...

Question et réponse écrite n° : 0107 - Législature : 54


Auteur Jean-Marc Nollet, Ecolo-Groen
Département Secrétaire d'État au Commerce extérieur, adjoint au ministre chargé du Commerce extérieur
Sous-département Commerce extérieur
Titre Office national du Ducroire. - Mesures de prévention contre le burn out.
Date de dépôt11/01/2017
Langue F
Statut questionRéponses reçues
Date de délai10/02/2017

 
Question

En 2013, plus de 120.000 Belges ont été frappés par une absence de longue durée suite à une pathologie psychosociale. Depuis septembre 2014, toutes les entreprises doivent mettre en place des mesures de prévention afin de sensibiliser leurs employés au burn out. Dans ce cadre, au niveau de l'Office national du Ducroire, j'aimerais obtenir quelques informations. 1. Quel est le taux d'absentéisme? Quelle est l'évolution de ce taux d'absentéisme durant les cinq dernières années, et si possible durant les dix dernières années? 2. Quelles leçons politiques tirez-vous de ces chiffres? 3. Quelles mesures avez-vous prises afin de diminuer ce taux d'absentéisme? 4. Quelles mesures préventives ont été mises en place au niveau de la prévention du burn out? 5. Quelles sont les mesures qui ont été prises afin de favoriser l'autonomie et la participation des travailleurs dans la structure? 6. Quels outils de détection précoce du burn out ont été mis en place? 7. Quels sont les moyens financiers alloués à la prévention du burn out? Quelle est l'évolution de ce budget depuis l'entrée en vigueur de la loi de 2014?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B105
Date publication 10/02/2017, 20162017
Réponse

1 et 2. Le taux d'absentéisme pour le Ducroire s'élevait à 2,14 % en 2016 et à 2,77 % en 2015. Ces pourcentages sont plus faibles que les pourcentages nationaux pour les employés. Pour 2015, la moyenne nationale était de 4,56 % et pour 2014, elle était de 4,24 %. Tenant compte du fait que ce taux s'élevait encore à 4,33 % en 2010 et à 5,54 % en 2005 au sein du Ducroire, une tendance positive est visible et est également la meilleure preuve de la grande attention que le Ducroire accorde au bien-être de son personnel. 3. Des mesures ont été prises en termes de motivation du personnel et de l'établissement d'objectifs. En outre, une politique de bien-être a été mise au point, appuyant sur les thèmes suivants (un esprit sain dans un corps sain): - une alimentation saine: le personnel a l'opportunité de participer à des conférences (mensuelles) sur la nutrition saine, données par un coach externe. En outre, le personnel reçoit des conseils sur la saine alimentation, par le biais de bulletins d'information distribués via l'intranet. - l'activité physique: en 2017, le personnel pourra participer à des ateliers sur l'importance de l'activité physique. Ces ateliers seront également accompagnés par un coach externe. - l'accompagnement à l'arrêt du tabac: jusqu'à la fin de 2017, le personnel peut participer à un programme d'accompagnement à l'arrêt du tabac, dirigé par un coach externe; - les examens médicaux pour les personnes de plus de 45 ans: Les employés plus âgés ont la possibilité de faire un check-up médical tous les deux ans au Service externe pour la prévention et la protection au travail; - programme de réintégration des malades de longue durée: les membres du personnel qui sont malades de longue durée ont la possibilité de retourner au travail à temps partiel de façon progressive; Au cours des dernières années, une politique de réintégration active a été menée, ayant un impact positif sur l'absentéisme. Les employés qui retournent au travail ont également pu compter sur un coach externe pour faciliter leur réintégration. 4. Les cadres sont formés dans leur rôle de gestion pour donner du feedback et assurer un suivi. En outre, une politique active a été développée autour du bien-être, en mettant l'accent sur la sensibilisation, l'information et la prévention (voir le bien-être comme expliqué au point 3). Enfin, le Ducroire a lancé une analyse des risques psychosociaux fin 2016. Sur base des résultats, une politique positive sera développée en 2017 pour prévenir ces risques psychosociaux. 5. Des mesures ont été prises en termes de motivation du personnel: - en fournissant des sessions d'information sur la stratégie d'entreprise, les valeurs et la culture; - en communiquant activement sur cela; - en travaillant sur les compétences; - en investissant de façon permanente dans l'apprentissage et le développement; - et en fixant des objectifs en ligne avec la stratégie. 6. En coopération avec le Service externe pour la prévention et la protection au travail, une enquête auprès du personnel a été réalisée (analyse des risques psychosociaux). Sur base des résultats des actions précises seront prises dans les sections où il y a un risque élevé (par exemple: une charge de travail excessive). En outre, il y a une grande disponibilité des services de soutien (ressources humaines, conseillers en sécurité, personnes de confiance) qui peuvent tous jouer un rôle en percevant des signaux d'épuisement professionnel (burn out) auprès du personnel. 7. Budget prévention: - 2016: 73.715 euros; - 2017: 65.450 euros. L'épuisement professionnel (burn out): - 2016: 6.450 euros; - 2017: 12.450 euros.

 
Desc. Eurovoc principalPOUVOIRS PUBLICS
Descripteurs EurovocADMINISTRATION PUBLIQUE | CONGE DE MALADIE | PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL | POUVOIRS PUBLICS | SATISFACTION AU TRAVAIL
Mots-clés libresDUCROIRE