...

Bulletin n° : B108 - Question et réponse écrite n° : 1354 - Législature : 54


Auteur Emmanuel Burton, MR
Département Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et de l'Asile et la Migration
Sous-département Aff soc, Santé, Asile et Migration
Titre Le risque accru de démence pour les personnes vivant à proximité des grands axes routiers.
Date de dépôt24/01/2017
Langue F
Publication question     B108
Date publication 03/03/2017, 20162017
Statut questionTransmis au département
Date de délai24/05/2019

 
Question

D'après une étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, il ressort que les personnes vivant à proximité des grands axes routiers auraient un risque accru de développer des démences. L'étude porte sur plus de six millions d'adultes vivant dans la province canadienne de l'Ontario entre 2001 et 2012 et indique que 7 à 11 % des cas de démence observés chez les personnes vivant à moins de 50 mètres d'une route à fort trafic pouvaient être attribués à l'exposition à la circulation. D'après cette même enquête, le risque est augmenté de 7 % pour les personnes vivant à moins de 50 mètres, de 4 % pour celles vivant à une distance de 50 à 100 mètres et de 2 % pour une distance de 100 à 200 mètres. Le trafic routier pourrait donc être une source de stress environnemental capable de favoriser l'apparition de la démence. 1. Une étude de ce genre a-t-elle déjà été réalisée en Belgique? Si oui, serait-il possible d'en connaître les conclusions? 2. A-t-on recensé en Belgique des cas de démence chez des personnes suite à la trop grande proximité avec des axes routiers? Des cas avérés avec des liens de cause à effet ont-ils déjà été remarqués?

 
Desc. Eurovoc principalPOLITIQUE DE LA SANTE
Descripteurs EurovocLOGEMENT | POLITIQUE DE LA SANTE | CIRCULATION ROUTIERE | SANTE PUBLIQUE | AUTOROUTE | SANTE MENTALE