...

Question et réponse écrite n° : 1381 - Législature : 54


Auteur Maya Detiège, SP.A
Département Vice-premier ministre et ministre de l'Emploi, de l'Économie et des Consommateurs, chargé du Commerce extérieur
Sous-département Emploi, Économie et Consommateurs
Titre Présence de microplastiques dans certains produits de consommation.
Date de dépôt28/03/2017
Langue N
Statut questionRéponses reçues
Date de délai02/05/2017

 
Question

Les experts déclarent que cela peut prendre des centaines d'années avant que le plastique présent dans notre environnement ne se décompose entièrement. En attendant, les déchets en plastique provoquent des dégâts. C'est incontestablement le cas si ces déchets se retrouvent dans nos cours d'eau ou, au final, dans la mer du Nord. Les animaux marins et les oiseaux s'empêtrent dans ces déchets ou étouffent. Ce sont surtout les microplastiques, de petits morceaux de plastique ou des fibres de plastique de moins de cinq millimètres, qui ont un grand impact sur nos écosystèmes marins. Leur présence sur nos plages a, en outre, triplé depuis 1993. Certaines plages sont devenues des lieux d'amoncellement de déchets. Des études menées par des scientifiques flamands montrent qu'il y a 50 kg de déchets plastiques par kilomètre de plage. Les microplastiques se forment de deux façons. Soit ils sont générés par la fragmentation de plastiques de plus grande taille et leur décomposition en minuscules fragments, soit ils sont produits tels quels et apparaissent dans les produits de soins et les cosmétiques sous la forme de petites billes. On décèle la présence de microplastiques dans la mer et ensuite dans notre chaîne alimentaire à partir des eaux usées ou de nos cours d'eau. Une étude de l'ILVO, l'institut flamand pour la recherche en matière d'agriculture et de pêche, a ainsi démontré que des microplastiques sont présents dans le bol alimentaire du merlan, du harenguet ou des crevettes (des espèces de poissons et de crustacés qu'on trouve en abondance en mer du Nord). On détecte également la présence de microplastiques dans un nombre croissant de produits de consommation, comme dans les vêtements synthétiques (en polyester, par exemple), mais également dans les produits de soins et les cosmétiques, les pneus et même le gazon synthétique. C'est regrettable, car il existe d'autres solutions telles que le bambou. Toutefois, des recherches sont actuellement réalisées en matière de plastique biodégradable. La sécurité des consommateurs constitue un élément important, mais c'est également le cas de la durabilité des produits. 1. Une étude a-t-elle été consacrée aux risques potentiels des produits contenant des microplastiques pour les utilisateurs? 2. Des solutions dont l'incidence sur l'environnement et la santé est moindre sont-elles favorisées? 3. Nous recevons souvent des informations relatives à des solutions plus respectueuses de l'environnement. Combien de temps la mise en oeuvre de ces solutions dans les chaînes de production prend-elle? Les autorités favorisent-elles le recours à ces solutions? 4. Une concertation avec les différents secteurs a-t-elle lieu? Comment encouragez-vous les entreprises à opter pour des solutions plus respectueuses de l'environnement dans le cadre de leur processus de production?


 
Statut 1 réponse normale - normaal antwoord - Réponse publiée
Publication réponse     B116
Date publication 05/05/2017, 20162017
Réponse

La réponse à cette question relève de l'expertise du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, qui relèves des compétences de mes collègues les ministres Maggie De Block (Question n° 1609 du 22 mai 2017) et Marie-Christine Marghem (Question n° 489 du 22 mai 2017).

 
Descripteurs EurovocECOLOGIE | MATIERE PLASTIQUE | POLITIQUE DE L'ENVIRONNEMENT | POLLUTION MARINE