...

Question et réponse écrite n° : 0219 - Législature : 54


Auteur Benoît Friart, MR
Département Premier ministre
Sous-département Premier Ministre
Titre Les prévisions 2060.
Date de dépôt23/03/2017
Langue F
Statut questionRéponses reçues
Date de délai02/05/2017

 
Question

Le Bureau fédéral du Plan a sorti ses Prévisions 2060 concernant l'évolution démographique de la Belgique. Selon les projections, nous devrions être 13 millions en 2060 et l'espérance de vie devrait continuer à progresser, passant de 78 à 87 ans pour les hommes et de 83 à 90 ans pour les femmes. Cette évolution ne sera évidemment pas sans conséquences et nécessitera des réajustements dans les choix que nous poserons et ce, peut-être dès maintenant déjà. Si ces données sont à titre indicatif et ne peuvent prévoir de multiples facteurs extérieurs, elles peuvent constituer, je présume, un bon outil d'aide à la décision dans de nombreux domaines. 1. Pouvez-vous en dire davantage sur ces prévisions? 2. Comment ces données sont-elles traitées par votre gouvernement? 3. Quel est le poids de telles études pour la mise en place d'une vision à long terme pour notre pays? 4. Comptez-vous déjà mettre des mesures concrètes en place au vu de ce rapport?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Réponse

1. Selon les Prévisions 2060 du Bureau fédéral du Plan, la population de la Belgique passerait de 11,3 millions d'habitants en 2016 à 13 millions en 2060, soit une augmentation moyenne de 40.000 habitants par an. Ce rythme est toutefois moins rapide qu'au cours des trois dernières décennies (50.000 habitants par an). En outre, la population belge vieillit. En 2016, elle compte une personne de 67 ans et plus pour quatre personnes âgées entre 18 et 66 ans. En 2060, ce rapport serait de une pour 2,5. L'âge moyen de la population augmenterait de trois ans (44 ans en 2060 pour 41 ans en 2016). Le vieillissement de la population a un impact sur la structure des ménages: en 2016, un ménage sur trois est composé d'une personne. En 2060, cette proportion passerait à près de un ménage sur deux. En poursuivant les tendances observées en matière de formes de vie commune, la proportion de ménages composés de couples non mariés ou de familles monoparentales augmenterait également. La croissance de la population en Région de Bruxelles-Capitale (+ 28 % entre 2016 et 2060) serait deux fois supérieure à celle attendue dans les autres régions (+ 14 % entre 2016 et 2060). En effet, la Région de Bruxelles-Capitale attire une proportion importante d'immigrants étrangers (autour de 30 % de l'immigration internationale des étrangers), et cette population compte de nombreuses personnes en âge d'avoir des enfants. La structure d'âge de la population bruxelloise est et reste en projection nettement plus jeune que celle des deux autres régions. La croissance démographique des Régions serait également déterminée par la migration interrégionale. Elle viendrait gonfler la population des Régions wallonne et flamande, mais freiner la croissance démographique en Région de Bruxelles-Capitale. 2. Ces projections démographiques sont un outil d'aide à la décision et un instrument qui permet d'alimenter les débats sur l'avenir de notre société dans de nombreux domaines qui relèvent, comme le précise le rapport, tantôt des compétences fédérales, tantôt des compétences des entités fédérées: pensions, crèches, écoles, maisons de retraite, logement, mobilité, énergie, soins de santé, etc. 3. et 4. S'agissant spécifiquement des matières relevant des compétences du gouvernement fédéral et des pensions, des efforts doivent être complétés par des réformes structurelles qui apportent une contribution suffisante à la viabilité à long terme des finances publiques, notamment par le biais d'une réforme des pensions réalisée en prenant le rapport du groupe d'experts pour la réforme des pensions 2020-2040 comme base scientifique, et d'une réforme des carrières. Ces réformes doivent entrer en vigueur d'ici 2030. Le vieillissement de la population, la diminution du nombre de jeunes et l'augmentation du nombre de personnes du troisième et quatrième âge suscitent de nombreuses questions dans l'esprit des citoyens quant à la viabilité du système de pensions. Il faut un nouveau contrat social qui couvre toutes les tranches d'âge, qui soit le modèle d'une solidarité intergénérationnelle forte. Dès lors, le gouvernement élabore une nouvelle réforme des pensions, fondée sur les dix principes du rapport de la Commission de réforme des pensions 2020-2040, en étroite concertation avec les partenaires sociaux. Pour garantir la viabilité financière et sociale du système de pensions, le gouvernement traduira ces dix principes en dix domaines d'action. Durant cette législature, le gouvernement met en oeuvre la transition vers un nouveau système pour le calcul des pensions. Ces réformes devront aller de pair avec des périodes transitoires suffisamment longues. Le gouvernement prend, en concertation avec les partenaires sociaux et après avoir recueilli leur avis, d'une part, les réformes structurelles nécessaires et, d'autre part, des mesures spécifiques visant à permettre l'allongement de la carrière. Parallèlement, la Commission de réforme des pensions 2020-2040 est invitée à agir en tant que Conseil Académique du Centre d'Expertise et du Comité national des Pensions. Le Bureau fédéral du Plan, le Comité d'étude sur le vieillissement et les universités sont étroitement impliqués dans les travaux du Centre d'Expertise.

 
Descripteurs EurovocDEMOGRAPHIE