...

Bulletin n° : B107 - Question et réponse écrite n° : 1339 - Législature : 54


Auteur Jean-Marc Nollet, Ecolo-Groen
Département Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique
Sous-département Affaires sociales et Santé publique
Titre La grippe de type A.
Date de dépôt18/01/2017
Langue F
Publication question     B107
Date publication 23/02/2017, 20162017
Statut questionRéponses reçues
Date de délai17/02/2017

 
Question

Le 11 janvier 2017, le bulletin publié par Santé publique France faisait état d'une épidémie de grippe importante dans plusieurs régions. D'après la presse belge, nous frôlerions le seuil épidémique dans notre pays. 1. Qu'en est-il exactement? Que peut-on dire du virus qui circule actuellement dans notre pays? Ce virus pourrait-il accroître le taux de surmortalité dans notre pays? 2. Quelles mesures avez-vous prises afin de faire face à cette épidémie?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Réponse

1. Le réseau de médecins vigies de l'Institut Scientifique de Santé Publique (ISP) surveille l'incidence du syndrome grippal. Le réseau a constaté que l'épidémie de grippe en Belgique a commencé quelques semaines plus tard qu'en France. En Belgique, le seuil épidémique (140 consultations chez le médecin généraliste suite à un syndrome grippal pour 100.000 habitants) a été dépassé pour la première fois en 2017 dans la deuxième semaine de l'année (du 9 au 15 janvier). Durant la troisième semaine, l'incidence du syndrome grippal était de 367 consultations pour 100.000 habitants. Les catégories d'âge les plus touchées étaient les écoliers de 5 à 14 ans et les adultes de 15 à 64 ans. L'incidence était moins importante aussi bien chez les jeunes enfants (5 ans) que chez les personnes âgées (? 65 ans). Le sous-type principal lors du début de l'épidémie est la souche grippale A (H3N2). Dans le passé, on a constaté une hausse du nombre d'hospitalisations et de décès, notamment chez les personnes âgées, lors des saisons dominées par cette souche de type A (H3N2). La surmortalité est surveillée de très près en Belgique par la surveillance BE-MOMO pour la mortalité globale (toutes causes) et par la surveillance des hospitalisations pour cause d'infections respiratoires aiguës (SARI) (toutes deux menées par l'ISP). Au niveau européen, cela se fait par le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC). Le 26 janvier 2017, l'ECDC a publié une analyse de risques concernant l'évolution de l'épidémie de grippe en Europe. Il en est ressorti que dans la plupart des pays européens ayant présenté une activité grippale élevée les semaines précédentes, on note, chez les personnes âgées, un nombre relativement important d'infections avec complications graves.  En outre, dans certains pays, mais pas tous, on note aussi une surmortalité (toutes causes) coïncidant avec l'épidémie de grippe. Cela pourrait s'expliquer par l'épidémie de grippe, mais le temps extrêmement froid qu'ont connu certains pays ces dernières semaines pourrait aussi expliquer cette surmortalité. Étant donné que les données ne sont pas encore complètes et que les résultats des analyses peuvent encore changer, il convient d'interpréter cette augmentation de la surmortalité avec prudence. En Belgique, on a constaté une légère surmortalité chez les personnes de plus de 65 ans dans la 52e semaine de l'année 2016 (du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017 inclus). Il s'agit encore une fois d'un taux de mortalité dont toutes causes sont confondues, sans savoir quelle fraction est due à la grippe. Sur la base des résultats provisoires, on s'attend également à noter une surmortalité dans la première et deuxième semaine de 2017. Les données de la surveillance des hospitalisations pour cause d'infections respiratoires aiguës (SARI), qui a débuté le 2 janvier 2017, seront bientôt disponibles et pourront donner des informations sur la gravité de l'épidémie actuelle. Les annexes jointes à la réponse à cette question ont été transmises directement à l'honorable membre. Étant donné leur caractère de pure documentation, il n'y a pas lieu de les insérer au Bulletin des Questions et Réponses, mais elles peuvent être consultées au greffe de la Chambre des représentants (service des Questions parlementaires). 2. Outre la surveillance de l'intensité et de la gravité de l'épidémie de grippe par l'ISP, les autorités fédérales prévoient également un remboursement partiel du vaccin de la grippe pour les personnes à haut risque. En ce qui concerne les campagnes visant à sensibiliser les personnes face à l'importance du vaccin contre la grippe, cette matière relève des compétences des entités fédérées. Dans la réponse à la question parlementaire n° 1165 de monsieur G. Calomne du 3 octobre 2016 (Questions et Réponses, Chambre, 2016-2017, n° 106), l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI) a calculé les dépenses publiques pour le vaccin contre la grippe, et ce, pour les huit dernières saisons grippales: Le Conseil Supérieur de la Santé, un organe consultatif scientifique du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, formule chaque année les groupes à risques en matière de grippe ainsi que les recommandations pour la vaccination.

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE DE LA SANTE
Descripteurs EurovocMALADIE INFECTIEUSE | POLITIQUE DE LA SANTE