er janvier 2010 et qui sont encore en application en date du 1er janvier 2014 seront échangés au plus tard le 31 décembre 2016; - les rulings délivrés entre le 1er janvier 2014 et le 31 mars 2016 seront échangés au plus tard le 31 décembre 2016; - les rulings pris à partir du 1er janvier 2016 seront échangés endéans les trois mois après réception. L'utilité de l'échange de rulings n'est plus mise en question depuis l'affaire des Lux-leaks. La Belgique est un précurseur au niveau de l'échange de rulings. C'est ainsi qu'un premier ensemble de rulings a déjà été échangé. - Action 6: empêcher les abus en matière de conventions fiscales. Lors des ajustements aux traités existants et aux traités de prévention de la double imposition futurs des dispositions anti-fraude seront ajoutées aux traités de prévention de la double imposition afin de contrer le Treaty-shopping comme stipulé dans le plan d'action de l'OCDE. Ces réglementations peuvent être: - Principle Purpose Test (PPT), consistant en un test de l'objet principal de l'opération par le service des impôts; - La disposition concernant la limitation des avantages (Limitation on Benefits LoB), recoupant un certain nombre de propriétés du contribuable; - La disposition anti-flux. Au sein de l'OCDE, des négociations sont en cours pour modifier les dispositions des conventions sur une base multilatérale, pour éviter que les traités de prévention de la double imposition ne doivent être adaptés séparément. Le ministre des Finances et de la Lutte contre la fraude fiscale soutient ces négociations au niveau de l'OCDE, d'autant plus qu'une approche mondiale est ici bien plus efficace. - Action 7: établissements stables. L'action 7 du plan BEPS livre une interprétation plus large de la définition d' "établissement stable". Ce point d'action permet de mieux délimiter l'interprétation de la définition d' "habitant du Royaume" ou de la notion d' "établissement stable" en Belgique. La Belgique tient à une approche formelle, légaliste et non économique de la notion de "résidence". On constate souvent, au sein du réseau de distribution d'une multinationale, qu'un commissionnaire belge agit en son nom propre mais pour le compte d'un membre du groupe dans un pays à faible imposition. L'existence ou non d'un établissement stable pourrait être discutable sur la base d'une lecture stricte. Le commissionnaire apporte effectivement les clients belges, traite pratiquement tous les détails de l'accord, mais sans signer cet accord en fin de compte. La signature formelle est apposée par le donneur d'ordre de la multinationale - souvent soumis à une faible imposition. Le commissionnaire représente bel et bien le donneur d'ordre sur le plan économique, mais pas sur le plan juridique. Il perçoit par conséquent une petite commission, tandis que la majeure partie du chiffre d'affaires brut réalisé en Belgique tombe dans l'escarcelle de l'État membre du donneur d'ordre soumis à une faible imposition. Une circulaire élargissant l'interprétation de la notion d' "agent dépendant" est utile et recommandée à la lumière du point d'action 7 du plan BEPS et du nouveau commentaire de l'OCDE concernant l'article 5 du modèle d'accord. Un agent dépendant constitue un établissement stable et, de ce fait, les profits réalisés en Belgique qui peuvent être attribués à cet établissement stable sont imposables en Belgique (5). - Actions 8-10: prix de transfert entre membres d'un même groupe. L'enjeu de ces actions est l'adaptation des principes en matière de prix de transfert, au centre desquels se trouve la notion de création de valeur. L'action 8 porte sur la notion d' "actifs incorporels" et sur les prix de transfert de ces actifs entre membres d'un même groupe. L'action 9 se concentre sur la compensation des risques et du capital. À cet égard, l'OCDE établit des règles en matière de prix de transfert visant à empêcher que des bénéfices soient imputés à une entité du seul fait que celle-ci s'est contractuellement engagée à assumer des risques ou à apporter du capital. L'action 10 concerne des transactions (à haut risque) dans lesquelles des parties ne devraient jamais s'engager. L'accent est mis sur la requalification des transactions, l'application de règles en matière de prix de transfert dans le contexte des chaînes de valeur mondiales et les frais de gestion et les dépenses du siège. Le SPF Finances appliquera ces nouvelles directives dans ses contrôles sur les prix de transfert. La Cellule prix de transfert sera également renforcée. - Action 11: collecte des données. L'action 11 concerne la collecte de données statistiques permettant de répertorier l'érosion de la base imposable ainsi que le transfert de bénéfices et permettant de quantifier à l'avenir l'influence des actions BEPS. - Action 12: divulgation obligatoire. Le rapport concernant la divulgation obligatoire énumère les bonnes pratiques d'enregistrement obligatoire des constructions de planification fiscale comme notamment au Royaume-Uni, en Irlande et au Portugal. Le ministre des Finances et de la Lutte contre la fraude fiscale examinera grâce à une évaluation comparative dans quelle mesure les systèmes dans d'autres pays ont entraîné une conformité accrue et une augmentation des recettes fiscales. - Action 13: la documentation des prix de transfert. Dans un souci de transparence l'action 13 comprend des normes spécifiques pour la documentation des prix de transfert pour les entreprises multinationales ainsi qu'un modèle commun pour la communication de l'information par pays (6). Un tel rapport par pays comprend notamment des informations sur l'appropriation financière mondiale, les impôts payés dans les pays où la multinationale a un bureau et d'autres indicateurs économiques et une brève description de la nature des activités de chacune des sociétés liées au groupe. Ce rapport devrait permettre aux autorités fiscales nationales d'obtenir un tableau complet et précis des activités et des résultats du groupe multinational de sociétés. Les autorités fiscales concernées sont ainsi en mesure de procéder à une analyse approfondie des risques. L'action 13 précise en outre que les prix de transfert doivent être documentés selon une méthode fondée sur une structure à deux niveaux, à savoir: - d'abord, un "fichier maître" contenant des informations sur la politique de prix de transfert pour l'ensemble du groupe multinational; - d'autre part un "fichier local" dans lequel les transactions intra-groupe de l'établissement belge seront commentées et documentées. L'OCDE a élaboré un modèle tant pour le contenu du fichier maître que du fichier local. Pour l'instant, la législation fiscale belge ne contient pas de dispositions sur la documentation concernant les prix de transfert - seulement une circulaire administrative non contraignante - ce qui rend difficiles les activités de contrôle de la Cellule Prix de transfert au sein de l'AG Fiscalité, Département des grandes entreprises. Ce projet est présenté au Parlement début 2016. - Action 14: Dispute Resolution. Étant donné que le nombre de cas prêtant à discussion entre États augmentera du fait de l'implémentation du plan BEPS, il est convenu qu'une procédure de concertation sera mise en marche pour régler dans les 24 mois les discussions fiscales entre États. Les autorités belges se proposent de trancher dans les 24 mois les procédures de concertation et les procédures d'arbitrage européennes en cours. 3. Les règles CFC ont déjà été abordées à l'action 3. La cellule stratégique Finances se charge du projet de loi en remplacement de la réglementation sur la déduction pour revenus de brevets existante. Cette loi tiendra compte des nouvelles règles en matière de Patent Boxes imposées par l'Union européenne. 4. La cellule stratégique Finances se charge du projet de loi relatif à la transposition de l'action 13. Le projet de loi sera déposé au Parlement début 2016.

 
Desc. Eurovoc principalFISCALITE
Descripteurs EurovocFISCALITE | FRAUDE FISCALE